Hôpital universitaire de la Charité de Berlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charité
Image illustrative de l’article Hôpital universitaire de la Charité de Berlin
Image illustrative de l’article Hôpital universitaire de la Charité de Berlin
Vue de l’hôpital
Présentation
Coordonnées 52° 31′ 37″ nord, 13° 22′ 38″ est
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Ville Berlin
Adresse Charitéplatz 1
10117 Berlin
Fondation
Site web www.charite.de
Organisation
Type Centre hospitalier universitaire
Affiliation Université libre de Berlin
Université Humboldt de Berlin
Services
Standards National standards
Service d’urgences oui
Nombre de lits 3 200
Direction Heyo K. Kroemer
Géolocalisation sur la carte : Berlin
(Voir situation sur carte : Berlin)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Allemagne/Berlin
Point carte.svg

L'hôpital universitaire de la Charité de Berlin (en allemand : Charité – Universitätsmedizin Berlin), fondé en 1710 comme maison de santé pour les malades de la peste, est l'hôpital le plus ancien de Berlin et, avec plus de 3 000 lits, l'un des premiers centres hospitaliers universitaires au monde. Nommé hôpital universitaire après la création de l'université de Berlin en 1810, les quatre campus abritent aujourd'hui les facultés de médecine de l'université Humboldt et de l'université libre de Berlin.

L'hôpital acquit une réputation[Laquelle ?] en recherche et enseignement, c'est de cette institution que sortira un grand nombre des lauréats du prix Nobel de physiologie ou médecine. La Charité est l'une des établissements d'enseignement supérieurs au sein de la Fondation allemande pour la recherche et a accompagné de nombreux projets dans le cadre de l'initiative d'excellence allemande.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Charité vers 1740.

Le , Frédéric Ier, roi en Prusse a adopté un règlement qui ordonna la construction d'une maison de quarantaine pour les malades de la peste en dehors des murs de Berlin. Durant la grande guerre du Nord, la maladie s'était répandue en Prusse-Orientale et menacerait désormais également la marche de Brandebourg. L'institution a été fondée le et les travaux commenceraient.

Néanmoins, la ville est restée épargnée par cette épidémie. Les années suivantes, l'infirmerie a servi d'hôpital militaire et d'hospice. Le , le « Roi-Sergent » Frédéric-Guillaume Ier décrète que le bâtiment porterait le nom français d'« hôpital de la Charité ». Des nouveaux bâtiments d'approvisionnement sont réalisés sur le terrain ; en 1713 déjà, un théâtre anatomique avait été inauguré, qui est devenu un centre de formation des médecins militaires. Le , la Pépinière, deuxième établissement du type « école de chirurgie », a été fondée à proximité. Rudolf Virchow et Hermann von Helmholtz sont boursiers de cette institution.

En 1801, le docteur Christoph Wilhelm Hufeland est nommé médecin du roi et directeur médical de la Charité. À partir de 1810, il exerce également la fonction de doyen de la faculté de médecine de la nouvelle université de Berlin qui s'y installe en 1828. En 1815, le médecin Carl August Wilhelm Berends est nommé professeur de médecine à l'université et directeur de l'hôpital de la Charité. Nommé hôpital universitaire, il acquiert une réputation en recherche et enseignement. Rudolf Virchow, chef de l'institut de pathologie nouvellement créée en 1856, y a développé la thèse selon laquelle toute cellule provient d'une autre cellule (omnis cellula e cellula), le troisième axiome de la théorie cellulaire.

La Charité vers 1907.

Après l'unification allemande, Emil Adolf von Behring et Paul Ehrlich travaillaient pour l'établissement d'un système de santé national. Robert Koch tint un poste au district sanitaire de Berlin à partir de 1880 ; en ce temps, il découvert les agents pathogènes de la tuberculose et ceux du choléra (isolés pour la première fois par Filippo Pacini en 1854). Sous l'égide de Friedrich Althoff, directeur-général au ministère prussien pour les biens et les activités culturelles, au tournant du siècle, de nombreuses nouvelles constructions réalisées qui marquent encore l'image du complexe hospitalier.

Sous le régime nazi, de nombreux membres juifs du personnel ont été licenciés. À partir de 1938, le SS-Standartenführer et professeur titulaire Max de Crinis est nommé chef de clinique. Après la Seconde Guerre mondiale, la Charité se trouvait en Berlin-Est, située tout proche du mur de Berlin. Elle était considérée comme le premier hôpital public de la République démocratique allemande ; tandis qu'en Berlin-Ouest, l'hôpital Rudolf Virchow et le nouveau Klinikum Benjamin Franklin au district de Steglitz sont devenus les centres médicals de l'université libre de Berlin. Après la réunification allemande, les sites fusionnent en un établissement qui portera désormais le nom de « Charité ».

Sites[modifier | modifier le code]

Les quatre campus de la Charité de Berlin.

Le campus historique de la Charité (CCM) est situé dans le quartier de Mitte, sur la rive septentrionale de la Sprée. D'autres sites sont localisés à Wedding (campus Virchow Klinikum, CVK), Lichterfelde (campus Benjamin Franklin, CBF) et Buch (campus Berlin-Buch, CBB).

Coopérations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]