Pandémie de Covid-19 en Nouvelle-Zélande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pandémie de Covid-19 en Nouvelle-Zélande
COVID-19 Outbreak Cases in New Zealand (DHB Totals).svg
Carte de l'épidémie en Nouvelle-Zélande par le conseil de santé du district (au ).
  • 200+ cas confirmés
  • 100-199 cas confirmés
  • 50-99 cas confirmés
  • 10-49 cas confirmés
  • 1-9 cas confirmés
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Premier cas
Date d'arrivée
Depuis le (8 mois et 27 jours)
Site web
Bilan
Cas suspectés
356 ()[1]
Cas confirmés
1 473 ()[1]
Cas soignés
1 744 ()[1]
Hospitalisations
3 ()[1]
Morts
25 ()[1]

La pandémie de Covid-19 en Nouvelle-Zélande est une crise sanitaire majeure provoquée par une maladie infectieuse émergente apparue fin 2019 en Chine continentale, la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19), dont l'agent pathogène est le SARS-CoV-2. Ce virus est à l'origine d'une pandémie, déclarée le 11 mars 2020 par l'Organisation mondiale de la santé.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Janvier 2020[modifier | modifier le code]

Le 28 janvier, le ministère de la Santé a mis sur pied le Centre national de coordination de la santé en réponse à l'épidémie. Un arrêté sur les maladies infectieuses et à déclaration obligatoire a été délivré pour entrer en vigueur le 30 janvier, obligeant les professionnels de la santé à déclarer tout cas soupçonné en vertu de la Loi sur la santé de 1956.

Février[modifier | modifier le code]

Le 3 février, le gouvernement de la Nouvelle-Zélande a annoncé que les voyageurs étrangers qui quittaient la Chine se verraient refuser l'entrée en Nouvelle-Zélande, seuls les citoyens et résidents permanents de la Nouvelle-Zélande et leur famille étant autorisés à y entrer. Les universités ont demandé au gouvernement d'exempter les étudiants chinois voyageant pour étudier en Nouvelle-Zélande.Les étrangers qui ont quitté la Chine et passé au moins 14 jours dans un autre pays ont été autorisés à entrer en Nouvelle-Zélande. L'interdiction a été prolongée de huit jours supplémentaires le 24 février.

Le 4 février, le navire de croisière Diamond Princess a été mis en quarantaine par les autorités japonaises à Yokohama après que les passagers eurent confirmé avoir la Covid-19. Onze Néo-Zélandais seraient à bord. Le 20 février, quatre passagers néo-zélandais avaient reçu un résultat positif au virus et étaient traités au Japon. Deux d’entre eux devaient se rendre sur un vol d’évacuation organisé par le gouvernement australien.

Le 5 février, un vol nolisé par le gouvernement et exploité par Air New Zealand est arrivé à Auckland en provenance de Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine. La ville de Wuhan était confinée depuis le 23 janvier. Le vol a transporté 193 passagers, dont 54 citoyens néo-zélandais et 44 résidents permanents. Trente-cinq passagers australiens ont été transférés sur un vol australien, tandis que les 157 passagers restants ont été mis en quarantaine dans une installation militaire à Whangaparaoa pendant 14 jours. Les passagers ont ensuite été relâchés le 19 février.

Le 7 février, le ministère de la Santé a mis en place un numéro de téléphone gratuit dédié à Healthline (0800 358 5453) pour les appels liés au Covid-19.

La Nouvelle-Zélande a confirmé son premier cas le 28 février, une citoyenne néo-zélandaise de la soixantaine qui avait récemment visité l'Iran, revenant par Bali, en Indonésie, et arrivant en Nouvelle-Zélande le 26 février à Auckland. Elle a subi deux tests pour la Covid-19 qui étaient négatifs, mais un troisième test utilisant un échantillon plus spécifique était positif. Elle a été admise à l'hôpital d'Auckland. La Nouvelle-Zélande était le 48e pays à avoir un cas confirmé de Covid-19. Le 28 février également, le gouvernement a étendu les restrictions de voyage aux voyageurs en provenance d'Iran.

Mars à juin 2020[modifier | modifier le code]

Un système de niveau d’alerte à quatre niveaux a été mis en place le 21 mars pour gérer l’épidémie en Nouvelle-Zélande. Le niveau d’alerte a d’abord été fixé au niveau 2, mais a ensuite été relevé au niveau 3 dans l’après-midi du 23 mars. À partir de 23 h 59 le 25 mars, le niveau d’alerte a été déplacé au niveau 4, mettant le pays dans un blocage national. Le niveau d’alerte a été ramené au niveau 3 à 23 h 59 le 27 avril, levant partiellement certaines restrictions, et descendant au niveau 2 à 23 h 59 le 13 mai, levant le reste des restrictions tout en maintenant la distanciation physique. Le pays est passé au niveau 1 à 23 h 59 le 8 juin, supprimant toutes les restrictions restantes, à l’exception des contrôles aux frontières.

Au 22 juin 2020 la Nouvelle-Zélande a connu 1 513 cas (1 163 cas confirmés et 350 cas probables) de Covid-19. Sur la base de l’estimation nationale de la population de 4 966 000, cela a donné au pays 232,4 cas confirmés par million d’habitants (302,9 cas confirmés et probables par million d’habitants)

Novembre[modifier | modifier le code]

À cette date le pays n’a enregistré que 2030 infections et 25 morts depuis le début de la pandémie. "Le succès de la stratégie néo-zélandaise a été attribué à une politique de test large, rapide et massive. Selon le magazine Forbes, 1,2 million de tests ont été pratiqués depuis le 28 février 2020, date à laquelle le premier cas de COVID-19 a été enregistré en Nouvelle-Zélande"[2].

Cas de Covid-19 recensés en Nouvelle-Zélande
    Cas actifs   Guérisons   #A50026   
Date Nombre de cas*
0
1
0
4
0
6
0
52
0
368
1
868
2
1 283
11
1 409
17
1 451
19
1 479
21
1 490
21
1 498
21
1 504
22
1 504
22
1 504
22
1 504
22
1 507
22
1 522
Source: Worldometers

* Nombre total de cas : morts et cas confirmés.
Nombre de morts.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]