L'Est républicain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Le Républicain lorrain.
L'Est républicain
Image illustrative de l'article L'Est républicain

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quotidien
Format Grand format
Genre Presse quotidienne régionale
Prix au numéro 1,10 € (semaine)
1,85 € (dimanche)
Diffusion 125 319 ex. (2015)
Fondateur Léon Goulette
Date de fondation
Ville d’édition Nancy

Propriétaire Groupe EBRA (BFCM)
Directeur de publication Christophe Mahieu
Rédacteur en chef Jean-Marc Lauer
ISSN 0240-4958
Site web www.estrepublicain.fr
Supplément

L'Est républicain est un quotidien régional français fondé le par Léon Goulette à Nancy. Il est principalement diffusé en Lorraine et en Franche-Comté à travers dix éditions locales. En 2015, il est lu par 125 319 personnes par jour en moyenne.

Il est le titre phare du groupe Est républicain ou France Est Médias qui rassemble également les Dernières Nouvelles d'Alsace, Le Journal de la Haute-Marne et Vosges Matin. Depuis 2010, le groupe fait partie du groupe EBRA, propriété de la Banque fédérative du Crédit mutuel (BFCM).

Histoire[modifier | modifier le code]

1889 - 1914 : Fondation et développement[modifier | modifier le code]

L'Est républicain est fondé à Nancy par Léon Goulette le , jour de l'inauguration de l'Exposition universelle de Paris pour laquelle a été construite la Tour Eiffel. Le premier numéro est tiré à 1 200 exemplaires sur quatre pages. Le journal est alors le sixième quotidien de la presse nancéienne, aux côtés notamment du Journal de la Meurthe et des Vosges (1799), de L'Espérance (1838) et de L'Impartial. Vendu 5 centimes, le journal se positionne sur une ligne anti-boulangiste et pro-républicaine. Il est porté par de nombreuses personnalités de sensibilité républicaine, comme Jules Méline, Jules Ferry, Émile Gallé, Antonin Daum, ainsi que par des personnalités politiques de Nancy et de Lorraine. Son siège se situe rue de Saint-Dizier dans le centre-ville de Nancy[1],[2],[3].

L'ancien siège du quotidien régional, avenue Foch à Nancy.

Le , René Mercier prend la tête du journal en remplacement de Léon Goulette qui paye sa position antidreyfusarde. En véritable patron de presse, il ouvre une agence à Paris pour recueillir à la source les informations politiques et les publicités. Le journal dégage alors assez de bénéfices pour s'autofinancer. Les locaux étant devenus trop exigus, René Mercier achète un terrain à la Compagnie de l'Est, à l'angle du faubourg Saint-Jean. En , la rédaction s'installe dans un hôtel conçu par l'architecte français Pierre Le Bourgeois dans le style de l'École de Nancy. En parallèle, le directeur achète une nouvelle rotative d'une vitesse de 20 000 exemplaires par heure, permettant d'accroître le nombre de pages et d'éditions sans augmenter le prix[4],[5].

En 1911, le tirage est de 21 000 exemplaires répartis en trois éditions. Le journal se modernise : nouvelle présentation, introduction des photographies, nouvelles rubriques sur la mode, l'industrie ou l'agriculture, embauche de jeunes journalistes et de nombreux correspondants. L'Est républicain passe à six éditions en s'étendant aux départements voisins : les Vosges et la Meuse. Le journal se positionne alors plutôt à gauche, tout en dénonçant les pacifistes et les antimilitaristes, et soutient l'action du lorrain Raymond Poincaré, président de la République française[4].

1914 - 1945 : Le journal pendant les deux guerres mondiales[modifier | modifier le code]

En 1914, à la suite de la déclaration de la Première Guerre mondiale, le journal perd une bonne partie de son personnel. Situé en zone de combat, il est victime de la censure militaire française. Mais il continue à paraître, parfois sur une simple feuille recto-verso. Le journal contribue à maintenir le moral des nancéiens, notamment pendant la bataille du Grand-Couronné de et lorsqu'il est envisagé d'évacuer la ville en 1918. Dans la nuit du 26 au , l'imprimerie est bombardée mais le journal parait quand même sur une seule page[6].

En 1920, le tirage est de 60 000 exemplaires[réf. nécessaire]. En 1927, le journal est tiré à 100 000 exemplaires et étend sa diffusion à la Haute-Saône et au Territoire de Belfort. En 1933, L'Est républicain possède des bureaux à Bar-le-Duc, Verdun, Metz, Thionville, Épinal, Saint-Dié et Belfort[2].

Avant la Seconde Guerre mondiale, L'Est républicain tient une ligne anti-nazi. Les restrictions de papier et les coupures d'électricité rendent la parution du journal difficile. Le , le journal parait pour la dernière fois. Le , alors que les allemands entrent dans Paris, le journal se saborde, tout comme son concurrent, L'Éclair de l'Est, le lendemain. Le , les allemands entrent dans Nancy, et le , les autorités réquisitionnent les locaux de L'Est républicain[2],[7].

La région étant désormais dépourvue d'informations écrites, les rédacteurs de L'Est républicain et de L'Éclair de l'Est créent le bulletin d'information Nancy Presse qui paraîtra jusqu'au . Le , le journal collaborationniste L'Écho de Nancy publie son premier numéro[7]. Totalement contrôlé par les allemands, il défend le nazisme, Adolf Hitler et prône l'antisémitisme. Le dernier numéro imprimé sur les installations de L'Est républicain sort le , mais il continue d'être imprimé en Allemagne jusqu'en [8].

À la Libération, L'Est républicain est réquisitionné par la Résistance qui lui reproche d'avoir collaboré avec l'ennemi. Les résistants impriment la République de l'Est Libéré. Finalement, le , L'Est républicain est de retour avec Jacques Zenner comme rédacteur[8].

1945 - 1997 : Reprise du développement[modifier | modifier le code]

En 1951, le tirage atteint 200 000 exemplaires. Le journal s'est étendu à la Haute-Marne et à la Franche-Comté. De plus, une nouvelle édition a été créée pour le Doubs avec l'ouverture d'un bureau à Besançon[2].

En 1968, le journal passe un accord de collaboration avec Le Journal de la Haute-Marne. Les services de vente, de rédaction et de production pour la réalisation sont mis en commun, tandis que les résultats sont partagés à 50/50[9].

Les locaux du journal à Houdemont.

En 1977, une enquête du Centre d'étude des supports de publicité (CESP) place le groupe L'Est républicain au quatrième rang de la presse quotidienne française avec 1 356 000 lecteurs. En , le journal se fait construire de nouveaux locaux à Houdemont, dans la banlieue de Nancy. En 1985, tous les services, sauf la rédaction locale de Nancy, s'installent dans les nouveaux locaux[2].

À partir de 1982, toutes les éditions de L'Est républicain sont tirées en offset[2]. En 1983, Gérard Lignac, déjà administrateur du journal depuis 1966, en devient le président[10]. En 1989, le journal fête son centenaire en ouvrant ses portes à 15 000 lecteurs[2].

Le , le journal lance une édition quotidienne en braille, la première en Europe et la deuxième au monde[2].

En , L'Est républicain est partenaire avec M6 pour la production du flash local 6 Minutes Nancy, rebaptisé plus tard Le Six' Nancy.

1997 - 2010 : Constitution du groupe Est républicain[modifier | modifier le code]

En , L'Est républicain devient actionnaire majoritaire des Dernières Nouvelles d'Alsace, basées à Strasbourg, en rachetant pour 250 millions de francs les parts de la Banque Vernes. En parallèle, le groupe vend les journaux L'Est-Éclair et Libération Champagne au groupe France-Antilles, qui détient également 27 % de L'Est républicain[11].

En , L'Est républicain prend le contrôle de son concurrent La Liberté de l'Est[12], renforçant ainsi son influence dans l'Est de la France[2]. Le , Christophe de Beco, neveu du PDG Christophe de Beco, est nommé directeur général de L'Est républicain[13].

En , Le Journal de la Haute-Marne devient une société par actions simplifiée[9] détenue à 50 % par L'Est républicain.

En , le groupe Est républicain ou France Est Médias rachète pour un montant de 270 millions d'euros le pôle Rhône-Alpes de la Socpresse (Le Progrès, Le Dauphiné libéré, Le Bien public, Le Journal de Saône-et-Loire) avec l'appui financier de la Banque fédérative du Crédit mutuel (BFCM). Le nouvel ensemble formé est le groupe EBRA, détenu à 51 % par le groupe Est républicain et à 49 % par le Crédit mutuel[14],[15].

Le , L'Est républicain révèle une note classée confidentiel-défense de la DGSE indiquant que les services secrets saoudiens sont convaincus qu'Oussama ben Laden est mort le d'une crise de fièvre typhoïde. L'information n'est pas confirmée par la France et les États-Unis[16].

En , le Crédit mutuel acquiert la société France Est, qui détient 18 % du capital du groupe Est républicain, qui lui-même détient 51 % du groupe EBRA. Le Crédit mutuel devient ainsi actionnaire majoritaire du groupe EBRA. Mais le groupe Hersant Média, actionnaire minoritaire du groupe Est républicain, demande l'annulation de cette prise de contrôle qui réduit sa part de 27 % à 17 %, le dépossédant de sa minorité de blocage. Le tribunal de commerce de Nancy lui donne raison le et la cour d'appel de Nancy confirme le jugement le 17 juin 2 009[17].

Le , La Liberté de l'Est et l'édition vosgienne de L'Est républicain sont remplacées par Vosges Matin[18].

Le , L'Est républicain publie une nouvelle formule avec un nouveau logo, un nouveau format (grand format passé de 8 à 7 colonnes), une nouvelle maquette, et un nouveau projet éditorial. Le journal s'articule autour de trois piliers : proximité, décryptage de l'actualité et investigation ; et se déroule en cinq séquences : Ville et locale, Région, Sports, France-Monde, L'Est et vous (vie pratique). Le coût de cette nouvelle formule est de 2 millions d'euros sans compter les futurs investissements pour augmenter le nombre de pages en couleur[19],[20].

Depuis 2010 : Rachat par le Crédit mutuel[modifier | modifier le code]

En , la Banque fédérative du Crédit mutuel (BFCM) rachète les 29 % que détient le groupe Hersant Média dans le groupe Est républicain[21]. Déjà possesseur d'une part du capital, il détient ainsi 48 % du groupe Est républicain. Le mois suivant, il rachète les 43 % de parts du PDG Gérard Lignac et prend ainsi le contrôle du groupe qui se voit intégré dans le groupe EBRA[22],[23]. Le , l'Autorité de la concurrence autorise la prise de contrôle du groupe Est républicain par le Crédit mutuel « sous réserve d'engagements » sur « la diversité des contenus, le maintien des rédactions en chef dédiées et la garantie de la diffusion des titres de PQR rachetés dans les zones » où ceux-ci sont en concurrence[24]. En , Pierre Wicker devient ainsi le directeur général commun de L'Est républicain, du Républicain lorrain et de Vosges Matin[25].

Le , le quotidien franc-comtois Le Pays, propriété de L'Alsace, est cédé à L'Est républicain. Il s'agit de mettre fin à une concurrence « stérile et improductive » entre les deux titres, propriétés du groupe EBRA. Les 40 salariés du Pays rejoignent les 73 journalistes de L'Est républicain en Franche-Comté, et une édition L'Est républicain-Le Pays est créée[26],[27].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Directeurs généraux / Directeurs de la publication
  • Gérard Colin : -
  • Pierre Wicker : - (commun à L'Est républicain, au Républicain lorrain et à Vosges Matin)[25]
  • Christophe Mahieu : depuis (commun à L'Est républicain, au Républicain lorrain et à Vosges Matin)[28]
Rédacteurs en chef
  • Léon Goulette : -
  • René Mercier : -
  • Jacques Zenner : -
  • Pierre Taribo : 1989 - [29]
  • Michel Vagner : - (intérim)[30]
  • Pierre Taribo : -
  • Rémi Godeau : - [31]
  • Jean-Marc Lauer : depuis (commun à L'Est républicain, au Républicain lorrain et à Vosges Matin)[32]

Siège[modifier | modifier le code]

Le premier siège de L'Est républicain est situé rue Saint-Dizier, dans le centre-ville de Nancy[1].

En , le nouveau siège est un bâtiment situé à l'angle de l'avenue Foch et du boulevard Joffre, toujours dans le centre de Nancy. Il est conçu par l'architecte français Pierre Le Bourgeois dans le style de l'École de Nancy, proche de l'Art nouveau[4],[5].

Depuis 1985, le siège est situé rue Théophraste-Renaudot à Houdemont, dans la banlieue de Nancy. Sa construction avait débuté en [2],[33].

Finances[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des titres de presse français, le journal L'Est républicain touche de fortes subventions de l’État. Ainsi, il a perçu 1,83 millions d'euros en 2004 pour l'installation de tours d'impression quadrichromiques, 1,15 millions d'euros en 2005 pour la modernisation de la salle d'expédition et 1,02 millions d'euros en 2009 pour la modernisation et la refonte du contenu-maquette-format[34].

Publications[modifier | modifier le code]

Éditions locales[modifier | modifier le code]

Lorraine
Franche-Comté

Suppléments[modifier | modifier le code]

Chaque dimanche, le journal est accompagné de trois suppléments[35] :

D'autres suppléments peuvent être ajoutés au journal du dimanche, comme des programmes culturels locaux, des cahiers de jeux, des magazines de vie pratique ou des magazines autos.

Nouveaux médias[modifier | modifier le code]

L'Est républicain possède un site web sur lequel les articles sont accessibles aux abonnés. Il est possible de télécharger en PDF les différentes éditions locales[35].

Le journal possède également des applications mobiles et tablettes pour Android, iOs et Windows Phone[36].

Diffusion[modifier | modifier le code]

En 2015, le journal est vendu à 125 319 exemplaires en France, en baisse de plus de 4 000 exemplaires en un an[37]. Il est le 12e quotidien régional le plus vendu de France[38].

Nombre d'exemplaires vendus en France
2005[19] 2006[19] 2007[19] 2008[19] 2009[19] 2010 2011[37] 2012[37] 2013[37] 2014[37] 2015[37]
Nombre d'exemplaires 194 000 190 000 186 000 185 000 161 000 149 172 140 564 130 606 129 373 125 319

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La naissance du journal », sur kiosque-lorrain.fr (consulté le 4 juillet 2016).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j [PDF]« L'Histoire de l'Est », sur lombard-media.lu (consulté le 4 juillet 2016).
  3. « 1889-2009 : 120 ans au quotidien », sur le site de L'Est républicain,‎ (consulté le 4 juillet 2016).
  4. a, b et c « Le développement », sur kiosque-lorrain.fr (consulté le 4 juillet 2016).
  5. a et b Patrick Dieudonné, « Pierre Lebourgeois, de l'Art nouveau à l'Art déco », dans Bernard Haumont (dir.), Architecture moderne en province, Éditions Parenthèses, coll. « Les Cahiers de la recherche architecturale » (no 24/25), , 120 p. (ISBN 9782863648247, lire en ligne), p. 24-29.
  6. « Les années de guerre », sur kiosque-lorrain.fr (consulté le 4 juillet 2016).
  7. a et b « La fin de L'Est républicain », sur kiosque-lorrain.fr (consulté le 5 juillet 2016).
  8. a et b « Un journal de propagande », sur kiosque-lorrain.fr (consulté le 5 juillet 2016).
  9. a et b « Présentation », sur le site du Journal de la Haute-Marne (consulté le 5 juillet 2016).
  10. Delphine Le Goff, « À L'Est républicain, la fin de l'ère Lignac », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  11. Pascal Ambrosi et Jean-Christophe Feraud, « L'Est républicain a pris le contrôle des Dernières Nouvelles d'Alsace », sur le site des Échos,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  12. « L'Est républicain rachète La Liberté de l'Est », sur le site de La Croix,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  13. « Christophe de Beco, directeur général de L'Est républicain », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  14. Marie-Annick Depagneux et Pascal Ambrosi, « L'Est républicain confirme le projet de reprise du pôle Socpresse Rhône-Alpes », sur le site des Échos,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  15. « Petits arrangements en famille », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  16. « Terrorisme : incertitudes sur la mort de Ben Laden », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  17. « Groupe de presse Ebra : la justice se prononce en faveur d'Hersant », sur le site du Monde,‎ (consulté le 6 juillet 2016).
  18. a et b « Vosges : le quotidien La Liberté de l'Est remplacé par Vosges-Matin », sur le site des Échos,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  19. a, b, c, d, e et f Pascal Ambrosi, « L'Est républicain lance une nouvelle formule avec l'espoir d'endiguer ses pertes », sur le site des Échos,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  20. Philippe Larroque, « L'Est républicain se rénove », sur le site du Figaro,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  21. « Le Crédit mutuel monte dans l'Est républicain », sur le site d'Europe 1,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  22. « Le Crédit mutuel prend le contrôle du groupe Est républicain », sur le site du Monde,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  23. Anne Feitz, « L'Est républicain va se fondre dans l'empire de presse du Crédit Mutuel », sur le site des Échos,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  24. « Rachat du groupe Est républicain par le Crédit mutuel définitif vendredi », sur le site de L'Express,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  25. a et b « Pierre Wicker tourne la page », sur le site de L'Est républicain,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  26. « Franche-Comté: le journal Le Pays cédé à L'Est républicain », sur le site de Challenges,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  27. « L'Est républicain avale Le Pays », sur le site des Échos,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  28. « Christophe Mahieu nouveau directeur général », sur le site de L'Est républicain,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  29. L.-E.J., « Pierre Taribo », sur le site des Échos,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  30. « Michel Vagner, rédacteur en chef par intérim de l'Est républicain », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  31. « L'Est républicain va changer de rédacteur en chef », sur le site de Challenges,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  32. Isabelle Hanne, « Chiffre. L'Est républicain », sur le site de Libération,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  33. « Informations légales », sur le site de L'Est républicain (consulté le 5 juillet 2016).
  34. Owni.fr, « L'heure des fuites sur les subventions à la presse ? », sur Rue89,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  35. a et b « Abonnements », sur le site de L'Est républicain (consulté le 5 juillet 2016).
  36. « Nos applications mobiles et tablettes », sur le site de L'Est républicain (consulté le 5 juillet 2016).
  37. a, b, c, d, e et f « L'Est républicain », sur le site de l'ACPM (consulté le 5 juillet 2016).
  38. « Classement de la presse quotidienne régionale », sur le site de l'ACPM (consulté le 5 juillet 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Collaborateur de L'Est républicain.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]