Thoune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thun (homonymie).
Thoune
Thun
Blason de Thoune
Héraldique
Image illustrative de l'article Thoune
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Berne Berne
Arrondissement administratif Thoune
Localité(s) Gwatt
Communes limitrophes Hilterfingen, Heiligenschwendi, Homberg, Schwendibach, Steffisburg, Uetendorf, Thierachern, Amsoldingen, Zwieselberg, Spiez
Maire Raphaël Lanz
NPA 3600
N° OFS 0942
Démographie
Population 43 568 hab. (31 décembre 2016)
Densité 2 019 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 45′ 32″ nord, 7° 37′ 48″ est
Altitude 560 m
Superficie 2 158 ha = 21,58 km2
Divers
Nom officiel Thun
Nom français Thoune
Langue Allemand
Localisation
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Thoune

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Thoune

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Thoune
Liens
Site web www.thun.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Thoune (Thun en allemand) est une commune suisse du canton de Berne, chef-lieu de l'arrondissement administratif éponyme.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Thoune mesure 21,58 km2[2].

La ville de Thoune est située au bord du lac éponyme. Le centre historique ne se trouve pas directement au bord du lac, mais sur un îlot de l’Aar qui se sépare en deux bras pour traverser la ville.

Grâce à la présence du lac et à la proximité des montagnes enneigées, Thoune attire les touristes depuis le début du XIXe siècle. En 1859, la mise en service de la ligne de chemin de fer lui a apporté un souffle nouveau.

Durant la deuxième partie du XXe siècle, la ville s'est étendue vers l'ouest où se trouvent les quartiers modernes et où s’est implantée l’activité industrielle.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Thoune compte 43 568 habitants fin 2016[1]. Sa densité de population atteint 2 018,9 hab./km2.

Histoire[modifier | modifier le code]

Thoune vers 1890

Le nom de la ville provient du celte dunum signifiant colline fortifiée ou château-fort. L’emplacement actuel de la ville était déjà habité vers 2500 av. J.-C. Les Zähringen s’y installèrent en 1152. Berthold V de Zähringen transforma la citadelle en château.

Elle fut plus tard vendue à Berne et devint résidence des baillis.

Économie[modifier | modifier le code]

  • RUAG Munition
  • Schleuniger, fabricant de machines à traiter les câbles
  • Studer, fabricant de machines
  • EKW (Eidgenössische KonstruktionsWerkstätte) était une entreprise de l'armee suisse, aujourd'hui une partie de RUAG

Infrastructures militaires[modifier | modifier le code]

La caserne de la troupe I (Mannschaftskaserne I)

S'étendant sur plus de 6 km², Thoune possède la plus ancienne et la plus importante place d’armes de l'Armée suisse. Près d'un sixième des places de travail de la ville se trouve sur la base avec notamment armasuisse et RUAG Land System. La place d'arme remonte à la création de l’école militaire centrale fédérale en 1819. Le général Guillaume-Henri Dufour se chargea de l’éducation militaire de Napoléon III à Thoune et en fit un capitaine d'artillerie bernois. La caserne de la troupe I, inaugurée en 1864, est inscrite à l'inventaire suisse des biens culturels d'importance nationale et régionale. La place inclut l'ancien aérodrome militaire de Thoune (de) devenu exclusivement civil en 1955.

Lors de sa création en 1819, l'école militaire centrale fédérale donne des cours aux cadres de l'artillerie et du génie et, dès 1828 aux cadres de l'infanterie, de la cavalerie, des carabiniers et aux officiers d'état-major général. L'ancien grenier à blé du Bälliz (de), sur l'île entouré par l'Aar constituant une partie de la vieille ville, est alors transformé en caserne et le magasin des sels du Freienhof, dans le même quartier, en salle de théorie. Des camps d'entraînement fédéraux (exercices tactiques) sont organisés à Thoune, six de 1826 à 1852. En 1841 une grande partie de l'Allmend est acheté par la Confédération pour en faire un terrain de manœuvres. La commune bourgeoise ouvre à l'armée l'école d'équitation en 1841 et 1846. Puis en 1850, la régie fédérale des chevaux y est logée, avant d'être déplacée au Schwäbis sur la commune de Steffisburg en 1891. En 1913, 250 hommes s'occupait alors de 1000 chevaux de régie et de 200 chevaux fédéraux d'artillerie.

Canons d'artillerie de 12 cm (Ord.1882 Krupp) sur l'Allmend entre 1914 et 1918

En 1863-1864 une nouvelle caserne est construite par la Confédération en bordure de du terrain de manœuvres de l'Allmend. Le parc de véhicules à moteur de l'armée fait son apparition en 1921. En 1938, la ville construisit la caserne Dufour, inaugurée en 1940, elle coïncide à la dernière école de recrues d’artillerie à Thoune, cette arme s'installe alors à Bière, Frauenfeld et au Monte Ceneri, la dernière école d'officiers d'artillerie à lieu en 1945. En 1982, la construction d'hôpital remplace l'infirmerie datant de 1864. Entre 1974 et 1989, l'armée construit les importantes installations de formation pour les troupes mécanisées et légères.

La place d'arme de Thoune comprend notamment les casernes de la troupe I et II et la caserne Dufour (1940), les halles d'instructions, l'installation d'instruction Klein-Allmend (Écoles maintenance 50), les terrains d'exercices sur l'Allmend avec place de tir et terrain de combat et de l'école de conduite, pistes de chars, installation de tir à 300m (l'une des plus grande d'Europe), installations de tir à courte distance. Le terrain de la place d'arme est utilisée conjointement par les militaires et les civiles ou séparément, et certaines portions de la place sont accessible aux civils durant les week-ends.

Commandements, écoles et centres de compétences
  • Formation d’application des blindés et de l’artillerie
    • Commandement
    • École de chars 21 et école des cadres chars et artillerie 22
    • Cdmt des écoles de cadres bl/art 22
    • Centre d'instruction des mécanisés (CIM) (notamment cours ELTAM)
    • Centre du subsistance Formation d’application blindés et art
  • Formation d’application de la logistique (LVb logistik)
    • Commandement
    • École maintenance 50 (également à la place d'arme de Lyss). Elle remplace les école de recrues 52 pour mécaniciens char et armurier et 54 pour mécaniciens à moteur et l'école de cadres de maintenance 56.
    • Centre de compétences instruction de conduite de l’armée
    • Stages de formation des chefs de cuisine (Kü C LG)
  • États-majors de conduite de l'armée
    • Centre de compétence C4ISTAR (système d'information et de conduite des Forces terrestres)
    • Commandement DEMUNEX (déminage et élimination des munitions non explosées), rattaché au Centre de compétence NBC - DEMUNEX basé à Spiez.
    • Sécurité militaire: Police militaire (Région 2)
  • Formation d'application d'aide au commandement 30 (Forces aériennes)
    • Commandement de l'École de la Guerre Électronique 64 (École GE 64), caserne de Jassbach (Linden)
  • Centre logistique et d’infrastructure de Thoune (plus grand centre logistique de l'armée)
  • Centre médical régional de Thoune (CMR) du Service des soins de l'armée
  • Service psychopédagogique (SPP)
  • Bureau poste place d'arme
  • Musée de chars (de)
  • Association du musée suisse de l'armée Verein Schweizer Armeemuseum VSAM (centre de compétences pour l'histoire de la défense en Suisse)

Culture[modifier | modifier le code]

Curiosités[modifier | modifier le code]

Le château de Thoune, unique ensemble fortifié édifié par la famille des Zähringen qui soit conservé. Il abrite le musée historique. La salle des chevaliers présente la tapisserie formée de champs d'écus provenant de la tente de Charles le Téméraire, gagnée à Grandson en 1476.

Le château de Schadau, construit entre 1846 et 1854 selon les plans de Pierre-Charles Dusillon pour le banquier neuchâtelois Abraham Denis Alfred de Rougemont. Il a fait l'objet d'une restauration dans les années 1970.

L'hôtel de ville du XVIe siècle (Rathaus).

Amtsschloss (château baillival) construit en 1429 en style gothique tardif.

  • Église réformée Sainte-Marie, construction romane du XIVe siècle.
  • Château de Schadau, construit entre 1846 et 1852
  • Église réformée Saint-Maurice, reconstruite en 1738.
  • Les arcades des quartiers anciens rappellent celles de Berne. Dans la Hauptgasse les trottoirs sont surélevés; ils se trouvent au-dessus des caves des anciennes écuries.

Musées[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Festival international des orgues de Barbarie, en juillet, toutes les années impaires depuis 1979.
  • Ville étape du Raid Centrale Paris le 29 avril 2014.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :