Saignelégier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saignelégier
Blason de Saignelégier
Héraldique
Image illustrative de l'article Saignelégier
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Jura Jura
District Franches-Montagnes
Localité(s) Chaumont, La Theurre, Les Cerlatez, Goumois, Les Pommerats
Communes limitrophes Le Bémont, La Chaux-des-Breuleux, Les Enfers, Muriaux, Le Noirmont, Soubey, TramelanBE
Maire Joël Vallat
NPA 2350 Saignelégier
2353 Les Pommerats
2354 Goumois
N° OFS 6757
Démographie
Gentilé Loitchous
Population 2 556 hab. (31 décembre 2016)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 25″ nord, 6° 59′ 50″ est
Altitude 978 m
Superficie 3 164 ha = 31,64 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton du Jura

Voir sur la carte administrative du Canton du Jura
City locator 14.svg
Saignelégier

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Saignelégier

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Saignelégier
Liens
Site web www.saignelegier.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Saignelégier (ancien nom allemand : Sankt-Leodegar) est une commune suisse du canton du Jura et chef-lieu du district des Franches-Montagnes.

Géographie[modifier | modifier le code]

À une altitude d'environ 980 m, la commune de Saignelégier est située à 25 km de La Chaux-de-Fonds et à 32 km de Delémont et est le chef-lieu des Franches-Montagnes. C'est un centre d'activités touristiques régionales d'été et d'hiver. Le village s'est construit dans une légère dépression de plateau franc-montagnard, en surplomb de la vallée profondément découpée du Doubs. Il est séparé des Pommerats au nord par Le Haut Bémont (1 075 m). Au sud, le point le plus élevé (1 088 m) est situé en dessus du Chaumont. Sur le territoire communal se trouvent deux zones de marais : l'étang de la Gruère et l'étang des Royes.

Selon l'Office fédéral de la statistique, la commune de Saignelégier mesure 31,64 km2[2]. 5.4 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 49.1 % à des surfaces agricoles, 43.7 % à des surfaces boisées et 1.8 % à des surfaces improductives.

Les hameaux suivants font partie de la commune : Les Cerlatez (1 003 m), La Theurre (1 012 m) et Le Chaumont (1 044 m).

Au 1er janvier 2009, la commune a fusionné avec celles des Pommerats et de Goumois. Le nouveau territoire de 3 175 ha s'étend du bord du Doubs à l'étang de la Gruère.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame de l'Assomption.

Le village est mentionné pour la première fois en 1382 sous le nom de Sonnelegilier, puis de Saigneligier en 1454. Saignelégier dépendit d'abord de la paroisse de Montfaucon. Une chapelle y était établie dès 1397. Sa position au centre des Franches-Montagnes fit de Saignelégier le lieu où se traitaient les affaires et se rendait la justice ; le curé de Montfaucon s'y installa en 1594. Saignelégier fut érigé en paroisse indépendante en 1629. Le village est devenu la résidence des châtelains de la Seigneurie de la Franche-Montagne des Bois au XVIIe siècle.

De 1793 à 1815, Saignelégier a fait partie de la France, au sein du département du Mont-Terrible, puis, à partir de 1800, du département du Haut-Rhin, auquel le département du Mont-Terrible fut rattaché. Par décision du Congrès de Vienne, le territoire de l'ancien Evêché de Bâle fut attribué au canton de Berne, en 1815. Au XIXe siècle, Saignelégier est devenu le siège de la préfecture du district des Franches-Montagnes. Depuis le , Saignelégier fait partie du canton du Jura. Depuis le , Saignelégier a absorbé les communes de Goumois et des Pommerats.

Les armoiries des nobles de Spiegelberg (miroir, montagne) sont devenues plus tard celles du district des Franches-Montagnes et de la commune de Saignelégier.

Familles originaires de la commune[3] : Aubry, Brossard, Cattin, Chappatte, Chipret, Ecabert, Erard, Farine, Fattet, Frésard, Froidevaux, Jobin, Loriol, Monnat, Pépe, Perretgentil, Québatte, Rebetez, Richard, Simon, Viatte, Voisard.

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1870 1930 1950 1960 1970 2000 2009
1 012 1 384 1 489 1 636 1 745 2 145 2 531
(Source : Commune)

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Saignelégier est le village d'enfance de la comédienne et humoriste Zouc, qui vit le jour dans la ville voisine de Saint-Imier le 29 avril 1950.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Étang de la Gruère.
  • Église catholique-romaine Notre-Dame de l'Assomption, construite en 1927-1928 dans un style néo-baroque et dont le maître-autel provient de l'ancienne abbaye de Bellelay.
  • La préfecture servit de résidence administrative au bailli épiscopal. Cette construction massive à toit en croupe avec la tour-prison adjacente remonte à la fin du XVIe siècle.
  • Hameau des Cerlatez, au sud-est de Saignelégier, fermes typiques des Franches-Montagnes.
  • Étang de la Gruère.

Sport[modifier | modifier le code]

Saignelégier est aussi un village spécialisé dans la pratique du tir à l'arc. En effet, un terrain d'entraînement est disponible pour les membres des archers de la Saigne. Ce club évolue à tous les niveaux, et obtient chaque année de brillants résultats lors des championnats suisses. Le club a été fondé en 1996, et est affilié à l'association suisse de tir à l'arc (ASTA/SwissArchery). De ce fait, les membres licenciés peuvent participer à des compétitions de haut niveau.

Les archers de la Saigne organiseront les championnats suisses 3D 2015-2016. Cet évènement sera une première pour le canton du Jura.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est au centre de deux axes de communication (Delémont - La Chaux-de-Fonds et Tavannes - Goumois). La ligne de chemin de fer Saignelégier – La Chaux-de-Fonds a été ouverte le 7 décembre 1892. Une liaison en direction de Glovelier suivit le 21 mai 1904. La localité est également desservie par des bus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Pierre Henry, Les noms de famille jurassiens, Delémont, D+P S.A.,

Liens externes[modifier | modifier le code]