Aubonne (Vaud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aubonne
Aubonne (Vaud)
Vue de la ville d'Aubonne.
Blason de Aubonne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Morges
Communes limitrophes Saint-Livres, Lavigny, Étoy, Allaman, Féchy, Gimel, Montherod
Syndic Luc-Etienne Rossier
NPA 1170
N° OFS 5422
Démographie
Gentilé Aubonnois
Population
permanente
3 242 hab. (31 décembre 2018)
Densité 472 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 29′ 42″ nord, 6° 23′ 28″ est
Altitude 517 m
Superficie 6,87 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Aubonne
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Aubonne
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Aubonne
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Aubonne
Liens
Site web www.aubonne.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Aubonne est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Morges qui fait partie de La Côte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de 400 m par Walter Mittelholzer (1919)


Le , la commune de Pizy a fusionné avec la commune d'Aubonne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Vue depuis Saint-Livres.

Aubonne est traversée par la rivière l'Aubonne, qui marque la frontière avec Saint-Livres, Lavigny et Étoy.

Les ruisseaux suivants s'écoulent aussi sur le territoire de la commune : l'Armary, la Malarmary, l'Eau Noire, la Bossenaz, la Grollue et le Roju.

Loisirs[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Triathlon d'Aubonne, chaque année au mois de septembre ;
  • Course à pied Aubonne - Signal de Bougy, chaque année au mois d'avril ;
  • Festival « Regards de Voyages » - Films de voyages projetés au cinéma Rex, chaque année au printemps.
  • Aubonn'Expo, comptoir régional, tous les trois ans (dernière fois en 2018).
  • Abbaye d'Aubonne, tous les trois ans (dernière fois en 2019).
  • Fêtes/festivals au Château (Fêtes du Château, Festival de La Côte en 2005 et 2008, Barbacane en 2011 et Albona Festival en 2018).
  • Aubonne Gourmande, marche à la découverte du terroir régional une fois par année.
  • Aubonn'Apéro, concert et restauration tous les vendredis d'été sous la Grenette au centre du Bourg (monument d'importance nationale).
  • Baz'Art au Château, exposition d'artisanat chaque année en novembre.

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Plusieurs objets situés sur la commune d'Aubonne sont répertoriés comme biens culturels d'importance nationale. Il s'agit du château, du manoir de Bougy (incluant le manège), de l'Hôtel de Ville, de la Maison d'Aspre et de la Poudrerie. La commune compte également les châteaux de Trévelin et d'Es-Bons.

La maison Ville, édifice sur arcades ouvertes construit en 1801-1810, abrite un marché couvert et, à l'étage, les salles de réunion des autorités[3],[4]

Le no 3 de la rue Tavernier conserve le souvenir d'anciennes halles avec passage voûté du XVIe s.[4].

L'hôtel de ville, édifié sur le site de l'ancien hôpital médiéval, a été reconstruit en 1726 par l'architecte Guillaume Delagrange, transformé en 1836 par l'architecte Louis Wenger et converti alors en auberge de la Balance. L'administration des Postes s'y installe en 1896, puis en 1975 certains services communaux réintègrent les lieux. Enfin, après modernisation en 1991-1992, l'immeuble redevient officiellement « hôtel de ville »[4].

Le château d'Es-Bons s'élève dans le bas de la commune d'Aubonne, près d'Allaman, Sa curieuse appellation renvoie sans doute aux puits naturels, fréquents dans ce secteur, que l'on appelait des bons[5]. Le domaine appartient en 1663 à Benjamin Begoz, châtelain d'Aubonne. Bien plus tard, vers 1830, ses descendants y installent une imprimerie qui édite deux journaux d'opinion L'Ami de la Campagne et La Constituante. Le domaine reste dans cette même famille jusqu'en 1857, date à laquelle il est acquis par E. Frossard de Saugy, propriétaire du château de Tartegnin. Esbons passe en 1905 à Jacques Bettems, puis peu après à la famille Streit[6]. La maison de maître, datée 1781, frappe par sa tourelle élancée. Elle est classée en note 3 de l'inventaire architectural cantonal[7].

Entreprises et services[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

  • Merck Serono
  • Société Électrique des Forces de l'Aubonne (SEFA)
  • Outlet Aubonne
  • Boulangerie Stalder
  • Boulangerie de la Fontaine
  • Papeterie d'Aubonne
  • BCV
  • La Poste
  • Durand Mode Masculine
  • Pharmacie du Marché
  • Poudrerie d'Aubonne
  • Denner Satellite
  • Fraich'Our
  • Jean Maurer
  • Boutique Elena
  • Rochat Cycles
  • Alliance Presse[8]

Industrie[modifier | modifier le code]

Hôpitaux[modifier | modifier le code]

  • Hôpital d'Aubonne

Sociétés locales[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • D. Rosset, L'Eschole d'Aulbonne : 1539, [Aubonne] : Collège d'Aubonne et l'Association des anciens élèves, 1977 (1re édition 1942).
  • François L. Colomb, Pascal Lincio, Philippe Guignet, Aubonne : à l'écoute des vieilles pierres, Aubonne : Commune d'Aubonne, cop. 1979.
  • Marcel Biéri, Aubonne et ses environs à la Belle Époque, Genève : Slatkine, 1991.
  • Liliane Desponds Aubonne, courant et lumière : un siècle d'histoire de l'électricité, [éd. par la Société électrique des forces de l'Aubonne] Yens s./Morges : Cabédita, 1995.
  • Rémi Renaud, Aubonne et son district, Aubonne : Impr. du Journal Le Jura vaudois, 1992
  • Guide artistique de la Suisse : Jura, Jura bernois, Neuchâtel, Vaud, Genève, vol. 4a, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , 642 p. (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 287-291 (OCLC 744323002).
  • Laurence Marti, « Gypsiers, tonneliers, charpentiers et domestiques: l'immigration à Aubonne durant le XIXe siècle », Revue historique vaudoise, vol. 125,‎ , p. 13-27 (ISSN 1013-6924).
  • Paul Bissegger, « Élégances progressives : les halles, la maison de commune et l’hôtel de ville d’Aubonne », Monuments vaudois, vol. 10,‎ , p. 47-56 (ISSN 1664-3011).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente au 31 décembre, nouvelle définition, Vaud », sur Statistiques Vaud (consulté le 25 juillet 2019)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Guide artistique de la Suisse : Jura, Jura bernois, Neuchâtel, Vaud, Genève, vol. 4a, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , 642 p. (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 289.
  4. a b et c Paul Bissegger, « Élégances progressives : les halles, la maison de commune et l’hôtel de ville d’Aubonne », Monuments vaudois, vol. 10,‎ , p. 47-56 (ISSN 1664-3011).
  5. Louis Levade, Dictionnaire géographique. Statistique et historique du canton de Vaud, Lausanne, Frères Blanchard, , 448 p.
  6. François L. Colomb, Pascal Lincio, Aubonne : à l'écoute des vieilles pierres, Aubonne 1979, p. 33.
  7. « Fiche de recensement 266 », sur recensementarchitectural.vd.ch
  8. Groupe de presse associatif créé en 1989 et qui publie Christianisme Aujourd'hui, SpirituElles, Just 4U, Quart d'heure pour l'essentiel, Trampoline, Family, Evangéliques.info.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :