Neue Zürcher Zeitung

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Neue Zürcher Zeitung
logo de Neue Zürcher Zeitung
illustration de Neue Zürcher Zeitung

Création
Fondateurs Salomon GessnerVoir et modifier les données sur Wikidata
Personnages clés René Zeller, Luzi Bernet, Colette Gradwohl
Siège social Zurich, Drapeau de la Suisse Suisse
Actionnaires NZZ Mediengruppe (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité édition
Produits Neue Zürcher Zeitung (127 000 ex.)
Site web www.nzzmediengruppe.ch

Chiffre d’affaires 551 millions CHF (2007)
Résultat net 45,5 millions CHF (2007)

La Neue Zürcher Zeitung (abrégé NZZ) (traduction : Nouvelle Gazette de Zurich) est un groupe de presse suisse qui édite le journal du même nom.

Le journal[modifier | modifier le code]

Première parution de la NZZ
Action de la SA Neue Zürcher Zeitung en date du 16. Mars 1906
Siège de la rédaction à Zurich.

Salomon Gessner fait paraître le journal pour la première fois le sous le nom de Zürcher Zeitung (Journal zurichois). C'est en 1821 que le journal prend son nom actuel de Neue Zürcher Zeitung. En 1868, le journal est transformé en société anonyme, qu'elle est toujours aujourd'hui. Aucun de 1 400 actionnaires ne possède plus de 1 % du capital.

La NZZ est, avec la Wiener Zeitung de 1703 et la Hildesheimer Allgemeine Zeitung de 1705, l'un des plus vieux journaux de langue allemande à paraître encore de nos jours et le plus vieux de Suisse toujours existant.

Un des principaux journaux de référence en Suisse, le quotidien de centre droit libéral inclut articles fouillés, des analyses et des commentaires. Il est considéré comme un journal influent et un des quotidiens les plus lus par des dirigeants de l'économie, de la politique et de la culture en Suisse et l'espace linguistique allemande, presque toujours cité dans les revues de presse de langue allemande. De 1894 à 1969, il sortait de presse trois éditions par jour.

La Neue Zürcher Zeitung possède un réseau mondial de soixante correspondants à son service exclusif. En 2007, le journal tirait à 144 000 exemplaires quotidiennement[1].

Collaborateurs célèbres[modifier | modifier le code]

  • Max Frisch
  • Eva Haldimann, critique littéraire, a fait découvrir Imre Kertesz hors de son pays. Une correspondance entre la critique littéraire et l'auteur entre 1977 et 2002 sera publié en 2009 sous le titre : Briefe an Eva Haldimann[2]

Déclinaison[modifier | modifier le code]

À côté du quotidien Neue Zürcher Zeitung, le sigle NZZ est utilisé dans toute une série de publications et d'activités du groupe. Parmi lesquelles :

  • NZZ am Sonntag, l'édition du dimanche
  • NZZ Folio, magazine mensuel
  • NZZ Fokus, Schwerpunktdossier
  • NZZ Campus, publication pour les étudiants
  • Z – Die schönen Seiten, Magazine dans un format spécial
  • NZZ Format, Émission de télévision
  • NZZ Libro, maison d'édition
  • NZZexecutive.ch, Portail d'offres d'emploi pour cadres et spécialiste
  • NZZdomizil.ch, plateforme dédiée à l'immobilier
  • NZZ-Vademecum.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La NZZ se présente elle-même.
  2. « Das Recht auf Individualität », NZZ,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]