Seymaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seymaz
La Seymaz près de Bel-Air.
La Seymaz près de Bel-Air.
Caractéristiques
Longueur 14,85 km
Bassin 38,43 km2
Bassin collecteur Rhône
Débit moyen 0,350 m3/s (Pont Bochet[1])
Régime nival[réf. nécessaire]
Cours
Source lieu dit du Rouelbeau
· Localisation est de Vésenaz
· Coordonnées 46° 14′ 31″ N, 6° 13′ 09″ E
Confluence Arve
· Localisation sud de Thônex
· Coordonnées 46° 10′ 47″ N, 6° 10′ 54″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Genève

La Seymaz est une rivière du canton de Genève, et un affluent de l'Arve, donc un sous-affluent du Rhône. C'est la seule rivière dont le cours se situe entièrement sur le territoire du canton.

Parcours[modifier | modifier le code]

Alors que certaines publications situaient la source de la Seymaz dans les bois de Jussy, c'est la commune de Meinier qui est déclarée officiellement comme source lors de la renaturation de la rivière[2]. Les bois de Jussy, eux, sont la source du Chambet[1].

Canalisée entre 1915 et 1925 [3], la rivière se jette quelques 15 kilomètres[4] plus loin dans l'Arve en aval du pont de Sierne, à la cote 396 m.

Renaturation[modifier | modifier le code]

Après sept ans de discussion entre les agriculteurs, les associations de protection de l'environnement et les autorités, la renaturation de la partie haute de la Seymaz sur 2 500 mètres a débuté en 2005, pour plus de 4 millions de francs[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fiche rivière de n:10 de l'État de Genève
  2. Charles Knapp (dir.), Dictionnaire géographique de la Suisse, Neuchâtel, Victor Attinger, 1902-1910 [détail des éditions]
  3. «...On fait toujours d'incomparables travaux de canalisation près de la croix d'Ambilly. La Seime ira de Thônex à Sionnex plus facilement. C'est les à-côtés de cette chose qui sont sublimes. J'y ai vagué comme un fou cet été. Ce fut plein de libellules, de juliennes, de serpents et de vieux tramways accotés sur des saules - retenant leurs pleurs - de tout petits alevins dans des flaques...» Ch.-A. Cingria, lettre à Claude Monnier, 1919 ou 1920.
  4. Grand Conseil de l'État de Genève, « PL 7852 » (consulté le 2 octobre 2007)
  5. Le Temps du 2 août 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]