La Poste (Suisse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Poste Suisse
logo de La Poste (Suisse)

Création 1998[1] (scission des PTT)
Personnages clés Urs Schwaller (directeur du Conseil d'administration)
Susanne Ruoff (DG)
Forme juridique Société anonyme de droit public[1]
Siège social Berne[1]
Drapeau de Suisse Suisse
Actionnaires Confédération
Activité récolte, tri et distribution des lettres ;
services financiers ;
transports de personnes
Produits paquets, cartes, enveloppes, timbres
Filiales CarPostal
Effectif 62 000 (2012)
Site web www.poste.ch

Fonds propres 2,7 milliards CHF (2007)
Chiffre d'affaires 8,98 milliards CHF (2008)[2]
Résultat net 859 millions CHF (2012)[2]
Société précédente Postes, téléphones, télégraphesVoir et modifier les données sur Wikidata
Le siège de La Poste à Berne.

La Poste (en allemand : Die Post, en italien et en romanche : La Posta), légalement La Poste Suisse SA (en allemand : Die Schweizerische Post AG, en italien : La Posta Svizzera SA, en anglais : Swiss Post Ltd)[3], est une société de service postal appartenant à la Confédération suisse.

C'est un établissement autonome de droit public doté de la personnalité juridique et ayant son siège à Berne. Il est issu de la division, le , des PTT en deux entités :

La Poste dispose du monopole pour les envois de lettres pesant jusqu'à 50 grammes. En 2012, La Poste suisse compte 2 254 points de vente répartis dans tout le pays[4]. La Poste vend un vaste assortiment d’articles de nature postale ou non, allant des articles de papeterie aux téléphones portables, en passant par les ordinateurs. Elle a été classée meilleure du monde par l'Union postale universelle[5].

Groupe[modifier | modifier le code]

La Poste suisse est organisée en secteurs d'activité : Mail, Logistics, Services financiers et Transport de voyageurs ainsi que les domaines d'activité International, Réseau postal et vente ainsi qu'un service Philatélique.

  • PostMail est chargée d'assurer le service universel postal. Elle bénéficie d'un monopole sur certaines prestations de courrier. PostMail propose en outre des services de marketing direct complets aux petites et moyennes entreprises.
  • PostLogistics est chargé de l'envoi de colis et de la logistique des marchandises.
  • Avec un réseau de 10 450 kilomètres, CarPostal transporte chaque année plus de 105 millions de voyageurs.
  • PostFinance met à disposition des services de paiement, de placement, de prévoyance et de financement. Au cours des dernières années, elle est devenue un prestataire complet de services financiers.
  • Swiss Post Solutions (SPS) est présente à l'international auprès de sociétés nationales et emploie près de 7 000 personnes dans 15 pays du monde [6]. La filiale est un fournisseur de services complets dans le domaine de la gestion de documents numériques et physiques.[7] Ses principaux marchés sont la Suisse, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, les États-Unis, l'Europe du Sud et de l'Ouest et l'Asie[8].
  • Swiss Post International se charge d'expédier des marchandises, de la publicité, de la correspondance commerciale ou des journaux au-delà des frontières. Elle est présente en Suisse ainsi que dans de nombreux pays.
  • Réseau postal et vente se charge notamment des bureaux de postes. Avec des milliers d'office de poste présents dans toute la Suisse, c'est à ces endroits que se font les envois de courrier, les transactions financièrse, la vente de différents produits de télécommunication et de papeterie.
  • Le service philatélique est encore présent dans quelques offices de poste. La plupart du temps les philatéliste ont recours à une commande directe à la centrale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Boîte aux lettres murale de La Poste.
  • 1849 : Création de la poste fédérale
La reprise de La Poste par la Confédération le a été décidée presque sans opposition et ancrée dans la Constitution fédérale en 1848 sous l'article 33. Les inconvénients des Postes cantonales étaient trop évidents. Dès cette époque, sa mission était de transporter des voyageurs ainsi que des lettres, des colis et des fonds.
En 1849, La Poste a été divisée en onze districts postaux. Chaque district postal avait sa propre direction qui dépendait à son tour de la direction générale de Berne. La création des districts postaux s'est fortement basée sur les frontières linguistiques et cantonales et sur les anciennes régions des postes cantonales.

Entre 2001 et 2014, La Poste a fermé environ 1 800 bureaux de poste. En 2001, La Poste comptait près de 3 400 bureaux de poste, et en 2014, 1562. En contrepartie, La Poste a ouvert 660 agences, installées dans des commerces, et offre près de 1 300 services à domicile[9]. Les raisons de ces fermetures s'expliquent notamment par la modification des habitudes de la population, avec le paiement sur Internet, le courrier électronique, le SMS. En 10 ans, le nombre de lettres déposées dans un office de poste a diminué de 65 %, celui des colis de 43 % et les paiements au guichet de 34 %[10].

La libéralisation du secteur postal initiée au début des années 1990 a fait l'objet de plusieurs critiques quant à son impact sur les conditions de travail du personnel[11].

Centres de distribution des colis et du courrier[modifier | modifier le code]

La Poste Suisse possède trois centres de colis, à Daillens, Härkingen, Frauenfeld et quatre centre colis régional (CCR) à Vétroz, Ostermundigen, Cadenazzo et Untervaz[12].

Pour le courrier, elle possède trois centres principaux, appelé Centre de courrier (CR), à Éclépens, Härkingen et Zurich-Mülligen (qui est le plus grand de La Poste Suisse et également le seul centre courrier à traiter le courrier international), et six centres secondaires, appelé Centre logistique de traitement du courrier (CLT), à Genève, Bâle, Ostermundigen, Kriens, Gossau, et Cadenazzo pour traiter environ 15 millions d’envois par jour. Cette infrastructure est complétée par deux centres logistique de vidéocodage et de traitement des retours, à Sion et Coire.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Depuis le XIXe siècle, la Poste a construit en Suisse un grand nombre d’édifices représentatifs d’une extraordinaire richesse variété, aussi bien dans leur architecture que dans leur décoration. Pour les édifices précoces, il y a notamment la première poste de Saint-François, à Lausanne, élevée par l’architecte Alexandre Perregaux[13], tandis que la deuxième maison des postes de 1863-1864 est due à Bernhard Simon[14]..

La fin du XIXe siècle et le XXe siècle ont laissé des bâtiments et décors de grande qualité, reflétant les courants artistiques de leur époque. On citera ainsi la poste de Saint-Gall (1887), premier édifice construit par la Confédération sous sa propre régie ; la grande poste de la rue du Mont-Blanc, à Genève (1892), grand édifice néoclassique à colonnade ; la poste de Sarnen (1902) dans le canton d’Obwald, d’influence Heimatstil ; le palais des postes de Schwytz (1910), édifice néobaroque pourvu en façade, tout comme dans le grand hall, d’un remarquable décor peint.

Pour les bâtiments plus récents, on relève l’architecture moderne de la poste de Rapperswil (1934) ou de celle de Scuol (1964) de Bruno Giacometti, tandis que la poste d’Arosa (1950) tout comme celle d’Yverdon (vers 1957) reflètent un sage modernisme PTT. Le mouvement contemporain est représenté par la Sihlpost de Zurich, édifice art déco de 1929 agrandi en 2014-2015, par le bâtiment de la direction générale Bern-Schönburg (1966), jusqu’à la spectaculaire halle des bus postaux à Coire, structure métallique en résille formant une vaste voûte (1990-1995)[15].

Certaines œuvres d’art sont également particulièrement marquantes sur ces bâtiments. Notamment l’installation de néons (Numeri Codati da 1 a 987) par Mario Merz sur le bâtiment administratif de la Poste à Zurich-Mülligen (1975/1992), ou encore les remarquables peintures illusionnistes de Felice Varini à l’hôtel des postes de la rue du Mont-Blanc à Genève (1991)[16].

Contrairement aux écoles, les salles de guichets n'ont pas été systématiquement ornées de d'oeuvres d'art. Quelques exceptions cependant confirment la règle. Ainsi la salle des guichets de poste principale de Bâle (1878-1889) a été agrémentée en 1910 de décors Jugendstil et de vitraux et peintures murales de Burkhard Mangold, puis en 1931 le peintre Ernst Stocker (Coghuf) voit l'une de ses oeuvres choisies pour cet emplacement. Ailleurs, à Langnau im Emmental, un petit bâtiment des postes construit en 1949-1952 a été orné en 1952 de peintures d'Elsbeth Gysi. A Kriens, c'est le peintre Rolf Meyer qui orne en 1971 une paroi d'une grande fesque illustrant la légende du Pilate[17].

De manière plus générale, d’ailleurs, la Poste constitue une collection d’art depuis 1887 et favorise les réalisations artistiques dans ses immeubles[18],[19].

Véhicules[modifier | modifier le code]

La poste dispose des véhicules suivants pour assurer la distribution du courrier et des colis:

Deux-roues

Puch Velux 30 à vitesse automatique

Électrique
  • tracteur électrique Klingler
  • scooter électrique Kyburz
Voitures
Fourgons légers
Fourgons lourds
Camions
Transport de passagers léger et autocar

Voir CarPostal

Philatélie[modifier | modifier le code]

Chaque année, le domaine d’activité philatélie émet une quarantaine de nouveaux timbres-poste. Nombre d’entre eux sont des innovations au niveau international, tels que par exemple le timbre en bois[20].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kunst und Architektur bei der Post, Art + Architecture en Suisse, n° 4 (Société d'histoire de l'art en Suisse), 2020.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (de) « Die Schweizerische Post », Office du Registre du commerce du canton de Berne (consulté le 22 janvier 2015).
  2. a et b « Bénéfice record pour La Poste, qui rétribue l'État », sur swissinfo.ch, Swissinfo, (consulté le 21 mars 2008)
  3. « Informations légales », sur post.ch (consulté le 18 août 2019).
  4. http://www.post.ch/fr/post-startseite/post-berichterstattung/post-berichterstattung-downloads/post-gb-2012-zahlenspiegel.xlsx
  5. « La Poste Suisse reste la meilleure au monde », 20 Minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mai 2018)
  6. « Rapport financier de la Poste », sur post.ch (consulté en 2019-29-03), p. 10
  7. « Website Swiss Post Solutions : Domaines d'activités de Swiss Post Solutions » (consulté en 2019-29-03)
  8. « Website Swiss Post Solutions : Emplacements Mondiales » (consulté en 2019-29-03)
  9. Pierre-Emmanuel Buss, « L’inexorable décrue des bureaux de poste », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2018)
  10. « La patronne de La Poste justifie les fermetures », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2018)
  11. Cianferoni, N. (2011), « Quand la modernisation produit de la souffrance. Le cas de La Poste suisse », ¿Interrogations?, 12, 79-96.[1] et l'émission Temps présent de la TSR sur le thème : « Le blues du facteur » (15 décembre 2011) [2]
  12. Logistique Untervaz: ouverture du quatrième centre colis régional, La Poste, 6 novembre 2020
  13. Paul Bissegger, D'ivoire et de marbre. Alexandre et Henri Perregaux ou l'Age d'Or de l'architecture vaudoise (1770-1850), Bibliothèque historique vaudoise, coll. « Bibliothèque historique vaudoise 131 », , p. 78-80
  14. Marcel Grandjean, Les monuments d’art et d’histoire du canton de Vaud III. La ville de Lausanne: Édifices publics (II). Quartiers et édifices privés de la ville ancienne, vol. III, Bâle, Éditions Birkhäuser, coll. « Les monuments d'art et d'histoire de la Suisse, 69 », , 415 p. (ISBN 3-7643-1141-X), p. 84-86
  15. Karl Kronig, « Bauen für eine Nation. Von Postpalästen, PTT-Bauten und Kunst am Bau », Art + Architecture en Suisse, no 4,‎ , p. 4-15 (ISSN 1421-086X).
  16. Pauline Nerfin, « Varini sans faux-semblant », Art + Architecture en Suisse, no 4,‎ , p. 24-31 (ISSN 1421-086X).
  17. Alex Winiger, « Gemälde für den Schalterraum. Wandbildkunst in drei Schweizer Postgebäuden 1934-1971 », Art + Architecture en Suisse, no 4,‎ , p. 56-65 (ISSN 1421-086X).
  18. Diana Pavlicek, « Im Aufbruch : die Kunstsammlung des Schweizerischen Post », Art + Architecture en Suisse, no 4,‎ , p. 32-35 (ISSN 1421-086X).
  19. Simona Martinoli, « Dalla posta nell’arte all’arte nella posta. », Art + Architecture en Suisse, no 4,‎ , p. 36-45 (ISSN 1421-086X).
  20. « Les 10 timbres suisses les plus originaux », sur Post.ch (consulté le 22 septembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]