Croy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Croy
Blason de Croy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Jura-Nord vaudois
Communes limitrophes Bofflens, Arnex-sur-Orbe, Romainmôtier-Envy, La Sarraz, Ferreyres, Moiry
Syndic Thierry Candaux
NPA 1322
No OFS 5752
Démographie
Population
permanente
397 hab. (31 décembre 2020)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 41′ 39″ nord, 6° 28′ 40″ est
Altitude 644 m
Superficie 4,48 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Croy
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Croy
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Croy
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du canton de Vaud
City locator 14.svg
Croy
Liens
Site web www.croy.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Croy est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue aérienne depuis le sud.

On découvrit à Croy une pierre à cupules ainsi que des ferrières gallo-romaines et du haut Moyen Age sur le territoire communal et dans des forêts appartenant à la commune (Bellaires). Croy fut cité sous son nom actuel en 1498. Au Moyen Âge, le village dépendait du couvent de Romainmôtier, sous la surveillance d'un mayor local. Sous le régime bernois, Croy relevait du bailliage de Romainmôtier et connut de nombreux démêlés avec la ville de Romainmôtier à propos de leurs biens communaux. La commune était gérée par l'ensemble des communiers. La commune faisait ensuite partie du district d'Orbe de 1798 à 2007[3].

Au spirituel, Croy a toujours relevé de la paroisse de Romainmôtier. Une chapelle dédiée à sainte Anne et à saint Vincent Ferrier, qui y aurait prêché, fut détruite en 1536. Profitant du Nozon, des moulins, une foule (XVIe siècle) et un battoir servaient à l'ensemble de la seigneurie. Au XIXe siècle, la carrière du Grand Chaney fut abondamment utilisée pour des bassins de fontaine. Le village est desservi par le RER Vaud en gare de Croy-Romainmôtier sur la ligne Cossonay - Vallorbe, ouverte en , et la route principale 9[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Croy se situe sur une petite terrasse dominant le ruisseau du Nozon, à la croisée des routes du col de Jougne et du pied du Jura[3].

Localisation[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Surnoms[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont surnommés les Bouilleurs-de-Chats (ou les Lessive-Chats) et les Racle-Osiers[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Croy compte 5 feux en 1529 puis 154 habitants en 1764, 268 en 1850, 309 en 1888, 279 en 1900, 266 en 1950, 267 en 2000[3] et 397 au 31 décembre 2020[1].

Transport[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le juriste Jehan Bagnyon est né en 1412 à Croy.

La lavandière et son chat.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. a b c et d Germain Hausmann, « Croy » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  4. Charles Roux, Noms et sobriquets des Vaudois, Yens-sur-Morges, Cabédita, , 129 p. (ISBN 2-88295-339-9), p. 36

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :