Nozon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nozon
Illustration
Le Nozon, La Chute du Dard, près de Croy en Suisse
Caractéristiques
Longueur 23,62 km
Bassin 45 km2
Bassin collecteur Rhin et Rhône
Débit moyen 0,325 m3/s (Orny, Plan-marais) moyenne annuelle de 2011
Cours
Source Cul du Nozon
· Localisation Vaulion, Massif du Jura
· Coordonnées 46° 41′ 13″ N, 6° 23′ 24″ E
Confluence Talent
· Localisation Plaine de l'Orbe
· Coordonnées 46° 43′ 50″ N, 6° 33′ 32″ E
Géographie
Canton Vaud
Régions traversées Vallon du Nozon, Plaine de l'Orbe
Principales localités Vaulion, Romainmôtier-Envy, Croy, Orbe

Le Nozon est une rivière coulant en Suisse, dans le canton de Vaud. Elle a la particularité d'alimenter deux bassin-versants différents, celui du Rhône et celui du Rhin.

Hydronymie[modifier | modifier le code]

Jusqu'au VIIe siècle, le Nozon porte le nom de Liun, qui dérive directement de gliun qui est resté présent dans le nom de la commune de Vaulion où coule le Nozon. Dès l'an 642, la rivière prend le nom bas latin de Novisonam Fluviolum qui évolue en Novisonem Fluviolum en 1049. L'origine du mot novisonem bien de deux racines celtiques : novio et ona. Novio signifie nouveau ou frais et ona signifie eau. Le nom Noisonem fluviolum dérive et évolue en Nozon, qui signifie donc nouvelle eau ou eau fraîche[1].

Peu après Croy, le Nozon entre dans un vallon escarpé par la Chute du Dard. Ce nom est en quelque sorte un pléonasme. En effet, le mot Dard tire son origine de la racine préceltique DR que l'on retrouve aussi dans Drance, Drôme, Duranceetc.[2] Cette racine a donné naissance au mot dar qui signifie rivière faisant des cascades. La Chute du Dard signifie donc la chute de la rivière qui fait des cascades[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le cours d'eau prend sa source dans la chaîne jurassienne vaudoise à Vaulion, au lieu-dit « Cul du Nozon ». Il s'agit d'un site karstique:  l’eau s’infiltre sur le plateau et ressurgit sous la forme de multiples sources :

Parmi elles, sur le versant ouest, les sources de la Cascade, de Pernon (qui présente plus de 1000 m de galerie) et de la Diaz. L'eau de la source de l’Américain, potable, est captée. La source du Cul du Nozon, qui alimentait autrefois un moulin, fournit également de l'eau potable, à un débit de 50 l/s. Sur le versant est se trouvent la source des Cascatelles et la source du Trou à Bonnard, exploitée en été seulement.

Sur son trajet, le Nozon passe par la commune de Romainmôtier où il reçoit les eaux de la source de la Diey. Ensuite, il passe Croy pour arriver aux Gorges du Nozon, puis à la cascade du Dard. Il parcourt un vallon encaissé et en ressort à Pompaples où il se sépare en deux: une partie va dans l'Orbe après avoir rejoint le Talent et fait partie du bassin d'accumulation du Rhin, et l'autre va dans la Venoge, et ainsi alimente le Rhône; Les vallées de l'Orbe et de la Venoge étant séparée par la colline du Mormont[4],[5],[6].

Le bassin versant du Nozon est de 45 km2[7].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

À Orny, le débit annuel moyen du Nozon est de 0,325 m3/s pour 2011. Sur la période de 1993 à 2011 le débit moyen est de 0,701 m3/s. Le débit de pointe le plus élevé est atteint le 15 novembre 2002 avec 10,5 m3/s, avec ce même jour un débit moyen de 7,2 m3/s, ce qui en fait aussi le plus élevé de la période de 19 ans. Le débit minimum moyen journalier lui est atteint en août 1998 avec 0,038 m3/s[7].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Orny, Plan-marais
(2011)
Source : Veille hydrologique du canton de Vaud, Débit du Nozon à Plan-Marais de 1993 à 2011

Le Milieu du Monde[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, le sire de Gingins-La Sarraz, un seigneur de La Sarraz, ville au sud de Pompaples, fit détourner une partie de l'eau du Nozon vers son moulin, le Moulin Bornu. Elle part ensuite en direction du château pour qu'on puisse l'utiliser pour remplir les douves. L'eau ainsi déviée, dont le cours prend le nom d'Augine, se jette depuis dans la Venoge.

Depuis, une partie des eaux du Nozon s'écoule vers le Talent, donc vers le lac de Neuchâtel, l'Aar et le bassin du Rhin, au nord. L'autre part vers la Venoge, le bassin du Rhône et donc le sud.

L'endroit où la rivière se sépare a pris le nom de Milieu du Monde.

Liste des communes traversées par le Nozon[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

De Vaulion jusqu’à Orny, on ne trouve que la truite fario. En aval, ou la rivière est canalisée, on trouve des espèces du lac qui remontent : loche, ombre commun, chevaine, vairon, gardon, rotonde, épinoche, perche commune.

La Société de Pêche de La Sarraz libère cinq à six mille alevins par an dans le Nozon.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :