mRNA-1273

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

mRNA-1273
Image illustrative de l’article MRNA-1273
Noms commerciaux Vaccin de Moderna contre la COVID-19,
CX-024414
Laboratoire NIAID, BARDA et Moderna
Administration Injection intramusculaire, deux doses à 28 jours d'intervalle
Autres informations Vaccin ARN Messager
Statut États-Unis : AUU

Canada : AU
Israël : approuvé
Royaume-Uni : approuvé
Suisse : AU
Singapour : approuvé
Union européenne : approuvé

Identification
DCI 12065Voir et modifier les données sur Wikidata
Code ATC J07BX03
DrugBank 15654 Voir et modifier les données sur Wikidata

Le mRNA-1273, élasoméran[1] (DCI), ou Spikevax®, communément appelé le vaccin de Moderna contre la COVID-19, est un vaccin à ARN contre la COVID-19 développé conjointement par le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), le Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA) et la société Moderna. Il doit être injecté dans les muscles, deux fois à quatre semaines d'intervalle pour une efficacité maximale.

À la mi-février 2021, le vaccin est autorisé, de façon conditionnelle pour certains pays, aux États-Unis, au Canada, en Israël, au Royaume-Uni, à Singapour, en Suisse et dans l'Union européenne.

Composition[modifier | modifier le code]

Moderna a recours à un composé d'ARN messager à nucléotides modifiés, qui encode un péplomère stabilisé préfusionnel naturellement présent à la surface des particules de SARS-CoV-2.

Une dose de vaccin mRNA-1273 comprend 100 μg d'ARN modifié messager codant la glycoprotéine spike (S) du SARS-CoV-2[2], transporté par un système de nanoparticules lipidiques pour l'administration de médicaments[3].
Les quatre ingrédients constituant les nanoparticules lipidiques qui encapsulent l'ARN messager sont les lipides ionisables SM-102, le cholestérol, la DSPC (distearoylphosphatidylcholine (en)) et le PEG 2000 DMG[4]. La composition du lipide SM-102 (en) est protégée par la propriété intellectuelle.
Le saccharose, le trométamol et l'hydrochloride de trométamol ainsi que l'acide acétique et l'acétate de sodium trihydraté assurent la stabilité du mélange[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

En janvier 2020, Moderna annonce le développement d'un vaccin à ARN, que la société nomme « mRNA-1273 », qui induit l'immunité aux SARS-CoV-2[6],[7],[8].

Le , il obtient une autorisation d'utilisation d'urgence aux États-Unis de la Food and Drug Administration (FDA)[9],[10],[11],[12].

Au Canada, il reçoit le une « autorisation d'utilisation en relation avec la pandémie COVID-19 »[13],[14].

Le , le ministère de la Santé d'Israël approuve l'usage du vaccin[15].

L'Agence européenne des médicaments (EMA) puis la Commission européenne approuvent l'usage du vaccin le [16],[17]. Les premières doses arrivent en France le 9 janvier 2021[18].

Le 8 janvier 2021, le Royaume-Uni autorise son usage[19].

Le 12 janvier 2021, Swissmedic donne une autorisation d'utilisation d'urgence pour la Suisse[20],[21].

Le 3 février 2021, les autorités sanitaires de Singapour autorisent son usage[22] ; le 17, les premiers lots sont livrés dans ce pays[23].

En août 2021, le groupe pharmaceutique japonais Takeda, qui importe et distribue dans le pays le vaccin, est notifié de la découverte de « matières étrangères » dans trente-neuf flacons, issus d’un lot de 57 000 bouteilles, soit l’équivalent d’environ 570 000 doses. Le 26 août, après la découverte de matières étrangères dans deux autres lots, le Japon suspend à titre préventif l’administration de trois lots complets de Moderna, soit l’équivalent de 1,63 million de doses. Durant le week-end suivant, deux hommes – respectivement âgés de 30 et 38 ans – meurent après avoir reçu une deuxième dose du vaccin de Moderna provenant de l’un de ces trois lots, qui, entre-temps, ont été suspendus. Le laboratoire Moderna estime qu'il peut s'agir d’un défaut de fabrication. Les particules auraient accidentellement pénétré les fioles durant leur conditionnement dans l’usine madrilène de Rovi, l’entreprise pharmaceutique espagnole à qui le groupe américain sous-traite une grande partie de la production de ses vaccins[24]. Une troisième personne âgée de 49 ans décède après avoir pris le vaccin contaminé contre le coronavirus Moderna. Comme pour les deux décès précédents, le ministère a déclaré qu'il n'avait pas encore établi si le dernier décès était lié au vaccin[25].

Le 6 octobre 2021, la Suède, puis la Finlande le lendemain, suspendent l'utilisation du vaccin Moderna pour les moins de 30 ans, à cause d'un risque d'inflammation cardiaque chez les jeunes[26],[27],[28].

En France, le 15 octobre 2021, la HAS, revenant à une position de prudence, recommande « d’attendre l’avis de l’EMA pour poursuivre l’usage de Spikevax® en rappel », pour la troisième dose[29]. Lundi , l’Agence européenne des médicaments valide l’utilisation du vaccin comme dose de rappel (« troisième dose ») à moitié dosée (50 µg au lieu 100 µg) pour les personnes âgées de 18 ans et plus[30].

Le 8 novembre 2021, la Haute Autorité de santé déconseille le vaccin de Moderna pour les moins de 30 ans en raison du risque plus élevé de myocardite[31].

Le 8 décembre 2021, le Conseil scientifique émet un avis annonçant : « La dose de rappel de Moderna est actuellement de 50 µg. Elle pourrait être augmentée dans les semaines qui viennent à 100 µg pour induire une meilleure réponse immunologique vis-à-vis du variant Omicron »[32]. Un communiqué de presse de Moderna du 20 décembre affirme que la dose de 50 µg augmente le niveau des anticorps neutralisants contre le variant Omicron d'un facteur 37, celle à 100 µg d'un facteur 83[33].

Essais cliniques[modifier | modifier le code]

Retards d'informations[modifier | modifier le code]

Le 7 juillet 2020, des journalistes de l'agence Reuters révèlent, s’appuyant sur trois sources familières de l’évaluation des vaccins, que la compagnie Moderna tarde ou résiste à transmettre des informations sur les essais cliniques aux scientifiques du gouvernement fédéral américain, qui finance les recherches de Moderna jusqu'à une hauteur de 500 millions USD. Pour cette raison, les autorisations pour poursuivre les recherches sont retardées. Les causes des difficultés de Moderna, jeune entreprise de biotechnologie, seraient multiples : personnel insuffisant, inexpérience administrative, manque de technicien qualifié pour superviser les essais critiques[34].

Femmes enceintes[modifier | modifier le code]

Les femmes enceintes ou qui allaitent ont été exclues des premières études cliniques qui ont servi à justifier l'autorisation d'utilisation d'urgence[35]. Par principe de précaution, les femmes enceintes n'ont pas été intégrées aux essais cliniques réalisés avant leur diffusion[36]. Certains estiment toutefois que le principe de précaution est au détriment des femmes enceintes[37]. Néanmoins, des essais cliniques avec cette population sont annoncés pour 2021[38]. Cependant, pour certains médecins, cette clientèle particulièrement vulnérable au Covid-19 n'est pas censée se faire vacciner[39].

Personnes âgées[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne les « personnes âgées », la revue Prescrire du indique « des effets indésirables locaux et systémiques très fréquents, de rares réactions anaphylactiques »[40]. Toujours pour les personnes âgées, elle souligne que « la présence de polyéthylène glycol (PEG) expose à des réactions d'hypersensibilité et à des réactions anaphylactiques » et qu'« il subsiste encore de nombreuses inconnues inhérentes au faible recul d'utilisation »[40].

Essais sur les enfants[modifier | modifier le code]

Moderna annonce, le 16 mars 2021, le lancement d'un "essai clinique de phase 2/3" pour attester de "la sûreté et de l'immunogénicité" de son vaccin sur les enfants. La première partie de l'essai, pour étudier "la sécurité et la réactogénicité du vaccin" chez les enfants, "ne sera pas conduite en double-aveugle"[41]. Aux États-Unis et au Canada, 6 750 patients âgés de 6 mois à 11 ans ont été selectionnés[42],[43].

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

D'après l'Agence européenne du médicament (AEM), les effets secondaires les plus courants sont fatigue, fièvre, maux de tête, douleur à l'injection, douleurs musculaires et articulaires.[44] Selon plusieurs radiologues américains, les vaccins à ARN ont provoqué « un gonflement des ganglions lymphatiques situés sous les aisselles et visibles sur les mammographies »[45].

Vaccination[modifier | modifier le code]

Au 26 janvier 2021, le vaccin n’est pas encore approuvé par l’OMS pour l'utilisation d’urgence « au titre du protocole EUL », mais, après avoir été examiné par l’Agence européenne des médicaments (EMA), le Groupe stratégique consultatif d'experts (SAGE) de l'OMS estime qu'« il remplit les critères de l’OMS pour sa prise considération »[réf. nécessaire].

Pour atteindre une efficacité maximale, ce vaccin doit être administré en deux fois, en deux doses (100 µg, 0,5 ml chacune) à 28 jours d’intervalle[46], intervalle entre les doses pouvant être étendu jusqu’à 42 jours. L’efficacité observée du vaccin est d’environ 92 % contre la COVID-19, et la protection commence 14 jours après la première dose[47].

L'OMS préconise que : « Les personnes ayant des antécédents de réaction allergique à un des composants du vaccin ne doivent pas être vaccinées au moyen de ce vaccin ni d’un autre vaccin à ARNm »[47].

Au Québec, les autorités sanitaires administrent ce vaccin à partir de la fin [46].

En France, le vaccin de Moderna concourt au succès de la campagne vaccinale[48].

Rappels du produit[modifier | modifier le code]

Le 2021, des soignants informent le groupe pharmaceutique japonais Takeda, qui importe et distribue au Japon le vaccin Moderna, de la découverte initiale de « matières étrangères » dans 39 flacons sur un lot d'environ 570 000 doses. Deux autres lots sont touchés et le Japon suspend à titre préventif l’administration de 1,63 million de doses. Les lots proviennent de l’entreprise espagnole Rovi, sous-traitant qui conditionne les vaccins de Moderna pour les territoires autres que les Etats-Unis. Le un autre million de doses est écarté. Après enquête interne, il est révélé que les impuretés sont des particules métalliques composées d'acier inoxydable[49],[50]. Le , la société Takeda annonce que la contamination résulte d'une « erreur humaine »[51]. Le laboratoire Rovi indique que la cause la plus probable est un frottement entre deux pièces métallique du module qui pose les bouchons, en raison d'un montage défectueux. Selon Marianne, l'injection des particules « dans un muscle pourraient provoquer une réaction locale, guère plus », et aucun effet secondaire n'a été associé aux doses contaminées[50].

Sûreté en question[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis notamment, des myocardites sont observées chez les adolescents et les jeunes adultes dans les quatre jours suivant « l'injection des vaccins à ARNm, de Pfizer comme de Moderna », plus fréquemment après la seconde dose[52]. Pour cette raison, des chercheurs étudient les possibles liens avec les vaccins et le Center for Disease Control and Prevention (CDC) américain invite les chercheurs à se pencher sur ces cas[53].

En juin 2021, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis annonce ajouter un avertissement aux vaccins contre la Covid produits par Pfizer/BioNTech et Moderna concernant les rares cas d'inflammation cardiaque chez les adolescents et les jeunes adultes. Les groupes consultatifs des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis, réunis pour discuter des cas signalés de maladie cardiaque après la vaccination, ont découvert que l'inflammation chez les adolescents et les jeunes adultes était probablement liée aux vaccins, mais que « les avantages des injections semblaient clairement l'emporter sur le risque »[54].

Il est à noter que les chiffres concernant la sûreté de ce vaccin s'appuyaient fin 2020 sur les tests effectués par Moderna exclusivement[55].

En juillet 2021, L'Agence européenne du médicament étend son autorisation aux 12-17 ans. Cependant, suite à une étude scandinave (associant la Finlande, la Suède, la Norvège et le Danemark), le Danemark et la Norvège le déconseillent formellement pour les moins de 18 ans, « en raison d'un risque d'inflammation du myocarde et du péricarde, après la seconde injection »[56].

Début novembre 2021 parait une étude française qui confirme le risque de souffrir d’une myocardite ou d'une péricardite « particulièrement marqué » chez les hommes de 12 à 29 ans, dans la semaine suivant la deuxième injection du vaccin[57].

Début décembre 2021, le ministre de la santé du Japon met en garde contre les risques d'inflammation du myocarde, particulièrement pour les jeunes hommes. Sur un million de vaccinés, des effets secondaires du vaccin Moderna ont été signalés pour 8179 garçons de 10 à 19 ans et pour 4876 garçons de 20 ans et plus[58].

Commandes publiques[modifier | modifier le code]

À la mi-janvier 2021, le gouvernement du Canada affirme avoir commandé en tout 40 millions de doses du vaccin de Moderna qui doivent être livrées pendant l'année 2021[59].

Le 29 janvier 2021, Moderna indique ne pas pouvoir livrer toutes les doses promises pour la semaine du 30 janvier 2021. Cette réduction affecte tous ses clients[60]. La semaine suivante, la société indique qu'elle ne pourra pas honorer son calendrier de livraison en février 2021[61].

L’Union européenne commande 310 millions de doses de Moderna à 22,50 dollars pièce, en 2021, pour un montant total de plus de 6 milliards d'euros[62].

Accusation d'évasion fiscale[modifier | modifier le code]

Le 13 juillet 2021, SOMO, une ONG néerlandaise publie une étude[63] accusant le laboratoire d'avoir placé les milliards d'euros de préachats de vaccins sur un compte en Suisse pour éviter d'être imposé, alors que le vaccin Moderna a été « conçu puis acheté à l’aide de fonds publics »[64]. Les fonds ont été déposés à Bâle, sur un compte de la Bank of America of Zurich, où l’entreprise a choisi d'installer son siège européen : « la ville de Bâle a en effet un taux d'imposition très faible sur ses bénéfices »[65].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « MRNA-1273 » (voir la liste des auteurs).

  1. (en + fr + es) Organisation mondiale de la santé, « Dénominations communes internationales des Substances pharmaceutiques (DCI) : Dénominations communes internationales proposées : Liste 125 », WHO Drug Information, vol. 35, no 2,‎ , p. 579 (lire en ligne [PDF]).
  2. https://www.vidal.fr/medicaments/gammes/spikevax-104735.html
  3. (en) Dorothy R. Auth et Michael B. Powell, « Patent Issues Highlight Risks of Moderna's COVID-19 Vaccine », New York Law Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/vaccin-compose-vaccin-moderna-doit-il-etre-conserve-85043/.
  5. Julie Kern, « De quoi se compose le vaccin Moderna et comment doit-il être conservé ? », sur Futura (consulté le )
  6. (en) Julie Steenhuysen et Kate Kelland, « With Wuhan virus genetic code in hand, scientists begin work on a vaccine », Reuters,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  7. (en) Karen Carey, « Increasing number of biopharma drugs target COVID-19 as virus spreads » [archive du ], BioWorld, (consulté le )
  8. (en) Gwen Everett, « These 5 drug developers have jumped this week on hopes they can provide a coronavirus treatment » [archive du ], Markets Insider, (consulté le )
  9. (en) « FDA Takes Additional Action in Fight Against COVID-19 By Issuing Emergency Use Authorization for Second COVID-19 Vaccine », sur U.S. Food and Drug Administration (FDA) (consulté le )
  10. (en) « Statement from NIH and BARDA on the FDA Emergency Use Authorization of the Moderna COVID-19 Vaccine », US National Institutes of Health,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. (en) Sara E. Oliver, Julia W. Gargano, Mona Marin, Megan Wallace, Kathryn G. Curran, Mary Chamberland, Nancy McClung, Doug Campos-Outcalt, Rebecca L. Morgan, Sarah Mbaeyi, José R. Romero, H. Keipp Talbot, Grace M. Lee, Beth P. Bell et Kathleen Dooling, « The Advisory Committee on Immunization Practices' Interim Recommendation for Use of Moderna COVID-19 Vaccine — United States, December 2020 », MMWR. Morbidity and Mortality Weekly Report, vol. 69, no 5152,‎ (DOI 10.15585/mmwr.mm695152e1, lire en ligne)
  12. (en) Berkeley Lovelace Jr, « FDA approves second Covid vaccine for emergency use as it clears Moderna's for U.S. distribution », CNBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Sommaire de décision réglementaire - Vaccin de Moderna contre la COVID-19 - Santé Canada », Santé Canada,
  14. (en) « Moderna COVID-19 Vaccine (mRNA-1273 SARS-CoV-2) », sur COVID-19 vaccines and treatments portal, (consulté le )
  15. (en) Reuters, « Israel authorizes use of Moderna's COVID-19 vaccine », National Post,‎ (lire en ligne)
  16. « La Commission européenne approuve le vaccin de Moderna », Ici.Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne)
  17. Le Monde avec AFP et AP, « Covid-19 : le vaccin Moderna approuvé par l’Agence européenne des médicaments et Bruxelles, l’Irlande ferme ses écoles », Le Monde ,‎ (lire en ligne)
  18. Le Monde avec AFP et Reuters, « Covid-19 : les premières doses du vaccin Moderna arriveront en France à partir de lundi lire en ligne = », Le Monde,‎ .
  19. (en) « Moderna vaccine becomes third COVID-19 vaccine approved by UK regulator », sur U.K. Government, (consulté le )
  20. (en) John Miller, « Swiss drugs regulator approves Moderna's COVID-19 vaccine », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. (en) « Swissmedic grants authorisation for the COVID-19 vaccine from Moderna », sur Swissmedic, (consulté le )
  22. (en) « Singapore becomes first in Asia to approve Moderna's COVID-19 vaccine », sur Reuters, (consulté le )
  23. (en) « First shipment of Moderna's COVID-19 vaccine arrives in Singapore », sur CNA (consulté le )
  24. Philippe Mesmer et William Audureau, Vaccins Moderna au Japon : ce que l’on sait des particules étrangères trouvées dans les doses de la firme américaine, lemonde.fr, 1er septembre 2021
  25. (en) Third person dies in Japan after taking contaminated Moderna coronavirus vaccine, theguardian.com, 7 septembre 2021
  26. Covid-19 : la Suède suspend "par précaution" le vaccin Moderna pour les moins de 30 ans, francetvinfo.fr
  27. La Suède suspend le vaccin Moderna pour les moins de 30 ans, tdg.ch
  28. (en) Sweden stops the use of the Moderna vaccine for people under 30, norwaytoday.info
  29. https://www.has-sante.fr/jcms/p_3292786/fr/covid-19-utiliser-le-vaccin-de-pfizer-pour-le-rappel-de-vaccination
  30. https://www.has-sante.fr/jcms/p_3297260/fr/covid-19-la-has-precise-la-place-de-spikevax-dans-la-strategie-vaccinale
  31. « Covid-19 : la Haute Autorité de santé déconseille le recours au vaccin de Moderna pour les moins de 30 ans en raison d'un risque accru de myocardites chez les plus jeunes »
  32. https://www.bfmtv.com/sante/variant-omicron-le-conseil-scientifique-recommande-d-augmenter-la-dose-de-rappel-de-moderna_AN-202112140279.html
  33. (en) « Moderna Announces Preliminary Booster Data and Updates Strategy to Address Omicron Variant », sur investors.modernatx.com, (consulté le )
  34. (en) Marisa Taylor et Robin Respaut, « Exclusive: Moderna spars with U.S. scientists over COVID-19 vaccine trials », Reuters,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  35. (en) Shefali Luthra, « Pregnant women haven’t been included in promising COVID-19 vaccine trials », USA Today,‎ (lire en ligne)
  36. Contre-indications, passe sanitaire... Quatre questions sur la vaccination des femmes enceintes
  37. Les femmes enceintes devraient avoir accès au vaccin, croit une experte
  38. (en) « FDA: Leave the door open to Covid-19 vaccination for pregnant and lactating health workers », Stats,‎ (lire en ligne)
  39. Covid-19 : les femmes enceintes doivent-elles se faire vacciner ?
  40. a et b « Vaccin covid-19 à ARN messager tozinaméran (Comirnaty des firmes Pfizer et BioNTech) et personnes âgées : quelques données, beaucoup d'incertitudes », revue Prescrire,‎ (lire en ligne)
  41. https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-moderna-lance-essai-clinique-tester-son-vaccin-enfants-86318/
  42. Coronavirus : Moderna annonce tester son vaccin sur des milliers d’enfants
  43. Vaccin contre le Covid - Moderna lance une campagne de tests sur des milliers d’enfants
  44. Agence européenne du médicament, « Résumé des caractéristiques du vaccin à ARNm Moderna » (consulté le )
  45. Les vaccins Moderna et Pfizer provoquent un gonflement bénin, visible sur les mammographies, ouest-france.fr, 5 mars 2021
  46. a et b Justine Cohendet, « COVID-19 : Québec change sa stratégie de vaccination pour immuniser plus de personnes », Ici.Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne)
  47. a et b Vaccin anti COVID-19 de Moderna (mRNA-1273) : ce qu’il faut savoir, who.int/fr, 26 janvier 2021
  48. Nathaniel Herzberg, « Covid-19 : l’insolente réussite des vaccins », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  49. « Vaccins Moderna au Japon : ce que l’on sait des particules étrangères trouvées dans les doses de la firme américaine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  50. a et b « Lots de vaccins Moderna contaminés : enquête au Japon après un troisième décès », sur Marianne, (consulté le ).
  51. « Coronavirus: Une "erreur humaine" à l'origine de la contamination des vaccins Moderna-Takeda », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. Julie Kern, Des cas de myocardite identifiés après l'injection des vaccins à ARNm, futura-sciences.com, 24 mai 2021
  53. (en) Maite Knorr-Evans, How many people have suffered myocarditis or heart problems after getting the Covid-19 vaccine?, en.as.com, 25 mai 2021
  54. (en) FDA to add warning about rare heart inflammation to Pfizer and Moderna vaccines, theguardian.com, 24 juin 2021
  55. Vaccin Moderna : c’est la même chanson (que le vaccin Pfizer/BioNTech) avec quelques bémols
  56. Le vaccin anti-covid de Moderna suspendu en Finlande pour les moins de 30 ans, allodocteurs.fr
  57. Nicolas Berrod, Vaccins Pfizer et Moderna : ce que dit l’étude française qui confirme le risque de myocardite et péricardite, leparisien.fr, 8 novembre 2021
  58. (en) « Health ministry warns of vaccine's side effects », NHK World-Japan,‎ (lire en ligne)
  59. François Messier, « COVID-19 : le Canada recevra 20 millions de doses de vaccins supplémentaires », Ici.Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne)
  60. « Un nouveau retard dans la livraison de vaccins au Canada, révèle Justin Trudeau », Ici.Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne)
  61. « De nouvelles perturbations dans les livraisons du vaccin de Moderna au Canada », Ici.Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne)
  62. « Les recettes de Moderna partout en Europe affluent vers la Suisse », 20 Minutes (Suisse),‎ (lire en ligne)
  63. https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/E-9-2021-003566_FR.html
  64. https://www.alternatives-economiques.fr/moderna-largent-public-paradis-fiscaux/00100062
  65. https://www.msn.com/fr-ch/actualite/other/les-vaccins-%C3%A7a-rapporte-moderna-coupable-d%C3%A9vasion-fiscale-en-suisse/ar-AAM93rn

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]