Tunnel routier du Saint-Gothard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tunnel du Saint-Gothard.
Tunnel routier du Saint-Gothard
L'intérieur du tunnel.
L'intérieur du tunnel.

Type Tunnel routier
Géographie
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Itinéraire A2
Traversée Massif du Saint-Gothard
Coordonnées 46° 36′ 13″ N 8° 33′ 58″ E / 46.603611, 8.56611146° 36′ 13″ Nord 8° 33′ 58″ Est / 46.603611, 8.566111
Exploitation
Exploitant canton d'Uri
canton du Tessin
Péage Non
Trafic 5,5 millions (2006)
Caractéristiques techniques
Longueur du tunnel 16,918 km
Nombre de tubes 1
Nombre de voies par tube 2 (bidirectionnel)
Construction
Début des travaux
Fin des travaux
Ouverture à la circulation

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Tunnel routier du Saint-Gothard

Géolocalisation sur la carte : canton du Tessin

(Voir situation sur carte : canton du Tessin)
Tunnel routier du Saint-Gothard

Géolocalisation sur la carte : canton d'Uri

(Voir situation sur carte : canton d'Uri)
Tunnel routier du Saint-Gothard
L'argument pays(valeur <nowiki>Drapeau de la Suisse Suisse</nowiki>) n'existe pas dans le modèle appelé

Le tunnel du Saint-Gothard est un tunnel routier suisse qui traverse le massif du même nom.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le tunnel relie Göschenen dans le canton d'Uri au nord à Airolo au Tessin au sud sans passer par le col du Saint-Gothard. Avec ses 16,9 kilomètres, il est le deuxième plus long tunnel routier d'Europe et le quatrième du monde, après les tunnels de Lærdal, de Zhongnanshan, et du Jinpingshan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Approuvée par un vote de l'Assemblée fédérale en 1965, la construction du tunnel démarre cinq ans plus tard[1]. Après dix ans de travaux et pour un coût de 686 millions de francs, le tunnel est ouvert le [1], pour répondre au « boom automobile » en Suisse et au développement des échanges entre le nord et le sud de l'Europe[réf. nécessaire].

L'accident du 24 octobre 2001[modifier | modifier le code]

L’annonce dans la radio du tunnel.

Le 24 octobre 2001, à h 30, un camion immatriculé en Belgique, conduit par un chauffeur turc sous l'emprise de l'alcool, dévie de sa trajectoire et entre en collision avec un camion italien roulant en sens inverse. Les deux camions prennent feu, ainsi que quelques voitures à proximité. Onze personnes perdent la vie dans l'incendie qui suit la collision, la plupart intoxiquées par la fumée[2].

Conséquences de l'accident[modifier | modifier le code]

Le tunnel routier du Gothard est fermé pendant deux mois, provoquant un manque à gagner évalué à 33 millions de francs, cependant que le coût des réparations s'élève à 14 millions de francs[2].

Depuis, les camions doivent emprunter le tunnel en trafic alterné et en respectant une distance de sécurité. Des aires d'attente pour eux ont été aménagées de chaque côté du tunnel.

Construction d'un deuxième tube[modifier | modifier le code]

Le niveau de fréquentation de l'ouvrage, qui dépasse les six millions de véhicules par an, joint aux répercussions de l'accident amènent les autorités suisses à envisager le doublement du tunnel[1]. En 2004, les citoyens rejettent par référendum le contre-projet à l'initiative Avanti qui dérogeait à l'article sur la protection des Alpes en rendant légal la construction d'un deuxième tunnel routier au Gothard[1].

En 2014, la proposition du Conseil fédéral de construction d'un second tube destiné à la continuation du trafic durant l'assainissement du tunnel est approuvée par l'Assemblée fédérale. L'année suivante, l'association « Non au 2e tube au Gothard » parvient à recueillir 75 000 signatures nécessaires pour l'organisation d'un référendum. Lors de la votation du 28 février 2016, le projet gouvernemental est approuvé par 57 % des votants[1].

Conditions routières[modifier | modifier le code]

Le tunnel du Saint-Gothard fait partie de l'autoroute A2, qui va de Bâle, au nord, à Chiasso, au sud, à la frontière avec l'Italie.
Le trafic roule dans un tube unique en 2×1 voies. La vitesse y est limitée à 80 km/h et désormais une distance de 50 mètres entre chaque véhicule est exigée, 150 mètres pour les camions. Cet axe routier connait un trafic important ce qui engendre des embouteillages en particulier lors des jours fériés et des vacances[réf. nécessaire].

Depuis son ouverture, plus de 160 millions de véhicules l’ont emprunté[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Les Suisses disent oui à un 2e tunnel au Gothard », 24heures.ch, 29 février 2016
  2. a et b « Incendie du Gothard: c'était il y a dix ans », RTS, 24 octobre 2011
  3. Route et trafic 2011, Office fédéral des routes (OFROU).