I Muvrini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
I Muvrini
Description de cette image, également commentée ci-après
I Muvrini au Festival du Bout du Monde
le 6 août 2011.
Informations générales
Pays d'origine Flag of France.svg France
Genre musical World music, polyphonie
Années actives depuis 1979
Labels Sony BMG
Capitol
Higher Octave
...
Influences Culture corse
Site officiel http://www.muvrini.com
Composition du groupe
Membres
Alain Bernardini
Jean François Bernardini
Stéphane Mangiantini
Mickey Meinert
Achim Meier
Loic Taillebrest
César Anot
Jean-François Luciani
Thomas Simmerl
Anciens membres Jean-Christophe Bastiani
Jean-Charles Adami
Josefina Fernandez
Fratellu Ventura
Austinu Agostini
Carlu Agostini
Régis Gizavo
Erlaitz De Madariaga
Laurence Dupuis (violon)

I Muvrini (« Les petits mouflons » en corse)[1] est un groupe corse de musique corse créé par les frères Figarelli Emile et Joseph ainsi que Georges Desbraux et Jean-François Bernardini à la fin des années 1970.

Carrière[modifier | modifier le code]

I Muvrini a commencé par chanter des chansons dans un style traditionnel corse (guitare et voix, polyphonies) avant de s'ouvrir progressivement aux musiques du monde et à la variété. Il a notamment enrichi son orchestration avec de nouveaux instruments de musique tels que la vielle à roue ou la cornemuse qui ont été utilisés par le groupe de ses débuts jusqu'à la fin des années 1990.

En 1977, outre les frères Jean-François et Alain Bernardini, le groupe est nouvellement composé de Paul Codaccioni, de Jean Mattei et des frères Patrick et Gilles Salvatorini. Dans la foulée, dès 1978, il enregistre son 1er album « Ti ringraziemu » en hommage à Ghjuliu Bernardini, père de Jean-François et d’Alain, dont le portrait orne la pochette. Le 33 tours sortira en 1979. En 1980, le groupe intègrera deux nouveaux membres : Alex Filippi et Ange Delfini.

À partir des années 1980, le groupe a trois voix : Roseline Bartoli les rejoint et les suit jusqu'à la fin des années 1990. Depuis l'album Leia (1998), Stéphane Mangiantini est la troisième voix du groupe. Jean François Luciani fait lui aussi désormais parti de l'aventure depuis 2016 en tant que 4ème voix.

Le groupe est connu à l'international, dans des pays tels que la Suisse, la Belgique, l'Allemagne ou les Pays-Bas.

I Muvrini s'est produit sur les plus grandes scènes françaises : Olympia, Bercy, le Zénith, qu'ils ont pratiqué plusieurs fois, mais aussi le Trianon, le silo de Marseille, ou encore, plus récemment, le Casino de Paris. Il est le groupe corse ayant la plus grande notoriété à travers le monde.

Le groupe s'est adjugé de nouveaux membres depuis la création de l'album Alma paru en 2005. En effet, de nouveaux musiciens et chœurs sont venus s'ajouter au groupe : par exemple le bassiste ivoirien César Anot, auquel le groupe accorde quelques morceaux qu'il chante en baolé mais également le guitariste Mickey Meinert, le pianiste Achim Meier qui a remplacé Régis Gizavo (qui a longtemps collaboré avec le groupe), ou Loic Taillebrest à la cornemuse.

Les frères Bernardini ont construit un studio ultra moderne au sein de leur village de Taglio-Isolaccio (Tagliu-Isulacciu en langue corse), où ils possèdent leur propre maison de distribution de disques AGFB, et ce depuis l'enregistrement de l'album Pè l'amore di tè effectué à Paris en 1987 et sorti en 1988.

I Muvrini a remporté huit disques d'or et deux Victoires de la musique en deux participations : en 1997 (pour le titre-album "Curagiu") , et termina ex-aequo grâce à Jalalabad en 2003 (tiré de l'album Umani) dans la catégorie "Musiques du monde" pour le meilleur titre original.

Dans le domaine caritatif, Jean-François Bernardini est actif à travers la fondation AFC Umani qu'il préside depuis sa création en 2002, ainsi que dans la promotion de la non-violence dans le monde, mise en place à l'aube de l'année 2011, où il propose de nombreuses conférences à travers la France chaque année, ayant permis le partenariat avec le club de l'AS Saint Etienne entre autres.

Collaborations[modifier | modifier le code]

I Muvrini a chanté plusieurs fois en mêlant ses voix à celles d'autres artistes : NB : Ils particpent sur l'album Reise nach Korsica sur plusieurs titres (dont Vauvenargues)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1979 - Ti ringrazianu
  • 1980 - Anu da vultà
  • 1980 - Campemuci (chants par des enfants uniquement)
  • 1981 - Rundinella (présents dans quatre des chansons)
  • 1981 - È campa quì
  • 1984 - Lacrime
  • 1985 - 85
  • 1986 - À l'encre rouge
  • 1988 - Pè l'amore di tè
  • 1989 - Quorum
  • 1990 - In core (live au théâtre de Bastia)
  • 1991 - À voce rivolta
  • 1993 - Noi
  • 1995 - Curagiu (Disque d'or)
  • 1996 - Bercy 96 (live) (Disque d'or)
  • 1998 - Leia (Disque d'or)
  • 2000 - A strada
  • 2002 - Umani (Disque d'or)
  • 2003 - Terra (Long Box, compilation, 3 disques)
  • 2005 - Alma (Disque d'or)
  • 2007 - I Muvrini et les 500 choristes (Disque d'or)
  • 2010 - Gioia (Disque d'or)
  • 2012 - Imaginà
  • 2015 - Invicta
  • 2016 - Pianetta
  • 2017 - Luciole
  • 2019 - Portu In Core

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1997 - Terre d'oru - (Fields of gold) avec Sting
  • 2001 - Si tu chi decidi (inédit tournée 2000)
  • 2003 - CD maxi single 4 titres : Jalalabad (feat Reinhard mey), Isule, Era una volta (1ère version), Da le vostre mane (remix)
  • 2009 - Canzona di u rizzanese texte sur l'un des fleuves connus de l'île qui a connu des souffrances
  • 2018 - Fin du monde et fin de mois chanson en soutien au mouvement des gilets jaunes mise en place à la fin de l'année 2018
  • 2020 - Canzona pè dopu marquant l'initiative et la lutte pour le "MONDE D'APRES" en lien avec la crise sanitaire que le monde connaît
  • 2021 - So di Vighjaneddu chanson qui évoque la triste destinée du lieu où se trouve le fleuve Tavignanu, qui deviendra malheureusement centre d'enfouissement de déchets

Critiques[modifier | modifier le code]

I Muvrini a contribué à diffuser la culture corse et sa musique en particulier. Dans les années 1980, si le groupe chantait des polyphonies traditionnelles (dont des paghjelle), il a ajouté à son répertoire des chants contestataires. Il a d'ailleurs été victime de plusieurs arrêtés municipaux lui interdisant de se produire dans certains villages corses, menant parfois à des confrontations entre nationalistes et militants du collectif Corse française et républicaine (CFR).

Aujourd'hui[Quand ?], et après une ouverture aux musiques du monde, I Muvrini chante de la Musique de variété en langue corse, en mêlant les genres, ajoutant de plus des textes en français sur certains de leurs titres. D'autres groupes, comme I Mantini, leur reprochent (par la macagna) d'être entrés dans un système qu'ils critiquaient autrefois et de vendre aujourd'hui de la musique abusivement étiquetée « traditionnelle ». Deux chansons en sont l'exemple : I Muvrini sont riches et Mendiants de la tradition.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • I Muvrini dans le texte - pensées et chansons à cœur ouvert, Jean-François Bernardini, 1998
  • I Muvrini, François Balestrière, Éd. Clémentine, 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :