Pandémie de Covid-19 en Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pandémie de Covid-19 en Suède
COVID-19 Outbreak Cases in Sweden by Number with Legend.svg
Nombre de cas par comté (en valeurs absolues).
COVID-19 Outbreak Cases in Sweden per capita with Legend.svg
Nombre de cas par comté (proportionnellement à la population)[1].
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Coordonnées
Premier cas
Date d'arrivée
Depuis le (11 mois et 19 jours)
Site web
Bilan
Cas confirmés
134 532 ()[1]
Cas sévères
73 ()[2]
Cas soignés
4 971 ()[3]Voir et modifier les données sur Wikidata
Hospitalisations
2 580 ()[1]
Morts
7 067 ()[1]

La pandémie de Covid-19 se propage en Suède à partir du lorsqu'un premier cas est détecté à Jönköping[4].

Au , le bilan en Suède est de 1 906 cas, dont 21 morts[5]. Le , on comptabilise 34 440 cas détectés pour 4 125 décès.

Gestion[modifier | modifier le code]

Contrairement à la plupart des pays européens, ce n'est pas le gouvernement de Stefan Löfven qui gère la crise mais Anders Tegnell, épidémiologiste à l’Agence suédoise de la santé publique, un organisme indépendant dont les recommandations sont suivies par le gouvernement[6]. Le choix est fait de ne pas confiner la population[7], et de garder la société « à moitié fermée » (télétravail encouragé, écoles, collèges et restaurants ouverts mais application des gestes barrière)[8]. Vingt-deux scientifiques de renom ont pourtant critiqué ce choix mi-avril dans le journal suédois Dagens Nyheter.

7,3 % des habitants de Stockholm ont développé des anticorps relatifs au SARS-CoV-2 fin avril[9].

Début juin, alors que le nombre de cas déclarés en Suède était de 38 589 (dont 4 468 décès), l'épidémiologiste Anders Tegnell, chargé de la gestion de la pandémie à l'Agence de santé publique suédoise, a reconnu que l'approche plus souple adoptée par le royaume scandinave aurait pu ou dû être améliorée[10]. « Si nous devions rencontrer la même maladie avec tout ce que nous savons aujourd'hui sur elle, je pense que nous finirions par faire quelque chose entre ce que la Suède et le reste du monde ont fait », a-t-il expliqué à la radio publique suédoise[10]. En juillet, il confirme : « Le déclin rapide des cas que l’on voit actuellement en Suède est une autre indication qui affirme que l’on peut avoir un nombre de cas en baisse dans un pays sans qu’il y ait de confinement »[11].

En septembre, Tegnell déclare dans un entretien accordé à France 24 : « Nous n'aimons pas imposer quoi que ce soit en Suède dans le domaine de la santé publique » et préférer « miser sur la responsabilité, ainsi que sur le sens du civisme » des citoyens[12].

D'après l'OCDE, le gouvernement a eu besoin de 58 jours au printemps pour faire descendre l'indicateur R en dessous de l'unité, là où ce temps était de 34 jours en moyenne en Europe[13].

7 800 personnes y sont décédées du coronavirus en raison de la propagation générale du virus dans la société. Cette stratégie a été critiquée le 17/12/2020 par le roi de Suède :

« J’estime que nous avons échoué. »

— Carl XVI Gustaf, roi de Suède[13]

Système de santé[modifier | modifier le code]

Le Premier ministre Stefan Löfven a admis que le pays était « mal préparé » face à la crise sanitaire. Le système de santé suédois a souffert depuis les années 1990 de coupes budgétaires et de certaines privatisations. Le pays ne dispose que de 2,2 lits d’hôpital pour 1 000 habitants. Hôpitaux, centres médicaux, maisons de retraite subissent une pénurie de matériel et de personnel soignant formé[14].

En Suède, 90 % des personnes décédées au 28 avril avaient plus de 70 ans. La moitié d'entre eux étaient des résidents de maisons de retraite, et un autre quart recevait des soins à domicile, comme le montrent les statistiques du Conseil suédois de la santé et de la protection sociale[15].

Le manque général de matériel de protection pour le personnel a été relevé. Dans le grand Stockholm, l'épicentre de la propagation du virus en Suède, 55 % des maisons de retraite ont jusqu'à présent confirmé des cas de Covid-19, selon les autorités sanitaires de la région de Stockholm[15].

Mesures prises[modifier | modifier le code]

Première vague (mars 2020)[modifier | modifier le code]

Information de Folkhälsomyndigheten (en), l'agence de santé publique en Suède, comment se protéger et protéger les autres.

11 mars : interdiction des rassemblements de plus de 500 personnes[16].

18 mars : fermeture des lycées et des universités[7].

29 mars : interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes, ainsi que les visites dans les maisons de retraite, mais le pays s'est distingué de la plupart des autres en ne fermant pas les écoles pour les moins de 16 ans, ni les cafés, bars, restaurants et entreprises, tout en appelant chacun à respecter les recommandations de distanciation physique et tant que possible à travailler au domicile (télétravail), à limiter ses contacts et à se bien laver les mains régulièrement[10]. Ces mesures jugées laxistes par une partie de la population ont « suscité une vague de critiques, aussi bien dans le pays qu'en dehors, à l'heure où le nombre de morts y a largement dépassé ceux des voisins nordiques, qui ont tous imposé des mesures restrictives »[10].

Début avril, la Suède décide de ne plus avoir recours aux traitements à base de chloroquine en dehors d'essais cliniques en raison de l'absence de preuves suffisantes de son efficacité et de ses effets secondaires souvent graves et sous-évalués[17],[18].

Le télétravail est encouragé jusqu'au Nouvel An pour limiter la propagation du virus[19].

Deuxième vague (novembre 2020)[modifier | modifier le code]

Décisions du 16 novembre[modifier | modifier le code]

Avec l'arrivée de la deuxième vague de l'épidémie qui fait entre 10 et 15 morts par jour, le le Premier ministre Stefan Löfven annonce l'interdiction des rassemblements de plus de huit personnes dans tous les lieux publics, à l'exception des écoles, centre commerciaux et lieux de travail.

À partir du 20 novembre, la vente d'alcool est interdite après 22 heures[20]. Jusqu’à présent, le gouvernement suédois n’avait pas prévu de mettre en place des mesures sanitaires aussi strictes face au coronavirus[21]. Pour réduire l'impact sur son système médical, le gouvernement impose également des restrictions sur les ventes d'alcool et des fermetures d'écoles[22].

Décisions du 18 décembre[modifier | modifier le code]

Le 16 décembre, le taux d’incidence est passé à 739 cas pour 100 000 habitants (contre 236 pour la France), soit le cinquième le plus élevé d’Europe, selon le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies (ECDC)[13].

Quasiment partout dans le royaume, le nombre des hospitalisations dépasse désormais les chiffres enregistrés au printemps. À Stockholm, le directeur régional de la santé, Björn Eriksson, évoquant une pression « historiquement élevée », s’est résigné, mardi 15 décembre, à annoncer le report de tous les soins programmés jusqu’à fin janvier. La semaine précédente, l’hôpital Karolinska avait déjà décidé d’annuler les opérations pédiatriques non urgentes[13].

Le vendredi 18 décembre, le gouvernement a annoncé que les Suédois seraient enjoints de se couvrir le visage, à partir du 7 janvier, dans les transports en commun[23]. Le gouvernement a aussi annoncé une série de nouvelles restrictions, qui entreront en vigueur le 24 décembre. Les bars et restaurants restent ouverts, mais ils devront arrêter de servir de l’alcool à 20 h (contre 22 h, depuis le 20 novembre) et ne pourront accueillir des groupes de plus de quatre personnes. Commerces et salles de sports vont devoir limiter le nombre de leurs clients. Par ailleurs, toutes les institutions publiques encore ouvertes sont fermées. Parmi elles : les piscines, bibliothèques et les gymnases. Les cinémas, théâtres et musées, avaient déjà baissé le rideau, début novembre, quand la jauge pour les rassemblements publics a été ramenée à huit personnes, y compris pour les réunions privées[23].

Thérapeutiques[modifier | modifier le code]

Vaccination[modifier | modifier le code]

En novembre 2020, les Suédois, échaudés par la vaccination contre le virus de la grippe A (H1N1) en 2009 à laquelle ils avaient largement adhéré, expriment leur extrême méfiance envers les nouveaux vaccins, beaucoup envisagent de les refuser[24].

Conséquences économiques[modifier | modifier le code]

Le gouvernement s'attend à un taux de chômage situé entre 9 % et 13 %, contre 6,8 % avant la pandémie[14].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nombre de cas (bleu) et nombre de morts (rouge) en échelle logarithmique.

Les graphiques qui suivent sont établis à partir des données de l'OMS[25]

Nota: les données de l'OMS ont du retard par rapport à celle de l'Agence de Santé Publique de Suède. De plus, celle-ci corrige ses données dans le passé alors que l'OMS ne le fait pas.

Nombre de cas de Covid-19
Variation hebdomadaire du nombre de cas de Covid-19

Lecture : dans la semaine du au , 4 255 personnes supplémentaires atteintes de Covid-19 ont été recensées.


Décès
Variation hebdomadaire du nombre de décès

Lecture : dans la semaine du au , 654 personnes supplémentaires sont décédées d'une cause attribuée à la Covid-19.

Décès par classe d'âge[modifier | modifier le code]

En nombre cumulé au 24 août 2020, 5 813 décès (2 633 femmes et 3 180 hommes)[26]. Les plus de 70 ans représentent 89 % des décès.

Décès par classe d'âge (24 août 2020)
Classe d'âge Nombre Pourcentage
0−9 ans 1 0,1
10−19 ans 0 0
20−29 ans 11 0,2
30−39 ans 16 0,3
40−49 ans 45 0,8
50−59 ans 162 2,8
60−69 ans 399 6,9
70−79 ans 1 252 21,5
80−89 ans 2 411 41,4
Plus de 90 ans 1 516 26
Total 5 813 100

Personnalités mortes à cause de la Covid-19[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (sv) « Antal fall av covid-19 i Sverige – data uppdateras dagligen kl 11.30 », sur Public Health Agency of Sweden – Official statistics at arcgis, Public Health Agency of Sweden (en) (Folkhälsomyndigheten), (consulté le 9 avril 2020).
  2. (en) « Coronavirus Update (Live) », sur www.worldometers.info.
  3. (en) « https://shorttermrentalz.com/features/sweden-jury-lockdown-gamble/ »
  4. (sv) « Bekräftat fall i Jönköping av nya coronaviruset (2019-nCoV) », sur www.folkhalsomyndigheten.se, (consulté le 21 mars 2020).
  5. (sv) « Antal fall av Covid-19 », sur www.folkhalsomyndigheten.se (consulté le 22 mars 2020).
  6. « Entretien. Pour l’épidémiologiste suédois Anders Tegnell, “fermer les frontières est ridicule” », sur Courrier international, (consulté le 16 novembre 2020).
  7. a et b « Coronavirus : la Suède ne fait pas comme tout le monde », sur www.francetvinfo.fr (consulté le 5 avril 2020).
  8. « Anders Tegnell : "Sans masques, la Suède a réussi à contrôler le coronavirus" », sur lexpress.fr, (consulté le 16 novembre 2020).
  9. (en) Jon Henley, « Just 7.3% of Stockholm had Covid-19 antibodies by end of April, study shows », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 2 juin 2020).
  10. a b c et d « La Suède reconnaît que son approche face au coronavirus aurait pu être meilleure », sur lejournaldumedecin.com, (consulté le 5 juin 2020).
  11. (en) « Why we aren't wearing masks in Sweden », sur UnHerd, (consulté le 16 novembre 2020).
  12. "Anders Tegnell, épidémiologiste en chef de la Suède : "Nous sommes satisfaits de notre stratégie"[1]
  13. a b c et d https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/17/covid-19-la-strategie-suedoise-remise-en-cause_6063672_3210.html
  14. a et b Goarant Violette, « En Suède, une riposte sans état d’urgence », sur Le Monde diplomatique, .
  15. a et b (en) « Sweden admits failure to protect elderly in care homes »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CNA (consulté le 30 mai 2020).
  16. (sv) S. V. Nyheter, « Regeringen stoppar stora möten », SVT Nyheter,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juin 2020).
  17. « Utilisation de la chloroquine : la Suède fait-elle machine arrière ? », sur LCI, (consulté le 14 avril 2020).
  18. « Chloroquine et coronavirus : des incertitudes subsistent, ce qu'on sait vraiment », sur www.linternaute.com, (consulté le 14 avril 2020).
  19. Elise Deleve, « Coronavirus : les pays nordiques (très) frileux sur le port du masque », sur www.franceinter.fr, (consulté le 5 novembre 2020).
  20. « Covid-19: la Suède limite les rassemblements à huit personnes, un choc pour la population », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le 16 novembre 2020).
  21. https://www.lci.fr/sante/la-suede-fait-elle-vraiment-machine-arriere-dans-sa-gestion-du-covid-19-2170584.html sur LCI.fr, en date du 20/11/2020
  22. (en) Bojan Pancevski, « Long a Holdout From Covid-19 Restrictions, Sweden Ends Its Pandemic Experiment », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  23. a et b « Covid-19 : le masque recommandé dans les transports en Suède », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020)
  24. « Échaudés, les Suédois refusent le vaccin contre le Covid », sur www.lematin.ch, (consulté le 15 décembre 2020)
  25. (en) « COVID-19 situation reports », sur www.who.int (consulté le 3 juin 2020).
  26. « Covid-19 La Suède maintient sa stratégie malgré les critiques », sur Les Échos, .

Liens externes[modifier | modifier le code]