Union démocratique du centre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Union démocratique du centre
(de) Schweizerische Volkspartei
(it) Unione democratica di centro
(rm) Partida Populara Svizra
Image illustrative de l’article Union démocratique du centre
Logotype officiel.
Présentation
Président Albert Rösti
Fondation (48 ans)
Fusion de Parti des paysans, artisans et indépendants et Parti démocratique suisse
Siège 18, Brückfeldstrasse
CH-3001 Berne
Jeunesse de parti Jeunes UDC
Organisation LGBT UDC Gay[1]
Slogan « Qualité suisse, le parti de la classe moyenne »
Vice-présidents Céline Amaudruz
Marco Chiesa
Magdalena Martullo-Blocher
Secrétaire général Emanuel Waeber
Positionnement Droite[2] à extrême droite[3],[4],[5],[6]
Idéologie Nationalisme[7]
National-conservatisme[2]
Libéralisme économique[2],[8]
Populisme de droite[9],[10]
Agrarisme[11],[12]
Euroscepticisme[13]
Opposition à l'immigration[14]
Isolationnisme[15]
Conservatisme social[16]
Anti-islam[17]
Adhérents 90 000 (2015)[18]
Couleurs Nuances de vert
Site web udc.ch
Présidents de groupe
Assemblée fédérale Thomas Aeschi
Conseillers fédéraux Ueli Maurer
Guy Parmelin
Représentation
Conseillers nationaux[19]
53 / 200
Conseillers aux États[20]
6 / 46
Législatifs cantonaux[21]
539 / 2 609
Exécutifs cantonaux[22]
25 / 154
Législatifs communaux
824 / 5 403
Exécutifs communaux[23]
151 / 1 146
Conseillers fédéraux
2 / 7

L'Union démocratique du centre (en italien : Unione Democratica di Centro, UDC, en allemand : Schweizerische Volkspartei, SVP et en romanche : Partida Populara Svizra, PPS[24]) est un parti politique suisse conservateur et nationaliste, classé de la droite à l'extrême droite.

Il se positionne comme le plus à droite de tous les partis représentés au gouvernement. Il est le parti le plus représenté au Conseil national, avec près du tiers des sièges, et dispose également de six conseillers aux États sur quarante-six. Il possède un conseiller fédéral de 1971 à 2003 puis deux élus jusqu'en 2008, lorsque Eveline Widmer-Schlumpf[Note 1] et Samuel Schmid[Note 2] sont exclus dans le premier cas ou fassent sécession dans le second cas. Le , Ueli Maurer est élu pour remplacer Samuel Schmid, donnant ainsi à l'UDC à nouveau un siège au Conseil fédéral. Le , le Vaudois Guy Parmelin est élu à la place de la PBD Eveline Widmer-Schlumpf et entre en fonction le . L'UDC occupe dès lors deux sièges au Gouvernement.

Courant 2008, l'aile modérée de plusieurs sections cantonales de l'UDC ont lancé un processus de scission vis-à-vis du parti suisse, les sections grisonne et bernoise ayant franchi le pas en vue de fonder le Parti bourgeois-démocratique (PBD).

Le parti est présidé par Albert Rösti, qui a succédé à Toni Brunner en 2016.

Histoire[modifier | modifier le code]

La fusion de 1971[modifier | modifier le code]

L'Union démocratique du centre est naît le à la suite de la fusion entre trois partis : le Parti des paysans, artisans et indépendants (PAB), fondé à Zurich en 1917 sous le nom de Parti des paysans (il obtient un élu en 1929 et est renommé PAB en 1937 lors de la constitution d'un parti suisse à partir des sections de Zurich et de Berne; en Suisse romande, le parti s'appelle alors Parti des paysans, artisans et indépendants/PAI) et les deux Parti démocratique de Glaris et des Grisons[25]. Du fait de cette filiation, l'UDC est souvent surnommée dans la presse « parti agrarien ».

Le phénomène Blocher[modifier | modifier le code]

Alors que la plupart des sections, notamment la section bernoise, de loin la plus forte en termes d'électeurs, se confortent sur une ligne centriste et très consensuelle, la section zurichoise va peu à peu prendre de l'importance en affirmant une ligne nettement plus à droite. Celle-ci adopte une ligne autonome face au parti national après l'élection de Christoph Blocher à sa présidence en 1977. Elle récupère, après le retrait de James Schwarzenbach de la présidence du Mouvement républicain en 1978, les restes de cette formation. Dans ses campagnes, l'UDC zurichoise va se concentrer sur les thèmes de l'asile, de la drogue et de la sécurité dans un style politique dynamique. Elle s'efforce aussi d'améliorer l'organisation du parti: cours pour les cadres, recrutement actif des jeunes, travail dans la presse, amplification de sa visibilité sur la scène politique. Elle joue ainsi un rôle déterminant dans le développement du parti national au cours des années 1990[25].

1992: l'ascension[modifier | modifier le code]

A partir de 1992, sous la direction de la section cantonale zurichoise et de son président Blocher, l'UDC connait une nouvelle mutation fondamentale[25].

En 1992, l'UDC est quasiment l'unique parti politique à se battre contre l'adhésion de la Suisse à l'Espace économique européen (EEE), un projet du Conseil fédéral qui visait à faire entrer à terme la Suisse dans l'Union européenne. Elle remporte le référendum qu'elle a lancé contre l'EEE. Cette victoire des urnes permet à l'UDC de se revendiquer comme la gardienne de l'indépendance suisse et de la neutralité suisse[25].

En même temps, elle reprend le thème de la défense d'une politique d'immigration restrictive: la même année, elle lance pour la première fois de son histoire une initiative populaire "Contre l'immigration clandestine", qui sera rejetée en 1996[25].

Douze nouvelles sections cantonales sont créées entre 1991 et 2001. L'organisation nationale est consolidée, un agenda politique commun est déterminé, les campagnes électorales et de votations sont unifiées[25].

Après avoir stagné pendant plus de cinquante ans, l'UDC passe de 11,9% aux élections au Conseil national en 1991 à 28,9% en 2007; une évolution unique depuis l'introduction de la proportionnelle en 1919[25].

Le parti devient le premier du pays en nombre d'électeurs et son groupe parlementaire le plus important de l'Assemblée fédérale; l'UDC est ainsi à l'origine d'un changement fondamental du système suisse des partis. Dans les parlements cantonaux, elle passe de 297 sièges en 1991 à 563 en 2011[25].

Le parti a moins de succès aux élections du Conseil des Etats. La progression au Conseil national se fait en partie en absorbant l'électorat de deux petits partis de droite: les Démocrates suisses (précédemment Action nationale) et le Parti de la liberté. L'UDC se développe depuis au détriment des partis de droite comme le Parti radical-démocratique (PRD), la plus ancienne formation politique de la Suisse moderne, et du Parti démocrate-chrétien (PDC)[26]. Le parti a obtenu 11,1 % des voix en 1991, 15 % en 1995 et 22,5 % en 1999. Jusqu'au début des années 2000, l'UDC s'est développée presque uniquement dans les cantons alémaniques alors que l'aile paysanne existante dans les cantons romands restait stable. Mais il a fortement progressé en Suisse romande lors des élections fédérales de 2003. À la suite de celles-ci, le , son chef Christoph Blocher est élu au Conseil fédéral au détriment de Ruth Metzler-Arnold du PDC, un parti de centre droit. En imposant Blocher contre la candidate officielle du PDC, l'UDC bouleverse la « formule magique » de mise depuis 1959, c'est-à-dire la règle mathématique régissant la composition du Conseil fédéral avec une logique proportionnelle. Toutefois, cette règle aurait pu être appliqué dès les élections législatives de 1999, année où l'UDC est devenue la première force politique suisse tout en ne disposant au Conseil fédéral que d'un seul siège, alors que le PDC, relégué à la quatrième place, y détenait deux sièges. Blocher prend la tête du Département fédéral de Justice et Police jusqu'au jusqu'à la fin de son mandat. Durant cette période, l'UDC dispose de deux conseillers fédéraux avec Blocher et Samuel Schmid élu en 2000. En 2003, l'UDC obtient avec l'élection de Christoph Blocher un deuxième siège au Conseil fédéral au détriment du PDC.

Le premier parti de Suisse[modifier | modifier le code]

Après les élections de 1999 et de 2003, l'UDC est devenue en octobre 2007 pour la troisième fois le premier parti suisse par le nombre de ses électeurs et a constitué une fois de plus le principal groupe parlementaire fédéral. Obtenant près de 29% des suffrages, l'UDC a réalisé un résultat record qu'aucun autre parti n'a obtenu avant elle depuis l'introduction du système proportionnel[25].

A partir de 2003 l'UDC était représentée avec deux conseillers fédéraux au gouvernement du pays. Mais cette double représentation n'était que de courte durée: le 12 décembre 2007 le PS, les Verts, le PDC et quelques représentants du PRD forment une alliance pour éjecter Christoph Blocher du Conseil fédéral. Ils mettent ainsi fin au système de la concordance[25]. Les élections fédérales d'octobre 2007 voient le parti faire le choix d'une personnalisation de la campagne autour de son conseiller fédéral controversé. Le parti gagne sept sièges au Conseil national (où il détient alors 62 sièges sur 200), avec 29 % des voix, un résultat jamais atteint par un parti depuis celui des radicaux des années 1920. Il en perd cependant un au Conseil des États. À l'issue de ces élections, Ueli Maurer, alors président du parti et l'un des représentants de la tendance zurichoise (lui-même étant Zurichois), manque son entrée au Conseil des États ; il conservera toutefois facilement son siège au Conseil national[27]. Lors de l'élection du Conseil fédéral, survenue le , l'UDC grisonne Eveline Widmer-Schlumpf, qui n'était pas officiellement candidate pour ce poste, est élue en lieu et place de Christoph Blocher grâce à une alliance entre le Parti socialiste, des Verts et du PDC[28]. Le lendemain, Widmer-Schlumpf confirme qu'elle accepte d'intégrer le Conseil fédéral[29]. Le parti annonce le jour même qu'il entre alors dans une stratégie d'opposition au niveau fédéral[30] même si celle-ci ne fait pas l'unanimité dans ses rangs[31]. C'est pourquoi le groupe parlementaire UDC décide d'exclure la section grisonne après que celle-ci a confirmé son soutien à son ancienne conseillère d'État ; Samuel Schmid était déjà exclu pour sa part de toutes les commissions du parti depuis sa propre élection[réf. nécessaire].

Par la suite, deux partis sont créés aux Grisons : le Bürgerliche Partei Schweiz, formé le en tant que première section de ce qui devrait devenir le Parti bourgeois-démocratique (Bürgerlich-Demokratische Partei Schweiz) et auquel Widmer-Schlumpf se rallie[32], et la nouvelle section de l'UDC grisonne soutenant la ligne du parti national. Le , un autre parti dissident de l'UDC est créé dans le canton de Berne : le Bürgerlich-Demokratische Partei Bern auquel Samuel Schmid annonce se rallier[33]. L'UDC se retrouve ainsi privé de facto de ses deux sièges au Conseil fédéral jusqu'à l'élection, le , d'Ueli Maurer en remplacement de Samuel Schmid.

En élisant le 10 décembre 2008 Ueli Maurer au Conseil fédéral, le Parlement fait un premier pas vers le rétablissement de la concordance. Compte tenu de sa part aux suffrages, le parti reste cependant largement sous-représenté au Conseil fédéral. Avec l'élection de Guy Parmelin en décembre 2015, l'équilibre est à peu près rétabli[25].

Positionnement[modifier | modifier le code]

Ancien logo de l'Union démocratique du centre.
Positionnement politique de l'UDC en 2007.

L'UDC possède une aile conservatrice, dont les conseillers fédéraux Samuel Schmid et Eveline Widmer-Schlumpf faisaient partie jusqu'à leur départ[34], et une aile souverainiste. L'aile conservatrice, aussi appelée « aile paysanne », est notamment représentée par la puissante section cantonale de Berne ainsi que par celles des Grisons, de Thurgovie et par certaines sections romandes. L'aile souverainiste, aussi appelée « aile zurichoise » — son leader Christoph Blocher et Ueli Maurer de Zurich en font partie — occupe une grande partie du débat politique et tend à supplanter l'aile modérée. L'UDC est fréquemment qualifiée de xénophobe[35],[36],[37],[38] mais aussi de « droite dure » ou parfois de « nationaliste » en Suisse ainsi que par une partie de la classe politique européenne et des médias étrangers[38],[39],[40], de populiste[41] ou d'extrême droite[3],[4],[5],[6].

Parmi les thèmes souvent mis en avant par l'UDC, on trouve l'immigration, l'indépendance nationale, la neutralité suisse et la réduction du poids de l'État.

Dans le domaine de l'immigration, la stratégie de l'UDC passe par le lancement ou le soutien régulier à des objets référendaires ayant pour thèmes l'immigration[42],[43], les naturalisations[44], le droit d'asile[45],[46], la limitation des aides sociales, etc. Ses positions et parfois ses méthodes de campagne lui valent de fréquentes accusations de xénophobie[35],[38]. Ainsi, le ministère public du canton du Valais a demandé le au juge d'instruction cantonal d'ouvrir une enquête pour incitation à la haine raciale contre l'UDC valaisanne qui a publié une affiche affublée du slogan : « Utilisez vos têtes ! » sur fond de musulmans prosternés devant le Palais fédéral[47],[48],[49]. Toutefois, l'affiche a été considérée comme non discriminatoire par la plus haute juridiction suisse, le Tribunal fédéral[50]. De manière générale, alors que les cercles libéraux étaient d'emblée opposés à la norme anti-raciste[51], l'UDC comme son leader Christoph Blocher (convaincu en son temps par Sigi Feigel (en), président de la communauté israélite de Zurich[52]) se sont d'abord prononcé en faveur de la norme anti-raciste[53], l'article 261 bis du Code pénal suisse, qui punit la discrimination raciale comme la négation du crime de génocide. Puis à la lumière de son application, le parti a demandé son abrogation ou sa révision au nom de la liberté d'expression[54],[55].

Afin de préserver ce qu'il considère l'indépendance nationale, l'UDC lutte contre les rapprochements avec des organisations internationales, notamment l'Union européenne[56]. Elle lutte également pour promouvoir sa vision de la neutralité suisse, refusant notamment l'envoi de soldats suisses à l'étranger. L'UDC a lutté avec succès contre l'adhésion de la Suisse à l'Espace économique européen, refusée par référendum le . Depuis, la mise en place de multiples accords bilatéraux ont su largement contourner cet isolationnisme : le parti s'est d'abord opposé à cette voie avant de se raviser en abandonnant le lancement d'un référendum contre l'extension de ces accords en 2008. Malgré tout, la victoire électorale de 1992 a donné au parti une place importante dans le débat politique national. En 2002, sa lutte contre l'adhésion de la Suisse à l'Organisation des Nations unies a également échoué. Cette position isolationniste est appelée Alleingang (de), soit la « voie solitaire ».

L'UDC considère que le développement de l'Etat-providence doit être limité. Elle s'oppose de manière générale aux hausses d'impôts et aux nouvelles taxes.

Lignes politiques[modifier | modifier le code]

Les lignes directrices de l'UDC sont les suivantes[57][réf. à confirmer]:

  • conservation de la neutralité
    • contre l'adhésion et la collaboration de la Suisse à l'OTAN
    • contre l'adhésion de la Suisse à l'Union européenne
    • contre la collaboration avec l'ONU (dont la Suisse est membre)
  • pour une politique d'asile restrictive
    • contre une naturalisation automatique des étrangers de la troisième génération
    • contre les abus en matière d'asile
  • pour la sauvegarde de la famille traditionnelle
    • contre des subventions versées aux familles pour les frais de crèches
    • contre l'égalité de traitement des partenaires enregistrés par rapport aux couples mariés en matière d'impôt sur les successions et donations (votation du dans le canton de Genève)[58]
  • conservation de l'armée suisse sous sa forme traditionnelle (armée de milice)
    • contre les missions à l'étranger (maintien de la paix, au Kosovo par exemple)
  • pour une sécurité intérieure accrue (police)
  • pour une baisse des impôts et des dépenses de l'État

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections au Conseil national[modifier | modifier le code]

Année Députés Votes Rang
Voix %
1971
23 / 200
220 487 11,1 4e
1975
21 / 200
192 053 9,9 4e
1979
23 / 200
212 705 11,6 4e
1983
23 / 200
217 166 11,1 4e
1987
25 / 200
213 253 11,0 4e
1991
25 / 200
243 268 11,9 4e
1995
29 / 200
283 902 14,9 4e
1999
44 / 200
440 159 22,6 1er
2003
55 / 200
560 750 26,7 1er
2007
62 / 200
672 562 28,9 1er
2011
54 / 200
648 675 26,6 1er
2015
65 / 200
740 954 29,4 1er
2019
53 / 200
620 343 25,6 1er

Élections au Conseil des États[modifier | modifier le code]

Année Sièges Rang
1971
5 / 44
3e
1975
5 / 44
3e
1979
5 / 46
4e
1983
5 / 46
4e
1987
4 / 46
4e
1991
4 / 46
3e
1995
5 / 46
3e
1999
7 / 46
3e
2003
8 / 46
4e
2007
8 / 46
4e
2011
5 / 46
4e
2015
5 / 46
4e
2019
6 / 46
4e

Initiatives populaires lancées par l'UDC[modifier | modifier le code]

Ayant fait l'objet d'une votation

L'initiative populaire « Contre la construction de minarets », acceptée par le peuple et les cantons le , n'a pas été lancée par l'UDC, mais par le Comité d'Egerkingen composé essentiellement de personnalités membres de l'UDC.

Publications[modifier | modifier le code]

Franc-parler
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Langue français
Périodicité mensuel
Genre Politique
Diffusion 10 000 ex. (novembre 2011)
Éditeur Michèle Berger, Kevin Grangier, Patrice Piquerez
Ville d’édition Berne

Propriétaire Stiftung SVP-Parteizeitung
Site web https://www.udc.ch/parti/publikationen/journal-du-parti/

L'UDC publie le mensuel Franc-parler (en français), ainsi que le pendant alémanique Klartext. Elle publie également le mensuel des Jeunes UDC L'Idée et son pendant alémanique Die Idee.

Personnalités contemporaines[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le , la section grisonne de l'UDC, dont Eveline Widmer-Schlumpf est membre, est exclue de l'UDC suisse. Le , les délégués de la section décident de changer de nom pour prendre celui de Bürgerliche Partei Schweiz, formant ainsi la première section de ce qui devrait devenir le Bürgerlich-Demokratische Partei Schweiz.
    « Un nouveau parti bourgeois sur la scène politique », sur .swissinfo.ch,
  2. Le , 225 délégués de la section bernoise de l'UDC, dont Monsieur Schmid est membre, décident de faire scission pour former le Bürgerlich-Demokratische Partei, formant ainsi la seconde section après celle des Grisons de ce qui devrait devenir le Bürgerlich-Demokratische Partei Schweiz. Samuel Schmid confirme dans une déclaration vouloir adhérer au nouveau parti. « Article Swissinfo »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) consulté le 29 juin 2008.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Gruppe Gays in der SVP », sur gaysvp.ch (consulté le 8 mai 2017).
  2. a b et c (en) Wolfram Nordsieck, « Switzerland », sur parties-and-elections.eu (consulté le 24 juillet 2015).
  3. a et b Marc Deleplace, Les discours de la haine : récits et discours de la passion dans la cité, Presses universitaires du Septentrion, , p. 321.
  4. a et b Jean-Guy Prévost, L'extrême droite en Europe: France, Autriche, Italie, Editions Fides, , p. 11.
  5. a et b Pierre Blaise et Patrick Moreau (dir.), « Suisse » et « UDC » Extrême droite et national-populisme en Europe de l'Ouest: analyse par pays et approches transversales, CRISP, Belgique, 2004
  6. a et b Marcel Burger, Gilles Lugrin, Raphaël Micheli et Stéphanie Pahud, « Linguistiques et manipulation. Le cas d'une campagne de l'extrême droite en Suisse », Mots, no 86,‎ (lire en ligne).
  7. (en) « Switzerland election: Victory for nationalist Swiss People's Party », Belfast Telegraph (en),‎ (lire en ligne).
  8. Geden 2006, p. 95.
  9. Skenderovic 2009, p. 9, 123–172.
  10. (en) Switzerland: Selected Issues (EPub), International Monetary Fund, , 97– p. (ISBN 978-1-4527-0409-8, lire en ligne).
  11. (en) Svante Ersson et Jan-Erik Lane, Politics and Society in Western Europe, SAGE, , 108– p. (ISBN 978-0-7619-5862-8, lire en ligne).
  12. (en) Aleks Szczerbiak et Paul Taggart, Opposing Europe?: The Comparative Party Politics of Euroscepticism: Volume 2: Comparative and Theoretical Perspectives, Oxford University Press, , 70– p. (ISBN 978-0-19-925835-2, lire en ligne).
  13. (en) Alexandre Afonso, « What does the Swiss immigration vote mean for Britain and the European Union? », Political Studies Association.
  14. (en) « Anti-immigration SVP wins Swiss election in big swing to right », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2015).
  15. Skenderovic 2009, p. 124, 131, 156, 168.
  16. « Switzerland - Political parties », Norwegian Centre for Research Data (en) (consulté le 27 mars 2019)
  17. Peri Bearman et Rudolph Peters, The Ashgate Research Companion to Islamic Law, Ashgate Publishing, (ISBN 1472403711, lire en ligne), p. 261
  18. (en) The Swiss Confederation — A Brief Guide, Federal Chancellery, , PDF (lire en ligne), p. 18.
  19. Répartition des mandats par parti Elections au Conseil national de 1971 à 2011 « Copie archivée » (version du 18 juin 2018 sur l'Internet Archive), Office fédéral de la statistique, consulté le 10.12.2016
  20. Répartition des mandats par parti 1971 à 2011 « Copie archivée » (version du 18 juin 2018 sur l'Internet Archive), Office fédéral de la statistique, consulté le 10.12.2016
  21. « Élections aux parlements cantonaux », sur bfs.admin.ch (consulté le 23 avril 2020).
  22. « Élections aux gouvernements cantonaux », sur bfs.admin.ch (consulté le 23 avril 2020).
  23. « Statistiques des villes suisses - Chapitre politique » [PDF], sur uniondesvilles.ch (consulté le 13 avril 2017).
  24. En allemand et en romanche la traduction littérale est « Parti populaire suisse »
  25. a b c d e f g h i j et k Damir Skenderovic, « Union démocratique du centre (UDC) », Dictionnaire historique de la Suisse,‎ (lire en ligne)
  26. « Communiqué de presse »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), premiers résultats de l'étude Selects des Universités de Berne, Genève et Zurich, .
  27. Il s'incline face à la verte libérale Verena Diener.
  28. « La gifle pour Christoph Blocher », 24 heures
  29. « L'instantané RSR », sur rsr.ch.
  30. « L'UDC fixe les contours de son opposition », sur rsr.ch.
  31. « L'opposition divise au sein de l'UDC », sur rsr.ch.
  32. « Un nouveau parti bourgeois sur la scène politique », sur swissinfo.ch (consulté le 29 juin 2008).
  33. « Les dissidents bernois créent le Bürgerlich-Demokratische Partei », sur swissinfo.ch (consulté le 29 juin 2008).
  34. « Parti bourgeois démocratique PBD », sur swissinfo.ch, (consulté le 3 février 2016).
  35. a et b The Independent, cité par L'Hebdo du , p. 20.
  36. Le Temps ([1])
  37. « L'UDC et la question sociale », sur Anarchist News Service, .
  38. a b et c « Une droite dure aux portes du pouvoir suisse », sur Le Monde diplomatique, (consulté le 14 décembre 2015).
  39. « site de campagne »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) de la Jeunesse socialiste suisse
  40. Philippe Bach, « Les partis regardent amusés l'extrême droite se disputer », Le Courrier,‎ (lire en ligne).
  41. « La presse étrangère souligne la force de la droite populiste », sur Le Matin, .
  42. Initiative no 432 « Contre l'immigration clandestine » (1996)
  43. Initiative populaire fédérale no 467 « pour une réglementation de l'immigration » (2000)
  44. Initiative no 532 « Pour des naturalisations démocratiques » (2008)
  45. Initiative populaire no 491 « contre les abus dans le droit d'asile » (2002)
  46. « Pour le renvoi des étrangers criminels (initiative sur le renvoi) » (2008, déposée mais non votée)
  47. « Le Matin, l'actualité en direct: Suisse, sports, people, faits divers, politique, économie, techno, auto », sur www.lematin.ch.
  48. « Le Temps », sur letemps.ch.
  49. « La campagne sous surveillance judiciaire? - UDC Valais Romand », sur www.udc-valais.ch.
  50. Article de la Tribune de Genève du 28 avril 2009
  51. Daniel, « BlogAsile: A cet article 261 bis », sur cscps-10.blogspot.com, .
  52. « SVP-Fraktion gegen Rassismus-Strafnorm », sur israswiss.net.
  53. « La petite histoire de la Loi Muselière - Altermedia Suisse » [archive du ], sur altermedia.info.
  54. « Franc-parler mai 2016 », sur udc.ch.
  55. (de) « Menschenrechte Schweiz », sur www.humanrights.ch (consulté le 22 février 2019).
  56. « http://www.udc.ch/file/Plattform_franz.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  57. « programme du parti » [archive du ], sur udc.ch.
  58. Brochure de votation officielle « Copie archivée » (version du 18 juin 2018 sur l'Internet Archive), p. 7 et suivantes (contenu du projet soumis au vote) et p. 32 pour la position de l'UDC Genève. Les affiches de ce parti, faisant référence aux « pacsés inféconds et aisés » ont fait scandale et suscité une large réprobation.
  59. « Votation n° 491 Tableau récapitulatif », sur Chancellerie fédérale (consulté le 30 mars 2010).
  60. « Votation n° 532 Tableau récapitulatif », sur Chancellerie fédérale (consulté le 31 mai 2010).
  61. « Votation n° 552 Tableau récapitulatif », sur Chancellerie fédérale (consulté le 28 novembre 2010).
  62. « «Initiative populaire fédérale 'Election du Conseil fédéral par le peuple"» | Chancellerie fédérale », sur Chancellerie fédérale (consulté le 2 février 2016).
  63. « Initiative populaire fédérale 'Initiative pour les familles: déductions fiscales aussi pour les parents qui gardent eux-mêmes leurs enfants' », sur Chancellerie fédérale (consulté le 2 février 2016).
  64. « L'UDC dépose son initiative "contre l'immigration de masse" », sur www.romandie.com, (consulté le 13 novembre 2015).
  65. « La Suisse n'a pas eu peur pour son or », sur swissinfo.ch, (consulté le 2 février 2016).
  66. « Votation no 597 - Résultats finaux officiels provisoires », sur www.admin.ch (consulté le 29 février 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Union démocratique du centre.

Sur les autres projets Wikimedia :