Plan de relance européen de 2020

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(en) Allocution d'Ursula von der Leyen le 15 mars, sur la réponse de l'UE au début de la pandémie de Covid-19.
Plan de relance européen de 2020
Nature
Territoire
Piloté par

Le plan de relance européen de 2020 (baptisé « Next Generation EU »), proposé par la Commission européenne le [1], est un accord trouvé par les vingt-sept États membres de l'Union européenne, à l'issue du conseil européen du 17 au 21 juillet 2020.

Historique[modifier | modifier le code]

Les discussions lors du conseil européen opposent deux groupes de pays : d'un côté, les pays dits « frugaux » (Pays-Bas, Suède, Danemark, Autriche, rejoints par la Finlande), plutôt hostiles aux subventions européennes et en particulier à destination des pays du Sud[2],[3], et de l'autre, un groupe plus large mené par l'Allemagne et la France qui soutiennent le projet de relance européen, en compléments des mesures nationales.

En France, le Plan de relance économique de la France de 2021-2022 annoncé le 3 septembre 2020 s'appuie en partie sur les financements du plan de relance européen. Sur les 100 milliards d'euros prévu, 40% proviennent du plan de relance européen[4].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le plan vise à pallier les conséquences économiques et sociales de la pandémie de Covid-19 débutée en 2020. Son montant est fixé à 750 milliards d'euros (dont 360 milliards de prêts et 390 milliards de subventions), accompagné d'un budget pluriannuel européen renforcé à 1 074,3 milliards pour les années 2021 à 2027[5].

L'emprunt mutualisé et réalisé par la Commission européenne permet de bénéficier de la bonne notation financière de celle-ci, ce qui lui permet d'emprunter à des taux d'intérêts faibles et sur une durée longue (les remboursement pourront s'étaler jusqu'en 2058). La majorité des fonds (90 %) seront dépensés pour relancer les économies nationales sur la période 2021-2023 et il est prévu que le tiers de ce montant devra être investi dans le cadre de politiques environnementales (notamment pour respecter l'objectif de neutralité carbone fixé par l'UE pour 2050)[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La Commission européenne propose un plan de relance de 750 milliards, empruntés en commun », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2020).
  2. « Plan de relance tendu : le commissaire européen Thierry Breton tacle les « pays frugaux » et leurs dépenses », sur LCI (consulté le 22 juillet 2020).
  3. « Plan de relance : un Conseil européen qui s'annonce tendu et à l'issue incertaine », sur RFI, (consulté le 22 juillet 2020).
  4. https://www.gouvernement.fr/france-relance
  5. « Le plan de relance européen, une étape historique pour l’UE ? », sur 20minutes.fr (consulté le 22 juillet 2020).
  6. « Impôts : le plan de relance européen va-t-il vous coûter cher ? », sur Capital (consulté le 2 août 2020).

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]