Lausanne Hockey Club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lausanne Hockey Club
Description de l'image Logo Laussanne HC.png.
Fondation 1922
Siège Rue du Grand-Pré 4
1007 Lausanne
Patinoire (aréna) Vaudoise aréna
(10 000 places)
Couleurs Rouge, blanc et noir
                 
Ligue National League
Capitaine Drapeau : Suisse Étienne Froidevaux
Capitaines adjoints Drapeau : Suisse Joël Genazzi
Drapeau : Suède Jonas Junland
Entraîneur-chef Drapeau : Finlande Ville Peltonen
Directeur général Drapeau : Suisse Sacha Weibel
Président Drapeau : Suisse Patrick De Preux
Site web www.lausannehc.ch
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la saison à venir, voir :
Championnat de Suisse de hockey sur glace 2019-2020

Le Lausanne Hockey Club (abrégé LHC ou Lausanne HC) est un club de hockey sur glace de la ville de Lausanne en Suisse, créé en 1922. Il évolue en National League (anciennement Ligue nationale A), le plus haut niveau du hockey suisse.

Historique[modifier | modifier le code]

Naissance du Lausanne Hockey Club[modifier | modifier le code]

En février 1922, Alfred Mégros, qui est à de nombreuses reprises champion de Suisse de patinage artistique et qui enseignait à Saint-Moritz, invite les joueurs du CP Lausanne à disputer un tournoi entre Noël et Nouvel-An. « Pour de jeunes étudiants, la perspective de passer quelques jours dans la station grisonne était alléchante », se souvient Max Stoos, membre de cette équipe et premier président du Lausanne Hockey Club. Le tournoi réunissait quatre équipes : le HC Saint-Moritz, le HC Davos, l'AEHC Zürich et le CP Lausanne. « Le jour de l'An, nous fûmes invités à disputer deux rencontres à Davos; et c'est en rentrant que l'idée naquit. Le Club des patineurs de Lausanne avait vécu et nous décidâmes de fonder le Lausanne Hockey Club. Notre premier souci fut de récolter quelque cent vingt francs afin de nous procurer des bandes de bois de vingt-cinq centimètres de hauteurs. Ce rink, nous l'installâmes à Sainte-Catherine, sur les hauts de Lausanne. »[1]

Seize ans de l'histoire du club vont se jouer au dessus du Chalet-à-Gobet.

Déménagement à Montchoisi[modifier | modifier le code]

En 1938, Lausanne Hockey Club prend possession du lieu, plus au sud de la ville, dans le quartier de Montchoisi, où l'équipe de Beltrami et Caseel rivalise à cette époque avec Davos et Zurich.

L'appellation de « temple » donnée à la patinoire fait notamment référence à des soirées où la glace brillait de milles feux. En effet, l'arène n'étant pas pourvue de toit (jusqu'au début des années 1980), et avec l'éclairage les soirs de rencontre, la glace transparente avait un effet de miroir.

A la fin des année 1970, la patinoire pouvait accueillir environ 7000 spectateurs, mais parfois plus de 8500 personnes s'entassaient dans les tribunes tubulaires les soirs de matchs[2].

Fusion avec Star Hockey Club[modifier | modifier le code]

En 1941, c'est la cassure. Lausanne termine le championnat au dernier rang. Alors que les joueurs davosiens fêtent leur titre de champion national, Lausanne dispute une rencontre de barrage face à Bâle, champion de Série A. Devant 6000 spectateurs, Doleyres, Fanchamps, Stucky, Beltrami, Caseel, Favre, Toffel, Buder et Eggimann s'inclinent 4 à 3 sur un autogoal de l'un des défenseurs lausannois. Ce même dimanche 2 mars 1941, le Star HC bat Château-d'Œx 4 à 1 et se trouve promu en Série A.

Au cours de l'été 1941, Lausanne et Star fusionnent pour devenir le Montchoisi Hockey Club.

Trois équipes sont alors inscrites en championnat suisse : Montchoisi I, qui bataille dans l'élite ; Montchoisi II, inscrit en Série A, et Montchoisi III, en Série B.

Bon an mal an, l'aventure se poursuit jusqu'au printemps 1949. C'est l'époque de Jean Ayer, et de sa célèbre casquette, des Feigl, Aubort, Janski, Trivelli, Cattini, Streun, Beltrami, Favre, Minder, Brunhold, Caseel, Zurbuchen. Ce printemps-là, Montchoisi termine le championnat à l'avant-dernier rang du classement de la Ligue nationale et laisse aux Grasshoppers le relatif honneur de disputer la rencontre de barrage face au champion de Série A. Vainqueur de Davos au cours de la dernière journée de championnat, Zurich est champion de Suisse. Pour le Montchoisi Hockey club, les critiques sont amères ; la presse locale ne tarit pas de reproches et La Tribune de Lausanne affirme que « Hans Cattini, cet entraîneur qui se dépense sans compter, est bien le seul à avoir admis les vertus du jeu collectif ».

Déjà, dans les coulisses, les dirigeants lausannois s'activent. L'équipe doit être renforcée et prendre un nouveau départ ; pour cela, il lui faut une nouvelle appellation.

Le club retrouve son nom[modifier | modifier le code]

Le dimanche 6 novembre 1949, le Lausanne Hockey Club a retrouvé son appellation des années trente. Au cours de l'été, les dirigeants du club se sont assurés les services d'Othmar Delnon, de Golaz et d'Oldřich Zábrodský et fait frapper de nouveaux maillots rouges et blancs avec la mention « LHC ».

Des hauts et des bas[modifier | modifier le code]

Le club alterne pendant de très nombreuses saisons des hauts et des bas. Ainsi, après une relégation en Ligue nationale B en 1954, il retrouve la Ligue nationale A en 1957 puis connaît une nouvelle relégation en 1961.

Il faut attendre 17 ans avant que le club puisse rejoindre à nouveau l'élite. Sous la direction de Real Vincent, entraîneur-joueur, et sa ligue d'attaque composée de Jean-Guy Gratton, Gérard Dubi et Claude Friederich, le LHC accède à la LNA en battant Davos 8 à 4. Sept des huit buts lausannois de la soirée seront marqués par la « GDF »[2]. Cette promotion oblige Lausanne à construire un toit pour la patinoire de Montchoisi. La ligue donne une année au club pour se mettre en conformité.

Après quelques saisons en LNA, le club redescend à l'échelon inférieur. Il faut attendre 1995 pour que le club connaisse une nouvelle promotion dans l'élite.

Le Chaudron[modifier | modifier le code]

En 1984 est inauguré le Centre intercommunal de glace de Malley (CIGM), d'une capacité de 10 000 spectateurs. Ce centre a la particularité de se situer sur trois communes (Lausanne, Prilly et Renens).

Par la suite, la capacité de la patinoire principale sera réduite à 7 600 places, en raison de l'ajout de loges VIP, ce qui engendrera la suppression de certaines places debout.

La patinoire de Malley aura, tout comme celle de Montchoisi en son temps, l'honneur de recevoir un surnom : le « Chaudron », ce dernier étant souvent évoqué par les supporters et les médias. Ceci en raison des ambiances parfois chaudes qui pouvaient sévir les soirs de matches.

Notamment lors de la saison 1994-1995, où l'équipe du LHC, sous la direction de Jean Lussier, et qui domine le championnat de LNB, verra 11 014 spectateurs s'entasser dans les gradins. Avec une victoire finale 8 à 0, face aux Zurichois de Grasshopper, et une promotion en LNA pour le club[3].

La suite, pour l'équipe, sera moins brillante ; le LHC est relégué l'année suivant sa promotion.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

Le club connaîtra une nouvelle promotion en 2001.

Sous la direction de Riccardo Fuhrer, le 10 avril 2001, le LHC bat le HC La Chaux-De-fonds 5 à 2 aux Mélèzes, grâce surtout à son gardien fétiche Beat Kindler. Pour l'anecdote, le portier lausannois n'aurait jamais disputé cette rencontre si Thomas Östlund, son remplaçant pour les play-off, n'avait pas cassé son patin à 16e minute de jeu[4].

Le club passe quatre saisons en LNA avant de connaître une nouvelle relégation en perdant à domicile face au HC Bâle 4 à 0, lors du septième match décisif.

Promotion et saison 2013-2014[modifier | modifier le code]

Les saisons suivantes, en LNB, verront le LHC échouer deux fois pour la promotion dans l'élite face au HC Bienne lors du septième match des barrages de promotion/relégation.

Mais, lors de la la saison 2012-2013, bien que terminant à la quatrième place de la saison régulière, le LHC remporte les play-off de LNB. Il peut alors défier le SC Langnau, perdant des play-out de LNA.

Le 4 avril 2013, 18 ans jour pour jour après la promotion de 1995, le LHC retrouve l'élite après huit ans de LNB. Il s'impose finalement 3 à 2, grâce notamment un arrêt décisif de son dernier rempart, Cristobal Huet, dans les dernières secondes de la sixième rencontre décisive[5].

La première saison du LHC en LNA depuis huit ans coïncide avec la première participation du club aux play-off de première division. En terminant la saison régulière à la huitième place, le club s'attribue le droit de défier Zurich en quart de finale. Il perd la série 4 à 3 contre le futur champion de Suisse.

Depuis 2014-2015[modifier | modifier le code]

En terminant à la 8e place du classement au terme des 50 matchs, le LHC se qualifie à nouveau pour les play-off en 2015. Les Lions affrontent le CP Berne et sont éliminés au septième match, à Berne, après une défaite en prolongation, 0-1.

En 2015-2016, avec l’arrivée de Nicklas Danielsson et d'Eric Walsky, le LHC a pour objectif de disputer à nouveau les séries éliminatoires. En fin de la saison, Lausanne finit neuvième et voit la qualification s'envoler à cause d’un but encaissé à la dernière seconde face au CP Berne.

Lors de la saison suivante, le LHC finit à la quatrième place. Mais il sera finalement éliminé 4-0 dans la série des quarts de finale face au HC Davos.

En 2017-2018, le club vit un exercice compliqué, terminant dixième en février. Lausanne joue le tour de placement contre la relégation, mais le maintien est assuré en National League (nouvelle appellation de la LNA) après les trois premiers matchs joués en poule de relégation.

2018-2019, la saison des records[modifier | modifier le code]

Cette saison est l'année de trois records historiques pour le club : 3e place au classement de National League après les 50 matchs, qualification pour la Ligue des champions 2019-2020 et demi-finale des play-off. En séries face aux SC Langnau Tigers, les Vaudois se qualifient après un 7e acte disputé chez eux, à Malley 2.0. Avec cette victoire, le LHC est pour la première fois de son histoire en demies, où il rencontre le EV Zoug. Mais les Lausannois s'arrêtent là, battus en cinq manches par l'équipe de Suisse centrale.

Appellation du club[modifier | modifier le code]

Cette section présente les noms officiels qu'a porté le club depuis le début de son existence.

  • 1910 à 1922 : Club des Patineurs de Lausanne
  • 1922 à 1941 : Lausanne Hockey Club
  • 1941 à 1949 : Montchoisi Hockey Club
  • Depuis 1949 : Lausanne Hockey Club

Palmarès[modifier | modifier le code]

Bilan saison par saison[modifier | modifier le code]

L'équipe du Lausanne HC après un match le .

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Joueur du Lausanne HC.

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

L'équipe du Lausanne HC après un match le .
Pour modifier l'effectif, suivez ce lien
|-
Effectif[6]
No NomNat. PositionArrivée
+029, Boltshauser, LucaLuca Boltshauser Drapeau : Suisse Gardien 2018 - EHC Kloten
+051, Stephan, TobiasTobias Stephan Drapeau : Suisse Gardien 2019 - EV Zoug
+004, Lindbohm, PetteriPetteri Lindbohm Drapeau : Finlande Défenseur 2018 - Wolves de Chicago
+061, Heldner, FabianFabian Heldner Drapeau : Suisse Défenseur 2019 - HC Davos
+003, Oejdemark, VictorVictor Oejdemark Drapeau : Suisse Défenseur 2019 - Zoug Academy
+038, Frick, LukasLukas Frick Drapeau : Suisse Défenseur 2017 - EHC Kloten
+045, Junland, JonasJonas Junland Drapeau : Suède Défenseur 2016 - Linköpings HC
+077, Grossmann, RobinRobin Grossmann Drapeau : Suisse Défenseur 2018 - EV Zoug
+079, Genazzi, JoëlJoël Genazzi Drapeau : Suisse Défenseur 2013 - SC Langnau Tigers
+088, Nodari, MatteoMatteo Nodari Drapeau : Suisse Défenseur 2014 - Rapperswil-Jona Lakers
+089, Almond, CodyCody Almond Drapeau : Canada Drapeau : Suisse Attaquant 2019 - Genève-Servette
+011, Herren, YannickYannick Herren Drapeau : Suisse Attaquant 2014 - EHC Kloten
+012, Traber, TimTim Traber Drapeau : Canada Drapeau : Suisse Attaquant 2018 - Genève-Servette HC
+013, Roberts, LeeLee Roberts Drapeau : Suisse Drapeau : Royaume-Uni Attaquant Formé au club
+015, Jeffrey, DustinDustin Jeffrey Drapeau : Canada Attaquant 2016 - Penguins de Wilkes-Barre/Scranton
+036, Jooris, JoshJosh Jooris Drapeau : Suisse Attaquant 2019 - Toronto Marlies
+022, Bertschy, ChristophChristoph Bertschy Drapeau : Suisse Attaquant 2018 - Binghamton Devils
+025, Emmerton, CoryCory Emmerton Drapeau : Canada Attaquant 2018 - Sibir Novosibirsk
+040, Froidevaux, EtienneEtienne Froidevaux Drapeau : Suisse Attaquant 2013 - SC Langnau Tigers
+046, Antonietti, BenjaminBenjamin Antonietti Drapeau : Suisse Attaquant 2018 - Rouen
+080, Leone, RobinRobin Leone Drapeau : Suisse Drapeau : Finlande Attaquant 2018 - EHC Kloten
+081, Kenins, RonaldsRonalds Kenins Drapeau : Lettonie Attaquant 2018 - ZSC Lions
+091, Vermin, JoëlJoël Vermin Drapeau : Suisse Drapeau : Pays-Bas Attaquant 2017 - Crunch de Syracuse
+095, Moy, TylerTyler Moy Drapeau : Suisse Drapeau : États-Unis Attaquant 2018 - Milwaukee Admirals

Maillots retirés[modifier | modifier le code]

Numéros retirés
No  Joueur Position Carrière au LHC
10 Drapeau : Suisse Gérard Dubi Attaquant 1960-1969 / 1970-1981
16 Drapeau : Suisse Claude Friederich Attaquant 1970-1973 / 1976-1983
21 Drapeau : Suisse Beat Kindler Gardien 1991-2003

Patinoire[modifier | modifier le code]

Le Lausanne Hockey Club évoluait au Centre intercommunal de glace de Malley (CIGM), qui était pourvu de 7 600 places, jusqu'à sa démolition en 2017.

Le club joue, depuis la saison 2017-2018, ses matchs dans une patinoire provisoire (Malley 2.0).[7] Il investira la nouvelle Vaudoise Aréna (d'une capacité de 10 000 places) dès la saison 2019-2020[8].

L'arène est incluse dans un complexe construit en vue des Jeux olympiques de la jeunesse d'hiver de 2020, dont Lausanne est la ville hôte[9].

En évoluant à Malley 2.0, le LHC a plus de 96% de taux de remplissage et à jouer plus de 17 fois à guichets fermés sur la saison 2018-2019, un record pour le Lausanne Hockey Club depuis son retour en 2013 dans le plus haut niveau helvétique[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Busset et Roger Jonin, Le Roman du LHC, Lausanne, Merlin, , p. 173
  2. a et b « La GDF, légende du Lausanne Hockey Club », sur www.rts.ch, Emission "Au Coeur du Sport*, (consulté le 30 mars 2019)
  3. « Retour en LNA », sur https://www.rts.ch/archives/tv/information/le-telejournal/4438098-retour-en-lna.html, Archives RTS, (consulté le 31 mars 2019)
  4. Steve Roth et Philippe Ruckstuhl, Lausanne en Ligue A, Lausanne, Pao Graphique, Pierre Maleszweski, , 130 p., page 83
  5. Pierre-Alain Schlosser, « Le LHC gagne et retrouve la LNA », 24 Heures,‎ (lire en ligne)
  6. « Contingent - Lausanne Hockey Club », sur www.lausannehc.ch (consulté le 16 octobre 2016).
  7. Ugo Curty, « Le LHC est entré dans l'ère Malley 2.0 », 24 Heures,‎ (lire en ligne)
  8. « Vaudoise Aréna - Lausanne Hockey Club », sur www.lausannehc.ch (consulté le 31 mars 2019)
  9. « Malley », sur www.lausanne.ch, Ville de Lausanne (consulté le 31 mars 2019)
  10. « L'acte II des demis-finales... », sur www.lausannehc.ch, (consulté le 31 mars 2019)

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Busset et Roger Jaunin, Le roman du LHC, Merlin, , 173 p.
  • Steve Roth et Philippe Ruckstuhl, Lausanne en ligue A : Saison 2000-2001, Lausanne, PAO Graphique, Pierre Maleszwski, , 130 p.
  • Nathalie Senn, Les supporters du Lausanne Hockey Club : la patinoire, un lieu de défoulement ?,
  • Livre blanc : sport d'élite à Lausanne,

Lien externe[modifier | modifier le code]