Pandémie de Covid-19 au Brésil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pandémie de Covid-19 au Brésil
COVID-19 Outbreak Cases in Brazil.svg
Carte des États avec des cas confirmés de coronavirus
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Coordonnées
Premier cas
Date d'arrivée
Depuis le (1 an et 8 jours)
Site web
Bilan
Cas confirmés
10 718 630 ()[1]
Cas soignés
9 591 590 ()[1]
Morts
259 271 ()[1]

La pandémie de Covid-19 est une crise sanitaire majeure provoquée par une maladie infectieuse émergente apparue fin 2019 en Chine continentale, la maladie à coronavirus 2019, dont l'agent pathogène est le SARS-CoV-2. Ce virus est à l'origine d'une pandémie[note 1], déclarée le par l'Organisation mondiale de la santé. Au Brésil, elle débute officiellement le lorsqu'un premier patient est testé positif.

Les chiffres officiels sont cependant mis en doute. Selon des estimations le nombre de personnes réellement infectées serait douze à quinze fois supérieur aux chiffres annoncés par les autorités[2].

Le , le pays est le deuxième au monde en nombre de contamination et de décès juste derrière les États-Unis [3]. Le , le pays franchit la barre des 1 000 000 cas[4] puis le , le pays franchit le seuil des 50 000 décès[5].

Au , plus de 5 millions de contaminations sont confirmés dans le pays, dont plus de 150 000 morts[6].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Cas de COVID-19 recensés au Brésil
(augmentation journalière en %)
    Morts   Guérisons   Autres cas   

    Février FévrierMars MarsAvril AvrilMai MaiJuin JuinJuillet JuilletAoût AoûtSeptembre SeptembreOctobre OctobreNovembre NovembreDécembre DécembreJanvier JanvierFévrier FévrierMars

    Mars
Date Nombre de cas
1 (+0,0%)
1 (+0,0%)
2 (+100,0%)
2 (+0,0%)
2 (+0,0%)
2 (+0,0%)
3 (+50,0%)
7 (+133,3%)
13 (+85,7%)
19 (+46,2%)
25 (+31,6%)
25 (+0,0%)
34 (+36,0%)
52 (+52,9%)
77 (+48,1%)
98 (+27,3%)
121 (+23,5%)
200 (+65,3%)
234 (+17,0%)
1
291 (+24,4%)
4
428 (+47,1%)
6
621 (+45,1%)
11
904 (+45,6%)
18
1 128 (+24,8%)
25
1 546 (+37,1%)
34
1 891 (+22,3%)
46
2 201 (+16,4%)
57
2 433 (+10,5%)
77
2 915 (+19,8%)
92
3 417 (+17,2%)
114
3 903 (+14,2%)
136
4 256 (+9,0%)
159
4 579 (+7,6%)
201
5 717 (+24,9%)
241
6 834 (+19,5%)
299
7 910 (+15,7%)
359
9 056 (+14,5%)
432
10 278 (+13,5%)
486
11 130 (+8,3%)
553
12 056 (+8,3%)
667
13 717 (+13,8%)
800
15 927 (+16,1%)
941
17 857 (+12,1%)
1 056
19 638 (+10,0%)
1 124
20 727 (+5,5%)
1 223
22 169 (+7,0%)
1 328
23 430 (+5,7%)
1 532
25 262 (+7,8%)
1 736
28 320 (+12,1%)
1 924
30 425 (+7,4%)
2 141
33 682 (+10,7%)
2 347
36 599 (+8,7%)
2 462
38 654 (+5,6%)
2 575
40 581 (+5,0%)
2 741
43 079 (+6,2%)
2 906
45 757 (+6,2%)
3 313
49 492 (+8,2%)
3 670
52 995 (+7,1%)
4 016
58 509 (+10,4%)
4 205
61 888 (+5,8%)
4 543
66 501 (+7,5%)
5 017
71 886 (+8,1%)
5 466
78 162 (+8,7%)
5 901
85 380 (+9,2%)
6 329
91 299 (+6,9%)
6 724
96 396 (+5,6%)
7 025
101 147 (+4,9%)
7 321
107 780 (+6,6%)
7 921
114 715 (+6,4%)
8 535
125 218 (+9,2%)
9 146
135 106 (+7,9%)
9 895
145 328 (+7,6%)
10 627
155 939 (+7,3%)
11 123
162 699 (+4,3%)
11 519
168 331 (+3,5%)
12 400
177 589 (+5,5%)
13 149
188 974 (+6,4%)
13 993
202 918 (+7,4%)
14 817
218 223 (+7,5%)
15 633
233 142 (+6,8%)
16 118
241 080 (+3,4%)
16 792
254 220 (+5,5%)
17 971
271 628 (+6,8%)
18 859
291 579 (+7,3%)
20 047
310 087 (+6,3%)
21 046
330 890 (+6,7%)
22 013
347 398 (+5,0%)
22 666
363 211 (+4,6%)
23 473
374 898 (+3,2%)
24 512
391 222 (+4,4%)
25 598
411 821 (+5,3%)
26 754
438 238 (+6,4%)
27 878
465 166 (+6,1%)
28 834
498 440 (+7,2%)
29 314
514 200 (+3,2%)
29 937
526 447 (+2,4%)
31 199
555 383 (+5,5%)
32 548
584 016 (+5,2%)
34 021
614 941 (+5,3%)
35 026
645 771 (+5,0%)
35 930
672 846 (+4,2%)
36 455
691 758 (+2,8%)
37 134
707 412 (+2,3%)
38 406
739 503 (+4,5%)
39 680
772 416 (+4,5%)
40 919
802 828 (+3,9%)
41 828
828 810 (+3,2%)
42 720
850 514 (+2,6%)
43 332
867 624 (+2,0%)
43 959
888 271 (+2,4%)
45 241
923 189 (+3,9%)
46 510
955 377 (+3,5%)
47 748
978 142 (+2,4%)
48 954
1 032 913 (+5,6%)
49 976
1 067 579 (+3,4%)
50 617
1 085 038 (+1,6%)
51 271
1 106 470 (+2,0%)
52 645
1 145 906 (+3,6%)
53 830
1 188 631 (+3,7%)
54 971
1 228 114 (+3,3%)
55 961
1 274 974 (+3,8%)
57 070
1 313 667 (+3,0%)
57 622
1 344 143 (+2,3%)
58 314
1 368 195 (+1,8%)
59 594
1 402 041 (+2,5%)
60 632
1 448 753 (+3,3%)
61 884
1 496 858 (+3,3%)
63 174
1 539 081 (+2,8%)
64 265
1 577 004 (+2,5%)
64 867
1 603 055 (+1,7%)
65 487
1 623 284 (+1,3%)
66 741
1 668 589 (+2,8%)
67 964
1 713 160 (+2,7%)
69 184
1 755 779 (+2,5%)
70 398
1 800 827 (+2,6%)
71 469
1 839 850 (+2,2%)
72 100
1 864 681 (+1,3%)
72 833
1 884 967 (+1,1%)
74 133
1 926 824 (+2,2%)
75 366
1 966 748 (+2,1%)
76 688
2 012 151 (+2,3%)
77 851
2 046 328 (+1,7%)
78 772
2 074 860 (+1,4%)
79 488
2 098 389 (+1,1%)
80 120
2 118 646 (+1,0%)
81 487
2 159 654 (+1,9%)
82 771
2 227 514 (+3,1%)
84 082
2 287 475 (+2,7%)
85 238
2 343 366 (+2,4%)
86 449
2 394 513 (+2,2%)
87 004
2 419 091 (+1,0%)
87 618
2 442 375 (+1,0%)
88 539
2 483 191 (+1,7%)
90 134
2 552 265 (+2,8%)
91 263
2 610 102 (+2,3%)
92 475
2 662 485 (+2,0%)
93 563
2 707 877 (+1,7%)
94 104
2 733 677 (+1,0%)
94 665
2 750 318 (+0,6%)
95 819
2 801 921 (+1,9%)
97 240
2 857 597 (+2,0%)
98 493
2 912 212 (+1,9%)
99 572
2 962 442 (+1,7%)
100 477
3 012 412 (+1,7%)
101 049
3 035 422 (+0,8%)
101 752
3 057 470 (+0,7%)
103 026
3 109 630 (+1,7%)
104 201
3 164 785 (+1,8%)
105 463
3 224 876 (+1,9%)
106 523
3 275 520 (+1,6%)
107 232
3 317 096 (+1,3%)
107 852
3 340 197 (+0,7%)
108 536
3 359 570 (+0,6%)
109 888
3 407 354 (+1,4%)
111 100
3 456 652 (+1,4%)
112 304
3 501 975 (+1,3%)
113 358
3 532 330 (+0,9%)
114 250
3 582 362 (+1,4%)
114 744
3 605 783 (+0,7%)
115 309
3 622 861 (+0,5%)
116 580
3 669 995 (+1,3%)
117 665
3 717 156 (+1,3%)
118 649
3 761 391 (+1,2%)
119 504
3 804 803 (+1,2%)
120 462
3 846 153 (+1,1%)
120 828
3 862 311 (+0,4%)
121 381
3 908 272 (+1,2%)
122 596
3 950 931 (+1,1%)
123 780
3 997 865 (+1,2%)
124 614
4 041 638 (+1,1%)
125 521
4 092 832 (+1,3%)
126 203
4 123 000 (+0,7%)
126 650
4 137 521 (+0,4%)
126 960
4 147 794 (+0,2%)
127 464
4 162 073 (+0,3%)
128 539
4 197 889 (+0,9%)
129 522
4 238 446 (+1,0%)
130 396
4 282 164 (+1,0%)
131 210
4 315 687 (+0,8%)
131 625
4 330 455 (+0,3%)
132 006
4 345 610 (+0,3%)
133 119
4 382 263 (+0,8%)
134 106
4 419 083 (+0,8%)
134 935
4 455 386 (+0,8%)
135 793
4 495 183 (+0,9%)
136 532
4 528 240 (+0,7%)
136 895
4 544 629 (+0,4%)
137 272
4 558 068 (+0,3%)
138 108
4 591 604 (+0,7%)
138 977
4 624 885 (+0,7%)
139 808
4 657 702 (+0,7%)
140 537
4 689 613 (+0,7%)
141 406
4 717 991 (+0,6%)
141 741
4 732 309 (+0,3%)
142 058
4 745 464 (+0,3%)
142 921
4 777 522 (+0,7%)
143 952
4 810 935 (+0,7%)
144 680
4 847 092 (+0,8%)
145 388
4 880 523 (+0,7%)
145 987
4 906 833 (+0,5%)
146 352
4 915 289 (+0,2%)
146 675
4 927 235 (+0,2%)
147 494
4 969 141 (+0,9%)
148 228
5 000 694 (+0,6%)
148 957
5 028 444 (+0,6%)
149 639
5 055 888 (+0,5%)
150 198
5 082 637 (+0,5%)
150 488
5 094 979 (+0,2%)
150 689
5 103 408 (+0,2%)
150 998
5 113 628 (+0,2%)
151 747
5 140 863 (+0,5%)
152 460
5 169 386 (+0,6%)
153 214
5 200 300 (+0,6%)
153 675
5 224 362 (+0,5%)
153 905
5 235 344 (+0,2%)
154 176
5 250 727 (+0,3%)
154 837
5 273 954 (+0,4%)
155 403
5 298 772 (+0,5%)
155 900
5 323 630 (+0,5%)
156 471
5 353 656 (+0,6%)
156 903
5 380 635 (+0,5%)
157 134
5 394 128 (+0,3%)
157 397
5 409 854 (+0,3%)
157 946
5 439 641 (+0,6%)
158 456
5 468 270 (+0,5%)
158 969
5 494 376 (+0,5%)
159 477
5 516 658 (+0,4%)
159 884
5 535 605 (+0,3%)
160 074
5 545 705 (+0,2%)
160 253
5 554 206 (+0,2%)
160 496
5 566 049 (+0,2%)
161 106
5 590 025 (+0,4%)
161 736
5 612 319 (+0,4%)
162 038
5 633 747 (+0,4%)
162 269
5 653 561 (+0,4%)
162 397
5 664 115 (+0,2%)
162 628
5 675 032 (+0,2%)
162 829
5 700 044 (+0,4%)
163 373
5 748 375 (+0,8%)
164 281
5 781 582 (+0,6%)
164 737
5 810 652 (+0,5%)
165 658
5 848 959 (+0,7%)
165 798
5 863 093 (+0,2%)
166 014
5 876 464 (+0,2%)
166 699
5 911 758 (+0,6%)
167 455
5 945 849 (+0,6%)
168 061
5 981 767 (+0,6%)
168 613
6 020 164 (+0,6%)
168 989
6 052 786 (+0,5%)
169 183
6 071 401 (+0,3%)
169 485
6 087 608 (+0,3%)
170 115
6 118 708 (+0,5%)
170 769
6 166 606 (+0,8%)
171 460
6 204 220 (+0,6%)
171 974
6 238 350 (+0,6%)
172 561
6 290 272 (+0,8%)
172 833
6 314 740 (+0,4%)
173 120
6 335 878 (+0,3%)
173 817
6 386 787 (+0,8%)
174 515
6 436 650 (+0,8%)
175 270
6 487 084 (+0,8%)
175 964
6 533 968 (+0,7%)
176 628
6 577 177 (+0,7%)
177 317
6 623 911 (+0,3%)
178 159
6 674 999 (+0,8%)
178 995
6 728 452 (+0,8%)
179 765
6 781 799 (+0,8%)
180 437
6 836 227 (+0,8%)
181 123
6 880 127 (+0,6%)
181 402
6 901 952 (+0,3%)
181 835
6 927 145 (+0,4%)
182 799
6 970 034 (+0,6%)
183 735
7 040 608 (+1,0%)
184 827
7 110 434 (+1,0%)
185 650
7 162 978 (+0,7%)
186 356
7 213 155 (+0,7%)
186 764
7 238 600 (+0,4%)
187 291
7 263 619 (+0,3%)
188 259
7 318 821 (+0,8%)
189 220
7 365 517 (+0,6%)
189 982
7 423 945 (+0,8%)
190 488
7 448 560 (+0,3%)
190 795
7 465 806 (+0,2%)
191 139
7 484 285 (+0,2%)
191 570
7 504 833 (+0,3%)
192 681
7 563 551 (+0,8%)
193 875
7 619 200 (+0,7%)
194 949
7 675 973 (+0,7%)
195 411
7 700 578 (+0,3%)
195 725
7 716 405 (+0,2%)
196 018
7 733 746 (+0,2%)
196 561
7 753 752 (+0,3%)
197 732
7 810 400 (+0,7%)
198 974
7 873 830 (+0,8%)
200 498
7 961 673 (+1,1%)
201 460
8 013 708 (+0,7%)
202 631
8 075 998 (+0,8%)
203 100
8 105 790 (+0,4%)
203 580
8 131 612 (+0,3%)
204 690
8 195 637 (+0,8%)
205 964
8 256 536 (+0,7%)
207 095
8 324 294 (+0,8%)
208 246
8 393 492 (+0,8%)
209 296
8 455 059 (+0,7%)
209 847
8 488 099 (+0,4%)
210 299
8 511 770 (+0,3%)
211 491
8 573 864 (+0,7%)
212 831
8 638 249 (+0,8%)
214 147
8 697 368 (+0,7%)
215 243
8 753 920 (+0,7%)
216 445
8 816 254 (+0,7%)
217 037
8 844 577 (+0,3%)
217 664
8 871 393 (+0,3%)
218 878
8 933 356 (+0,7%)
220 161
8 996 876 (+0,7%)
221 547
9 058 687 (+0,7%)
222 666
9 118 513 (+0,7%)
223 945
9 176 975 (+0,6%)
224 504
9 204 731 (+0,3%)
225 099
9 229 322 (+0,3%)
226 309
9 283 418 (+0,6%)
227 563
9 339 420 (+0,6%)
228 795
9 396 293 (+0,6%)
230 034
9 447 165 (+0,5%)
231 012
9 497 795 (+0,5%)
231 534
9 524 640 (+0,3%)
232 170
9 548 079 (+0,2%)
233 520
9 599 565 (+0,5%)
234 850
9 659 167 (+0,6%)
236 201
9 713 909 (+0,6%)
237 489
9 765 455 (+0,5%)
238 532
9 809 754 (+0,5%)
239 245
9 834 513 (+0,3%)
239 773
9 866 710 (+0,3%)
240 940
9 921 981 (+0,6%)
242 090
9 978 747 (+0,6%)
243 457
10 030 626 (+0,5%)
244 765
10 081 676 (+0,5%)
245 977
10 139 148 (+0,6%)
246 504
10 168 174 (+0,3%)
247 143
10 195 160 (+0,3%)
248 529
10 257 875 (+0,6%)
249 957
10 324 463 (+0,6%)
251 498
10 390 461 (+0,6%)
252 835
10 455 630 (+0,6%)
254 221
10 517 232 (+0,6%)
254 942
10 551 259 (+0,3%)
255 720
10 587 001 (+0,3%)
257 361
10 646 926 (+0,6%)
259 271
10 718 630 (+0,7%)
260 970
10 793 732 (+0,7%)

* Nombre total de cas : morts, guéris et malades ; augmentation journalière en pourcentage.
Nombre de morts.

Janvier et février[modifier | modifier le code]

Nombre de cas (bleu) et nombre de morts (rouge) en échelle logarithmique.

Le , le ministère de la Santé (Ministério da Saúde) a élevé l'alerte d'urgence au niveau 2 sur 3, considérant une « menace imminente » pour le Brésil, un cas suspect faisant l'objet d'une enquête à Belo Horizonte, Minas Gerais[8] . Le lendemain, le ministère a annoncé qu'il enquêtait sur deux autres cas suspects, à Porto Alegre et Curitiba . Aucune autre information n'a été donnée sur les patients de Porto Alegre et Curitiba. Le patient de Belo Horizonte était un étudiant qui avait récemment visité Wuhan, en Chine, épicentre de l'épidémie[9],[10].

Le , le ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta a déclaré que le gouvernement brésilien proclamera une urgence de santé publique de portée internationale, même sans cas confirmé dans le pays. Il a également déclaré que le gouvernement aiderait au retour des Brésiliens de Wuhan[11],[12]. Le lendemain, le ministère a confirmé qu'une trentaine de Brésiliens se trouvaient à Wuhan et qu'ils rentreraient au pays le . Il a également été annoncé qu'ils seraient mis en quarantaine pendant 18 jours à Anápolis, Goiás[13],[14],[15],[16] .

Le , le gouvernement brésilien a envoyé deux avions pour évacuer 34 Brésiliens de Wuhan. Ils ont été mis en quarantaine avec l'équipage des avions dans une base de l'armée de l'air brésilienne à Anápolis [17] et ont été libérés, ainsi que les médecins et les professionnels de la santé qui étaient en contact avec eux, le , quatre jours plus tôt que prévu, comme l'ont montré à plusieurs reprises les tests de routine, donnant des résultats négatifs pour la Covid-19[18] .

Le , le ministère a annoncé neuf cas suspects dans le pays dans cinq États différents. Cependant, ceux-ci ont été rejetés par la suite[19]. Le , le ministère a affirmé qu'il y avait officiellement quatre cas suspects dans le pays après le classement de 54 cas[20].

Le , le Département de la santé de São Paulo a signalé le premier cas de Covid-19 au Brésil et en Amérique du Sud. C'était un homme de 61 ans de São Paulo, qui a traversé la Lombardie, en Italie, du 9 au . Il a été testé positif pour le SARS-CoV-2 à l'hôpital israélite Albert Einstein, ce qui a également été confirmé par l'Institut Adolfo Lutz . Le patient présentait de légers symptômes et avait été mis en quarantaine à domicile[21],[22].

Le , à la suite du premier cas confirmé dans le pays, le gouvernement a indiqué que le Brésil surveillait 20 cas suspects, dont 12 étaient originaires d'Italie[23]. Le lendemain, le Brésil a signalé 132 cas suspects dans 16 États, dont 85 dans l'État de São Paulo[24].

Le , le gouvernement brésilien a signalé 182 cas suspects dans 17 États ; 72 des cas de la veille ont été rejetés[25]. Le même jour, les scientifiques brésiliens de Adolfo Institut Lutz et l'Université de São Paulo de Médecine Tropicale Institut - partie du Centre pour les arbovirus Discovery, Diagnostic, génomique et épidémiologie - ont annoncé le séquençage du génome du premier cas de Covid-19 rapporté au Brésil, en un temps record de seulement deux jours[26]. Cette découverte contribuera à améliorer le diagnostic et les mesures de contrôle pour freiner la propagation de la maladie[27].

Le , un deuxième cas a été confirmé dans le pays : le patient était un homme de 32 ans arrivé de Milan. Le Brésil a également signalé 207 cas suspects dans 17 États, dont 91 à São Paulo[28].

1er-15 mars[modifier | modifier le code]

Annonce officielle du président Jair Bolsonaro sur Covid-19, 6 mars.

Le , le Brésil a fait passer le nombre de cas suspects de 433 à 488 dans 23 États[29]. Ce même jour, le génome des échantillons Covid-19 du deuxième cas brésilien a été publié sur la base de données GISAID. L'analyse montre deux introductions indépendantes du virus au Brésil en provenance du nord de l'Italie et a des implications directes dans la compréhension de l'épidémie en Italie[30]. Le lendemain, deux autres cas de Covid-19 ont été confirmés, portant le nombre de patients infectés à 4. Le nombre de cas suspects est passé de 488 à 531[31]. Jusqu'à ce moment, tous les cas confirmés provenaient de l'État de São Paulo.

Le , trois nouveaux cas ont été confirmés, portant le total à 8. La maladie s'est maintenant propagée aux États de Rio de Janeiro et d'Espírito Santo, également du Sudeste. Plus tard dans la journée, une femme du district fédéral a été hospitalisée après avoir été testée positive au Covid-19 et attendait le test de confirmation[32]. Il s'agit du premier cas signalé dans la région Centre-Ouest.

Le , le pays a porté à 13 le nombre de cas confirmés. L'État de Bahia - et du Nordeste - a confirmé son premier cas, et le nombre de cas suspects a été porté à 768[33]. Ce même jour, des scientifiques brésiliens ont annoncé la culture de Covid-19 dans un laboratoire, dans le but de contribuer au diagnostic et aux vaccins contre la maladie[34]. Plus tard dans la journée, le président Jair Bolsonaro a déclaré lors d'une annonce officielle à la télévision qu'« il n'y a aucune raison de paniquer » et que les gens « doivent suivre strictement les recommandations des experts comme la meilleure mesure de protection »[35].

Le , le ministère de la Santé a confirmé 6 nouveaux cas, portant le nombre à 19. Le nombre de cas suspects a été réduit à 674[36]. Le lendemain, six nouveaux cas ont été confirmés, portant le nombre total à 25. Les États d'Alagoas (au nord-est) et de Minas Gerais (au sud-est) ont signalé leurs premiers cas[37].

Le , le pays a confirmé 5 nouveaux cas de coronavirus - tous dans l'État de Rio de Janeiro -, portant le nombre total à 30. Le nombre de cas suspects a été porté à 930[38]. Le lendemain, le Brésil a confirmé quatre nouveaux cas, portant le nombre à 34. La maladie s'est propagée dans la région du Sud, l'État de Rio Grande do Sul confirmant son premier cas. Le nombre de cas suspects a été réduit à 893[39].

Le , le District fédéral a confirmé un deuxième cas de Covid-19. Le patient était l'époux de la femme hospitalisée le . L'examen a été effectué par décision de justice. Il avait refusé d'être mis en quarantaine et avait été en contact régulier avec les autres[40]. Plus tard dans la journée, le nombre total de cas dans le pays est passé à 69, de nouveaux cas étant confirmés dans les États de São Paulo, Rio de Janeiro, Rio Grande do Sul et Bahia[41].

Le , le Brésil a confirmé 137 cas[42]. L'État de Paraná (au sud) a confirmé ses 6 premiers cas, tandis que Pernambuco (au nord-est) a confirmé ses deux premiers cas[43]. Fábio Wajngarten, attaché de presse du président Bolsonaro, a été testé positif au Covid-19. À ce titre, le président et son cabinet étaient surveillés. Wajngarten avait également interagi avec le président américain Donald Trump et le vice-président Mike Pence, lors de la visite de Bolsonaro à Miami le , craignant qu'il ne les ait infectés[44]. Le également, le ministère de la Santé a demandé l'approbation d'un montant supplémentaire de 10 milliards de réaux (2,1 milliards de dollars) dans le budget fédéral pour renforcer sa lutte contre la maladie au Brésil[45],[46],[47]. Il a également estimé que 2 000 unités de soins intensifs seront nécessaires pour traiter les patients dans les prochaines semaines[48]. Plus tard dans la journée, des seconds cas ont été confirmés à Espírito Santo [49] et Minas Gerais[50]. Le également, le navire de croisière Silver Shadow des Bahamas, avec 318 passagers et 291 membres d'équipage, a accosté à Recife, Pernambuco, avec un cas suspect de Covid-19 chez un touriste canadien de 78 ans. Le navire a été isolé par les autorités sanitaires[51],[52],[53].

Le , le président Jair Bolsonaro a testé négatif au Covid-19[54],[55]. Plus tard dans la journée, Amazonas a signalé son premier cas - devenant le premier État de la région du Nord à le faire -, tandis que Goiás (dans la région du Centre-Ouest) a signalé ses trois premiers cas, avec 25 nouveaux cas confirmés à l'échelle nationale[56]. Le ministère de la Santé a émis un avertissement recommandant aux Brésiliens et aux étrangers arrivant au Brésil de rester isolés pendant au moins 7 jours[57]. Toujours le , le premier patient de Covid-19 dans le pays, l'homme de 61 ans de São Paulo, a finalement été guéri[58].

Le , le Brésil a confirmé 23 cas supplémentaires. Le Mato Grosso do Sul (dans la région du Centre-Ouest) et Sergipe (dans le Nord-Est) ont signalé leurs premiers cas[59],[60],[61]. Le lendemain, le Brésil a confirmé 43 cas supplémentaires[62]. Le même jour, le président Jair Bolsonaro, qui était surveillé par des médecins après que Wajngarten a été testé positif au Covid-19, a été fortement critiqué pour avoir rencontré ses partisans lors d'un défilé public à Brasilia sans porter de masque[63].

16-31 mars[modifier | modifier le code]

Le , le Brésil a confirmé 34 cas supplémentaires, pour un total de 234, le plus grand nombre d'Amérique latine[64]. Le lendemain, le premier décès lié au coronavirus a été confirmé dans le pays. C'était un homme de 62 ans hospitalisé dans un hôpital privé de São Paulo[65]. Plus tard dans la journée, le ministère de la Santé a signalé 291 cas confirmés dans le pays[66].

Le , le Brésil a confirmé trois décès supplémentaires. Les patients étaient un homme de 65 ans, un homme de 85 ans (tous deux avec des conditions préexistantes) et un homme de 80 ans (sans conditions préexistantes) ; ils venaient tous de l'État de São Paulo[67],[68]. Le même jour, Pará (dans le Nord) a signalé son premier cas confirmé. Le patient, une personne âgée de 37 ans de Belém, est mis en quarantaine avec sa famille[69]. Le également, le président Jair Bolsonaro a confirmé que deux de ses ministres (Bento Albuquerque et Augusto Heleno) avaient été testés positifs au Covid-19[70]. La nuit, il a de nouveau fait une allocution télévisée à la nation, à laquelle ont répondu des panelaços (Concert de casseroles) de ses partisans et opposants[71]. À la fin de la nuit, le ministère de la Santé avait signalé 428 cas dans le pays[72].

Au , le Brésil comptait sept décès dus au Covid-19. Le premier décès dans l'État de Rio de Janeiro est celui d'une employée de maison de 63 ans de Miguel Pereira qui n'a pas été avertie du risque de contagion par son employeur, infecté par un coronavirus en Italie[73],[74]. Les autres victimes étaient un homme de 69 ans de Niterói, diabétique et hypertendu [75] et une personne non identifiée hospitalisée dans un hôpital privé de São Paulo[76]. Selon le site internet G1, il y avait 647 cas confirmés dans le pays la nuit[77].

Au , le Brésil comptait 11 décès dus au Covid-19. Les quatre nouvelles victimes étaient un homme de 70 ans, un homme de 80 ans, un homme de 93 ans et une femme de 83 ans. Tous avaient des conditions préexistantes et ont été hospitalisés dans des hôpitaux privés de l'État de São Paulo[78]. Le nombre de cas confirmés a atteint 904[79],[80]. En deux heures, le nombre de cas confirmés dans le pays est passé de 750 à 970[81]. La nuit, les services de santé des États brésiliens ont signalé 977 cas confirmés. Des cas de Covid-19 ont été confirmés dans 23 États et le District fédéral[82].

Le , la Covid-19 a fait 18 morts au Brésil. À midi, les services de santé avaient rapporté 1 000 confirmés. Rio de Janeiro a confirmé son troisième décès. La victime était un homme de 65 ans de Petrópolis. Selon Folha de S. Paulo, il avait été hospitalisé dans un hôpital privé depuis son retour d'un voyage en Égypte[83],[84] . São Paulo, à son tour, a signalé six décès supplémentaires: quatre femmes (âgées de 89, 76, 73 et 89) et deux hommes (âgés de 90 ans et 49 ans). São Paulo est le foyer de la maladie dans le pays, avec 459 cas confirmés. En tant que tel, le gouvernement local a déclaré une quarantaine à l'échelle de l'État à compter du . La mesure a déterminé la fermeture de tous les services commerciaux et non essentiels de cette date jusqu'au . À la fin de la journée, 1 128 cas ont été confirmés par le ministère de la Santé dans 25 États et le district fédéral[85]. Maranhão (dans le nord-est) a signalé son premier cas. Seul l'État de Roraima (dans le Nord) a été le dernier à enregistrer un cas de Covid-19, donc tous les États et le District fédéral ont enregistré des cas[86],[87],[88].

Le , la Covid-19 a fait 25 morts au Brésil. Le ministère de la Santé a annoncé dimanche (22) que le nombre de cas confirmés de Covid-19 - la maladie causée par le nouveau coronavirus - avait atteint 1 546. Le bilan des morts de la maladie est passé à 25 personnes, selon le ministère. São Paulo continue de concentrer le nombre de cas dans le pays. Il y a 631 enregistrements. Le nombre de morts dans l'État a déjà atteint 22, selon le bilan du ministère. Tout s'est déroulé dans la ville de São Paulo. Ainsi, le pourcentage de cas mortels est de 3,5%. Sur les sept nouveaux décès confirmés depuis hier, cinq sont des hommes (76 ans, 81 ans, 82 ans, 82 ans, 83 ans) et deux sont des femmes (88 ans et 96 ans). Parmi les décès totaux enregistrés à ce jour, 21 se sont produits dans des hôpitaux privés et un dans un hôpital public. Dans l'État de Rio de Janeiro, le nombre de cas est de 186 et il y a eu trois décès dans les villes de Niterói, Petrópolis et Miguel Pereira, ce qui équivaut à un taux de létalité de 1,6%. En moins de 24 heures, la ville de Rio de Janeiro a enregistré une augmentation de 60,5% du nombre de cas confirmés de nouveau coronavirus dans la capitale. Dans un bulletin publié à 14 heures, 170 notifications ont été enregistrées. Sur ce total, 23 personnes sont hospitalisées, 12 en USI. Il y a encore 175 cas suspects. Il n'y a aucun décès confirmé dans la capitale de l'État. Roraima, qui était le seul État à n'avoir enregistré aucun cas avant samedi, est à l'origine de deux incidents. Ainsi, toutes les unités de la fédération brésilienne ont déjà enregistré des cas de Covid-19[89],[90]. À Bahia, confirmée par le SESAB, il y a déjà 55 cas confirmés, 33 à Salvador, sept à Porto Seguro, six à Feira de Santana, trois à Lauro de Freitas et deux au Prado. Les villes qui n'ont qu'un seul cas confirmé sont Itabuna, Camaçari et plus récemment enregistrées, Barreiras et Conceição do Jacuípe. À travers le pays, il y a déjà 1 604 personnes infectées et 25 décès enregistrés[91].

Le , la Covid-19 a fait 34 morts au Brésil. Le nouveau nombre de patients représente une augmentation de 22% par rapport aux 1 546 cas enregistrés jusqu'à dimanche (22). Parmi les décès, la croissance était de 36%. Le nombre total de cas confirmés d'un nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) est passé à 1 891 lundi (23), selon un bilan du ministère de la Santé. Le nombre de décès est également passé à 34 décès[92],[93].

Le , la Covid-19 a fait 46 morts au Brésil. Selon le ministère de la Santé, ce jour-là, le pays enregistre 2 201 personnes infectées par le coronavirus. São Paulo est l'État qui est le plus affecté par l'épidémie avec 910 cas et 40 décès, suivi de Rio de Janeiro, qui enregistre 305 cas et 6 décès. Les personnes âgées des communautés seront hébergées dans des hôtels à Rio de Janeiro pour éviter la contamination[94].

Le , un tribunal fédéral interdit au gouvernement Bolsonaro de diffuser des messages allant à l'encontre des mesures de confinement décidées au niveau local pour freiner la propagation de l'épidémie de la Covid-19. Cette vidéo de près de deux minutes adressé à la population dans le cadre d'une campagne gouvernementale baptisée « Le Brésil ne peut pas s'arrêter », encourageait celle-ci à ne pas cesser leurs activités, malgré la progression de la pandémie[95]. L'entourage présidentiel craignant plus que tout que les mesures de confinements décidées par les gouverneurs d'États provoquent l'effondrement de l'économie brésilienne. « Ce confinement, s'il continue ainsi, avec le nombre de personnes qui vont se retrouver au chômage, un peu plus tard, nous allons avoir un très grave problème que nous allons mettre des années à résoudre », a déclaré le président dans une autre vidéo. « Le Brésil ne peut pas s'arrêter, s'il s'arrête, nous devenons le Venezuela » a-t-il ajouté un peu plus tard[96]. Le jour même la messagerie Twitter annonçait avoir supprimées deux tweets provenant du compte officiel du président Bolsonaro dans lesquels il remettait en cause le confinement décidé pour lutter contre le coronavirus, car il avait « enfreint les règles » du réseau social. En effet, « Twitter a récemment annoncé dans le monde le renforcement de ses règles pour prendre en compte les contenus qui vont éventuellement à l'encontre des consignes de santé publique émanant de sources officielles et qui pourraient augmenter le risque de transmission du Covid-19 »[97].

1er-15 avril[modifier | modifier le code]

Le , le président Bolsonaro présente ses excuses après avoir partagé sur les réseaux sociaux une vidéo évoquant de manière erronée une pénurie alimentaire sur le marché au gros de Belo Horizonte, soi-disant causée par le confinement dû à l’épidémie de coronavirus. L’auteur de cette vidéo, qui prétend assurer qu’elle date du affirme dans un commentaire : « Regardez, on appelle ça une pénurie (...) Vous critiquiez le discours du président en pensant que l’économie n’était pas si importante et qu’il fallait sauver des vies, regardez. La faim, ça tue aussi ». Or, plusieurs médias locaux ont montré que les étals du marché en question était pleins le matin du , avec des camions arrivant régulièrement, chargés de denrées. Cette vidéo qui est restée visible trois heures sur Facebook et Twitter, avant d'être retirée, était accompagnée d’un texte critiquant les mesures de confinement prises au niveau local par la plupart des États et municipalités du Brésil[98].

Le , Alvanei Xirixana, un adolescent de 15 ans issu de l'ethnie Yanomami, est le premier amérindien à décéder du Covid-19. Plusieurs cas ont été recensés depuis en territoire indigène ce qui rend la situation « très inquiétante, car c'est une population extrêmement vulnérable », estime Tiago Moreira, anthropologue de l'Institut socio-environnemental brésilien[99].

Le , le Brésil dépasse la barre des 1 000 morts sur son territoire[100].

À la mi-avril, selon une enquête réalisée par un consortium d'universités et d'instituts brésiliens nommé Center for Health Operations and Intelligence (CHOI), le nombre de personnes contaminées au Brésil serait en réalité douze fois plus élevé que les chiffres annoncés par le Ministère de la Santé. Pour en arriver à cette conclusion, le groupe de chercheurs a comparé le ratio de décès, jusqu'au , aux estimations de « morts attendus » évaluées par l'OMS. Pour le centre, cette grande différence serait due au faible nombre de tests réalisés (moins de 63 000) et à la lenteur des confirmations de résultat (seulement 8% des cas ont été officialisés). Un responsable du ministère de la Santé a affirmé que 93 000 tests de dépistage en cours étaient toujours en attente de résultat[101].

16-30 avril[modifier | modifier le code]

Le , le président Bolsonaro annonce le limogeage de son ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta avec lequel il était en profond désaccord sur l'application d'une politique de la distanciation sociale et le confinement. Mandetta est remplacé par un oncologue Nelson Teich qui prône pourtant les mêmes mesures que son prédécesseur pour enrayer l'épidémie[102].

Au , 5 901 décès et 85 380 cas étaient officiellement confirmés par les autorités. Pourtant, plusieurs instituts estiment les données gouvernementales très largement en dessous de la réalité. Ainsi, selon le groupe COVID-19 BRASIL, qui réunit chercheurs et épidémiologiste issus des universités du pays, le nombre de cas serait entre 1,1 et 1,6 million, soit 12 à 18 fois plus que les données du ministère de la santé. Plusieurs éléments alertent en effet les spécialistes, à commencer par le nombre record d’enterrements dans les cimetières du pays, qui ne correspond guère avec les projections du gouvernement[103].

1er-31 mai[modifier | modifier le code]

Le , le ministre de la Santé Nelson Teich nommé un mois auparavant par Bolsonaro à la suite du limogeage de Luiz Henrique Mandetta, démissionne à son tour pour les mêmes raisons que son prédécesseur : des divergences de vues sur les mesures de lutte contre le coronavirus, ainsi que des désaccords avec le président, notamment sur les traitements à la chloroquine, que ce dernier prône, alors que leur efficacité n'a pas été prouvée scientifiquement[104].

L’Imperial College London souligne que le Brésil présente le plus fort taux de contagion au monde en [105].

En , à l'occasion d'une conférence de presse, un expert des urgences de l'OMS, le Dr Mike Ryan a considéré que l'Amérique du Sud était devenue en quelque sorte un nouvel épicentre de la maladie, alors que le Brésil est le pays le plus affecté[106].

La région Nordeste est particulièrement touchée. Cette partie du pays présente des taux de pauvreté très élevés et les systèmes de santé locaux, qui ont fait l'objet de coupes budgétaires ces dernières années, ne sont pas prêts à affronter une situation de crise[107].

Le , Johns Hopkins University fait état de 498 440 cas déclarés officiel de COVID-19 au Brésil, soit le deuxième pays le plus touché au monde en nombre de cas détectés après les États-Unis.

1er-31 novembre[modifier | modifier le code]

La pandémie a fait, en date du , plus de 162 000 morts et a contaminé plus de 5,6 millions de personnes, ce qui fait du Brésil le deuxième pays touché après les États-Unis. Pour autant, ces chiffres sont jugés sous-estimés[108].

Le président Jair Bolsonaro appelle, lors d'un discours, le Brésil a cessé « d'être un pays de pédés » et à délaisser les principes de précaution observés dans le reste du monde[108].

2021[modifier | modifier le code]

L’État de l'Amazonas, dans le nord du pays, est touché par une pénurie de bonbonnes d'oxygènes pour soigner les malades. Des soignants sont contraints de ventiler manuellement des malades, tandis que d'autres patients meurent asphyxiés[109].

Nombre de nouveaux cas (bleu) et nombre de décès (rouge) - lissage dégressif, coordonnées logarithmiques. Le pic épidémique est atteint vers le mois d'août, suivi d'une lente décroissance.

Une étude du think tank libéral australien Lowy Institute situe la gestion de la crise sanitaire par les autorités brésilienne à la dernière place des 98 pays évalués[110].

Réponse[modifier | modifier le code]

Système de santé brésilien et réponse sanitaire[modifier | modifier le code]

Brian Mier, le co-rédacteur en chef du site web Brasil Wire, met en cause certaines décisions prises par les autorités qui pourraient selon lui conduire à une aggravation de la crise : « le président Temer et ses alliés ont adopté un amendement constitutionnel qui a gelé les dépenses de santé publique pendant 20 ans. Ensuite, Bolsonaro a chassé 8 000 médecins cubains du pays pour des raisons idéologiques, laissant les zones rurales et les bidonvilles du pays sans médecins. Bolsonaro a également réduit le budget de la santé de 250 millions de dollars. En conséquence, le Brésil est terriblement mal préparé pour faire face à cette crise »[111].

En 2020, 34 millions de Brésiliens n'ont pas accès à l'eau potable et 49 % de la population ne bénéficie pas d'un service de collecte des eaux usées selon le Système national d'information sur l'assainissement. La députée écologiste Claudia Visoni de l'État de São Paulo estime que « dans un moment d’urgence comme celui-ci, on ne peut pas penser à faire des changements structurels, mais on doit prendre des mesures urgentes telles que garantir l'approvisionnement en eau dans les quartiers les plus pauvres de la ville ». Elle a déposé une pétition auprès du ministère public demandant l'obligation pour la société des eaux de la ville, Sabesp, de rétablir une approvisionnement en eau là où elle manque : « Comment maîtriser une épidémie de cette gravité dans les favelas où l’eau est rare, les abris sont précaires et les sanitaires collectifs[112] ? ».

Recherche scientifique et prévisions[modifier | modifier le code]

Le , les scientifiques prédisent jusqu'à deux millions de décès au Brésil dans le pire des scénarios sans mesures pour contenir le virus. Ils soulignent que le maintien de la distance sociale est l'une des mesures les plus efficaces sans vaccin[113].

Le , la courbe de croissance des coronavirus au Brésil reprend celle des pays européens, avertissent des experts italiens. L'observatoire avec des physiciens de l'USP, Unicamp, Unesp, UnB, UFABC, Berkley (États-Unis) et Oldenburg (Allemagne) montre que le nombre de personnes infectées, compte tenu des données de ce jeudi (19), a doublé toutes les 54 heures. Le total devrait déjà dépasser les 3 000 mardi (24)[114],[115].

Le , les chercheurs se mobilisent pour augmenter l'offre de tests au Brésil. On s'attend à ce qu'avec juste une goutte de sang du patient, il soit possible de savoir s'il a le nouveau coronavirus et à quel stade; l'idée est que les expériences sont prêtes pour la vague actuelle de Covid-19 et que l'action mobilise certaines des principales universités brésiliennes[116]. Le ministre de la Santé a déclaré que les chiffres augmenteront de façon exponentielle jusqu'à la fin juin[85].

Le , le Brésil a mis plus de temps que l'Italie et l'Espagne pour atteindre mille cas. Une enquête universitaire nord-américaine montre que l'évolution de la maladie dans le pays est plus lente que celle observée ailleurs. Le Brésil a mis plus de temps pour passer de 100 à 1 000 cas de Covid-19 que des pays comme l'Italie et l'Espagne. Les données utilisées sont compilées par l'université américaine Johns-Hopkins. Le pays a dépassé 100 personnes infectées par le nouveau coronavirus le . Ce jour-là, 151 cas ont été enregistrés. Huit jours plus tard, le , le Brésil a atteint le millième test positif et atteint 1 021 personnes atteintes de la maladie. En Italie, ce mouvement s'est déroulé du 23 au (six jours) ; en Espagne, entre le 2 et le (sept jours). Cela signifie, selon l'évaluation de l'expert statistique en épidémiologie, Antonio Ponce de Leon, que le taux d'infections au Brésil est plus lent. L'Italie et l'Espagne sont les pays européens les plus touchés par le virus. Le premier a enregistré, dimanche, plus de 59 000 cas et 5 400 décès. Les Espagnols ont eu 28 700 patients avec 1 700 décès. Tous deux, dont le système de santé s'est effondré à cause de la maladie, ont commencé la lutte en limitant les tests aux seuls cas les plus graves - la même stratégie brésilienne. La justification était qu'il s'agissait d'une ressource limitée et coûteuse[117].

Le , la recherche prédit un PIB négatif pouvant atteindre 4,4 % avec l'effet du coronavirus. L'étude fait une projection de l'impact sur l'économie, par rapport aux effets de la crise de 2008 et de la grève des chauffeurs routiers en 2018. L'impact du coronavirus passera par deux canaux: un canal externe et le canal domestique. Avec la pandémie, l'économie américaine, l'économie européenne et l'économie chinoise se sont pratiquement arrêtées, ou sont dans un très fort rythme de décélération. Avec cela, en soi, cela aurait déjà un effet très fort au Brésil sans aucun doute[118].

Mesures de prévention[modifier | modifier le code]

Le , les autorités brésiliennes ont partiellement fermé leur frontière avec le Venezuela. Le ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, a demandé la fermeture de la frontière en raison de l'effondrement du système de santé du Venezuela[119].

Le , Rio de Janeiro et cinq autres municipalités - São Gonçalo, Guapimirim, Niterói, Nova Iguaçu et Mesquita - dans l'État de Rio de Janeiro ont déclaré l'état d'urgence pour aider à contenir le coronavirus. a déclaré des situations d'urgence dans le domaine de la santé publique[120]. Le lendemain, le gouvernement de Rio Grande do Sul a déclaré une situation de calamité publique. Parmi les mesures adoptées figurent l'interdiction des voyages interétatiques et la restriction des articles achetés sur les marchés[121]. Le , c'est le gouvernement de Rio Grande do Norte qui a déclaré une situation de calamité publique[122].

Le , le gouvernement de Rio Grande do Norte décrète une calamité publique à cause du coronavirus. La mesure entre en vigueur vendredi (20), après avoir été publiée au Journal officiel de l'État[122]. Dans le vote à distance, le Sénat approuve l'état de calamité publique à cause du coronavirus. Vendredi (20), le Sénat a approuvé, lors du premier vote à distance de l'histoire de la Chambre, le projet de décret législatif qui reconnaît que le pays est dans un état de calamité publique en raison de la pandémie mondiale causée par le coronavirus. Le vote a été unanime et 75 sénateurs y ont participé. Le président par intérim du Sénat, Antônio Anastasia (PSD-MG), a déjà signé la promulgation du texte, qui est déjà en vigueur[123].

Le , en SP, les cas de coronavirus augmentent de près de 40% en deux heures. Les décès ont également augmenté au cours de la période. Les villes de la région de Campinas ont déclaré une situation d'urgence en raison de la pandémie du nouveau coronavirus. Outre la métropole, Hortolândia, Holambra, Indaiatuba, Itapira, Jaguariúna, Mogi Guaçu, Mogi Mirim, Paulínia, Sumaré et Águas de Lindoia ont publié des décrets contenant des mesures spéciales pour contenir l'avancement des affaires Covid-19[Quoi ?]. Valinhos et Vinhedo ont déterminé un état de calamité publique. Americana est dans un état d'attention[124],[125]. Compte tenu de l'avancée de l'épidémie de Covid-19, le gouvernement fédéral a fermé les frontières terrestres avec l'Argentine, la Bolivie, la Colombie, la Guyane française, la Guyane, le Paraguay, le Pérou et le Suriname. La frontière avec le Venezuela est déjà fermée. L'ordonnance a été signée par Sergio Moro, ministre de la Justice, Luiz Henrique Mandetta, de la Santé, et Braga Netto, de la Maison civile. On s'attend à ce que les voyages en avion soient également bientôt arrêtés. Rio de Janeiro a déclaré une situation d'urgence et a décidé, entre autres mesures, la suspension, à compter du samedi 21, du pont aérien entre Rio de Janeiro et São Paulo. Le gouverneur de São Paulo, João Doria (PSDB), a recommandé la fermeture des centres commerciaux et des gymnases de la région métropolitaine. En outre, les cours dans les écoles publiques et privées sont également suspendus[85].

Dans les favelas de Rio de Janeiro, la municipalité recommande l'isolement dans une pièce de toute personne suspecte d'avoir été infectée. « Si le domicile ne comprend qu'une seule pièce, les personnes infectées doivent rester à au moins un mètre de distance des autres membres de la famille », préconise la mairie. Pourtant, « la plupart des maisons des favelas ont deux ou trois pièces, avec cinq à huit habitants. Comment peut-on isoler une personne infectée dans ces conditions ? », relève Paulo Buss, directeur du centre de relations internationales de la Fiocruz[126].

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

Le , Eduardo Bolsonaro, fils du président Jair Bolsonaro, a déclenché un différend diplomatique avec la Chine, le plus grand partenaire commercial du Brésil, lorsqu'il a retweeté un message accusant le Parti communiste chinois d'être responsable du virus[127]. Yang Wanming, le plus haut diplomate chinois au Brésil, a ensuite retweeté un message disant « La famille Bolsonaro est le grand poison de ce pays »[128]. Bolsonaro a prononcé un discours télévisé sur la pandémie, au cours duquel des panelaços pro et anti-Bolsonaro ont éclaté dans les plus grandes villes du Brésil[129]. Selon un sondage, 64% des Brésiliens rejettent la façon dont Bolsonaro a géré la pandémie, tandis que 44,8% soutiennent sa mise en accusation, un record historique[130]. Selon certaines sources au Congrès, Bolsonaro ferme délibérément le dialogue politique. Ils affirment qu'il force sa destitution comme moyen de mobiliser ses partisans[131].

Le , les bannières offensent l'homme politique chinois à l'ambassade, qu'il qualifie d'acte de « clown ». Des vidéos d'infractions contre des politiciens chinois ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux. Dans l'un d'eux, fabriqué à partir d'une voiture, un homme blanc en chemise jaune, un chapeau noir et un pantalon crème filme deux titres avec de mauvais mots en portugais et en anglais. En eux, la cible est le président chinois, Xi Jinping. On appelle le coronavirus « virus de Chine ». Un autre utilise un mot maudit que des militants d'extrême droite ont commencé à répandre après qu'un des fils du président Jair Bolsonaro, le conseiller de Rio de Janeiro, Carlos Bolsonaro (PSC), s'est plaint d'un rapport dans le magazine Veja. Le président du Front parlementaire Brésil-Chine, le député Fausto Pinato, a exigé que le président Jair Bolsonaro renie son fils, sous peine de supposer qu'il était d'accord avec lui. Les présidents de la Chambre et du Sénat, Rodrigo Maia (DEM-RJ) et Davi Alcolumbre (DEM-AP), ont présenté leurs excuses aux Chinois. Hier, Jair Bolsonaro a déclaré qu'il ne s'excuserait pas. Cependant, il a dit que le sujet était « tourné » et que les relations du pays avec les Chinois étaient "très bonnes"[132].

Politique interne[modifier | modifier le code]

Le président Jair Bolsonaro a été critiqué pour sa gestion de la crise du coronavirus[133].

Le , il a qualifié la pandémie de « fantaisie » créée par les médias[134]. 64 % des Brésiliens rejettent la façon dont le gouvernement gère l’épidémie selon un sondage publié à la fin mars[111].

Le , Bolsonaro, qui était surveillé par des médecins après que son attaché de presse ait été testé positif au Covid-19, a été sévèrement critiqué pour avoir rencontré ses partisans lors d'un défilé public à Brasilia sans porter de masque[63]. Plus tard, des accusations de mise en accusation ont été portées contre le Président pour sa participation au défilé, que certains considéraient comme antidémocratique, et aussi pour avoir menacé la santé publique[135].

Le , le président de la République, Jair Bolsonaro, a critiqué le gouverneur de Rio de Janeiro, Wilson Witzel (PSC), pour avoir demandé la suspension de l'arrivée de vols en provenance d'États où la contamination par le nouveau coronavirus est confirmé[136]. Bolsonaro dit que la fermeture des centres commerciaux et du commerce nuit à l'économie. Au milieu de la pandémie de Covid-19, des experts du monde entier ont suggéré des mesures pour restreindre la circulation des individus comme l'un des moyens les plus efficaces de contenir la propagation du virus. Cependant, le président de l'époque Jair Bolsonaro a déclaré qu'il était contre la fermeture du commerce décrétée par la plupart des gouverneurs des États en tant que mesure de lutte contre le coronavirus[137]. Doria réplique Bolsonaro: « nous faisons ce qu'il ne fait pas, menez ». Le gouverneur de São Paulo, João Doria Jr (PSDB), a contré aujourd'hui une déclaration du président Jair Bolsonaro et a déclaré que les gouverneurs jouent le rôle qui serait le sien, qui est de conduire à un moment de pandémie pour le nouveau coronavirus. Plus tôt à Brasilia, Bolsonaro a critiqué ce qu'il a appelé des mesures extrêmes, telles que « fermer les centres commerciaux et les foires ». Il n'a pas spécifiquement mentionné Doria, mais le gouverneur de São Paulo a défendu la position[138]. Le Brésil est le 2e pays avec plus de cas de coronavirus au sommet du gouvernement. Juste derrière l'Iran et suivi de la France, le gouvernement brésilien a contaminé au moins treize hommes politiques de premier plan. La confirmation, jeudi 18, que le ministre des Mines et de l'Énergie, Bento Albuquerque, et le président du Sénat, Davi Alcolumbre, ont contracté le nouveau coronavirus font du Brésil le deuxième pays avec le plus de cas de la maladie au sommet du gouvernement. Avec 13 confirmés, il est deuxième derrière l'Iran, qui compte 24 fonctionnaires malades[139].

Le , pour le Congrès, Bolsonaro veut qu'ils tentent la destitution pour avoir une confrontation. Les présidents de chambre, Rodrigo Maia (DEM-RJ) et sénatorial, Davi Alcolumbre (DEM-AP), ainsi que les dirigeants des principaux partis du Congrès ne croient plus à la possibilité d'un dialogue productif avec le président Jair. Bolsonaro[131]. Le coronavirus démasque la politique de mort de Bolsonaro. Comment la suppression du SUS et la communication publique rendent le Brésil plus vulnérable à la pandémie. Après que Jair Bolsonaro a participé aux actes de dimanche dernier contre la Cour fédérale suprême et le Congrès national, un député de district et un groupe de trois parlementaires et militants du PSOL ont déposé deux affaires de destitution contre le président de la République pour avoir soutenu des manifestations anti-démocratiques. Une partie de la société civile a parié sur l'annulation du ticket qui l'a élu, au vu des cas de désinformation commis encore dans le processus électoral. La pandémie de coronavirus précise une autre série d'émeutes que Bolsonaro a commises dans l'exercice de la présidence de la République[135]. Le , Rodrigo Maia a déclaré que le Brésil pourrait avoir besoin de 78,1 milliards de dollars pour lutter contre le coronavirus[140].

Le , sur CNN Brasil, Bolsonaro critique le décret de quarantaine et qualifie Doria de folle. Le président a accordé une interview exclusive au diffuseur et a parlé des mesures visant à contenir le nouveau coronavirus, de la confiance dans la médecine à base d'hydroxychloroquine et a également critiqué sévèrement les gouverneurs. Dans l'interview, Bolsonaro a estimé que les gouverneurs qui ont décrété la quarantaine dans leurs États extrapolaient. Ils donnent une « surdose de médicament et que l'excès de médicament devient un poison ». João Doria, gouverneur de São Paulo, et Wilson Witzel, gouverneur de Rio de Janeiro, ont été critiqués par le président. « Doria est une folle. Il nie avoir utilisé mon nom pour être élu gouverneur et en profite pour grandir politiquement », a déclaré Bolsonaro. « Le sujet (des discussions) doit se concentrer uniquement sur le problème qui nous attend, qui est le coronavirus ». Le président a également commenté les soupçons selon lesquels il était infecté par le nouveau coronavirus et a justifié l'utilisation de « peu d'adhérence » pour désigner la Covid-19. « Plusieurs fois, la presse a voulu que je fasse le troisième test. J'ai dit qu'ils étaient très inquiets pour ma santé et, après un coup de couteau, je suis calme avec ce virus. J'ai dit que ce serait une "petite prise" pour moi »[141].

Le , le président Jair Bolsonaro a déclaré lundi qu'il n'était pas encore temps de parler de reporter les élections municipales cette année en raison de l'apparition du nouveau coronavirus. « Je ne suis pas en train de reporter les élections municipales, il est encore trop tôt », a-t-il déclaré en quittant le Palácio da Alvorada. « Ils demandent si la popularité de Mandetta est plus élevée que la mienne » a commenté le président. Bolsonaro a également déclaré que la panique ne peut pas se propager à la société: « Nous ne pouvons pas apporter la panique à la société, car la panique est également une maladie plus grave ». Le président a indiqué qu'il aura aujourd'hui une réunion, par visioconférence avec les gouverneurs des régions du Nord et du Nord-Est. Et il entendra des propositions pour lutter contre le nouveau coronavirus[142].

Le , le président Jair Bolsonaro déclare que la routine dans le pays devait redevenir réalité et que la presse brésilienne répandait la panique autour du coronavirus, qu'il a de nouveau appelé « gripezinha ». S'exprimant à la radio et à la télévision, Bolsonaro a également critiqué les gouverneurs pour avoir déterminé la quarantaine - avec le commerce et la fermeture des frontières - et a demandé pourquoi les écoles étaient fermées[143]

Sur les réseaux sociaux, les partisans du président ont partagé abondamment le slogan #LeBrésilNePeutPasS’Arrêter. L'attitude de Jair Bolsonaro a cependant indigné une partie de son camp. La députée locale de Sao Paulo Janaina Paschoal, élue tout comme Jair Bolsonaro sous l'étiquette du Parti Social-Libéral, n'hésite pas à exiger son départ. Le gouverneur de Sao Paulo, João Doria, ancien allié du chef de l'État, l'accuse de « désinformation ». La ministre de la Famille, Damares Alves, et le ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, ont appelé au confinement[144]. Le ministre de la Santé est finalement évincé du gouvernement à la mi-avril[145].

Selon des informations divulguées par le journaliste argentin Horacio Verbitsky, l'armée brésilienne aurait officieusement évincé Jair Bolsonaro, très critiqué pour son manque de réactivité face à la crise, et exercerait la réalité du pouvoir. Le gouvernement argentin aurait été prévenu de façon informelle : « Cela n’équivaut pas à la déposition du président, mais à sa réduction à une figure de type monarque constitutionnel, sans pouvoir effectif[146] ».

Le , Jair Bolsonaro apporte son soutien à des manifestants anti-confinement, qui réclament par ailleurs une intervention militaire et la fermeture du Congrès. Bolsonaro n'a pas condamné ces demandes, pourtant décriées par plusieurs responsables politiques[147]. Durant une réunion ministérielle tenue le , le président Bolsonaro tient des propos insultant à l'égard des maires et gouverneurs qui adoptent des mesures contraires à ses recommandations et a demandé à ce que la population soit armée pour éviter qu’une dictature ne s’installe à la tête du pays[148].

Début mai, alors que le pays a officiellement dépassé la barre des 5 000 morts mais que les cas pourraient être de 12 à 15 fois supérieurs selon de nombreux scientifiques[149],[150], le président crée un scandale en répondant « Et alors ? » à un journaliste qui lui fait remarquer ce nombre de morts sans cesse en hausse[151].

Le ministre de la Santé, Nelson Teich, qui avait pris ses fonctions le , démissionne le [152]. Il est remplacé par le riche homme d'affaires Carlos Wizard, qui ne possède pas d'expérience dans le domaine de la santé[148].

Pour le journaliste Bruno Meyerfeld, en dépit des critiques et des menaces de destitution, Jair Bolsonaro a su utiliser la crise à son avantage : « Profitant du désordre ambiant, le chef de l’État a entamé de discrètes négociations pour s’attirer le soutien du centrão, ce ventre mou du Congrès brésilien, composé d’une demi-douzaine de formations attrape-tout et opportunistes, mêlées à de nombreuses affaires de corruption. Bolsonaro leur a offert plusieurs postes d’administration juteux et un ministère (celui de la communication). C’est cher payé mais essentiel : le centrão occupe près du tiers des sièges à la Chambre des députés. Sans lui, aucune destitution n’est possible[153]. »

Le 6 juillet 2020, après avoir présenté de nombreux symptômes liés au virus, le président Jair Bolsonaro décide de réaliser un test de dépistage, qui se révèle être positif le lendemain[154].

Le gouvernement supprime en les aides sociales d'urgence — octroyées pendant neuf mois aux Brésiliens les plus pauvres afin d'éviter que des millions de personnes ne basculent dans la misère — en raison de la pression des marchés financiers, inquiets de l’augmentation du déficit et de la dette du pays. Le président explique cette décision en affirmant que « le Brésil est en faillite, je ne peux rien faire »[155].

Aide extérieure[modifier | modifier le code]

Lors d'une conférence de presse, le , le secrétaire brésilien à la Santé, João Gabbardo, a demandé à Cuba de renvoyer les médecins qui avaient été expulsés pour empêcher l'effondrement du système de santé du pays, alors qu’il luttait contre une pandémie en expansion[156]. Gabbardo a déclaré que 5 000 médecins cubains allaient être redéployés au Brésil pour être affectés à des centres de soins primaires dans tout le pays[156].

Le Venezuela envoie en des camions chargés d'oxygène dans la ville brésilienne de Manaus, laquelle fait face à une pénurie de bonbonnes d'oxygènes pour soigner les malades[109].

Impact[modifier | modifier le code]

Populations indigènes[modifier | modifier le code]

Les premiers cas ont été apportés en par des contacts avec des populations urbaines et des orpailleurs clandestins[157]. Les indigènes ont des défenses immunitaires plus faibles et un accès aux soins moindre : de telles tribus sont particulièrement vulnérables aux maladies courantes comme la rougeole ou la grippe. Cependant, certaines organisations ne lèvent pas pour autant leurs actions, mettant ainsi en danger ces peuples autochtones. L'organisation missionnaire évangélique américaine New Tribes Mission, notamment, choisit de maintenir ses activités d'évangélisation des tribus autochtones isolées, au risque de propager parmi elles la maladie. Le médecin Douglas Rodrigues, spécialiste de santé publique à l'Université fédérale de São Paulo, rappelle que « toute maladie contagieuse peut être catastrophique pour ces indigènes. » L'organisation missionnaire est toutefois soutenue par le président Jair Bolsonaro[158]. Lors d'une conférence de presse, le ministre de la Santé brésilien, Luis Henrique Mandetta, insiste lui aussi sur la vulnérabilité historique de ces communautés face aux virus importés[159].

En , à la suite de la demande de dirigeants de la tribu Kayapo du village de Turedjam, les compagnies minières qui envahissent la forêt ont accepté de quitter leur territoire, en raison de la pandémie de Covid-19. Ce départ ne concerne qu'un village, mais d'autres groupes d'indigènes pourraient suivre le pas, à la suite de cette victoire[159].

Selon le bilan de l’APIB, l’Association brésilienne des peuples indigènes, au , le Covid-19 a contaminé plus de 43 524 Indigènes et tué 902 d’entre eux[160].

En 2021, des missionnaires évangéliques ont été critiqués pour leur opposition au vaccin contre le Covid-19 dans des communautés indigènes[161].

Économie[modifier | modifier le code]

Les économistes s'attendent à une stagnation économique du pays en 2020 [162] À ce titre, le , le ministère de l'Économie a annoncé un plan de relance de 147,3 milliards de réaux (29 milliards de dollars USD ) pour aider l'économie contre les effets de la pandémie[163]. Le gouvernement brésilien négocie également avec la Nouvelle Banque de développement pour recevoir un paquet d'aide pour ses efforts contre la Covid-19 ; la Chine a reçu un milliard de dollars USD de la même institution[164].

Le , le ministre de l'Économie Paulo Guedes a annoncé une série de mesures d'aide pour réduire l'impact sur l'économie qui sera causé par la Covid-19. Une bourse d'études pour les professionnels indépendants, d'un montant de R $ 200, est en cours de préparation, en plus de la garantie de paiement pour les travailleurs qui ont réduit les heures de travail[85].

Le , la crise du nouveau coronavirus pose des défis à l'industrie et au Brésil. Maintenant, les perspectives sont que la croissance du pays cette année sera négative, aboutissant à une récession économique sans précédent. Dans ce nouveau scénario, le secteur industriel, le plus grand générateur d'emplois du pays, sera le plus touché. La crise générée par le nouveau coronavirus a brutalement interrompu le cycle de reprise de l'activité industrielle au Brésil. Le gouvernement a annoncé des mesures ces derniers jours pour éviter le ralentissement économique, mais certains secteurs sont déjà affectés. Une enquête réalisée début mars par l'Association brésilienne de l'industrie électrique et électronique (Abinee) a montré que 70% des entreprises associées avaient déjà des problèmes d'approvisionnement en composants, qui sont principalement produits en Chine et dans d'autres pays asiatiques[165].

Le gouvernement tente d'autoriser la suspension des contrats de travail et des salaires pour une durée maximale de quatre mois. Selon le projet de loi, finalement rejeté par le Parlement, l'entreprise aurait pu « accorder au salarié une aide compensatoire mensuelle » dont la valeur restait cependant à négocier. L'ex-président Luiz Inácio Lula da Silva a proposé la création d'une allocation temporaire pour les travailleurs précaires afin que le confinement ne soit pas le privilège d’une seule classe[166].

En , à la suite de l’annonce par les chaînes de supermarchés d’une hausse de 20 % du coût des aliments qui composent le panier des ménages, Jair Bolsonaro en appelle au « patriotisme » des chefs d'entreprise pour modérer l'inflation. La presse estime toutefois qu'une telle requête adressée au patronat n’a aucun sens dans une économie de libre-échange[167].

Corruption[modifier | modifier le code]

Le Brésil, confronté à une corruption endémique, a vu celle-ci s'étendre lors de la crise sanitaire en raison notamment de l'assouplissement de la législation[168].

Le Parlement a autorisé tous les niveaux de gouvernement à effectuer des achats d'urgence sans appels d'offres ni les formalités administratives habituelles. « Toutes ces entités publiques étaient en compétition les unes avec les autres pour acheter les mêmes choses. C'est beaucoup plus facile de surveiller les contrats d'une énorme entité publique que de 5.000 collectivités », indique Guilherme France, responsable brésilien de l'ONG Transparency International[168].

De hautes personnalités politiques, telles que le gouverneur de Sao Paulo, Joao Doria et le gouverneur de Rio de Janeiro, Wilson Witzel, sont directement mis en cause dans ces affaires, ce dernier faisant l'objet d'une procédure de destitution. Le secrétaire à la Santé de l’État de Brasilia, Francisco Araujo, est arrêté en aout 2020, accusé d'avoir reçu des dessous de table à l'occasion de l'achat de kits de test[168].

Sur les 286,5 milliards de reais (44 milliards d'euros) de dépenses fédérales pour la pandémie, moins de 8 % sont allés directement à la lutte contre la maladie, selon la Cour fédérale des comptes (TCU)[168].

Éducation[modifier | modifier le code]

Au , la pandémie a eu un impact sur l'éducation partout dans le monde. Dans plus d'une centaine de pays, il y a eu des fermetures d'écoles à l'échelle nationale. Cependant, le président brésilien Jair Bolsonaro a publié peu de mesures à l'échelle nationale pour ralentir la propagation du virus[169],[170] et parce que le gouvernement fédéral n'a pas agi de manière appropriée face à la pandémie et n'a pas décidé, au , d'annuler Dans tout le pays, les instances inférieures du gouvernement devaient agir de manière autonome. En tant que telles, les écoles et universités municipales, publiques et privées ont eu des réactions différentes concernant la suspension des cours. Les cours ont été suspendus immédiatement, progressivement ou pas du tout. Certains d'entre eux ont été remplacés par l'enseignement à distance ou simplement reportés. Pour cette raison, selon l'UNESCO, il n'y a que des fermetures d'écoles "localisées" (par opposition à "nationales")[171].

La fermeture des écoles pendant plusieurs mois pourrait aboutir à l'exclusion du système éducatif de centaines de milliers d’enfants pauvres, faute d’avoir pu suivre les cours en ligne. En , après six mois de fermeture dans certains États, « la situation est très inquiétante. On risque d’assister à un décrochage scolaire d’une ampleur sans précédent », explique Olavo Nogueira Filho, directeur de l’ONG Todos pela educaçao (« Tous pour l’éducation »). Selon lui, « dans le primaire et le secondaire, un élève sur quatre n’a eu strictement aucun contact avec son école depuis six mois. On estime que 30 % à 40 % des écoliers de cette tranche d’âge pourraient sortir du système éducatif si rien n’est fait »[172].

Favelas[modifier | modifier le code]

Le , les résidents des communautés de Rio de Janeiro souffrent d'un manque d'eau au milieu de la pandémie de coronavirus. Les cariocas et les fluminenses sont beaucoup plus exposés à la prolifération des coronavirus sans eau pour le nettoyage, explique un spécialiste. Dans certaines parties de la Baixada Fluminense et de la zone nord de Rio, l'eau n'atteint pas. Parmi les zones touchées figurent les communautés de Chatuba de Mesquita, Camarista Méier et Complexo do Alemão. La médecin et pédiatre des maladies infectieuses Cristiana Meirelles dit que sans eau courante propre, la situation de la lutte contre l'épidémie devient catastrophique[173]. Cufa appelle à des mesures pour contenir le coronavirus dans les favelas. Les actions du gouvernement n'incluent pas les personnes économiquement fragiles, un contingent qui totalise plus de 70 millions de personnes, selon l'organisation[174].

Le , sans eau courante ni espace pour l'isolement, les favelas de Rio manquent de ressources pour lutter contre le coronavirus. Les autorités gouvernementales ne font pas la planification appropriée dont ces communautés ont besoin. « Nous parlons d'endroits où il n'y a pas d'eau courante, il y a beaucoup de boue, beaucoup d'animaux. Les gens ne sont pas en mesure de maintenir l'hygiène et la propreté personnelles requises à l'heure actuelle », explique un habitant[175].

Le , Favelas do Rio présente 61 cas suspects de nouveau coronavirus. « La plus grande préoccupation est que les favelas souffriront le plus. Des foules de gens, il y a des maisons avec 5, 6 enfants dans une pièce. C'est inquiétant, très inquiétant. Si cela se répand ici, ce sera très triste », explique le leader Thiago Firmino. Les favelas de Rio souffrent d'un manque d'eau et la population est plus vulnérable aux coronavirus. Le Défenseur public demande l'aide des résidents pour organiser les données et prendre des mesures d'urgence. Trajano a indiqué que certaines zones de Maré sont privées d'eau depuis deux jours tandis que d'autres n'ont pas reçu d'eau depuis deux semaines. « Si l'eau arrive, c'est toujours à l'aide d'une pompe achetée par le résident. Nous nous sommes déjà plaints auprès de Cedae, la société a déclaré qu'elle se résout, mais nous savons déjà que la favela est toujours la dernière à tout recevoir et que les droits ne viennent qu'après beaucoup de collecte »[176],[177],[178].

L'insalubrité de certaines habitations pose aussi problème. « Dans la favela, la plupart des maisons ont peu de fenêtres, ce qui empêche une bonne circulation de l'air, l'entrée de la lumière du jour et favorise la propagation de maladies respiratoires », précise Patricia Canto, pneumologue de l'École Nationale de Santé Publique de Rio[126].

Beaucoup de personnes dépendent de l'économie informelle et le confinement pourrait leur retirer tout moyen de subsistance. « Les personnes qui n'ont pas d'emploi formel doivent continuer à sortir pour travailler parce qu'elles n'ont pas le choix. Ou elles meurent de faim, ou elles risquent de mourir en attrapant le coronavirus », relève Joelma Sousa, de l'ONG Redes da Maré. La précarité des services sanitaires est également préoccupante : « les dispensaires manquent cruellement de matériel et de personnel. Ces jours-ci, ils ont fermé à 15 heures, trois heures plus tôt que prévu, parce qu'il n'y avait plus de médecin »[126].

Au mois d’avril une étude de l’Instituto Data Favela relève que 97 % des habitants des Favelas ont déjà vu leur vie bouleversée. Sept familles sur dix ont ainsi souffert d'une diminution de leurs revenus et rencontrent des difficultés à s’approvisionner en nourriture et produits de base comme le savon. Pour le président de l’Instituto Locomotiva, Renato Meirelles : « Nous avons entendu le discours selon lequel l’épidémie est démocratique, qu’elle fait autant de mal aux riches qu’aux pauvres. Mais (…) une partie de la société n’a pas d’épargne et n’a pas les ressources pour maintenir son niveau de vie si elle ne travaille pas. Il est plus facile de se mettre en quarantaine avec un réfrigérateur plein et une maison confortable que lorsque vous vivez dans un bidonville avec un manque d’eau et cinq personnes dans un espace de 20 mètres carrés[179]. »

Soins de santé[modifier | modifier le code]

Dès que les premiers cas ont été signalés dans le pays, il était à craindre que son système de santé ne puisse faire face à la pandémie.

Le , les hôpitaux de São Paulo ont dénoncé un manque de matériel de santé, comme masques, gants et désinfectant pour les mains, causé par une augmentation des prix[180],[181]. Selon eux, les paquets de masques sont passés de 4,50 reals en janvier à 140 reals le . Le gouvernement a déclaré qu'il négocierait avec l'industrie pour répondre à la demande[182],[183]. À Salvador, il y a eu une panne de masques et de désinfectant pour les mains dans le commerce local[184]. Rio et cinq autres municipalités de l'État déclarent qu'il est urgent de contenir le coronavirus. Les municipalités de São Gonçalo et Guapimirim ont également déclaré l'état d'urgence et Niterói, Nova Iguaçu et Mesquita ont déclaré une situation d'urgence dans le domaine de la santé publique[184].

Le , les scientifiques prédisent jusqu'à 2 millions de décès au Brésil dans le pire des scénarios sans mesure pour contenir le coronavirus. Ils soulignent que le maintien de la distance sociale est l'une des mesures les plus efficaces sans vaccin[113]. Leur conclusion est venue après avoir analysé la courbe de croissance des cas de Covid-19 au Brésil. Le taux de contagion est le même que celui enregistré en Italie, le nombre de personnes infectées doublant toutes les 54 heures. Selon les estimations, le nombre de cas confirmés pourrait atteindre 3 000 au [114].

Selon le ministère de la Santé, le nombre de patients infectés augmentera de façon exponentielle d'ici fin juin[85]. Le maire de Belo Horizonte, Alexandre Kalil (PSD), a demandé au général Altair José Polsin, commandant de la 4e région de l'armée, l'affectation temporaire de 51 professionnels de la garnison militaire pour aider aux exigences de la lutte contre le coronavirus. Dans une interview de , le secrétaire à la santé a annoncé la création de deux autres centres de maladies respiratoires et étudie la possibilité de placer des PM pour servir la population[185],[186].

Le gouvernement de la RS décrète la situation de calamité publique due aux coronavirus. Parmi les mesures figurent l'interdiction des voyages interétatiques et la restriction des articles achetés sur les marchés. Le décret s'applique à partir de ce jeudi (19)[121]. Les employés de quatre hôpitaux publics de la ville de São Paulo ont signalé une pénurie de matériaux tels que du gel d'alcool, des masques et des gants lorsqu'ils soignent des patients suspectés de coronavirus (Covid-19). Les professionnels rapportent la précarité contre le coronavirus dans le SUS: « Le patient est exposé, nous aussi ». Avec une pénurie de masques et même un rationnement de l'alcool de gel, la situation des agents de la fonction publique est différente de celle des hôpitaux privés de référence à São Paulo[180],[181]. Les magasins spécialisés dans les fournitures médicales n'ont plus de gels et de masques d'alcool. Parmi eux, ceux connus sous le nom de N95, utilisés par les professionnels de santé. Avec la pandémie mondiale de coronavirus et la grande recherche de protection, les marchands ambulants (sans vente au milieu de la crise pandémique) profitent de la demande de matériel et tentent d'en profiter[184].

Le , la presse annonce que le Brésil contredit la recommandation de l'Organisation mondiale de la santé en ne testant que les patients dans un état grave. João Gabbardo, secrétaire exécutif du ministère de la Santé, déclare que les critères adoptés ne changeraient pas et que les personnes atteintes de cas graves seront testées pour la Covid-19[82]. Le lendemain, un groupe de scientifiques déclare qu'ils développent de nouveaux tests de Covid-19 au Brésil. notamment un test qui fonctionnant avec une seule goutte de sang du patient. Ils estiment qu'il sera prêt pour l'épidémie actuelle de Covid-19 et espèrent engager certaines des principales universités brésiliennes dans son développement[116].

Outre les premiers cas de coronavirus à Acre, les professionnels de la santé de l'État doivent faire face au manque d'équipement de protection individuelle (EPI). Sans objet de protection, les agents de santé utilisent des casquettes comme masques dans les hôpitaux[187]. Les professionnels de la santé de RJ se plaignent du manque de conditions pour travailler avec les patients atteints du Covid-19. Le docteur dit qu'il n'y a pas de masques N95, avec un filtre plus efficace, à l'hôpital Salgado Filho. Les syndicats disent qu'il y a une pénurie d'équipements de protection individuelle dans les hôpitaux[188].

Services religieux[modifier | modifier le code]

Les grandes municipalités ont annoncé des mesures de confinement et l'interdiction des grands rassemblements. Ces mesures ont été reçues avec scepticisme ou mécontentement par de nombreuses personnalités du courant évangéliste. Silas Malafaia, médiatique chef de l'Assemblée de Dieu Victoire dans le Christ, l'une des plus grandes Églises évangéliques du pays, a réaffirmé : « Notre église va garder ses portes ouvertes ! L'église doit rester l'ultime bastion de l'espérance du peuple ! [...] Nous croyons que Dieu a le contrôle de toute chose. Nous croyons au pouvoir de la prière. C'est notre arme ! » Edir Macedo, dirigeant de l'Église universelle du royaume de Dieu, qui compte 1,8 million de fidèles, a appelé ses ouailles à « ne pas se préoccuper du coronavirus », la pandémie serait une « tactique » orchestrée par une alliance entre Satan, les médias et « les intérêts économiques » pour « semer la terreur »[189].

Les membres du lobby parlementaire évangélique (195 députés, soit 38 % des sièges à la Chambre basse), ont appelé dans un communiqué à garder les temples ouverts et à éviter un confinement trop strict[189]. Le président Bolsonaro déclare le préparer, avec les leaders des églises évangéliques, un jeûne d'une journée pour « débarrasser » le Brésil du virus[190].

Programmation télévisuelle[modifier | modifier le code]

Les réseaux brésiliens ont commencé à diffuser des conseils de prévention lors de leur programmation. Globo, SBT, RecordTV e RedeTV! ont annoncé qu'ils suspendraient la production de telenovelas et enregistreraient leurs talk-shows sans public, tout en élargissant le journalisme dans leur programmation[191],[192],[193].

Violences policières[modifier | modifier le code]

Dans l'État de Rio de Janeiro, 177 personnes ont été abattues par les forces de police pendant la période de confinement, soit une augmentation de 43 % par rapport au même mois en 2019[194].

Environnement[modifier | modifier le code]

En mars, le déboisement en Amazonie a augmenté de 30 % par rapport à 2019, en raison d'une réduction des patrouilles de la police environnementale (Ibama) depuis le début de l'épidémie. La police environnementale a déclaré avoir suspendu la plupart de ses patrouilles afin d'éviter de contribuer à propager l'épidémie, mais les ONG soupçonnent le gouvernement de vouloir profiter du chaos ambiant pour faciliter un peu plus l’exploitation de la forêt tropicale[195].

D'après Adriana Ramos, experte à l'ONG Institut Socioambiantal, « beaucoup d’orpailleurs et de voleurs de bois voient cette épidémie comme une opportunité et souhaitent tirer avantage de la situation. La baisse des moyens et la réduction des contrôles de l’Ibama n’ont pas commencé avec le coronavirus. La politique de ce gouvernement depuis le début consiste à encourager ceux qui détruisent illégalement la forêt[195]. »

Au cours d'une réunion ministérielle le , dont les images ont été diffusées dans la presse, le ministre de l’Environnement, Ricardo Salles suggère de profiter de l'« opportunité du fait que la presse soit focalisée sur le coronavirus » pour « passer des réformes et assouplir les règles » liées notamment à la préservation de l’Amazonie[196].

Le , les indigènes membres de la tribu des Kayapo Mekragnoti bloque la BR-163, un important axe routier au Brésil, demandant davantage d'aide au président Bolsonaro pour lutter contre le coronavirus et la fin de la déforestation et de l'orpaillage sur leurs terres[197]. Dix jours suivants, les indigènes annoncent la levée du barrage, après une décision judiciaire exigeant une réponse du gouvernement à leurs revendications[198].

Statistiques par État[modifier | modifier le code]

Statistiques par État au 20 mai 2020[modifier | modifier le code]

Par État et capitale au
pour les États qui concentrent les 3/4 de la mortalité brésilienne[199]
État Capitale Hors Capitale
Nom Population Décès Décès/1000 000 Nom Population Décès Décès/1000 000 Décès/1000 000
São Paulo 45 919 049 5 363 117 São Paulo 12 252 023 3 135 256 66
Rio de Janeiro 17 264 943 3 237 187 Rio de Janeiro 6 718 903 2 249 335 94
Ceará 9 132 078 1 900 208 Fortaleza 2 669 342 1 333 499 88
Pernambouc 9 557 071 1 834 192 Recife 1 645 727 715 434 141
Pará 8 602 865 1 633 190 Belém 1 492 745 821 550 114
Amazonas 4 144 597 1 561 377 Manaus 2 182 763 1 057 484 257

Statistiques quotidiennes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette pandémie affecte tous les continents, hormis l'Antarctique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (pt) « Painel Coronavírus », sur Ministry of Health (consulté le 1er octobre 2020).
  2. « Coronavirus : au Brésil, « nous sommes à la limite de la barbarie » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  3. « Le Brésil devient le 2e pays pour le nombre de morts du coronavirus », sur www.bfmtv.com, (consulté le 13 juin 2020).
  4. « Covid-19: le cap du million de contaminés franchi au Brésil », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 19 juin 2020).
  5. « Coronavirus : le bilan au Brésil dépasse 50 000 morts », sur www.laprovence.com, (consulté le 22 juin 2020).
  6. « Le Brésil passe le seuil des 150 000 morts du Covid-19 », sur RFI, .
  7. (br) Cabinet du Brésil (ministère de la santé), « Coronavírus Brasil: Painel Coronavírus », sur covid.saude.gov.br, .
  8. « Le Brésil face à l’épidémie de coronavirus », sur Sciences et Avenir (consulté le 25 mars 2020).
  9. « Coronavirus : l’épiscopat brésilien appelle la population à se confiner - Vatican News », sur www.vaticannews.va, (consulté le 25 mars 2020).
  10. BFMTV, « CARTE. Coronavirus: plus de 187.000 cas dans le monde, 155 pays concernés », sur BFMTV (consulté le 25 mars 2020).
  11. Michel Leclercq, « Face au péril du Covid-19, Jair Bolsonaro ne fait plus rire les Brésiliens », sur Le Figaro.fr, (consulté le 25 mars 2020).
  12. « Coronavirus. Au Brésil, des voix s’élèvent pour demander la destitution de Bolsonaro », sur Courrier international, (consulté le 25 mars 2020).
  13. « Coronavírus: brasileiros na China devem chegar ao país no sábado e cumprir quarentena em Anápolis », G1, (consulté le 4 février 2020).
  14. « Un cas de coronavirus confirmé au Brésil, le 1er en Amérique latine », sur Outre-mer la 1ère (consulté le 25 mars 2020).
  15. « Coronavirus : Bolsonaro refuse le confinement qui menace, selon lui, de ruiner le Brésil », sur leparisien.fr, (consulté le 25 mars 2020).
  16. « Coronavirus : le Brésil prévoit une hausse des cas jusqu'en juillet », sur RTL.fr (consulté le 25 mars 2020).
  17. (pt) « Coronavírus: aviões da FAB decolam de Brasília para buscar brasileiros na China », sur g1.globo.com (consulté le 25 mars 2020).
  18. « Coronavírus: brasileiros deixam quarentena na Base Aérea de Anápolis », sur Agência Brasil, (consulté le 25 mars 2020).
  19. « Brasil descarta mais 3 casos suspeitos de coronavírus e investiga 9, diz Ministério da Saúde », G1, (consulté le 6 février 2020).
  20. « Brasil tem 4 casos suspeitos de novo coronavírus; outros 54 foram descartados », sur G1, Globo.com, (consulté le 25 février 2020).
  21. « Ministério da Saúde investiga possível paciente com coronavírus em SP; caso foi para contraprova », sur G1, .
  22. « Brasil confirma primeiro caso do novo coronavírus », sur Folha de S. Paulo, .
  23. « Governo confirma 1º caso, mas diz que avaliará coronavírus em país tropical », sur UOL, .
  24. « Brasil tem 132 casos suspeitos de coronavírus », sur G1, .
  25. « Brasil tem 182 casos suspeitos de coronavírus, diz Ministério da Saúde », sur G1, .
  26. « Projecto CADDE - Primeiro genoma de coronavírus no Brasil », sur R7, .
  27. « Cientistas do Brasil e de Oxford sequenciam genoma do novo coronavírus detectado em SP », sur G1 Bem Estar, .
  28. « Segundo caso de coronavírus no Brasil é confirmado em SP », sur R7, .
  29. « Notificação de casos de doença pelo coronavírus 2019 (COVID-19) », sur Ministerio da Saude, .
  30. « Projeto Cadde – Segundo genoma de coronavírus no Brasil », sur Virological, .
  31. « Ministério da Saúde confirma terceiro paciente com coronavírus no Brasil; quarto caso em SP aguarda contraprova », sur G1, .
  32. « Paciente que testou positivo para coronavírus no DF está internada em UTI », sur G1 DF, .
  33. « Brasil tem 13 casos confirmados de coronavírus, diz ministério », sur R7, .
  34. « Pesquisadores brasileiros desenvolvem 'novo coronavírus' em laboratório; material vai ajudar no diagnóstico da doença », sur Bem Estar, .
  35. « Coronavírus: Bolsonaro diz na TV que não há razão para pânico ainda que problema se agrave », sur G1, .
  36. (pt) « Ministério da Saúde confirma seis novos casos do novo coronavírus; agora são 19 no país », sur g1.globo.com (consulté le 25 mars 2020).
  37. « Biblioteca Digital UniRedentor », sur biblioteca.posgraduacaoredentor.com.br (consulté le 25 mars 2020).
  38. (pt) « RJ confirma mais 5 casos do novo coronavírus e total de infectados chega a 8 », sur g1.globo.com (consulté le 25 mars 2020).
  39. (pt) « Coronavírus: Brasil tem 34 mortes e 1.891 casos confirmados, diz Ministério da Saúde », sur g1.globo.com (consulté le 25 mars 2020).
  40. (pt) « Coronavírus: GDF pede e juíza obriga marido de paciente infectada a passar por exames », sur G1 (consulté le 13 mars 2020).
  41. (pt) « Sobe de 27 para 64 o número de casos suspeitos do novo coronavírus no PA, diz Sespa », sur g1.globo.com (consulté le 25 mars 2020).
  42. (pt) « Brasil tem 137 casos confirmados de novo coronavírus, diz ministério », sur G1 (consulté le 20 mars 2020).
  43. « Ministério da Saúde confirma seis casos do novo coronavírus no Paraná », sur G1 PR, .
  44. (pt) « Presidente do Senado, Davi Alcolumbre é diagnosticado com coronavírus », sur EXAME (consulté le 25 mars 2020).
  45. (pt) « Guedes diz que governo negocia R$ 10 bi para combate ao coronavírus: "há espaço para medidas emergenciais" », sur InfoMoney, (consulté le 25 mars 2020).
  46. (pt) « Tudo sobre Paulo Guedes », sur InfoMoney (consulté le 25 mars 2020).
  47. (pt) « Guedes anuncia auxílio mensal de R$ 200 a autônomos, em pacote de R$ 15 bi a 'pessoas desassistidas' », sur g1.globo.com (consulté le 25 mars 2020).
  48. (pt) « SUS prevê 2 mil leitos de UTI para tratar pacientes com Covid-19 », sur g1.globo.com (consulté le 25 mars 2020).
  49. (pt) « Entenda como está a situação do coronavírus no ES e no mundo », sur www.agazeta.com.br (consulté le 20 mars 2020).
  50. (pt) « Segundo caso de coronavírus é confirmado em Minas Gerais, diz governo do estado », sur G1 (consulté le 20 mars 2020).
  51. (pt) « Cruzeiro fica em quarentena em Recife após idoso ser suspeito de contrair coronavírus », sur JBr., (consulté le 25 mars 2020).
  52. « Cruzeiro está isolado em Recife após idoso ser suspeito de contrair novo coronavírus », sur www.romanews.com.br (consulté le 25 mars 2020).
  53. (pt) « Cruzeiro é isolado no Recife após suspeita de coronavírus », sur O Globo, (consulté le 25 mars 2020).
  54. (pt) Andréia Martins, « Coronavírus: Bolsonaro testa negativo para covid-19 », Universo Online,‎ (lire en ligne).
  55. (en) « Brazilian President Jair Bolsonaro Tests Negative for Coronavirus », Time,‎ (lire en ligne).
  56. « 13 March report », sur G1, .
  57. (pt) Deslangue Paive, Lara PinHeiro, Larissa Passos et Rafaelle Vianna, « Ministério da Saúde recomenda que viajante internacional fique em casa por 7 dias ao chegar ao Brasil », G1,‎ (lire en ligne).
  58. (pt) « Governo anuncia que primeiro paciente com coronavírus no Brasil está curado », Istoé, (consulté le 14 mars 2020).
  59. (pt) « Brasil tem 121 casos de coronavírus, segundo relatório do Ministério da Saúde », sur G1 (consulté le 20 mars 2020).
  60. « SC tem 1ª transmissão local do novo coronavírus; casos da doença no estado chegam a 5 », sur G1, .
  61. « Pernambuco tem sete casos confirmados e já registra transmissão local do Covid-19 », sur Diário de Pernambuco, .
  62. « Brasil tem 200 casos confirmados », sur G1, .
  63. a et b « Bolsonaro tira selfies com manifestantes em frente ao Palácio do Planalto ».
  64. « Notificação de casos de doença pelo Coronavírus 2019 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Ministério da Saúde, .
  65. « São Paulo registra primeira morte por coronavírus », sur Folha de S.Paulo, .
  66. « Notificação de casos de doença pelo coronavírus 2019 (COVID-19) - Plataforma Integrada de Vigilância em Saúde - Ministério da Saúde » (version du 18 mars 2020 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org, .
  67. (pt) « SP registra mais duas mortes por coronavírus; total vai a 3 », sur G1 (consulté le 18 mars 2020).
  68. (pt) « SP confirma quatro mortes pelo coronavírus no estado », sur G1, .
  69. (pt) « Secretaria Estadual de Saúde confirma primeiro caso de coronavírus no Pará », sur G1 (consulté le 18 mars 2020).
  70. « Em entrevista sobre coronavírus, Bolsonaro diz que governo ganha 'de goleada' e pede elogios », sur G1.
  71. « Cidades registram panelaços contra Bolsonaro durante e depois de pronunciamento », sur G1.
  72. (pt) « ATENÇÃO! Ministério da Saúde atualiza situação sobre o coronavírus por meio de coletiva online », sur www.saude.gov.br, .
  73. « Doméstica morta não foi avisada de risco de contágio por 'patroa' - Brasil - iG », sur Último Segundo, .
  74. (pt) « Governo do RJ confirma a primeira morte por coronavírus », sur G1 (consulté le 19 mars 2020).
  75. (pt) « Governo do RJ confirma a segunda morte por coronavírus », sur G1 (consulté le 19 mars 2020).
  76. (pt) « Hospital confirma mais uma morte por coronavírus em SP; total no País chega a 7 », sur Istoé (consulté le 19 mars 2020).
  77. « Brasil tem 621 casos de coronavírus e transmissão sustentada muda atendimento em postos, diz ministério », sur G1.
  78. Ana Carolina, « Foi confirmada a oitava morte por Coronavírus no Brasil », .
  79. « Brasil tem 11 mortes por covid-19 e 904 casos confirmados », sur R7.com, .
  80. « Últimas notícias de coronavírus de 20 de março », sur G1.
  81. « Governo declara transmissão comunitária de coronavírus em todo o Brasil », .
  82. a et b « Casos de coronavírus no Brasil em 20 de março », sur G1.
  83. « Últimas notícias de coronavírus de 21 de março », sur G1.
  84. « Rio confirma 3º morte pelo novo coronavírus; são 12 vítimas no Brasil », sur HuffPost Brasil, .
  85. a b c d et e « Brasil tem 1546 casos e 25 mortes pelo coronavírus »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur EXAME.
  86. (pt) « São Paulo registra mais seis mortes por coronavírus; agora já são 18 no país - Nacional - Estado de Minas », sur Estado de Minas, .
  87. « Número de mortes por coronavírus no estado de SP sobe para 15; são 459 casos confirmados », sur G1.
  88. « Brasil já tem 18 mortos por novo coronavírus », sur Super Rádio Tupi, .
  89. « Brasil registra 1.546 casos e 25 mortes por covid-19, diz ministério », sur R7.com, .
  90. « Coronavírus: Brasil tem 1.546 casos e 25 mortes, segundo Ministério da Saúde », sur O Globo, .
  91. « Novo balanço de notificações suspeitas de Covid-19 em Itabuna é divulgado pela Vigilância Epidemiológica ».
  92. https://s2.glbimg.com/PDXsoIIIN-UjJC6nroWRBLoe3Xo=/0x0:1200x3522/1600x0/smart/filters:strip_icc()/i.s3.glbimg.com/v1/AUTH_59edd422c0c84a879bd37670ae4f538a/internal_photos/bs/2020/Z/U/BSd7r8T0KEhhczA9aAfg/mapa-brasil-casos-coronavirus2303.png
  93. (pt) « Coronavírus : Brasil tem 34 mortes e 1.891 casos confirmados, diz Ministério da Saúde », sur g1.globo.com (consulté le 7 juin 2020).
  94. https://noticias.r7.com/jr-24h/boletim-jr-24h/videos/brasil-tem-46-mortos-e-2201-casos-confirmados-de-coronavirus-24032020
  95. AFP, « Covid-19: « Le Brésil ne peut pas s'arrêter », assure Bolsonaro en défiant les consignes », sur Le Journal de Montréal (consulté le 29 mars 2020).
  96. « Privacy settings », sur myprivacy.dpgmedia.be (consulté le 29 mars 2020).
  97. « Covid-19. Twitter supprime deux tweets du président brésilien Jair Bolsonaro contre le confinement », sur Ouest-France.fr, (consulté le 30 mars 2020).
  98. « Bolsonaro s'excuse après avoir (encore) publié une fake news sur le coronavirus », sur Le Huffington Post, (consulté le 2 avril 2020).
  99. Louise Raulai, « Au Brésil, le Covid-19 fait resurgir la peur d’un génocide indigène », sur Ouest-France.fr, (consulté le 16 avril 2020).
  100. « Coronavirus : l’Italie et les Etats-Unis sont les pays les plus touchés », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 avril 2020).
  101. « Covid-19 : Le nombre de cas au Brésil serait 12 fois plus élevé qu’annoncé », sur www.cnews.fr (consulté le 16 avril 2020).
  102. « Brésil : en pleine crise de Covid-19, Jair Bolsonaro limoge son ministre de la Santé », sur France 24, (consulté le 16 avril 2020).
  103. « Au Brésil, l’impossible comptabilité des morts du Covid-19 », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  104. « Coronavirus. Démission du ministre brésilien de la Santé, après des divergences avec Jair Bolsonaro », sur Ouest-France.fr, (consulté le 15 mai 2020).
  105. « Coronavirus : le Brésil désarmé face à l’effondrement sanitaire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  106. « South America at centre of pandemic, says WHO – as it happened », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2020).
  107. « Covid-19. L’Amérique latine, nouvel épicentre de la pandémie », sur L'Humanité, .
  108. a et b « Covid-19 : Jair Bolsonaro exhorte le Brésil à cesser "d'être un pays de pédés" », sur LCI,
  109. a et b « Coronavirus : arrivée à Manaus de camions d'oxygène donnés par le Venezuela », sur Sciences et Avenir,
  110. « Gestion de la pandémie : la France dans le bas du classement et la Nouvelle-Zélande en tête, révèle une étude », sur leparisien.fr,
  111. a et b (en) Fiona Edwards, « Latin America braces for coronavirus crisis – developing countries need solidarity not sanctions », sur Eyes on Latin America, .
  112. Bolsonaro laisse les Brésiliens à la merci du coronavirus, Adriana Carvalho, Reporterre, 26 mars 2020
  113. a et b (pt) Júlia Duarte, « Cientistas prevem até 2 milhões de mortes no Brasil no pior cenário sem medidas para conter o vírus », O Povo, .
  114. a et b (pt) BBC News, « Curva de crescimento do coronavírus no Brasil repete a de países europeus, alertam especialistas da Itália », Época Negócios, .
  115. (pt) Eduardo Pierre, « Ritmo de contágio do coronavírus no Brasil está igual ao registrado na Itália e acelerando, apontam universidades », Grupo Globo, .
  116. a et b (pt) Giovana Girardi, « Pesquisadores se mobilizam para aumentar oferta de testes no Brasil », Terra, .
  117. (pt) « Coronavírus: Brasil demorou mais que Itália e Espanha para atingir mil casos », Último Segundo, .
  118. (pt) Ana Vinhas, « Pesquisa prevê PIB negativo de até 4,4% com efeito do coronavírus », R7, .
  119. « Brazil partially closing Venezuela border, allowing trucks », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2020).
  120. « Rio e outros 5 municípios do estado declaram situação de emergência para conter o coronavírus », sur G1.
  121. a et b « Governo do RS decreta situação de calamidade pública devido ao coronavírus », sur G1.
  122. a et b « Governo do RN decreta calamidade pública por causa do coronavírus », sur G1.
  123. « CONTEÚDO ABERTO: Em votação remota, Senado aprova estado de calamidade pública por causa de coronavírus », sur Gazeta do Povo.
  124. « Em SP, casos de coronavírus sobem quase 40% em duas horas », sur www.diariodolitoral.com.br.
  125. « Coronavírus: veja lista de cidades em estado de emergência ou calamidade pública e o que muda com decretos na região de Campinas », sur G1.
  126. a b et c « Coronavirus : au Brésil, les favelas se préparent au pire », sur leparisien.fr, .
  127. Brazil coronavirus cases top 600, diplomatic spat with China bubbles By Pedro Fonseca, Reuters, 19 mars 2020
  128. (en) Tom Phillips, « Bolsonaro’s son enrages Beijing by blaming China for coronavirus crisis », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020).
  129. (en) « Brazil coronavirus protesters urge 'Bolsonaro out' », sur Flipboard (consulté le 25 mars 2020).
  130. "Gestão de Bolsonaro do coronavírus é reprovada por 64%, e 45% se dizem a favor de impeachment". El País. 19 March 2020.
  131. a et b « Para o Congresso, Bolsonaro quer que tentem impeachment para ter confronto », sur noticias.uol.com.br.
  132. « Faixas ofendem político da China em embaixada, que chama ato de "palhaçada" », sur noticias.uol.com.br.
  133. (en) Isabela Dias, « Could the Coronavirus Topple Jair Bolsonaro? », sur Slate Magazine, (consulté le 22 mars 2020).
  134. (pt) « Bolsonaro diz que 'pequena crise' do coronavírus é 'mais fantasia' e não 'isso tudo' que mídia propaga », sur G1 (consulté le 22 mars 2020).
  135. a et b « Coronavírus desmascara a política de morte de Bolsonaro », .
  136. « Bolsonaro critica Witzel por querer impedir voos para o Rio de Janeiro », sur noticias.uol.com.br.
  137. « Bolsonaro diz que fechar shoppings e comércio prejudica a economia », sur BNews.
  138. « Doria rebate Bolsonaro: 'estamos fazendo o que ele não faz, liderar' », sur noticias.uol.com.br.
  139. « Brasil é 2º país com mais casos de coronavírus na alta cúpula do governo », sur VEJA.
  140. (en) Reuters, « Brazil Needs Up to $78 Billion to Fight Coronavirus Crisis-Congress Leader », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020).
  141. (pt) ig.com.br, « Bolsonaro critica decreto de quarentena e chama Doria de lunático - Política - iG », sur Último Segundo, (consulté le 7 juin 2020).
  142. (pt) ig.com.br, « Bolsonaro diz que é cedo para pensar em adiamento das eleições - Política - iG », sur Último Segundo, (consulté le 7 juin 2020).
  143. (pt) « Bolsonaro critica imprensa e fechamento de escolas e diz que crise passará », sur Com.br, UOL, (consulté le 7 juin 2020).
  144. Nadjib Touaibia, « Brésil. Bolsonaro essuie un revers politique contre le virus », sur L'Humanité, .
  145. « Brésil : Jair Bolsonaro limoge son ministre de la Santé qui défendait la distanciation sociale pour lutter contre l'épidémie de coronavirus », sur Franceinfo, .
  146. « Brésil. L’armée met au pas Bolsonaro... Un coup d’État très discret », sur L'Humanité, .
  147. « Coronavirus au Brésil: Bolsonaro soutient des manifestants anti-confinement », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 21 avril 2020).
  148. a et b « La Nausée », sur Médelu, .
  149. Le Brésil compterait 12 fois plus de cas contaminés que les chiffres publiés par le gouvernement, selon une étude publiée lundi par un consortium de chercheurs brésiliens.[1]
  150. Covid-19 : au Brésil, des chiffres de coronavirus totalement dépassés[2]
  151. 5 000 morts du Covid-19 au Brésil, « et alors ? », répond Bolsonaro[3]
  152. « Démission du ministre brésilien de la Santé », sur L'Orient-Le Jour, .
  153. « Au Brésil, Bolsonaro utilise à son avantage la crise du Covid-19 », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  154. « Le président brésilien, Jair Bolsonaro, annonce avoir été testé positif au Covid-19 », sur Le Monde, (consulté le 7 juillet 2020).
  155. « Pour le président Jair Bolsonaro, « le Brésil est en faillite, je ne peux rien faire » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  156. a et b (en) Ben, « Amid coronavirus pandemic, Bolsonaro’s Brazil begs for Cuban doctors – after expelling them », sur The Grayzone, .
  157. « Brésil: premier cas de coronavirus chez des indigènes Yanomami », sur Le Figaro.fr, (consulté le 14 octobre 2020).
  158. « Coronavirus : les tribus amazoniennes menacées par des missionnaires évangéliques », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).
  159. a et b « Une tribu d'Amazonie trouve un accord avec les compagnies minières pour stopper les opérations pendant la pandémie », sur CNEWS (consulté le 14 octobre 2020).
  160. « Dados Covid 19 | Emergência Indígena », sur emergenciaindigena.apiboficial.org (consulté le 4 janvier 2021).
  161. Reuters, Brazil: missionaries 'turning tribes against coronavirus vaccine', The Guardian (11 février 2021).
  162. Mara Bianchetti, « Economia brasileira sofrerá forte impacto com o novo coronavírus », sur Diário do Comércio, .
  163. « Guedes anuncia pacote de R$ 147 bilhões para combater pandemia de covid-19 », sur Poder 360, .
  164. « Banco de Desenvolvimento do BRICS libera ajuda de R$ 5 bilhões à China », sur Terra.
  165. « Crise do novo coronavírus promove desafios para a indústria e para o Brasil », sur Agencia de Notícias CNI (consulté le 7 juin 2020).
  166. « Brésil Quand le Covid-19 confirme les projets de société », sur L'Humanité, .
  167. « Enjeux, patriotisme de marché, marionnettes », sur Le Monde diplomatique, .
  168. a b c et d « Brésil: derrière la lutte anticoronavirus, la corruption », sur La Tribune, .
  169. (en) « Latin America takes steps to counter coronavirus, Brazil's Bolsonaro snubs warnings », sur France 24, (consulté le 16 mars 2020).
  170. (en) « Latin American countries order school closures over coronavirus fears », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2020).
  171. (en) « COVID-19 Educational Disruption and Response », sur UNESCO (consulté le 20 mars 2020).
  172. « Covid-19 : au Brésil, le péril d’une « génération perdue » d’écoliers », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  173. « Moradores de comunidades do RJ sofrem com falta de água em meio à pandemia de coronavírus », sur G1.
  174. « Cufa pede medidas para conter o coronavírus nas favelas », sur EXAME.
  175. « Sem água canalizada e espaço para isolamento, favelas do Rio não têm recursos para enfrentar o coronavírus », sur PÚBLICO.
  176. https://s2.glbimg.com/_pbfQW3RR8K11JBZvO2u590X8FM=/0x41:720x861/1600x0/smart/filters:strip_icc()/i.s3.glbimg.com/v1/AUTH_59edd422c0c84a879bd37670ae4f538a/internal_photos/bs/2020/v/O/AA9BvNRQSiodWbwzkd2w/jacarezinho.jfif
  177. (pt) « Favelas do Rio têm 61 casos suspeitos do novo coronavírus, segundo Secretaria de Saúde », sur g1.globo.com (consulté le 7 juin 2020).
  178. « Favelas do Rio sofrem com falta d’água e população fica mais vulnerável a coronavírus », sur Brasil de Fato (consulté le 7 juin 2020).
  179. « Brésil. L’État abandonne un peu plus les favelas aux mains des narcotrafiquants et des milices », sur L'Humanité, .
  180. a et b « Funcionários relatam falta de álcool gel e luvas em hospitais de São Paulo », sur noticias.uol.com.br.
  181. a et b (pt) Joana Oliveira, « Profissionais relatam precariedade contra coronavírus no SUS: "Paciente fica exposto, e nós também" », sur EL PAÍS, .
  182. « Coronavírus: Hospitais de SP denunciam falta de materiais e aumento de até 30 vezes nos preços », sur G1.
  183. (pt) « Coronavírus: Caixa de máscara sobe de R$ 4,50 para R$ 140, denunciam Hospitais », .
  184. a b et c « Máscaras para profissionais de saúde esgotam em Salvador e ambulantes 'aproveitam' », sur www.bahianoticias.com.br.
  185. « Pico de casos de Covid-19 em BH será na 1ª semana de abril », sur R7.com, .
  186. « Coronavírus: Prefeitura de BH pede reforço do Exército para o atendimento da saúde », sur G1.
  187. « Sem itens de proteção, agentes de saúde improvisam toucas como máscaras em hospitais », .
  188. « Profissionais de saúde do RJ reclamam da falta de condições para trabalhar com pacientes de Covid-19 », sur G1.
  189. a et b « Au Brésil, des évangéliques nient la dangerosité du coronavirus », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  190. (pt) « Com lideres religiosos, Bolsonaro planeja jejum de um dia para 'livrar' Brasil do coronavirus », sur Estado de Minas, (consulté le 3 avril 2020).
  191. Cristina Padiglione, « Em razao do coronavirus, Domingao do Faustao vai ao ar sem plateia pela 1 vez em 31 anos », Folha de S. Paulo, (consulté le 13 mars 2020).
  192. (pt) Fernando Oliveira, « Com medo do coronavirus, Raul Gil cancela gravaÇao e se isola em sitio », UOL, (consulté le 13 mars 2020).
  193. « RedeTV! cancela plateia do Encrenca com medo do surto de coronavirus », Noticias da TV - UOL, (consulté le 13 mars 2020).
  194. « Les violences policières au Brésil, « ce sont les Etats-Unis puissance 10 » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  195. a et b « Au Brésil, la déforestation augmente, conséquence indirecte du Covid-19 », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  196. « Le président brésilien Jair Bolsonaro dérape violemment dans une video », sur www.20minutes.fr, .
  197. Paris Match, « Les Kayapo, le peuple de Raoni, demandent l’aide de Bolsonaro », sur parismatch.com (consulté le 15 octobre 2020)
  198. « Barrage routier en Amazonie : les autochtones ont libéré la route stratégique bloquée (pour dix jours) », sur RTBF Info, (consulté le 15 octobre 2020)
  199. https://covid.saude.gov.br/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]