Brigadier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brigadier (homonymie).

Dans certaines armées, le grade de brigadier correspond à celui de général de brigade (OF-6 dans la nomenclature de l'OTAN); dans d'autres, c'est un grade de militaire du rang. Brigadier est également un grade dans les polices nationale et municipales françaises.

L'usage du mot brigadier ne varie pas seulement avec les armées mais également avec l'époque. Par exemple, sous l'Ancien Régime en France, « brigadier des armées du Roi » était un grade permanent, intermédiaire entre colonel et Maréchal de Camp (général de brigade) tandis que dans l'armée britannique, brigadier était un grade temporaire attribué à un colonel exerçant un commandement de général (c'est devenu un grade permanent de nos jours).

France[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien régime[modifier | modifier le code]

Dans l'armée française de l'Ancien Régime, brigadier désignait deux grades militaires : un bas-officier (c'est-à-dire un sous-officier), l'équivalent du caporal dans la cavalerie, et un officier de rang élevé, dont le titre officiel était « brigadier des armées du roi » dans l'armée (de terre) et « brigadier des armées navales » dans la marine.

Brigadier des Armées du Roi[modifier | modifier le code]

Dans l’armée de terre, le Brigadier des Armées du Roi était un grade intermédiaire[1] créé en 1657 entre celui de mestre de camp (colonel dans la cavalerie) et celui de Maréchal de camp (équivalent de Général de brigade dans l'armée moderne).

Ce grade supérieur ne doit pas être confondu avec le rang de brigadier existant au sein de la garde du roi, qui désigne un garde expérimenté, responsable d'une unité élémentaire de quelques hommes (brigade). Ces brigadiers de la garde ont rang d'officier subalterne dans les régiments ordinaires.

Le grade fut d’abord créé dans la cavalerie à l'instigation de Turenne le [2],[3] puis dans l’infanterie le et dans les Dragons le [4]. En temps de paix le brigadier commandait son régiment et, en manœuvre ou en temps de guerre, il en commandait deux ou trois – voire quatre - réunis pour former une brigade[5] (dont le sien mais par la suite, le grade fut également décerné à des lieutenants-colonels, ce qui permettait de promouvoir un officier non doté de son propre régiment).

Le grade de brigadier des armées est supprimé en 1788.

L'insigne du grade de brigadier des armées était une étoile unique. Lorsque le grade est supprimé en 1788, le nombre d'étoiles de ses supérieurs immédiats n'est pas modifié, ce qui explique pourquoi les généraux français ont une étoile de plus à leur insigne que leurs homologues étrangers (notamment américains).

À noter que le grade de « Chef de brigade » créé sous la Révolution française remplaçait celui de Colonel. Un chef de brigade commandait alors… une demi-brigade (nom qui avait remplacé celui de régiment)!

Brigadier des Armées navales[modifier | modifier le code]

Dans la marine, le titre de brigadier des armées navales a été créé en 1782. En 1765, il avait été décidé que les cinquante capitaines de vaisseau les plus anciens prendraient rang avec les brigadiers, les autres prenant rang avec les colonels. L’ordonnance du 26 décembre 1782 crée le titre de Brigadier des armées navales, qui pouvait être décerné aux capitaines de vaisseau sans condition d’ancienneté[6].

Le titre de Brigadier des armées navales a été implicitement supprimé par l’ordonnance du qui créait les chefs de division.

Depuis le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Armes montées[modifier | modifier le code]

Depuis le début du XIXe siècle, dans les armes dites « à cheval » de l'armée française, le grade de brigadier est équivalent à celui de caporal. Les armes montées ou dites « à cheval » sont la cavalerie (devenue arme blindée et cavalerie), l'artillerie, le train et la gendarmerie.

Le grade supérieur de brigadier-chef est équivalent à celui de caporal-chef.

Cas particulier de la Gendarmerie nationale[modifier | modifier le code]

Dans la gendarmerie nationale, qui fait partie des armes montées, le brigadier est un grade de gendarme adjoint volontaire (militaire du rang).

Drapeau de la France France Grades de la
Gendarmerie nationale
Military symbol.svg
Précédé par
Première classe
Brigadier
Gav bri.svg
Suivi par
Brigadier-chef
Drapeau de la France France Grades de la
Gendarmerie nationale
Military symbol.svg
Précédé par
Brigadier
Brigadier-chef
Gav bch.svg
Suivi par
Maréchal des logis

L'appellation brigadier désigne aussi les militaires composant une brigade de gendarmerie (unité territoriale de gendarmerie départementale).

Police nationale et police municipale[modifier | modifier le code]

Le grade de brigadier est également utilisé dans la police nationale (sous-brigadier de police, brigadier de police et brigadier-chef de police) ainsi que dans la police municipale (brigadier et brigadier-chef principal). Dans la police nationale, le brigadier de police commande une brigade de taille variable selon son type ou sa localisation. Ce grade correspond à celui d'adjudant dans l'armée française, d'où il tire son insigne (un liseré rouge sur une barrette, jaune pour le grade de brigadier et blanche pour le grade de brigadier-chef). Le grade inférieur est « sous-brigadier de police », distinction honorifique donnée à un gardien de la paix à son 6e échelon, correspondant au grade de sergent-chef et se traduisant par un troisième chevron sur son épaulette. Il existe un grade supérieur à celui de brigadier de police: le grade de major (qui, comme les majors dans l'Armée française, ne doit pas être confondu avec les officiers supérieurs correspondant aux commandants).

Dans l'argot professionnel, le mot « bricard » est souvent employé pour dire « brigadier ». Dans la police nationale, le sous-brigadier est affectueusement renommé « sous-balloches ».

Dans la police municipale, le grade de brigadier (un liseré rouge sur une barrette jaune) se situe immédiatement au-dessus du grade de gardien de police (1, 2 ou trois chevrons selon le degré d'avancement). Il est suivi par le grade de brigadier-chef principal grade d'encadrement opérationnel.

Équivalents civils[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

En Italie, au sein des Carabiniers et de la Garde des finances, les grades de vice-brigadier (vice brigadiere), brigadier (brigadiere) et brigadier-chef (brigadiere capo) correspondent grossièrement au grade de sergent de l'armée.

Suisse[modifier | modifier le code]

Insigne du grade de brigadier de l'armée suisse

Dans l'armée suisse, le grade de brigadier (en allemand Brigadier) se reconnaît par une étoile. Il se trouve entre le colonel et le divisionnaire. Il est le premier grade des officiers généraux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comme on le verra ci-dessous, le brigadier est un colonel (ou un mestre de camp dans la cavalerie) qui, en temps de paix ne commande que son régiment, mais, même s'il reçoit un brevet de brigadier il n'est pas un officier général à part entière car il ne commande que des troupes d'une seule arme. Pour les puristes de l'époque l'appellation de brigadier « des armées du roi » n'est donc pas justifiée et on devrait uniquement parler de « brigadier de cavalerie » ou de « brigadier d'infanterie ». Voir également les autres notes ci-dessous.
  2. Général Louis Susane, Histoire de la Cavalerie Française, t. 1, Paris, J. Hetzel et Cie, 1874
  3. D’après le Général Susane, Turenne estimait que le commandement de la cavalerie d’une armée ne pouvait revenir qu’à un officier général pleinement qualifié. Hors il n’existait dans son esprit que trois charges répondant à cette exigence : celle de Colonel Général de Cavalerie (dont il était titulaire depuis le 24 avril 1657), celle de Mestre de camp Général de la Cavalerie et celle de commissaire général de la cavalerie (qui avait également été créée à son initiative). Donc, lorsque le nombre d’armées en campagne était supérieur à trois, il existait une carence que ces nominations venaient corriger. La première « fournée » de brigadiers comptait 13 mestres de camp.
  4. Cité dans le document « Insignes des grades et des fonctions des officiers généraux. » sur le site du ministère de la défense. Ce document cite la Chronologie historique militaire de M.Pinard, qui est disponible sur Gallica
  5. L'existence des brigades - qui regroupaient des régiments de la même arme (brigade de cavalerie, d'infanterie ou de dragons) - est antérieure à celle du grade de brigadier. Avant la création du grade, ce commandement pouvait être exercé temporairement par les colonels ou mestres de camp mais se posaient alors des problèmes de préséance.
  6. Voir document « Insignes des grades et des fonctions des officiers généraux. » sur le site du ministère de la défense (op. cit.)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :