Anthony Fauci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anthony Fauci
Image dans Infobox.
Anthony Fauci en 2020.
Fonctions
Conseiller médical en chef du président des États-Unis (en)
depuis le
Directeur
National Institute of Allergy and Infectious Diseases
depuis le
Richard M. Krause (en)
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Anthony Stephen FauciVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Stephen Antonio Fauci (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Eugenia Lillian Fauci (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Prix Lasker-Bloomberg pour le bien public ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Docteur honoris causa de l'université Emory
Fellow of the New York Academy of Medicine
Chevalier grand-croix de l'ordre du Mérite de la République italienne
Docteur honoris causa de l'université d'État de Pennsylvanie
Docteur honoris causa de l'université Johns-Hopkins
Prix Arthur S. Flemming (en) ()
Prix Maxwell-Finland (en) ()
Dr. Nathan Davis Award for Members of the Executive Branch in Career Public Service (d) ()
Ernst-Jung-Preis für Medizin (d) ()
Robert J. and Claire Pasarow Foundation Award for Distinguished Contributions to Cancer Research (d) ()
Albany Medical Center Prize (en) ()
American Association of Immunologists Lifetime Achievement Award (en) ()
National Medal of Science ()
Prix Lasker-Bloomberg pour le bien public ()
Médaille présidentielle de la Liberté ()
Docteur honoris causa de l'université Harvard‎ ()
Prix Paul Janssen pour la recherche biomédicale (en) ()
Docteur honoris causa de l'université de Miami ()
Médaille d'or Robert Koch (d) ()
Prix Prince-Mahidol ()
Canada Gairdner Global Health Award (en) ()
Prix John-Maddox ()
Prix international de l'Inserm ()
Nature's 10 ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Anthony Stephen Fauci, né le à Brooklyn, est un immunologue américain. Il est depuis 1984 le directeur de l'Institut national des allergies et maladies infectieuses (NIAID), un centre de recherche du département américain de la Santé.

Son travail, en tant que chercheur et directeur du NIAID, a permis des avancées importantes dans le domaine du sida et autres cas d'immunodéficience[1].

Il a été conseiller en chef pour la santé publique de huit présidents américains successifs, de Ronald Reagan à Joe Biden, dont Donald Trump (pendant 4 ans)[2]. Durant la pandémie de Covid-19 aux États-Unis, il a été nommé à la cellule de crise de l'administration Trump sur le coronavirus (White House Coronavirus Task Force), jouant un rôle de premier plan, tant en termes de communication sur le virus, qu'en termes de stratégie et de conseil pour le combattre. Anthony Fauci a alors souvent dû contredire le président Donald Trump[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Anthony Stephen Fauci naît le dans le quartier de Brooklyn à New York. Il grandit dans une famille d'origine italienne, dans la religion catholique. Son père, Stephen A. Fauci, est pharmacien, et sa mère, Eugenia A. Fauci, femme au foyer[3]. Sorti avec son diplôme de fin d'études secondaires de la Regis High School de New York, il commence des études supérieures au College of the Holy Cross, et obtient son doctorat en médecine à la faculté de médecine de l'Université de Cornell (Cornell University Medical College) en 1966. Il fait ensuite son internat à New York, au Cornell Medical Center[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1968, il entre aux Instituts américains de la santé (National Institutes of Health, NIH) et travaille comme clinicien associé au laboratoire d'études cliniques (Laboratory of Clinical Investigation (LCI)) au sein NIAID.

En 1974, il devient responsable du département de physiologie clinique avant d'être nommé responsable du laboratoire d'immunorégulation en 1980, fonction qu'il occupe toujours. En 1984, il est nommé directeur du NIAID, qui a la responsabilité d'un large éventail de recherches, fondamentales et appliquées, sur les infections et les maladies auto-immunes[1].

Anthony Fauci est membre de l'Académie nationale des sciences, de l'Académie américaine des arts et des sciences, membre du Conseil de l'Institute of medecine, de la Société américaine de philosophie, de l'Académie royale danoise des sciences et des lettres. Il appartient également à de nombreuses sociétés professionnelles, notamment la Société américaine de recherches cliniques, la Société américaine des maladies infectieuses et l'Association américaine des immunologistes.

Il est membre du comité de rédaction de plusieurs journaux scientifiques, éditeur du Harrison's Principles of Internal Medicine et auteur, coauteur ou directeur de publication de plus de 1 000 publications scientifiques ou manuels universitaires[5].

Recherches médicales[modifier | modifier le code]

Les nombreux travaux de Fauci sur la régulation des réponses immunitaires humaines ont notamment éclairé les mécanismes par lequel les agents immunosuppresseurs s'adaptent à la réponse immunitaire humaine. Ils lui ont permis de développer des thérapies pour des maladies jadis fatales, telle que la périartérite noueuse, la granulomatose de Wegener et la granulomatose lymphomatoïde. En 1985, une enquête administrée par l'université Stanford auprès des membres de l'American Rheumatism Association cite le travail d'Anthony Fauci sur le traitement de la périartérite noueuse et la granulomatose de Wegener comme une des avancées majeures des 20 dernières années dans le domaine de la rhumatologie[6].

Fauci a également développé les connaissances sur la manière dont le VIH détruit les défenses de l'hôte pour progresser vers le sida. Il a montré que l'expression de cytokine endogène induit l'expression du VIH, et a joué un rôle important dans le développement de stratégies pour le suivi thérapeutique et la reconstruction immunitaire des patients souffrant de cette maladie, ainsi que pour la vaccination préventive contre les infections par le VIH. Ses recherches actuelles se concentrent sur l'identification de la nature des mécanismes immunopathogènes des infections au VIH et la portée des réponses immunitaires au VIH.

En 2003, l'Institut pour l'information scientifique classe Fauci au treizième rang des scientifiques les plus cités entre 1983 et 2002[7]. Il figure au neuvième rang en immunologie pour la période située entre le et le [4].

Pandémie de Covid-19[modifier | modifier le code]

« Dr Anthony Fauci : l'homme américain sur les maladies infectieuses », 2020.

Au début de la pandémie de Covid-19, il est nommé le 29 janvier 2020 à la cellule de crise de l'administration Trump sur le coronavirus (White House Coronavirus Task Force).

Il y joue un rôle de premier plan tant en termes de communication sur le virus qu'en termes de stratégie et de conseil : personne la plus écoutée de l'administration américaine, bien que Donald Trump le contredise régulièrement voire menace de le « virer »[8], il intervient chaque soir à la télévision afin d'informer les Américains sur l'évolution de la situation. Il contredit parfois le président Donald Trump[9], par exemple lorsque celui-ci minimise les risques sanitaires ou avance des méthodes de traitement ressemblant plutôt à des plaisanteries telles que : « Supposons que l’on frappe le corps avec des UV ou une lumière puissante, ou supposons qu’on amène la lumière à l’intérieur du corps, ce que l’on peut faire à travers la peau ou… Et puis, il y a le désinfectant, qui détruit le virus en une minute. Est-ce qu’on pourrait l’injecter dans le corps pour le nettoyer ? »[2].

Anthony Fauci a été critiqué pour sa gestion de la pandémie, sa politique de confinement, de vaccination concernant tous les groupes d'âge dont les étudiants et les enfants au lieu de se focaliser sur les groupes à risque, son plaidoyer pour la fermeture des écoles considérant ses effets négatifs sur les enfants, ainsi que la sous-estimation des dommages collatéraux pour la santé publique des décisions prises dans le cadre de lutte contre la pandémie[10].

Il a également fait l'objet de nombreuses et vives réactions complotistes des partisans de Donald Trump, souvent issus de l'alt-right. Des vidéos complotistes le concernant ont accumulé des centaines de milliers de vues en quelques jours, tandis que des publications accusatrices sur Facebook ont été fortement diffusées. « Le torrent d'insultes et de mensonges visant à discréditer le docteur Fauci est, selon le New York Times, un exemple des informations hyper partisanes ayant entraîné un décalage dans la façon de penser des Américains »[9].

Dans les critiques visant Anthony Fauci, son ancienne collaboratrice et complotiste Judy Mikovits s'est particulièrement illustrée[11]. Lorsqu’on leur a demandé de commenter certaines des allégations formulées par cette dernière contre Anthony Fauci, les NIH et le NIAID ont déclaré à NPR : « Les National Institutes of Health et le National Institute of Allergy and Infectious Diseases se concentrent sur la recherche critique visant à mettre fin à la pandémie de COVID-19 et à empêcher de nouveaux décès. Nous ne nous engageons pas dans des tactiques de la part de certains qui cherchent à faire dérailler nos efforts »[12].

Début 2021, il est maintenu à son poste par Joe Biden[13].

Une enquête de Vanity Fair publiée fin mars 2022[14] revient sur le rôle joué par Anthony Fauci pour présenter l'hypothèse de la fuite de laboratoire comme « une théorie du complot sans fondement ». Selon Vanity Fair, Anthony Fauci et un petit groupe de scientifiques ont travaillé pour consacrer la théorie de l'origine naturelle lors de discussions confidentielles début février 2020, même si plusieurs d'entre eux avaient exprimé en privé qu'ils estimaient qu'un incident lié au laboratoire était plus probable. La raison pour laquelle des scientifiques de premier rang se sont entendus pour étouffer les spéculations publiques sur une fuite de laboratoire – même lorsque leurs e-mails, révélés via des demandes du FOIA et un examen du Congrès, suggèrent qu'ils avaient des préoccupations similaires – reste, selon Vanity Fair, flou[15].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Doctorats honoris causa[modifier | modifier le code]

Anthony Fauci a reçu de plus quarante-cinq[18] doctorats honoris causa :

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Valérie de Graffenried, « Anthony Fauci, le médecin qui ose contredire Donald Trump », Le temps,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. a b et c Hervé Hillard, « Covid-19. L’effrayant récit du Dr Anthony Fauci, ex-conseiller médical de Donald Trump », Ouest-France, .
  3. [Biographie en ligne].
  4. a et b [Biography Biographie sur le site du National Institute of Allergy and Infectious Diseases].
  5. [Biographie sur le site des personnalités les plus citées de Thomson Reuters].
  6. [Anthony S. Fauci, M.D., ’62 sur le site de Holy Cross Magazine].
  7. [Vingt ans de citation sur Science Watch].
  8. Adrien Jeaulmes, « Anthony Fauci, l’épidémiologiste qui tient tête à Trump avec le langage de la vérité », Le Figaro, 19 mars 2020, lire en ligne (consulté le 3 avril 2020)
  9. a et b « États-Unis : immunologiste et critique de Trump, le docteur Fauci ciblé par l'alt-right », sur France 24,
  10. (en) Martin Kulldorff et Jay Bhattacharya, How Fauci Fooled America, newsweek.com, 1er novembre 2021
  11. Vincent Jolly, « Judy Mikovits, nouvelle égérie des complotistes », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. (en) « Seen 'Plandemic'? We Take A Close Look At The Viral Conspiracy Video's Claims », sur NPR.org (consulté le ) : « "The National Institutes of Health and National Institute of Allergy and Infectious Diseases are focused on critical research aimed at ending the COVID-19 pandemic and preventing further deaths. We are not engaging in tactics by some seeking to derail our efforts." »
  13. Maxime Bourdeau, « Ce que Joe Biden va garder de l'ère Donald Trump », huffingtonpost.fr, 31 janvier 2021.
  14. Florence Rosier, Origine du Covid-19 : le rôle trouble d’une ONG américaine et d’un zoologue britannique, lemonde.fr, 11 avril 2022
  15. (en) Katherine Eban, “This Shouldn’t Happen”: Inside the Virus-Hunting Nonprofit at the Center of the Lab-Leak Controversy, vanityfair.com, 31 mars 2022
  16. (en) « Maxwell Finland Award for Scientific Achievement », sur National Foundation for Infectious Diseases (consulté le ).
  17. [New York Times, Les lauréats du prix Lasker].
  18. (en) « Anthony S. Fauci, M.D. », sur NIAID (consulté le ).
  19. (en) « Honorary Degrees », sur College of the Holy Cross (consulté le ).
  20. (en) « Neumann Honored Dr. Anthony Fauci in 1990 », sur Neumann University (consulté le ).
  21. (en) « ‘FOOD FOR THE SOUL’: DR. ANTHONY FAUCI RECALLS HIS 1993 BATES COMMENCEMENT VISIT », sur Bates College (consulté le ).
  22. (en) « Anthony Fauci’s Meliora moment », sur Université de Rochester (consulté le ).
  23. (en) « Princeton awards eight honorary degrees », sur Université de Princeton (consulté le ).
  24. (en) « NIAID director receives honorary degree », sur Ecole de médecine de Yale (consulté le ).
  25. (en) « Irish Nobel Laureate Gave Emory Commencement Address », sur Université Emory (consulté le ).
  26. (en) « Honorary Degree List », sur Université Loyola de Chicago (consulté le ).
  27. (en) « Nominations for honorary degree recipients welcome (2004-2013) », sur Université d'État de Pennsylvanie (consulté le ).
  28. (en) « Honorary Degrees », sur Université Harvard (consulté le ).
  29. (en) « Dr. Fauci, nation's COVID-19 pandemic expert, earned honorary Siena College degree in 2011 », sur Daily Gazette (consulté le ).
  30. (en) « BROOKLYN COLLEGE - Honorary degrees to be awarded at the college’s annual commencement ceremonies on may 30 and may 31, 2012 », sur Brooklyn College (consulté le ).
  31. (en) « Honorary Degree Recipients », sur Université de Miami (consulté le ).
  32. (en) « Columbia to Award Honorary Degrees and University Medal for Excellence », sur Université Columbia (consulté le ).
  33. (en) « Johns Hopkins announces eight 2015 honorary degree recipients », sur Université Johns-Hopkins (consulté le ).
  34. (en) « Mr. Cook, Anthony Fauci, Carole Watson awarded honorary degrees at GW 2015 Commencement. », sur Université George-Washington (consulté le ).
  35. (en) « Honorary Degree Recipients », sur Université d'État de l'Ohio (consulté le )
  36. (en) « AIDS Researcher and Champion Anthony Fauci a 2018 Honorary Degree Recipient », sur Université de Boston (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]