Pandémie de Covid-19 au Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pandémie de Covid-19 au Québec
COVID-19 Taux cumulatif (pour 100 000) au Québec.svg
Carte de la propagation de la Covid-19 au Québec en date du 14 juillet 2020.
Cas confirmés par 100 000 :
  • 1 à 49
  • 50 à 99
  • 100 à 249
  • 250 à 499
  • 500 à 999
  • 1 000 à 1 999
  • ≥ 2 000
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Premier cas
Date d'arrivée
Site web
Bilan
Cas confirmés
58 583 (25 juillet 2020)
Cas soignés
50 812 (25 juillet 2020)
Morts
5 667 (25 juillet 2020)

La pandémie de Covid-19 au Québec est une crise sanitaire provoquée par la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19). Cet article décrit l'historique, les conséquences scientifiques, politiques, sociales et économiques de la pandémie dans cette région du monde.

À l'instar d'une bonne partie des États de la planète, le Québec met en place des politiques sanitaires exceptionnelles et prône des comportements-barrière pour l'ensemble de la population. Ainsi, par exemple, des mesures de distanciation physique sont mises en place afin d'aplatir la courbe, anticipée exponentielle, des malades en détresse nécessitant des soins intensifs, soins que ne saurait donner à tous le système hospitalier public et privé de la province.

Le gouvernement a également comme objectif d'augmenter rapidement la capacité de soins du système de santé québécois. Le personnel soignant est donc mobilisé et on procède à l'augmentation des quantités d'équipement de protection contre la maladie, ainsi que du nombre de respirateurs artificiels et de lits médicalisés disponibles. À partir de la mi-mars, la province met également des efforts significatifs sur le dépistage du virus et le confinement des infectés.

Historique[modifier | modifier le code]

Cas de Covid-19 recensés au Québec
    Cas actifs   Guérisons   Décès   

    Fév FévMars MarsAvril AvrilMai MaiJuin JuinJuillet Juillet

Date Nombre cumulatif de cas
1
1 (=)
2 (+100%)
3 (+50%)
3 (=)
4 (+33%)
4 (=)
5 (+25%)
8 (+14%)
13 (+113%)
17 (=)
Vendredi 13 mars 2020: Urgence sanitaire (fermeture écoles et garderies)
24 (+41%)
39 (+63%)
50 (+28%)
74 (+48%)
1
94 (+27%)
1
121 (+29%)
1
139 (+15%)
5
181 (+30%)
5
219 (+21%)
Dimanche 22 mars 2020: Fermeture des restaurants, salons de coiffure, etc.
5
628[Note 1] (+187%)
5
1013 (+66%)
7
1339 (+29%)
9
1629 (+22%)
15
2021 (+24%)
19
2498 (+24%)
19
2840 (+14%)
22
3430 (+21%)
28
4162 (+21%)
30
4611 (+11%)
33
5518 (+20%)
58
6101 (+11%)
72
6997 (+15%)
94
7944 (+19%)
121
8580 (+8%)
150
9340 (+9%)
175
10031 (+7%)
216
10912 (+9%)
241
11677 (+7%)
289
12292 (+5%)
328
12846 (+5%)
360
13557 (+6%)
435
14248 (+5%)
487
14860 (+4%)
630[Note 2]
15857 (+7%)
688
16798 (+6%)
805
17521 (+4%)
877
18357 (+5%)
939
19319 (+5%)
1041
20126 (+4%)
1134
20965 (+4%)
1243
21838 (+4%)
1340
22616 (+4%)
1446
23267 (+3%)
1518
24107 (+4%)
1599
24982 (+4%)
1682
25757 (+3%)
1761
26594 (+3%)
1859
27538 (+3%)
2022
28648 (+4%)
2136
29656 (+4%)
2205
31865 (+7%[Note 3])
2280
32623 (+2%)
Lundi 4 mai 2020: Ouverture des magasins hors de Montréal
2398
33417 (+2%)
2510
34327 (+3%)
2631
35238 (+3%)
2725
36150 (+3%)
2786
36986 (+2%)
2928
37721 (+2%)
Lundi 10 mai 2020: Ouverture garderies et écoles primaires hors de Montréal
3013
38469 (+2%)
3131
39225 (+2%)
3220
39931 (+1,80%)
3351
40724 (+1,99%)
3401
41420 (+1,71%)
3483
42183 (+1,84%)
3562
42920 (+1,75%)
3596
43627 (+1,65%)
3647
44197 (+1,31%)
3718
44775 (+1,31%)
3800
45495 (+1,61%)
3865
46141 (+1,42%)
3940
46836 (+1,51%)
3984
47411 (+1,22%)
4069
47984 (+1,21%)
Lundi 25 mai 2020: Ouverture des magasins à Montréal
4139
48598 (+1,28%)
4228
49139 (+1,11%)
4302
49702 (+1,15%)
4363
50232 (+1,07%)
4439
50651 (+0,83%)
4641[Note 4]
51059 (+0,81%)
4661
51354 (+0,58%)
Lundi 1er juin 2020: Ouverture des garderies à Montréal
Ouverture des centres d'achats et services de soins personnels hors de Montréal
4713
51593 (+0,47%)
4794
51884 (+0,56%)
4885
52143 (+0,50%)
4935
52398 (+0,49%)
4970
52624 (+0,43%)
4978
52849 (+0,43%)
4984
53047 (+0,37%)
5029
53185 (+0,26%)
5081
53342 (+0,29%)
5105
53485 (+0,27%)
5148
53666 (+0,34%)
5195
53824 (+0,29%)
5222
53952 (+0,24%)
5242
54054 (+0,19%)
Lundi 15 juin 2020: Ouverture des restaurants hors de Montréal
5269
54146 (+0,17%)
5298
54263 (+0,22%)
5340
54383 (+0,22%)
5375
54550 (+0,31%)
5408
54674 (+0,23%)
5417
54766 (+0,17%)
5417
54835 (+0,13%)
5424
54884 (+0,09%)
5441
54937 (+0,10%)
5448
55079 (+0,26%)
Jeudi 25 juin 2020: Déconfinement
5455
55156 (+0,14%)
5472
55241 (+0,15%)
5478
55318 (+0,14%)
5485
55390 (+0,13%)
5503
55458 (+0,12%)
5527
55524 (+0,14%)
5541
55593 (+0,12%)
5560
55682 (+0,16%)
5566
55784 (+0,18%)
5574
55863 (+0,14%)
5577
55937 (+0,13%)
5590
55997 (+0,11%)
5603
56079 (+0,15%)
5609
56216 (+0,24%)
5612
56316 (+0,18%)
5620
56407 (+0,16%)
5627
56521 (+0,20%)
5628
56621 (+0,18%)
5633
56730 (+0,19%)
5636
56859 (+0,23%)
5646
57001 (+0,25%)
[Note 5] 5647
57142 (+0,25%)
5654
57300 (+0,28%)
Samedi 18 juillet 2020: Port du masque obligatoire dans les lieux publics intérieurs
5655
57466 (+0,29%)
5657
57616 (+0,26%)
5658
57796 (+0,31%)
5662
57938 (+0,25%)
5662
58080 (+0,25%)
5663
58243 (+0,28%)
5666
58414 (+0,29%)
5667
58583 (+0,29%)

Nombre de décès.

  1. Le bond important des résultats positifs le 23 mars correspond à une directive selon laquelle les tests ACP locaux effectués par les hôpitaux désignés n'ont plus besoin d'être cas actifs par le laboratoire de santé publique. Auparavant, les tests cas actifs uniquement dans les hôpitaux désignés étaient considérés comme "présumés" plutôt que "cas actifs".
  2. L'augmentation du nombre de décès le 16 avril est causé par un changement de méthodologie et au temps nécessaire pour effectuer les enquêtes épidémiologiques.
  3. L'importante augmentation du nombre de cas le 3 mai comprend l'augmentation par rapport à la veille (892 nouveaux cas) et 1 317 cas d'avril qui n'avaient pas encore été comptabilisés en raison d'un problème technique.
  4. 37 nouveaux décès ont été recensés le 30 mai; cependant, à ce nombre, il faut aussi en ajouter 165 autres, qui n’avaient pas été comptabilisés auparavant en raison d’un problème de transmission de données.
  5. Depuis le 17 juillet 2020, une nouvelle définition permet de mieux estimer le nombre de personnes rétablies. Cela entraîne une augmentation importante du nombre de personnes rétablies et, par conséquent, une baisse importante du nombre de cas actifs.


Nombre de cas par région au 20 juillet 2020                   
v · d · m

Les régions entre crochets sont celles avec des barrages policiers et/ou avec un accès restreint aux déplacements non essentiels vers ces régions.


Premier cas[modifier | modifier le code]

Le , un premier cas est détecté au Québec et officiellement confirmé le lendemain. Il s'agit de celui d'une femme de retour de voyage en Iran, pays fortement touché par la maladie. Par la suite, les cas se multiplient dans la région de Montréal, qui devient l'épicentre de la maladie au pays. Rapidement, on note également une éclosion significative dans la région de l'Estrie, éclosion qui laisse croire que le virus avait déjà voyagé sur le territoire avant que le premier cas officiel ne soit annoncé.

Conférences de presse[modifier | modifier le code]

Le , accompagné de la ministre de la santé Danielle McCann et du directeur national de la santé publique du Québec Horacio Arruda, le premier ministre du Québec François Legault tient une première conférence de presse pour annoncer des mesures exceptionnelles pour lutter contre la pandémie. Le lendemain, toujours en conférence de presse, Legault annonce la fermeture des écoles, cégeps et universités de la province et le Québec devient la première province à déclarer l'état d'urgence sanitaire.

Tout au long de la pandémie, le trio Legault-McCann-Arruda fait différentes annonces, notamment sur les mesures mises en place par les autorités de Santé publique, lors d'un point de presse quotidien, à 13 h. À partir de la mi-avril, les points de presse sont faits du lundi au vendredi, prenant congé la fin de semaine. Ces conférences de presse deviendront un rendez-vous télévisuel pour les Québécois, atteignant des cotes d'écoute de plus de 2 millions de téléspectateurs[1]. Initialement, c'était à cette même heure (13 h) qu'étaient diffusés les chiffres mis à jour sur l'évolution de l'épidémie; en mai, le moment de cette diffusion change pour 11 h. Le , constatant une certaine stabilisation dans le nombre de nouveaux cas, et afin d'avoir des données plus stables, car cela peut prendre plusieurs jours avant de comptabiliser les cas, le gouvernement annonce que les bilans de la Covid-19 au Québec passeront de quotidien à hebdomadaire[2]. Le lendemain, devant les protestations, le gouvernement fait volte-face et le nouveau ministre de la Santé, Christian Dubé, annonce que les bilans resteront quotidiens[3].

Peu de temps après, le gouvernement fédéral adopte des mesures de quarantaine aux frontières aériennes, terrestres et maritimes du pays, dont plusieurs traversent la province. Quant à elles, les différentes municipalités du Québec mettront également en place des mesures variées. La réponse de la population québécoise aux directives données par les différents paliers de gouvernement est l'une des meilleures en Amérique du Nord[4].

Conséquences par sujet[modifier | modifier le code]

Le Québec n'a pas été frappé par une pandémie de cette ampleur depuis la grippe espagnole, il y a plus d'un siècle. Les acquis sociétaux de ce genre de situations se sont dissipés avec le temps. Ainsi, l'évolution exponentielle de la menace, conjuguée au fait que les malades asymptomatiques semblent pouvoir transmettre la maladie, ont fait en sorte que la société québécoise a été frappée par surprise et de plein fouet[5]. Les impacts sont à de multiples niveaux : santé, politiques, légaux, sociaux, économiques, scientifiques, etc.

Santé[modifier | modifier le code]

Par rapport au reste de l'Occident, le Québec bénéficie d'une arrivée tardive de la maladie sur son territoire, de sorte que des mesures de santé publique ont pu rapidement être mises en place afin d'endiguer la maladie. L'état d'urgence sanitaire est déclaré le , ce qui donne des pouvoirs étendus à la ministre de la Santé et des Services sociaux.
Les autorités de la santé publique suivent les directives de l'OMS et mettent en place des cliniques de dépistage du virus afin de mieux détecter, suivre et isoler les cas. À la fin mars, le premier ministre du Québec affirme que la province est « [...] un des endroits au monde où on teste le plus »[6].
Le système de santé québécois est également adapté en prévision d'une vague de patients contagieux nécessitant des soins hospitaliers significatifs. On tente ainsi d'acquérir le plus rapidement possible de l'équipement de protection, d'établir des zones "chaudes" et "froides" dans les hôpitaux et d'augmenter le nombre de lits médicalisés. Des milliers de lits d'hôtels sont également réservés en cas de débordements des hôpitaux[7].

Les hôpitaux répondent relativement bien aux besoins à ce niveau, ce qui n'est cependant pas le cas des centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), demeurés dans l'angle mort des autorités sanitaires et dont environ le quart des établissements a recensé au moins un cas de Covid-19 parmi les patients ou le personnel au début du mois d'avril.

Économiques[modifier | modifier le code]

Comme partout où le confinement est déployé, la crise entraîne des impacts majeurs sur l'économie du Québec. La crise de la Covid-19 a engendré la fermeture de près de 40 % de l’économie québécoise. Le taux de chômage y est le plus élevé au Canada, atteignant 17 % au début mai, une première depuis 1976[8]. 800 000 travailleurs ont été mis à pied, et le déficit prévu pour l'année 2020 est de 14,9 milliards de dollars. Ce déficit est, en dollars constants, le pire depuis la Seconde Guerre mondiale[9].

Au début du mois de juin, le chômage recule de 3,3 % pour s'établir à 13,7 %, avec l'ajout de 231 000 emplois d'avril à mai. Le Québec a la plus forte croissance d'emploi de la fédération canadienne, récupérant environ 30% de la baisse enregistrée entre mars et avril[10] .

Le redéploiement des chômeurs dans d'autres domaines économiques vivant une pénurie de main d'œuvre (de) est difficile[11].

Tant les représentants du secteur privé[12] que du gouvernement du Québec[13] accusent la prestation canadienne d'urgence (PCU) de nuire à l'effort, surtout dans le secteur du commerce de détails et auprès des étudiants[14],[15],[16]. La situation engendre une certaine mésentente entre Ottawa et des provinces[17].

Commerce[modifier | modifier le code]

File d'attente à la SAQ lors de la pandémie de Covid-19 à Montréal

Dès la fin mars, les grandes chaînes d’alimentation au Québec installent des panneaux de plexiglas près des caisses pour protéger leurs employés[18]. L'initiative est appliquée dans la plupart des commerces du Québec qui rouvrent lors du déconfinement graduel en mai.

Plusieurs limitent le nombre de clients à l'intérieur de leurs bâtiments, ce qui engendre des files d'attente significatives devant plusieurs commerces[19]. Ils installent également une signalisation, dont notamment des marques au sol, afin d'aider les consommateurs à respecter une distanciation physique d'au moins 2 mètres entre les individus.

Au début du mois de juin, lors de la réouverture des commerces non-essentiels, des frais COVID sont instaurés par certains commercants. Des salons de coiffure augmentent leurs prix de 10 % à 15 %, alors que des dentistes ajoutent des frais d'asepsie allant de 10 $ à 50 $[20],[21].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Les pertes d'emplois dans la province comprennent le Cirque du Soleil, qui met 2 600 personnes à pied[22]. Celui-ci est refinancé à hauteur de 200 millions dollars américains (USD) par ses actionnaires et le gouvernement québécois[23].

Le , les six quotidiens régionaux de la Coopérative nationale de l'information indépendante, ce qui comprend notamment Le Soleil, Le Droit et Le Quotidien, met à pied la moitié de son personnel et cesse de faire paraître son édition papier sur semaine[24]. Cette dernière mesure deviendra permanente le [25].

Le , Tricots Liesse annonce qu'elle prévoit de ramener une centaine de travailleurs licenciés pour produire des blouses médicales pour le ministre de la Santé et des Services sociaux[26].

Le , le Groupe Aldo, présent dans le monde de la chaussures par ses boutiques Aldo, Boutiques Spring et Globo demandent aux tribunaux la protection de leurs créanciers. Accumulant une dette de près de 300 millions de dollars. La pandémie a aggravé la situation, puisque les magasins fermés ne génèrent aucune vente. Aldo s’attend en outre à une diminution des royautés versées par ses franchisés dans les prochains mois et à une baisse de ses ventes en gros[27].

Le , Bombardier Aéronautique annonce le licenciement de 2 500 personnes d'ici la fin juin, dont 1 500 postes au Québec. Certains experts prévoient une chute de 35 % des livraisons pour Bombardier en 2020. Le gouvernement du Québec indique qu'il pourrait venir en aide à Bombardier, mais que cela serait accompagnée de certaines conditions[28].

Le , le Cirque du Soleil annonce qu'elle se place à l'abris de ses créanciers afin de tenter de se restructurer[29].

Le , la chaîne québécoise de vêtement Tristan demande la protection contre ses créanciers[30].

Agro-alimentaire[modifier | modifier le code]

L'industrie agro-alimentaire québécoise doit s'adapter à la crise, notamment à la fluctuation de l'offre et la demande engendrée par la fermeture des restaurants, installations sportives, hôtels et traiteurs. Ainsi, par exemple, en avril et mai, des centaines de milliers de litres de lait et de poussins, ainsi que des millions d’œufs, ont dû être détruits, faute de débouchés[31],[32].

La crise menace également plusieurs récoltes de la province en raison du manque de travailleurs saisonniers étrangers engendré par la restriction des déplacements internationaux[33] et l'isolement des travailleurs infectés[34]. Ils sont normalement environ 16 000 à venir prêter main forte aux agriculteurs du Québec à chaque année, pour la plupart en provenance du Mexique ou d'Amérique centrale[35].

Le , le ministre de l'Agriculture André Lamontagne, accompagné du ministre du Travail Jean Boulet, annonce un incitatif financier hebdomadaire de 100 dollars canadiens (CAD) qui sera donné à chaque personne qui effectuera au moins 25 heures par semaine aux champs[36]. Le gouvernement espère ainsi attirer près de 8 500 travailleurs. Le , on annonce que 2 300 volontaires se sont manifestés[37]. Malgré cela, un mois plus tard, une bonne partie de la récolte des asperges doit être détruite faute d'avoir été cueillie[38]. Même chose pour les fraises au début juin[39].

Transport interurbain[modifier | modifier le code]

Le , la Fédération des transporteurs par autobus (FTA) annonce que devant la baisse d'achalandage, les transporteurs interurbains qui en sont membres cessent le service interrégional. La FTA indique également qu'une aide gouvernementale permettrait une reprise plus rapide du service[40].

Le , un programme de 8,2 millions de dollars est mis en place pour aider le secteur du transport interurbain[41]. À la suite de cette annonce, Orléans Express remet en fonction ses liaisons Montréal-Québec le [42], et celles vers les autres centres régionaux une semaine plus tard, le [43]. D'abord limité à 14, le nombre de passagers est par la suite augmenté à 24[44].

Consignes[modifier | modifier le code]

À la suite du rappel du gouvernement du Québec de l'obligation des marchands d'organiser la collecte des contenants consignés, certaines entreprises, comme ce IGA à Montréal, mettent en place des stations de collecte dans leur stationnement.

Du début du confinement jusqu'à la mi-mai, les dépanneurs et épicerie du Québec refusent le retour des contenants consignés. Ce comportement, bien qu'illégal, est justifié par l'Association des détaillants en alimentation du Québec par les risques sanitaires qu'entraînerait cette collecte, de même que l'impossibilité de faire respecter les conditions sécuritaires de gouvernement. Les brasseurs du Québec doivent utiliser plus de bouteille de verre neuve qu'habituellement, ce qui cause une augmentation de leurs coûts[45].

Le , le ministre de l'environnment Benoit Charette annonce qu'une entente avec les dépanneurs, épiceries, Recyc-Québec et les brasseurs a été conclu pour reprendre progressivement les contenants consignés. Débutant la semaine du , les contenants seront repris à l'extérieur des commerces, là où c'est possible, ou encore lors d'opération de collecte ponctuelle dans des endroits désignés. Les bouteilles de verre, qui sont réutilisées plutôt que récupérés, pourraient être priorisées[46]. Cette initiative ne satisfait pas les besoins des grands brasseurs qui, une semaine plus tard, se plaignent que leur besoin en bouteilles ne sont pas comblés[47].

Le , devant la reprise limitée des contenants malgré l'entente conclue le , RECYC-QUÉBEC annonce qu'il impose la collecte standard des contenants consignés dès le à l'extérieur de Montréal, et dès le pour Montréal[48],[49].

Politiques[modifier | modifier le code]

Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Aucune séance de l'Assemblée nationale du Québec n'a lieu avant le .

Le , de concert avec les chefs de groupes parlementaires, le président de l'Assemblée nationale, François Paradis, annonce que l'Assemblée nationale suspend l'accès du bâtiment de l'Assemblée nationale aux visiteurs en raison de la Covid-19. Les mesures entrent en vigueur dès le lendemain[50].

Le , les travaux parlementaires sont ajournés jusqu'au mardi [51].

Le , Simon Jolin-Barrette, leader parlementaire du gouvernement, annonce la prolongation de la suspension des travaux de l'Assemblée nationale jusqu'au . Il y aura cependant des commissions parlementaires virtuelles, une première historique[52], au cours desquelles les élus pourront poser des questions aux ministres du gouvernement. Ces commissions se tiendront du 24 avril au 1er mai[53].

Le a lieu la reprise des travaux à l'Assemblée nationale. Seuls 36 des 125 députés peuvent siéger dans le Salon bleu, avec une distance minimale de 2 mètres entre chacun d'eux[54]. Le drapeau du Québec est en berne de l'aube au crépuscule en mémoire aux victimes de la pandémie[55].

Projet de loi 61[modifier | modifier le code]

Le , le gouvernement Legault dépose le projet de loi 61, un projet de loi omnibus visant à faciliter la relance de l'économie québécoise. Portant surtout sur l'accélération de 202 travaux d'infrastructures, le projet inclut une mesure allégée d'expropriation et une accélération des consultations populaires du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement. Le projet de loi permettrait également au gouvernement de prolonger l'état d'urgence sanitaire aussi longtemps qu'il le désire. Ce projet est salué par le Conseil du patronat, alors que les partis d'opposition craignent les risques de collusion[56].

Le projet de loi doit être adopté dans les 10 jours suivant son dépôt, et doit obtenir l'unanimité du parlement en raison de son dépôt tardif[57]. François Legault a indiqué que son gouvernement n'utiliserait pas le bâillon pour le faire adopter par le parlement[58], quitte à prolonger les travaux parlementaires au-delà du , date prévue de la fin de la session parlementaire[59].

Les courts délais pour se présenter en commission parlementaire ont été critiqués par les syndicats et ont empêché des joueurs importants, comme la vérificatrice générale et le Barreau du Québec, de participer aux audiences[60], bien qu'ils aient manifesté leur inquiétude dans les médias, notamment quant au renouvellement automatique de l'état d'urgence sanitaire[57].

Le , le comité de suivi de la Commission Charbonneau, ainsi que le Bureau de l’inspecteur général de Montréal soulignent que les modifications prévues dans le projet de loi 61 pourraient voir l'émergence d'un système parallèle, recréant un « environnement extrêmement favorable à la corruption, à la collusion et aux autres malversations ». Devant ces affirmations, François Legault a indiqué ne pas s'inquiéter de la corruption dans son parti[59], son équipe comptant sur l'ex-procureure en chef de la Commission Charbonneau, la ministre de la Justice Sonia LeBel, de même que plusieurs comptables agréés, tel que le ministre du Trésor Christian Dubé[61]. Le même jour, le gouvernement met en place un site web pour « séparer la fiction des faits »[62].

L'article 50 est l'objet de plus de critiques. Il permettrait au gouvernement de déroger à la Loi sur les contrats des organismes publics (LCOP), afin d'accorder des contrats de gré à gré, c'est-à-dire sans appel d'offre public[61]. Les trois partis d'opposition et le député indépendant Guy Ouellette demandent l'abandon de ces pouvoirs extraordinaires[63].

À ls suite des critiques, le président du Conseil du trésor Christian Dubé propose de faire des concessions sur plusieurs aspects du projet de loi 61, soient ceux dans l'article 50, (restreindre les pouvoirs discrétionnaires accordés au gouvernement, et revoir l'état d'urgence sanitaire à tous les 6 mois[57]), ceux de l'article 51, permettant au gouvernement d'échapper à toute poursuite judiciaire, de même que d'autres amendements concernant la protection des milieux humides[64].

Malgré les concessions du gouvernement, les différents partis n'arrivent pas à une entente et la session parlementaire prend fin sans que la projet de loi ne soit adopté. Les mesures législatives contenues dans ce projet de loi ne pourront donc être adoptées avant la reprise des travaux parlementaires le [65].

Programme d'aide fédéral[modifier | modifier le code]

Au mois de juin, Justin Trudeau indique que le gouvernement fédéral est prêt à dépenser une somme de 14 milliards de dollars pour relancer l'économie canadienne. Les champs de dépense pour ces sommes ne sont pas déterminés, mais le gouvernement du Canada indique que leur identification se fera en collaboration avec les provinces, et que sa distribution sera assortie de conditions[66],[67], ce à quoi s'oppose les provinces canadiennes, dont le Québec[68]. Dans

En juillet, devant le front commun des provinces, le gouvernement fédéral bonifie son programme, en le portant à 19 milliards, et assouplit ses demandes. Les provinces n'ont plus à remplir des conditions pour pouvoir profiter des sommes du gouvernement fédéral, mais devront investir dans des secteurs ciblés comme le dépistage de la Covid-19 ou encore l'augmentation du nombre des places en garderies[69].

Le détail du financement est donné le lendemain de l'annonce, et révèle que ce sera dans les faits 11 milliards qui seront accordés aux gouvernements provinciaux, une enveloppe de 4,5 milliards étant en fait réservé au gouvernement fédéral pour l'achat de matériel de protection individuel qui sera distribué au Canada. À ce montant s'ajoute 2 milliards d'aide aux municipalités et 1,8 milliard pour le transport en commun, pour un total de 8,3 milliards qui n'iront pas dans les coffres des gouvernements des provinces[70].

Sociales[modifier | modifier le code]

Depuis la pandémie, les cas de délation au Québec ont augmenté pouvant mener au profilage racial et social[71],[72],[73]. Le 15 avril 2020, un groupe de juristes publie Surprise, on a encore des droits! pour rappeler le réel contenu des nouveaux règlements sanitaires et les droits et libertés de la population[74].

Solidarité[modifier | modifier le code]

Ca va bien aller.svg

Plusieurs symboles de solidarité se propagent pendant la pandémie, dont le mouvement des représentations des arcs-en-ciel[75]. Originaire d'Italie, ce mouvement est apparu au Québec grâce aux réseaux sociaux. Il consiste à coller sur les fenêtres des maisons le dessin d'un arc-en-ciel avec les mots « Ça va bien aller »[76]. De nombreuses personnalités participent au mouvement. Le premier ministre du Québec, François Legault, reprend ces mots dans un de ses discours à la population du Québec[77].

Le mouvement de faire clignoter les lumières de la maison, typiquement un flash tes lumières, est apparu, à nouveau, lors de la propagation de la pandémie de Covid-19 au Québec. L’un des initiateurs du mouvement est Stéphane Lévesque, un résident de Saint-Léonard-d'Aston, au Centre-du-Québec[78]. Les gens sont alors invités, chaque soir à 20h30, à faire clignoter leurs lumières en signe de solidarité avec le gouvernement, les travailleurs de la santé et tous ceux qui sont isolés dans leur foyer en raison de la pandémie. Jean-Marc Parent avait popularisé ce mouvement dans les années 1990 dans le cadre de son émission L'Heure JMP[79]. Des regroupements de véhicules qui clignotent leurs phares, klaxonnent ou font sonner des sirènes se produisent aux environs de certains centres hospitaliers[80],[81],[82].

Un mouvement de solidarité est survenu pour venir en aide au réseau de la santé québécois. Touchées par l'ampleur de la tâche de confronter le virus et par le manque d'équipement nécessaire aux travailleurs de la santé, de nombreuses entreprises offrent de récupérer et d'offrir des masques[83]. De plus, plusieurs entreprises offrent de modifier leur chaîne de travail pour fabriquer des produits utiles pour le système de santé, comme du désinfectant[84], des vêtements[85], des masques, etc.

Hôpital de Chicoutimi aux couleurs de l'arc-en-ciel.

Le , Fabrice Vil diffuse sur sa page Facebook la vidéo antiraciste Je me souviendrais réalisée Jorge Camarotti, qui est inspirée par le poème britannique Clap for me Now, saluant et remerciant la contribution du personnel de la santé et des travailleurs essentiels québécois principalement racisés ou immigrants de première génération. Fabrice Vil espère que la société québécoise se souvienne de sa propre diversité ethnoraciale pour que celle-ci en place des politiques qui luttent contre le racisme, la pauvreté et l'exclusion[86],[87],[88],[89] .

Le est diffusé un spectacle bénéfice sur les ondes de TVA et de Télé-Québec, Une chance qu’on s’a, qui réuni plus de 80 artistes pour ramasser des dons pour deux organismes :Les Petits frères , aidant les personnes âgées se retrouvant seule, ainsi que SOS Violence conjugale, aidant les personnes victimes de violence conjugale. Le spectacle veut aussi amener une touche d’espoir et de positivisme, il s’inspire des spectacles-bénéfice américain One world : together at home, et canadien Stronger together – tous ensemble[90].

Environnementales[modifier | modifier le code]

Comme à d'autres endroits du monde[91], la baisse de l'activité humaine engendre certains effets significatifs sur l'environnement au Québec.

On note ainsi une baisse marquée de la pollution de l'air des grandes villes canadiennes, Montréal enregistrant une baisse d'environ 30 % du dioxyde d'azote pendant les deux premiers mois de la pandémie[92].

On note également une augmentation des animaux en milieu urbain[93].

Éducation[modifier | modifier le code]

Télé-Québec propose, à partir du , la programmation Télé-Québec en classe, friandises pour matière grise qui consiste en plusieurs émissions à destination des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire, qui sont en confinement depuis la fermeture des établissements scolaires[94].

Science et technologie[modifier | modifier le code]

La science québécoise semble suivre la vague mondiale de diffusion électronique[note 1] des données sur la maladie, alors que la communauté scientifique semble avoir adopté une vision de tou-te-s contre l'ennemi[95].

Recherche de vaccin[modifier | modifier le code]

Au Québec, les efforts de modélisation sont réalisées par la Direction générale de la santé publique, avec l'aide de chercheurs des universités Laval, McGill et de Montréal (p. 49)[96].

Des entreprises comme Medicago et des chercheurs d'universités du Québec, comme Denis Leclerc de l'Université Laval, participent à la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies, qui joue un rôle clé dans la coordination de la recherche d'un vaccin contre la Covid-19[96]. Le , Medicago est la première entreprise québécoise à atteindre l'essai phase 1, en débutant des essais cliniques sur des humains[97].

L'Université de Montréal et Héma-Québec participeront à une étude internationale sur un traitement expérimental qui consiste à injecter des anticorps de patients guéris de la Covid-19 à ceux qui sont encore infectés[98].

Journalisme scientifique[modifier | modifier le code]

Des journalistes scientifiques de la Coopérative nationale de l'information indépendante, de Québec Science et du Centre Déclic ont répondu à plus de 100 questions au sujet de la Covid-19 dans une rubrique intitulée « Vos questions sur la COVID-19 »[99]. Cette initiative financée par le scientifique en chef du Québec et du Facebook Journalism Project s'est terminée le , notamment en raison de la diminution du nombre de questions envoyées, et de la fatigue des journalistes[100].

Matériel[modifier | modifier le code]

Des organisations indirectement liées à la santé participent à l'effort de lutte contre la Covid-19 en participant à la fabrication et à l'expérimentation de matériel protecteur (masques[101], visières[102], écrans de plexiglas, blouses médicales[103], boîtiers pour l'intubation des patients[104], etc.) ou sanitaire (désinfectants[105], stations portatives d'hygiène des mains[106], dispositifs d'ouverture de portes sans utiliser les mains[107], matériaux antimicrobiens (en)[108], etc.).

Application de traçage[modifier | modifier le code]

Afin de retracer les chaînes de contact entre les personnes au Québec ayant été infectées à la Covid-19, plusieurs initiatives à travers le monde propose l'utilisation d'applications mobiles dédiées à la Covid-19. Les plateformes de diffusion d'applications Apple Store et Google Play exigent qu'un gouvernement valide ou endosse une application concernant la Covid-19 avant de la distribuer[109].

Le gouvernement du Canada opte pour une application qui n'utilise pas les données de géoférencement, mise au point par Blackberry et Shopify. Elle est lancé en Ontario le dans le cadre d'un projet-pilote. Elle devrait être lancée pour le reste du Canada en [110].

MILA[modifier | modifier le code]

L’Institut québécois d’intelligence artificielle (MILA) a des discussions avec le gouvernement du Québec, la ville de Montréal et le gouvernement fédéral. MILA propose, dans un livre blanc[111],[112] en anglais[113] d'une soixantaine de pages, le développement d'une application, dont l'installation serait sur une base volontaire, et qui rendrait possible un tel traçage en utilisant, notamment, la capacité de géoréférencement des téléphones[114]. La présidente de la Commission d'accès à l'information (CAI), Diane Poitras, a souligné que le contexte législatif du Québec ne permettait pas d'encadrer adéquatement l'utilisation de ces applications, entre autres pour des questions de vie privée[115]. La gouvernance est également critiquée car les données ne seraient pas gérées par le gouvernement, mais par une structure privée sous la forme d'une OBNL dont la gouvernance est peu claire[113].

Par la suite, MILA lance l'application COVI, qui vise le déconfinement personnalisé et adapté plutôt que le confinement général et strict[116]. L'application recueille des informations sur les utilisateurs afin de calculer la probabilité d'être infecté par le coronavirus[117].

L'application de MILA n'est pas endossée pour le gouvernement du Canada, du Québec ou la Ville de Montréal. MILA indique qu'elle cesse le développement de COVI au début de mois de juin[109].

Arts et loisirs[modifier | modifier le code]

Affiche placardée sur les clôtures des installations du Stade IGA.

La gala Artis est annulé[118]. Le Festival international du film sur l'art présente sa 38e édition en ligne du 17 au [119]. À Gatineau, le Festival du film de l'Outaouais est annulé[120]. Le Festival Juste pour rire est reporté à l'automne, tandis que les Francos de Montréal, le Festival international de jazz de Montréal et le Festival d'été de Québec sont annulés[121]. Vélo Québec annonce l'annulation de certains de ses événements, dont le Tour de l'Île de Montréal[122].

Le , le Québec demande l'annulation des festivals et autres événements publics sportifs et culturels jusqu'au [123].

Ginette Reno interprète le , pour la première fois, la chanson Ça va bien aller écrite durant la pandémie par elle, son fils Pascalin Reno ainsi qu'André M. Gagnon. La chanson est interprétée lors du spectacle-bénéfice Une chance qu'on s'a. Par son titre ainsi que par ses paroles, la chanson est liée à la pandémie de Covid-19[124].

Sports[modifier | modifier le code]

La Ligue nationale de hockey (LNH)[125] et la Major League Soccer (MLS)[126] suspendent leur saison régulière, entraînant l’arrêt des activités des Canadiens de Montréal et de l'Impact de Montréal. À partir du , l'Impact de Montréal recommence ses entraînements au Centre Nutrilait, mais sur une base individuelle[127]. Puisque la Ligue majeure de baseball suspend les matchs de présaison, la série annuelle de présaison des Blue Jays de Toronto au Stade olympique est annulée[128]. Le , la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) et la Ligue canadienne de hockey (LCH) annulent le reste de la saison 2019-2020, incluant les éliminatoires et la Coupe Memorial[129]. Le , les Championnats du monde de patinage artistique 2020, qui devaient se tenir à Montréal, sont annulés[130].

Au début du mois d'avril, le Grand Prix du Canada de Formule 1 est reporté[131] pour finalement être annulé à la fin juillet[132].

Le , Tennis Canada annonce l’annulation du tournoi féminin de l'Open Canadien 2020, conformément à la demande du gouvernement provincial. Montréal accueillera plutôt le tournoi féminin de 2021. Les compétitions féminines et masculines alternent habituellement entre Montréal et Toronto[133],[134].

D'autres organismes sportifs provinciaux suspendent leurs activités, notamment Basketball Québec[135], Baseball Québec[136], Hockey Québec (y compris la Ligue de hockey junior du Québec pour le reste de la saison)[137],[138] et Soccer Québec. Des événements locaux sont également annulés, dont le Tour de l'île de Montréal et diverses courses à pied[139],[140].

Le , Serge Arsenault, le fondateur des Grands Prix Cyclistes de Québec et de Montréal (GPCQM), annonce que ces deux événements nord-américains du UCI World Tour sont maintenus aux dates prévues en septembre, tant que la situation de la COVID-19 le permet. Les organisateurs travaillent en collaboration avec l'Union cycliste internationale (UCI)[141].

Le , après beaucoup de spéculations, la Ligue canadienne de football annonce le report du début de la saison 2020 des Alouettes au 1er septembre au plus tôt, avec la confirmation formelle du report des camps d'entraînement le [142],[143].

Match de soccer survenant dans les premiers jours après que ce soit permis au Québec par les autorités.

Le , la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest, annonce que les entraînements sportifs extérieurs, comme le baseball et le soccer pourront reprendre dès le . Comme les consignes de distanciations physiques devront être respectées, il s'agit de concours d'habilité ou encore d'entraînements, et non de matchs où les joueurs pourraient avoir des contacts[144].

Le , Horacio Arruda annonce le déconfinement de tous les secteurs, mis à part trois: les festivals et autres grands rassemblements, les camps de vacances (avec séjour) et les sports de combat. Toutes les activités sportives dont les matchs, sans public, peuvent donc reprendre[2].

Le , l'organisation des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal annonce l'annulation de l'édition 2020 de leurs événement, en raison de l'épidémie de Covid-19. Les épreuves devaient se dérouler les 11 et , à Québec et Montréal respectivement. Devant l'incertitude de l'ouverture de la frontière avec les États-Unis, et les quarantaines probables pour les coureurs et les équipes, l'organisation conclut qu'il est impossible de s'engager à tenir leurs événements[145],[146].

Religieuses[modifier | modifier le code]

Comme ailleurs dans le monde, les communautés religieuses québécoises sont particulièrement touchées par la pandémie[147]. De plus, le Québec est l'endroit au Canada où l'on retrouve le plus de congrégations, avec 70 % des religieux et religieuses de tout le pays, soit environ 8 000 personnes, dont une majorité de femmes âgées[147].

Plusieurs paroisses font retentir les cloches de leurs églises tous les soirs à 20 h 30, un clin d'œil au mouvement flash tes lumières. L'initiative a été lancée par Céline Wakil, une agente en pastorale du Diocèse de Saint-Jean–Longueuil[148].

Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal, et Mgr Marc Pelchat, archevêque auxiliaire de Québec, ont demandé aux paroisses de faire sonner les cloches des églises tous les dimanches à midi, à compter du et jusqu'à Pâques, pour une durée de 10 minutes[149]. Cette initiative a été reprise par d'autres diocèses québécois, dont celui de Valleyfield[150].

Conséquences par région[modifier | modifier le code]

Côte-Nord[modifier | modifier le code]

La communauté innue d’Ekuanitshit[151] interdit l'accès aux non-résidents le 16 mars, et celles de Nutashkuan[152] et de Pessamit[153] le 20 mars. À partir du 26 mars, Uashat mak Mani-utenam interdit de plus à ses résidents de sortir du territoire pour une durée indéterminée. Le 1er avril, Pessamit annonce un confinement total, sans entrées ni sorties, du 4 au 18 avril[154].

À partir de la mi-avril, les Rangers des Forces armées canadiennes commencent leur travail dans une dizaine de communautés isolées de la Basse-Côte-Nord. Ils patrouillent les communautés pour rassurer et sensibiliser la population aux mesures de distanciation sociale en vigueur et rapporter aux autorités de santé publique tout signe de détresse psychologique[155].

Estrie[modifier | modifier le code]

L'épidémie a frappé statistiquement plus fort dans la région de l'Estrie.

Laurentides[modifier | modifier le code]

Barrière sur la piste cyclable d'Oka indiquant que le passage est pour Résidents seulement

Le , le parc national d'Oka est l'objet d'un blocus des Mohawks de Kanesatake. Le grand chef, Serge Otsi Simon, désire que sa communauté soit protégée jusqu'au , car 50 % de celle-ci est à risque en raison du diabète, de l'hypertension et du cancer[156]. Après des négociations entre la Sépaq et le Conseil mohawk de Kanesatake, des mesures supplémentaires de contrôle d'accès au parc sont ajoutées, comme limiter le nombre de visiteurs à 50 % de la capacité du parc[157], et l'accès à certaines parties de la piste cyclable seulement pour les résidents[158]. Les Mohawks exercent un contrôle supplémentaire à ceux exercés par la Sépaq jusqu'au matin du [159].

Mauricie[modifier | modifier le code]

Une usine de production de masques chirurgicaux ouvre ses portes à Louiseville. Entreprise Prémont est associée à des partenaires aux expertises variées – Delta Cosmetics, Vêtements Flip Design et Gestion Hardy-Girard, spécialisée dans la filtration de l’air – pour produire et distribuer des masques chirurgicaux à usage unique[160].

Montréal[modifier | modifier le code]

Carte des arrondissements et municipalités avec des cas confirmés de coronavirus (24 mai)[161].
  • 1 à 49
  • 50 à 199
  • 200 à 499
  • 500 à 999
  • 1 000 à 2 000
  • 2 000+
Note: N'inclut pas 853 cas non confirmés dans les arrondissements ou municipalités.
Aire de jeux fermée dans le quartier Villeray
  • Le , l'administration de la Ville de Montréal annonce une aide d'urgence de 5 millions de dollars afin d’aider certains secteurs économiques fragilisés par la crise[162].
  • Le , la mairesse Valérie Plante annonce que les « îlots sanitaires » sont déployés. Ces derniers sont composés de toilettes et de lave-mains pour aider les sans-abris. Montréal entend aussi offrir des produits nettoyants, lingettes et liquide désinfectant aux organismes qui viennent en aide aux itinérants[163].
  • Le , Montréal ferme les modules et aires de jeu pour enfants dans ses parcs[164]. À 20h, les Montréalais se rassemblent à leurs balcons et fenêtres pour chanter en chœur So Long, Marianne et d’autres chansons de Leonard Cohen, dans un moment de solidarité[165].
  • Le , une dizaine de voitures de police du SPVM vont devant le CHUM, gyrophares allumés, afin de témoigner leur solidarité au personnel de la santé qui travaille sans relâche depuis le début de la pandémie[170]. L'état d'urgence, décrété le , est prolongé une première fois[171]. Il est prolongé à plusieurs reprises par la suite, ce qui nécessite la convocation du conseil municipal tous les 5 jours, pour durer de façon ininterrompu jusqu'au . À partir de cette date, le conseil exécutif de la Ville de Montréal a le pouvoir renouveler l'état d'urgence pour des périodes de 5 jours. Ce pouvoir spécial est en place jusqu'au [172]. Même après cette date, le comité exécutif renouvelle l'état d'urgence à tous les 5 jours, au moins jusqu'au [173].
  • Le , l'île Notre-Dame et le stationnement du parc du Mont-Royal sont fermés en raison d'un achalandage jugé trop élevé qui ne permet pas de respecter la distance minimale entre les personnes[175].
Corridor sanitaire à Montréal
  • Le , la ville de Montréal annonce des compressions de 125 millions de dollars dans ses services; un gel salarial représentant 50 millions sera aussi demandé[179].
  • Le , la directrice régionale de santé publique du CIUSSS Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, Mylène Drouin (d), confirme que les quartiers de Montréal-Nord, de Rivière-des-Prairies et de Saint-Michel sont les plus touchés à cause de la densité de la population et la forte présence de travailleurs essentiels où des foyers d'éclosion ont été déclarés dans leurs milieux de travail. Elle promet d'intensifier les dépistages dans ces quartiers [180],[181],[182].
  • Le , François Legault, lors de sa première visite à Montréal en deux mois[187], annonce que le gouvernement du Québec fera don d'un million de masque à la Ville de Montréal, et accordera 6 millions de dollars aux différents sociétés de transport en commun de la grande région de Montréal[188]. La ville de Montréal annonce la mise en place de Voies actives sécuritaires, des aménagements temporaires afin de favoriser les déplacements des piétons et cyclistes. Les travaux d'installation débuteront au mois de juin et une deuxième phase durant l'été 2020. Le plan prévoit 37 km de nouvelles voies pour les piétons et 61 km d'espace cyclable supplémentaire[189],[190].
Voie active sécuritaire à Montréal
  • Le , les magasins non-essentiels peuvent de nouveau ouvrir leurs portes[191].
Réouverture le 27 mai des jeux d'eau au parc Saint-Vincent-Ferrier, à Villeray.
  • Le , devant la vague de chaleur annoncée par le Service météorologique du Canada pour les 26, 27 et à Montréal[192], la Direction de la santé publique de Montréal autorise la réouverture des jeux d'eau dans les parcs de la ville, à la condition que les mesures de distanciations physiques soient respectées[193].
  • À la suite de la troisième vague de chaleur depuis le début du mois de mai dans l'est du Canada, qui connaît son apogée le , la Direction régionale de santé publique de Montréal déclare seulement 7 décès, comparée à 50 décès lors d'une vague de chaleur comparable en 2018. Le faible impact de cette vague de décès pourrait être une conséquence de la pandémie, une partie des gens vulnérables habituellement victimes de la chaleur ayant déjà été emportée par la Covid-19[194].
  • Le , Valérie Plante annonce que les masques seront obligatoires dans tous les lieux publics fermés de Montréal à partir du [195]. Cette mesure ne sera finalement pas nécessaire, le gouvernement du Québec annonçant le que les masques seront obligatoires partout au Québec dans les lieux fermés publics à partir du [196].

Nord-du-Québec[modifier | modifier le code]

Le , le Nunavik confirme son premier cas de Covid-19. À partir du , les quatorze villages du Nunavik sont en confinement total. Cette région, accessible uniquement par avion, n'accepte que les vols d'approvisionnement en nourriture et en équipement, ainsi que ceux transportant les travailleurs essentiels. Cette mesure vise à freiner la propagation de la Covid-19 au sein de communautés déjà fragilisées par la pénurie de logements, la présence de tuberculose, le nombre de fumeurs, le taux de maladies chroniques et un système de santé précaire[197],[198]. Le , en réponse à la demande d'aide du gouvernement provincial, le premier ministre du Canada annonce le déploiement des Rangers canadiens au Nunavik dans le but de soutenir l'installation d'infrastructures médicales[199]. Depuis le début de la Covid-19, le Nunavik compte 14 cas en date du , soit cinq guéris et neuf actifs[200]. Le , la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik annonce un financement de 500 000 $ aux organismes communautaires locaux d'aide alimentaire[200].

Le , Me Marc Lemay, président du Comité sur le système de justice du Nunavik, se préoccupe de la protection des enfants dans le contexte où le traitement des dossiers en protection de la jeunesse est ralenti par le manque d'accès à Internet. Depuis que la bande passante est réservée à la santé, la lenteur du service Internet limite l'utilisation de la visioconférence, alors que la communication non verbale constitue un aspect essentiel des échanges pour les Inuits. Puvurnituk est un des villages qui possède un palais de justice qui sert de point de service à d'autres villages. Puisqu'il présente également la majorité des cas de Covid-19, les parents sont réticents à s'y rendre. Comme les logements surpeuplés ne comportent pas d'espace privé où les intervenants peuvent rencontrer les parents, ces derniers doivent se rendre au palais de justice de Puvurnituk afin de protéger la confidentialité du dossier. Ces obstacles, aggravés par la pandémie, alourdissent un système de justice déjà fragilisé par un manque de ressources financières et un nombre restreint d'interprètes en inuktitut[201].

Saguenay-Lac-Saint-Jean[modifier | modifier le code]

La clinique de dépistage de Saguenay est située dans l'ancien monastère des Augustines de la Miséricorde de Jésus.
Résidences des Sœurs antoniennes de Marie de Chicoutimi, situées sur la rue Jacques-Cartier.
  • Les trois premières cliniques entièrement dédiées au dépistage de la Covid-19 ouvrent le dans la région[202]. En avril, elle en compte cinq[203].
  • Les premiers malades de la région sont détectés au Saguenay. Des cas seront recensés au Lac-Saint-Jean quelques jours plus tard, mais le nombre de ces derniers demeure beaucoup plus faible que celui du Saguenay[204],[205].
  • Le premier cas local médiatisé dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean est celui d'un participant au Festival Regard[206]. Le dévoilement après coup de sa participation à une activité ayant réunie plusieurs centaines de personnes crée l'émoi dans le milieu culturel régional[207].
  • Le , la mairesse de Saguenay Josée Néron écourte ses vacances au Mexique et s'isole volontairement pendant 14 jours[208].
  • Le , le conseil municipal annonce que les élus municipaux feront des rencontres téléphoniques, et que les conseils d'arrondissement et municipaux se tiendront à huis clos[209].
  • Le , alors que l'on recense 142 cas dans la région, on enregistre les trois premiers morts de la pandémie au Saguenay, soit deux personnes au CHSLD de la Colline (d) et une religieuse des Sœurs antoniennes de Marie[210].
  • Le , deux autres décès sont recensés au CHSLD de la Colline, qui est l'endroit le plus touché par la maladie dans la région[211].


Statistiques[note 2][modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Décès totaux[modifier | modifier le code]

Décès quotidien[modifier | modifier le code]

Notes:

  • Sur les 202 décès du 30 mai, 37 sont nouveaux. À ce nombre, 165 autres ont été ajoutés car ils n’avaient pas été comptabilisés auparavant en raison d’un problème de transmission de données[212].

Décès hebdomadaire[modifier | modifier le code]

Personnes hospitalisées ou aux soins intensifs[modifier | modifier le code]

Nombre de personnes hospitalisé au Québec[modifier | modifier le code]

Les personnes ayant reçu leur congé lors de la journée d’analyse sont comptabilisées. Les personnes aux soins intensifs sont incluses dans l'ensemble des hospitalisations. L'importante diminution observée après le 19 mai est causée par le retrait du décompte les centres hospitaliers dédiés à la santé mentale ou offrant principalement des soins de gériatrie, réadaptation et convalescence.

Source: INSPQ : Données COVID-19


Variation quotidienne[modifier | modifier le code]

L'importante diminution observée après le est causée par le retrait du décompte les centres hospitaliers dédiés à la santé mentale ou offrant principalement des soins de gériatrie, réadaptation et convalescence.

Source: INSPQ : Données COVID-19

Nouveaux cas au Québec[modifier | modifier le code]

Quotidien[modifier | modifier le code]

L'importante augmentation du nombre de cas le comprend l'augmentation par rapport à la veille (892 nouveaux cas) et 1 317 cas d'avril qui n'avaient pas encore été comptabilisés en raison d'un problème technique.

Hebdomadaire[modifier | modifier le code]

Nouveaux cas par jour à Montréal[modifier | modifier le code]

Tendances logarithmiques[modifier | modifier le code]

Comparaison avec les projections du gouvernement[modifier | modifier le code]

Le ministère de la Santé et des Services sociaux, dans un document daté du , fait une projection du mois suivant pour le nombre de cas d'infections à la Covid-19. Ceci est le tracé des cas mesurés par rapport aux projections[213].

Répartition des cas par région administrative[modifier | modifier le code]

Cas de COVID-19 au Québec par région administrative[214]
Date Nouveaux cas Confirmés En cours Guéris Décès Tests[215]
Bsl
(01)
Sag
(02)
Que
(03)
Mau
(04)
Est
(05)
Mtl
(06)
Out
(07)
Abi
(08)
Côt
(09)
Nor
(10)
Gas
(11)
Cha
(12)
Lav
(13)
Lan
(14)
Lau
(15)
Mon
(16)
Nun
(17)
Cre
(18)
NR ? Léger Grave Nég Att
28 février 1 1 0
5 mars 1 1 0 242 20
6 mars 1 1 0
7 mars 0 0
8 mars 1 1 0 340 10
9 mars 0 0 376 25
10 mars 1 1 1 3 0 465 91
11 mars 1 1 0 570 136
12 mars 1 4 1 1 2 9 0 798 266
13 mars 0 0 1 079 646
14 mars 1 1 1 3 1 7 0
15 mars 2 2 1 2 2 1 1 2 1 1 15 0
16 mars 8 1 1 1 1 11 0
17 mars 1 5 4 3 4 3 1 2 24 0 4 778 2 949
18 mars 5 9 2 1 2 1 20 1 1 5 213 3 627
19 mars 1 2 8 4 1 1 1 6 3 27 112 7 0 0 6 331 3 997
20 mars 1 3 1 1 2 10 18 127 10 0 0 7 666 2 403
21 mars 1 3 1 1 10 2 7 2 2 4 5 4 42 155 20 0 4 9 242 1 512
22 mars 2 3 5 2 1 6 3 14 2 38 0 9 786
23 mars 2 20 9 18 219 3 3 3 2 17 35 13 26 1 38 409[note 3] 0 11 211
24 mars 1 4 46 16 82 174 4 2 1 4 26 39 5 14 59 -3 -62 412 0 12 202
25 mars 2 3 16 3 39 164 1 1 5 23 13 6 23 299 0 2 26 634
26 mars 3 8 14 18 179 3 6 1 12 12 4 11 19 290 0 2 31 854
27 mars 1 5 3 20 40 189 2 7 3 15 35 25 20 26 1 392 28 6 32 335
28 mars 1 2 42 16 26 248 8 6 7 2 7 30 29 27 26 477 0 4 43 583
29 mars 16 37 43 142 2 3 4 6 20 18 12 38 1 342 55 49 364
30 mars 3 6 10 42 33 251 10 1 9 4 9 77 53 49 32 1 590 0 3 56 285
31 mars 2 7 39 51 36 379 12 6 4 24 22 15 52 30 52 1 732 0 6 63 378
1 avril 5 1 34 32 14 106 14 7 5 13 66 7 64 81 449 147 2 65 082
2 avril 1 23 71 25 545 11 6 7 1 2 73 49 27 64 1 907 0 3 69 024
3 avril 5 12 10 46 46 195 6 11 5 1 3 3 65 49 29 97 583 75 25[note 4] 77 469
4 avril 3 11 29 67 49 424 4 18 2 2 3 93 39 52 106 896 131 14 83 230
5 avril 24 36 63 19 452 24 7 9 11 17 71 53 37 117 1 947 41 19 87 992
6 avril 2 14 12 55 30 264 8 18 10 8 2 72 45 5 88 3 636 133 27 91 533
7 avril 1 10 18 40 22 430 12 7 3 4 23 47 41 34 67 1 760 109 29 95 186
8 avril 3 15 17 25 27 368 1 3 4 9 14 72 48 12 73 691 107 25 99 239
9 avril 5 20 34 23 487 1 8 6 4 12 66 84 57 74 881 285 41 102 463
10 avril 1 12 15 25 22 355 10 11 3 3 5 15 120 74 29 65 765 229 25 106 540
11 avril 7 13 38 19 244 16 4 8 6 8 91 50 23 86 2 615 222 48 110 823
12 avril 7 4 28 28 227 12 3 6 17 123 20 13 66 554 182 39 113 925
13 avril 12 36 46 15 305 3 1 3 2 1 25 37 60 54 108 3 711 237 32 118 013
14 avril 9 31 45 17 235 8 1 2 14 90 78 28 132 1 691 164 75 123 203
15 avril 5 17 32 17 202 1 1 2 4 5 97 80 27 121 1 612 345 52 128 314
16 avril 27 23 29 13 451 10 1 3 2 165 114 37 121 1 997 350 143[note 4] 132 714
17 avril 2 18 26 12 479 1 3 3 4 11 152 67 50 113 941 1080 193 227 58 136 924
18 avril 10 17 30 7 292 10 3 12 12 125 37 36 132 723 1102 183 247 117 141 249
19 avril 12 13 14 8 406 7 2 2 6 7 132 101 31 90 834 1169 198 240 72 145 191
20 avril 13 16 28 9 507 5 2 1 4 66 61 25 224 962 1224 201 292 62 148 482
21 avril 5 15 26 7 384 5 1 1 13 8 104 56 37 145 807 1278 199 201 102 151 394
22 avril 5 17 31 3 508 1 8 5 97 72 30 62 839 1411 207 243 93 155 083
23 avril 8 11 40 6 519 10 1 3 3 115 49 31 77 873 1460 227 193 109 158 995
24 avril 4 24 25 522 7 3 6 71 62 38 16 778 1509 217 240 97 163 016
25 avril 2 5 38 (4) 10 264 10 1 (4) 1 4 12 107 78 51 70 651 1518 215 333 106 167 498
26 avril 42 20 9 460 6 7 7 122 73 40 53 2 1 3 1 840 1541 210 285 69 171 470
27 avril 1 7 13 28 4 413 14 2 9 11 141 117 37 90 2 875 1625 217 175 84 175 190
28 avril (3) 14 21 453 4 (1) 4 (1) 4 67 70 50 94 (2) (1) 775 1648 222 324 83 178 715
29 avril (1) 18 43 1 324 3 (8) (1) 10 170 105 58 123 837 1684 214 207 79 182 385
30 avril 1 7 46 20 12 513 1 1 7 3 (1) (5) 81 99 42 134 944 1716 218 214 98 186 509
1 mai 2 32 46 7 655 14 1 7 114 88 45 99 1054 401 163 190 719
Total cas confirmés 35 281 867 1 285 846 13 979 288 150 113 7 168 394 3 277 2 275 1 328 3 329 16 8 1 2 28 648 6 700 2 022
Bsl Sag Que Mau Est Mtl Out Abi Côt Nor Gas Cha Lav Lan Lau Mon Nun Cre X ? Confirmé Gravité Soigné Morts

Répartition des cas par arrondissement ou ville de l'agglomération de Montréal[modifier | modifier le code]

Cas de Covid-19 à l'agglomération Montréal par arrondissement et ville[217],[218]
Date Nouveaux cas
Ahu Anj Bai Bea CdN CSL Dol Dor Ham Kir Lac LaS IBS MHM M-E M-N M-O MR Out Pie Pla Poi Riv Ros SAB SLa SLe Sen Sud Ver VMa VSP Wes TA
29 mars 54 9 2 10 161 107 17 7 18 7 19 66 5 40 1 26 3 18 56 26 67 11 41 80 2 40 17 46 36 67 41 25 487
30 mars

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. au degré d'ouvertures à géométrie variable
  2. Les données officielles du gouvernement du Québec, diffusées quotidiennement sur le site web de l'INSPQ, sont émises à 13h et sont valides pour le jour précédent, et non pour le jour courant. Par exemple, les données disponibles en date du 20 mai 2020 à 13h sont les données valides pour le 19 mai 2020, et non le 20 mai 2020. Il n'est donc possible de mettre les données à jour, au mieux, que pour le jour précédent l'édition, jamais pour le jour courant.
  3. Cette forte augmentation est le résultat d'un changement d'approche dans l'évaluation des cas, qui n'ont plus besoin d'être doublement validés[216].
  4. a et b Cette forte augmentation est le résultat de déterminations a posteriori de décès précédents qui n'avaient pas été attribués jusqu'ici à la Covid-19.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marc-André Lemieux, « Cotes d’écoute: François Legault devant La Voix et District 31 », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 2 mai 2020)
  2. a et b Guillaume Lepage, « Le Québec déconfiné en attendant la deuxième vague », sur Le Devoir, (consulté le 13 juillet 2020)
  3. Jean Philippe Angers, « Québec reprendra lundi le bilan quotidien des cas de coronavirus », sur Le Devoir, (consulté le 13 juillet 2020)
  4. « Les Québécois respectent les consignes, selon Google », sur lapresse.ca,
  5. Castonguay, « Au cœur de la bataille pour sauver le Québec », sur L’actualité
  6. ICI.Radio-Canada.ca, « COVID-19 : le Québec est en contrôle, assure Legault - Coronavirus », sur Radio-Canada.ca
  7. ICI.Radio-Canada.ca, « Les hôteliers appelés à fournir des milliers de lits pendant la pandémie - Coronavirus », sur Radio-Canada.ca
  8. ICI.Radio-Canada.ca, « 3 millions d'emplois perdus au Canada depuis le début de la pandémie - Coronavirus », sur Radio-Canada.ca
  9. Marco Bélair-Cirino et Marie-Michèle Sioui, « Québec prévoit un déficit de 14,9 milliards », sur Le Devoir, (consulté le 27 juillet 2020)
  10. La Presse canadienne, « Le taux de chômage s'est établi à 13,7 % en mai au Canada », sur Le Devoir, (consulté le 9 juin 2020)
  11. « Succès mitigé pour le Programme incitatif pour la rétention des travailleurs essentiels », sur Le Devoir
  12. « L’effet dissuasif de la PCU se révèle plus grand qu’il n’y paraît », sur Le Devoir
  13. Stéphane Bordeleau, « La PCU est un frein à la reprise économique, déplorent les détaillants québécois », sur Radio-Canada Info, (consulté le 28 juillet 2020)
  14. ICI.Radio-Canada.ca, « Du temps partiel pour garder sa PCU - Coronavirus », sur Radio-Canada.ca
  15. « Une jeunesse devant la vague ! », sur La Presse,
  16. « Paresseux et profiteurs », sur Le Devoir (consulté le 4 juillet 2020).
  17. Hélène Buzzetti et Marie Vastel, « Un employé peut refuser de travailler et toucher la PCU, confirme Ottawa », sur Le Devoir,
  18. « De nouvelles protections en plexiglas dans les supermarchés », sur lapresse.ca, (consulté le 21 mars 2020).
  19. « Pendant ce temps chez Costco - URBANIA », sur urbania.ca
  20. Karim Ouadia, « Réouverture au prix de « frais COVID » pour le consommateur? », sur Radio-Canada, (consulté le 9 juin 2020)
  21. Stéphanie Grammond, « Un extra COVID-19, c’est grave, Docteur ? », sur La Presse, (consulté le 9 juin 2020)
  22. « Coronavirus : le Cirque du Soleil met 2600 personnes à pied », sur ICI.Radio-Canada.ca, La Presse canadienne, (consulté le 21 mars 2020)
  23. François Desjardins, « Québec offre un appui de 200 millions $US au Cirque du Soleil », sur Le Devoir, (consulté le 27 mai 2020)
  24. Guillaume Bourgault-Côté, « Les médias encaissent le coup de la crise », sur Le Devoir, (consulté le 15 juin 2020)
  25. Philippe Papineau, « Six quotidiens régionaux abandonnent le papier en semaine », sur Le Devoir, (consulté le 15 juin 2020)
  26. (en) Frédéric Tomesco, « Quebec medical gown order offers 'lifeline' to Montreal textile company », Montreal Gazette, (consulté le 16 avril 2020)
  27. Marie-Ève Fournier, « Aldo croule sous des dettes de 287 millions », La Presse,‎ (lire en ligne)
  28. Julien Arsenault, « Bombardier Aviation abolira 2500 emplois en 2020 », sur Le Devoir, (consulté le 9 juin 2020)
  29. La Presse canadienne et Julien Arsenault, « Le Cirque du Soleil se place à l’abri de ses créanciers », sur Le Devoir, (consulté le 22 juillet 2020)
  30. « Tristan veut se placer à l'abri de ses créanciers », sur Radio-Canada, (consulté le 22 juillet 2020)
  31. ICI.Radio-Canada.ca, « COVID-19 : la production laitière frappée de plein fouet par la crise - Coronavirus », sur Radio-Canada.ca
  32. « 200 000 poussins euthanasiés et 2 millions d’œufs détruits », sur La Presse,
  33. ICI.Radio-Canada.ca, « La récolte d'asperges du Québec menacée », sur Radio-Canada.ca
  34. « Infections de COVID-19 dans les fermes du Québec », sur Le Devoir
  35. ICI.Radio-Canada.ca, « Québec prépare un appel aux sans-emploi pour travailler dans les fermes - Coronavirus », sur Radio-Canada.ca
  36. « Québec versera 45 millions pour une prime aux travailleurs agricoles », sur La Presse,
  37. « Plus de 2300 personnes intéressées à aller travailler dans les champs », sur www.lesaffaires.com
  38. « Des asperges du Québec à la poubelle, faute de main-d’oeuvre », (consulté le 1er juin 2020)
  39. « Après les poussins, les fraises à la poubelle », sur La Presse,
  40. Fédération des transporteurs par autobus, « COVID-19 – Le transport interurbain par autobus aura besoin d’aide pour assurer la reprise des services partout au Québec », sur GlobeNewswire, (consulté le 20 juillet 2020)
  41. Agence QMI, « Aide financière pour le transport interurbain par autobus », sur Le Journal de Québec, (consulté le 20 juillet 2020)
  42. Audrey Paradis, « Reprise du transport en autocar entre Montréal et Québec dès vendredi », sur Radio-Canada Info, (consulté le 20 juillet 2020)
  43. Jean-Philippe Guilbault, « Orléans Express reprendra ses liaisons avec l’Est-du-Québec », sur Radio-Canada ICI Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, (consulté le 20 juillet 2020)
  44. Élisabeth Fleury, « COVID-19: Orléans Express limite ses autocars à 24 passagers », sur Le Quotidien, (consulté le 20 juillet 2020)
  45. Stéphane Baillargeon, « La consigne, victime collatérale de la COVID-19 », sur Le Devoir, (consulté le 13 mai 2020)
  46. La Presse canadienne, « Les contenants consignés seront à nouveau repris », sur Le Devoir, (consulté le 13 mai 2020)
  47. Jean-Michel Genois Gagnon, « Contenants consignés : le ton monte entre les brasseurs et les détaillants », sur Le Journal de Québec, (consulté le 25 mai 2020)
  48. « Le gouvernement annonce une pleine reprise des activités de consigne chez les détaillants en juin », sur RECYC-QUÉBEC, (consulté le 29 mai 2020)
  49. Jean-Michel Genois Gagnon, « Reprise de la consigne par les détaillants dès le 8 juin : RECYC-QUÉBEC impose la récupération des bouteilles et des canettes », sur Le Journal de Québec, (consulté le 29 mai 2020)
  50. « COVID-19 : Accès au parlement suspendu à tous les visiteurs à partir du 13 mars - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le 25 mars 2020)
  51. « COVID-19 : Ajournement des travaux parlementaires - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca (consulté le 25 mars 2020)
  52. Marco Bélair-Cirino, « Première commission parlementaire virtuelle de l’histoire à Québec », sur Le Devoir, (consulté le 2 mai 2020)
  53. Agence QMI, « COVID-19: l’opposition pourra questionner le gouvernement Legault de façon virtuelle », sur Le Journal de Québec, (consulté le 18 avril 2020)
  54. Pierre Michaud, « Les députés siègent dans des conditions extraordinaires », sur Journal le soir, (consulté le 13 mai 2020)
  55. La Rédaction, « Le drapeau du Québec au Parlement sera en berne pour les victimes de la Covid-19 », sur Québec Hebdo, (consulté le 13 mai 2020)
  56. Mylène Côté, « Québec change les règles du jeu pour relancer l’économie », sur Le Devoir, (consulté le 5 juin 2020)
  57. a b et c Fanny Lévesque, « Projet de loi 61: l’opposition lance un ultimatum au gouvernement », sur La Presse, (consulté le 11 juin 2020)
  58. Marie-Michèle Sioui et Mylène Côté, « Legault exclut le bâillon », sur Le Devoir, (consulté le 5 juin 2020)
  59. a et b Fanny Lévesque, « Projet de loi 61: une «opportunité» pour le crime organisé, estiment des organismes de surveillance », sur La Presse, (consulté le 11 juin 2020)
  60. Mylène Crête, « Le projet de loi omnibus de la CAQ critiqué par deux grandes centrales syndicales », sur Le Devoir, (consulté le 9 juin 2020)
  61. a et b Mylène Crête, « Pas de contrats pour «les petits amis», assure Legault », sur Le Devoir, (consulté le 11 juin 2020)
  62. La Presse canadienne, « La CAQ crée un site web pour vanter le projet de loi 61 », sur La Presse, (consulté le 11 juin 2020)
  63. Mylène Crête, « Les partis d’opposition lancent un ultimatum au gouvernement Legault », sur Le Devoir, (consulté le 11 juin 2020)
  64. Thomas Gerbet, « Amendements au PL61 : l'état d'urgence sanitaire limité au 1er octobre 2020 », sur La Presse, (consulté le 15 juin 2020)
  65. Isabelle Maltais, « Le sort du projet de loi 61 ne sera réglé qu'à l'automne », sur La Presse, (consulté le 15 juin 2020)
  66. Hélène Buzetti, « L’aide d’Ottawa sera conditionnelle », sur Le Devoir, (consulté le 23 juillet 2020)
  67. Hélène Buzetti et Marie Vastel, « Pas de chèque en blanc, prévient Trudeau », sur Le Devoir, (consulté le 23 juillet 2020)
  68. Hélène Buzetti, « Québec n’est pas seul à craindre l’empiètement d’Ottawa dans la relance de l'économie », sur Le Devoir, (consulté le 23 juillet 2020)
  69. Marie Vastel, « Trudeau s’entend avec les provinces », sur Le Devoir, (consulté le 23 juillet 2020)
  70. Marie Vastel, « L’aide directe aux provinces moins généreuse qu’Ottawa le laisse entendre », sur Le Devoir, (consulté le 23 juillet 2020)
  71. Zacharie Goudreault, « La crise du coronavirus fait craindre des dérives policières à Montréal », Métro,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2020).
  72. Nancy Massicotte, « Distanciation sociale : 5000 constats d’infraction au Québec dont 26 à Trois-Rivières », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2020).
  73. Jean-François Racine, « COVID-19 : la délation devient parfois exagérée à Québec », Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2020).
  74. François Carabin, « La crise sanitaire encourage le profilage racial, dénonce une avocate », Métro,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2020).
  75. Judith Desmeules, « «Ça va bien aller»: un arc-en-ciel avec la corde à linge », sur lesoleil.com, Le Soleil, (consulté le 7 avril 2020)
  76. Cynthia Brunet, « Des arcs-en-ciel pour égayer vos journées, malgré la COVID-19 », sur canalvie.com (consulté le 7 avril 2020)
  77. Bureau du Premier ministre du Québec, « Ça va bien aller dit François Legault », sur quebec.ca/premier-ministre, (consulté le 6 avril 2020)
  78. Élyse Allard, « « Flash tes lumières » pour briser l’isolement », sur ici.radio-canada/nouvelle, (consulté le 7 avril 2020)
  79. Véronique Racine, « Le mouvement «Flash tes lumières»: Jean-Marc Parent «trouve ça bien cool» », sur journaldequebec.com, Journal de Québec, (consulté le 7 avril 2020)
  80. ICI.Radio-Canada.ca, « « Flash tes lumières » : le CIUSSS demande à Saguenay d'intervenir - Coronavirus », sur Radio-Canada.ca
  81. « Un quatrième rassemblement «Flash tes lumières» et une parade à Chicoutimi », sur Le Quotidien,
  82. « COVID-19: les services d’urgence «flashent» leurs lumières pour les travailleurs de la santé », sur Le Quotidien,
  83. Jean-François Tardif, « Vertdure se lance dans la collecte des précieux masques N95 », sur lesoleil.com, Le Soleil, (consulté le 7 avril 2020)
  84. Léa Harvey, « Du gin au désinfectant : les distilleries, un service essentiel », sur quebechebdo.com, Québec Hebdo, (consulté le 7 avril 2020)
  85. Frederic Desjardins, « Beauce Jeans change son mandat pour aider les professionnels de la santé », sur leclaireurprogres.ca, L'éclaireur-progrès, (consulté le 7 avril 2020)
  86. Rima Elkouri, « S'en souviendra-t-on », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2020).
  87. (en) Tina Tenneriello, « Video showing support for frontline workers aims to fight racism », sur City News Montreal, (consulté le 10 mai 2020).
  88. Fabrice Vil, Interview, « Je me souviendrai », ICI RDI, 3 mai (consulté le 10 mai 2020).
  89. Fabrice Vil, interview par Claude Bernatchez, Mouvement #jemesouviendrai : Fabrice Vil, entrepreneur social, Première heure, ICI Radio-Canada Première, 4 mai 2020
  90. TVA Nouvelles, « «Une chance qu’on s’a»: proches malgré la distance », sur tvanouvelles.ca, (consulté le 10 mai 2020)
  91. ICI.Radio-Canada.ca, « La pollution semble baisser avec la COVID-19 : est-ce une bonne nouvelle? », sur Radio-Canada.ca
  92. « La COVID-19 a ralenti la pollution de l’air dans les grandes villes canadiennes », sur La Presse,
  93. « COVID-19: plus d’animaux sauvages observés en milieu urbain », sur La Presse,
  94. « Télé-Québec à la rescousse du programme scolaire », sur Le Journal de Montréal, Agence QMI, (consulté le 6 avril 2020)
  95. « La science en temps de pandémie », sur La Presse+,
  96. a et b Marine Corniou, « Le vaccin que tout le monde attend », Québec Science,‎ , p. 43-46 (lire en ligne, consulté le 28 juin 2020)
  97. Pierre-Paul Biron, « COVID-19: début des essais cliniques sur l’humain chez Medicago », sur Le Journal de Québec, (consulté le 23 juillet 2020)
  98. (en) Michael Doyle, « Canada begins clinical trial of experimental COVID-19 treatment using plasma from recovered individuals », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2020)
  99. « coronavirus Archives », sur Québec Science, (consulté le 11 juin 2020)
  100. Jean-François Cliche, « Désinfecter son masque à la vapeur? », sur Québec Science, (consulté le 11 juin 2020)
  101. « Polaire + reçoit plus de 1200 commandes de masques en moins de 24h », sur Le Quotidien,
  102. « COVID-19: Confection Imagine produit 6000 visières de protection pour les paramédics », sur Le Quotidien,
  103. ICI.Radio-Canada.ca, « Des entreprises s’adaptent à la crise du coronavirus - Coronavirus », sur Radio-Canada.ca
  104. « COVID-19: du matériel de protection imaginé et fabriqué à Québec [VIDÉO] », sur La Voix de l’Est,
  105. « Labatt, Pur Vodka et plusieurs compagnies produisent du désinfectant pour le réseau de la Santé! », nightlife.ca, (consulté le 5 mai 2020)
  106. « COVID-19: une station de lave-mains autonome «made in Saguenay» », sur Le Quotidien,
  107. « Ils développent un dispositif pour ouvrir une porte sans les mains », sur TVA Nouvelles
  108. « De l’aluminium garanti sans COVID-19 et fait au Québec », sur La Presse,
  109. a et b Mélanie Marquis, « Application de traçage COVI: les gens de Mila rendent les armes », sur La Presse, (consulté le 22 juin 2020)
  110. Hélène Buzetti et Marie Vastel, « Dépister et pister », sur Le Devoir, (consulté le 22 juin 2020)
  111. (en) Kate McKenna, « Testing the public's trust: Quebec premier mulls adopting contact-tracing app », sur CBC/Radio-Canada, (consulté le 26 mai 2020)
  112. Hannah Alsdurf, Yoshua Bengio, Tristan Deleu, Prateek Gupta, Daphne Ippolito, Richard Janda, Max Jarvie, Tyler Kolody, Sekoul Krastev, Tegan Maharaj, Robert Obryk, Dan Pilat, Valerie Pisano, Benjamin Prud’homme, Meng Qu, Nasim Rahaman, Irina Rish, Jean-François Rousseau, Abhinav Sharma, Brooke Struck, Jian Tang, Martin Weiss, et Yun William Yu, « COVI White Paper - Version 1.0 »
  113. a et b Fabien Deglise, « Le projet d’application de recherche de contacts de Mila crée tout un émoi », sur Le Devoir, (consulté le 22 juin 2020)
  114. Marc-Antoine Dilhac et Yoshua Bengio, « Une application de suivi de contacts «intelligente et éthique» contre la COVID-19 », sur Le Devoir, (consulté le 22 juin 2020)
  115. Mylène Crête, « Les lois du Québec insuffisantes pour encadrer les applications de «traçage» », sur Le Devoir, (consulté le 22 juin 2020)
  116. Joseph Elfassi, « COVI : LE PARI DE MILA », sur CScience IA, (consulté le 22 juin 2020)
  117. La Presse canadienne, « L’institut MILA lance une application de traçage de la COVID-19 », sur Le Devoir, (consulté le 22 juin 2020)
  118. Benoit Valois-Nadeau, « Le gala Artis annulé en raison du coronavirus », sur Journal Métro, (consulté le 21 mars 2020).
  119. Gabriel Beauchemin, « Le cinéma au temps du coronavirus », sur Le Journal de Montréal (consulté le 21 mars 2020).
  120. « Le milieu culturel de la région touché par la COVID-19 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 21 mars 2020).
  121. « Juste pour rire reporté, les Francos et le Festival de jazz annulés », sur ICI.Radio-Canada.ca, (consulté le 4 avril 2020)
  122. « Le Tour de l'île de Montréal annulé », sur ICI.Radio-Canada.ca, La Presse canadienne, (consulté le 4 avril 2020)
  123. « Québec demande l'annulation des festivals et événements publics sportifs et culturels jusqu'au 31 août », sur ICI.Radio-Canada.ca, (consulté le 10 avril 2020)
  124. TVA Nouvelles, « Ça va bien aller: la nouvelle chanson de Ginette Reno », sur journaldemontreal.com, Journal de Montréal, (consulté le 11 mai 2020)
  125. (en-US) « NHL statement on coronavirus », sur NHL.com (consulté le 27 mai 2020)
  126. (en) « Coronavirus: MLS suspends season for 30 days », sur Global News (consulté le 27 mai 2020)
  127. Dave Lévesque, « L'Impact peut revenir au Centre Nutrilait », sur TVA Sports, (consulté le 26 mai 2020)
  128. Zone Sports- ICI.Radio-Canada.ca, « Coronavirus : le baseball majeur retarde l'ouverture de sa saison », sur Radio-Canada.ca (consulté le 27 mai 2020)
  129. (en) « COVID-19 pandemic in Quebec », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  130. (en) Staff, « COVID-19: The World Figure Skating Championships in Montreal have been cancelled », sur Montreal, (consulté le 27 mai 2020)
  131. (en) Basem Boshra, « Montreal's Formula 1 Grand Prix race has been postponed in light of COVID-19 pandemic », sur Montreal, (consulté le 27 mai 2020)
  132. Alexandre Geoffrion-McInnis, « Le Grand Prix de Montréal finalement annulé », sur Le Devoir, (consulté le 27 juillet 2020)
  133. (en) Staff, « Tennis Canada announces postponement of Rogers Cup, which was scheduled for August », sur Montreal, (consulté le 27 mai 2020)
  134. (en) Mark Masters, « Montreal postponed, Toronto event "in jeopardy" as Tennis Canada faces "severe" economic challenge - TSN.ca », sur TSN, (consulté le 27 mai 2020)
  135. « COVID-19 : Basketball Québec interrompt ses activités à compter du 13 mars », sur RDS.ca, (consulté le 27 mai 2020)
  136. « Mise à jour COVID-19: arrêt des activités baseball jusqu'au 1er mai », sur Baseball Québec (consulté le 27 mai 2020)
  137. « Hockey Québec cesse ses activités de hockey mineur », sur Hockey Québec (consulté le 27 mai 2020)
  138. Roby St-Gelais, « Pandémie du coronavirus: la LHJMQ annule le reste de la saison régulière », sur Le Journal de Québec (consulté le 27 mai 2020)
  139. Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « Le Tour de l'île de Montréal annulé | Coronavirus », sur Radio-Canada.ca (consulté le 27 mai 2020)
  140. Zone Sports- ICI.Radio-Canada.ca, « Un pas de recul pour les événements de course à pied | Coronavirus », sur Radio-Canada.ca (consulté le 27 mai 2020)
  141. « Peu d’espoir pour les Grands Prix cyclistes de Montréal et de Québec », sur La Presse, (consulté le 27 mai 2020)
  142. Mathieu Boulay, « COVID-19: pas avant septembre pour les Alouettes », sur TVA Sports, (consulté le 30 mai 2020)
  143. Martin Comtois, « À quoi ressemblera la prochaine saison de la LCF? », sur Le Droit, (consulté le 30 mai 2020)
  144. Marie-Michèle Sioui, « Québec donne le feu vert aux entraînements sportifs à l'extérieur », sur Le Devoir, (consulté le 5 juin 2020)
  145. « Coronavirus : les Grand Prix de Québec et de Montréal finalement annulés », sur L'Équipe, (consulté le 28 juillet 2020)
  146. La Presse canadienne, « Annulation des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal », sur Le Devoir, (consulté le 28 juillet 2020)
  147. a et b « Les religieuses oubliées », sur La Presse,
  148. « Sonne ton clocher pour soutenir et prier », sur www.facebook.com (consulté le 9 avril 2020)
  149. « COVID-19 : Envolée de cloches », sur Diocèse de Montréal (consulté le 9 avril 2020)
  150. « COVID-19 : Envolées de cloches en signe de solidarité », sur Journal Saint-François, (consulté le 9 avril 2020)
  151. Zone Santé- ICI.Radio-Canada.ca, « COVID-19 : la communauté innue d’Ekuanitshit fermée aux non-résidents », sur Radio-Canada.ca (consulté le 1er avril 2020)
  152. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « COVID-19 : des points de contrôle à l'entrée de territoires autochtones | Coronavirus », sur Radio-Canada.ca (consulté le 1er avril 2020)
  153. « COVID-19 : Un point de contrôle à l'entrée du territoire innu de Pessamit », sur Le Soleil, (consulté le 1er avril 2020)
  154. « Côte-Nord: Pessamit confinée dès samedi », sur La Voix de l’Est, (consulté le 1er avril 2020)
  155. Alexandre Cantin, « Les Rangers canadiens se déploient sur la Basse-Côte-Nord », sur TVA Nouvelles, (consulté le 20 avril 2020)
  156. Guillaume Bourgault-Côté, « Les Mohawks bloquent la réouverture du parc d’Oka », sur Le Devoir, (consulté le 22 mai 2020)
  157. (en) Kathryn Greenaway, « Mohawk Band Council of Kanesatake removes Oka park blockade », sur Montreal Gazette, (consulté le 2 juin 2020)
  158. Alice Chantal Tchandem Kamgang, « Québec : réouverture du parc d’Oka, mais risque de filtrage à l’entrée? », sur Radio-Canada international, (consulté le 1er juin 2020)
  159. TVA Nouvelles, « Fin des contrôles routiers à Oka le 1er juin », sur TVA Nouvelles, (consulté le 1er juin 2020)
  160. « Ouverture d’une usine de masques chirurgicaux à Louiseville », TVA Nouvelles,‎ (lire en ligne, consulté le 23 avril 2020)
  161. « Coronavirus COVID-19 - Santé Montréal », sur Santé Montréal, (consulté le 19 avril 2020)
  162. Joran Collet, « COVID-19: points de presse, 19 mars: 121 cas confirmés - 28 à Montréal – Les déplacements inter-régions déconseillés », Journaldesvoisins.com, (consulté le 20 mars 2020).
  163. a et b Guillaume Lepage, « L’hôpital Royal Victoria accueillera des patients itinérants atteints de la COVID-19 », sur Le Devoir, (consulté le 21 mars 2020)
  164. Radio-Canada/La Presse canadienne, « Montréal ferme les modules et aires de jeu dans ses parcs », sur Le Devoir, (consulté le 3 avril 2020).
  165. « Montréal chante Leonard Cohen au balcon avec Martha Wainwright », sur lapresse.ca, (consulté le 23 mars 2020)
  166. Pierre-Luc Gagnon, « Ouverture d'une clinique pour dépister la COVID-19 à la place des Festivals, à Montréal », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 23 mars 2020)
  167. « La clinique de dépistage de la Place des festivals est ouverte », sur lapresse.ca, (consulté le 23 mars 2020)
  168. Jeanne Corriveau, « La Ville de Montréal décrète l’état d’urgence », sur Le Devoir, (consulté le 29 mars 2020)
  169. Janie Gosselin, « Des centres de jour pour les sans-abri à Montréal », sur lapresse.ca, (consulté le 29 mars 2020)
  170. « [VIDÉO] Des policiers du SPVM rendent hommage aux travailleurs de la santé du CHUM », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 14 juillet 2020)
  171. Ville de Montréal, « COVID-19: Prolongation de l'état d'urgence sur le territoire de l'agglomération », sur ville.montreal.qc.ca, (consulté le 15 juillet 2020)
  172. Agence QMI, « État d'urgence renouvelé jusqu'au 21 mai dans l'agglomération de Montréal », sur TVA Nouvelles, (consulté le 19 mai 2020)
  173. Ville de Montréal, « COVID-19: Prolongation de l'état d'urgence sur le territoire de l'agglomération », sur ville.montreal.qc.ca, (consulté le 28 juillet 2020)
  174. Camille Dauphinais-Pelletier, « COVID-19 : réduction de service à la STM », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 3 avril 2020)
  175. « L’île Notre-Dame fermée en raison de l’achalandage trop élevé », sur ICI Grand Montréal, (consulté le 5 avril 2020).
  176. Jeanne Corriveau, « Montréal annule tous les événements sportifs et culturels jusqu’au 2 juillet », sur Le Devoir, (consulté le 8 avril 2020).
  177. Marie-Eve Maheu, « Le Jardin botanique de Montréal veut doubler sa production de légumes pour les donner », Radio-Canada, (consulté le 17 avril 2020)
  178. « Huit arrondissements créent des corridors sanitaires », sur TVA Nouvelles, Agence QMI (consulté le 18 avril 2020)
  179. Tristan Péloquin et Kathleen Lévesque, « Montréal demande des compressions de 125 millions dans ses services », La Presse, (consulté le 23 avril 2020)
  180. Kathleen Lévesque, Tommy Chouinard et Louis-Samuel Perron, « Montréal-Nord, Saint-Michel et Rivière-des-Prairies en tête », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2020).
  181. Jeanne Corriveau, « Montréal-Nord, Saint-Michel et Rivière-des-Prairies sont des «quartiers chauds» de COVID-19 », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2020).
  182. Jeanne Corriveau et Marco Fortier, « Montréal-Nord en zone rouge », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2020).
  183. Nicolas Bérubé, « La clinique COVID démantelée au centre-ville de Montréal », sur La Presse, (consulté le 17 mai 2020)
  184. Olivier Faucher, « Ouverture d’un centre de dépistage sans rendez-vous à Montréal-Nord », Métro,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2020).
  185. « Ouverture d’un centre de dépistage sans rendez-vous à Montréal-Nord », sur montreal.ca, (consulté le 10 mai 2020).
  186. Daniel Renaud, « La tension monte à Bordeaux, le nombre de personnes infectées aussi », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mai 2020)
  187. Marco Bélair-Cirino et Marie-Michèle Sioui, « Legault s’impatiente et se rend à Montréal », sur Le Devoir, (consulté le 29 mai 2020)
  188. Hugo Duchaine, « COVID-19: un million de masques gratuits », sur Le Journal de Québec, (consulté le 29 mai 2020)
  189. Camille-Ly Drainville, « Montréal instaurera des «voies actives sécuritaires» pour les piétons et cyclistes », sur Nightlife.ca, (consulté le 22 juin 2020)
  190. « Les voies actives sécuritaires : un plan de déplacements estival », sur Ville de Montréal, (consulté le 22 juin 2020)
  191. François Desjardins et Annabelle Caillon, « Les consommateurs sont au rendez-vous à Montréal », sur Le Devoir, (consulté le 26 mai 2020)
  192. La Presse canadienne, « Vague de chaleur et d’humidité sur le Québec », sur Le Soleil, (consulté le 27 mai 2020)
  193. Jeanne Corriveau, « Montréal rouvre ses jeux d'eau malgré la pandémie », sur Le Devoir, (consulté le 27 mai 2020)
  194. Marie-Eve Cousineau, « Sept décès liés à la canicule de juin à Montréal », sur Le Devoir, (consulté le 27 juillet 2020)
  195. Jeanne Corriveau, « Masques obligatoires dans tous les lieux publics fermés de Montréal dès le 27 juillet », sur Le Devoir, (consulté le 22 juillet 2020)
  196. « Le Port du masque ou du couvre-visage dans les lieux publics en contexte de la pandémie de COVID-19 », sur Quebec.ca (consulté le 15 juillet 2020)
  197. Philippe Teisceira-Lessard, « Le Grand Nord du Québec se barricade », sur lapresse.ca, (consulté le 3 avril 2020)
  198. Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « COVID-19 : le Nunavik sur le qui-vive | Coronavirus », sur Radio-Canada.ca (consulté le 6 avril 2020)
  199. Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « Les Forces canadiennes appelées en renfort pour protéger le Nunavik de la COVID-19 | Coronavirus », sur Radio-Canada.ca (consulté le 6 avril 2020)
  200. a et b « Communiqués de presse | Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik », sur nrbhss.ca (consulté le 7 mai 2020)
  201. Julie Marceau, « La protection des enfants du Nunavik menacée par la faiblesse d'Internet », sur Radio-Canada, Espaces autochtones - Zone Justice, (consulté le 7 mai 2020)
  202. « Trois cliniques de dépistage du coronavirus dans la région », sur Le Quotidien,
  203. « Les cliniques désignées d'évaluation (CDÉ) et les cliniques de dépistage », sur Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Saguenay - Lac-Saint-Jean
  204. « Josée Néron dit non à la fermeture des frontières avec le Lac-Saint-Jean », sur Le Quotidien,
  205. « Toujours 16 cas au Lac-Saint-Jean »,
  206. « REGARD transparent sur le premier cas confirmé de COVID-19 dans la région », sur Le Quotidien,
  207. ICI.Radio-Canada.ca, « Premier cas de COVID-19 : au cocktail de Regard, à l'Inter et chez María María - Coronavirus », sur Radio-Canada.ca
  208. Agence QMI, « En vacances au Mexique, la mairesse de Saguenay, Josée Néron, a décidé de rentrer d’urgence au Québec », sur Le Journal de Québec, (consulté le 14 avril 2020)
  209. Service des communications et des relations avec les citoyens, Ville de Saguenay, « Pandémie de la COVID-19 : D’autres mesures préventives », sur Ville Saguenay, (consulté le 14 avril 2020)
  210. ICI.Radio-Canada.ca, « Le coronavirus a fait trois morts dans la région - Coronavirus », sur Radio-Canada.ca
  211. « COVID-19: cinq décès au Saguenay-Lac-Saint-Jean », sur Le Quotidien,
  212. Frank Rodi, « 31 mai : 37 nouveaux décès, mais 202 en réalité », sur Le Journal de Chambly, (consulté le 1er juin 2020)
  213. Tommy Chouinard et Hugo Pilon-Larose, « 18 000 cas d'ici un mois », sur lapresse.ca, (consulté le 1er avril 2020)
  214. Source : INPSPQ
  215. « Coronavirus (COVID-19) - Professionnels de la santé - MSSS », sur msss.gouv.qc.ca (consulté le 19 mars 2020)
  216. Société Radio-Canada, « Coronavirus : le Québec « sur pause » jusqu’au 13 avril », (consulté le 4 avril 2020)
  217. Source : Radio-Canada
  218. Source: Santé Montréal