Dorne (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dorne
La Dorne au Cheylard.
La Dorne au Cheylard.
le canton du Cheylard dans l'Ardèche
le canton du Cheylard dans l'Ardèche
Caractéristiques
Longueur 21,4 km [1]
Bassin 78,4 km2 [2]
Bassin collecteur Rhône
Débit moyen ? (Le Cheylard)
Nombre de Strahler 5
Organisme gestionnaire Syndicat mixte Eyrieux Clair[2]
Régime cévenol
Cours
Source les Baux (1 433 m)
· Localisation Le Chambon
· Altitude 1 335 m
· Coordonnées 44° 48′ 55″ N, 4° 16′ 43″ E
Confluence Eyrieux
· Localisation Le Cheylard
· Altitude 415 m
· Coordonnées 44° 54′ 49″ N, 4° 25′ 49″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Cornuscle, Trapayac
· Rive droite Sardige, Grand Dornas, Cros
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Cheylard
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes
Principales localités Le Cheylard

Sources : SANDRE, Géoportail

La Dorne est une rivière d'Ardèche dans la région Auvergne-Rhône-Alpes et un affluent gauche de l'Eyrieux, donc un sous-affluent du Rhône.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La Dorne au Cheylard.
La Dorne au Cheylard.

Comme la Doire, le Doron ou la Durance, la Dorne proviendrait d'un l'hydronyme *dor/dur qui signifie « cours d'eau » selon A. Dauziat[3]. L'appelatif *duire/dyure est dans les Alpes et le Valais signifie « gorge escarpée, torrent »[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

De 21,4 km de longueur[1], La Dorne prend sa source à l'est du «Rocher des Baux» (1 433 m), à 1 335 m d'altitude, sous le Mont Gerbier de Jonc, sur la commune du Chambon, juste au sud-est de Saint-Andéol-de-Fourchades[5].

La Dorne coule globalement du sud-ouest vers le nord-est[5].

Cette rivière se jette dans l'Eyrieux au niveau de la ville du Cheylard, à 415 m d'altitude[5].

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Dans le seul le département de l'Ardèche la Dorne, traverse les cinq communes[1] suivantes, de l'amont vers l'aval, du Chambon (source), Dornas, Mariac, Accons, Le Cheylard (confluence).

Soit en termes de cantons, la Dorne prend source et conflue dans le même canton du Cheylard, dans l'arrondissement de Tournon-sur-Rhône.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le bassain versant de la Dorne est de 78,4 km2[2]. Elle traverse une seule zone hydrographique 'L'Eyrieux de l'Esse au ruisseau du Ranc Courbier' (V412)[1]. Ce dernier bassin versant est constitué à 71,89 % de « forêts et milieux-semi-naturels », à 26,70 % de « territoires agricoles », à 1,11 % de « territoires artificialisés », à 0,19 % de « surfaces en eau »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est le syndicat mixte Eyrieux Clair[2].

Toponymes[modifier | modifier le code]

La Dorne a donné son hydronyme à la commune et au village de Dornas.

Affluents[modifier | modifier le code]

La Dorne a dix-huit affluents référencés[1] dont cinq ont des sous-affluents et un de rang de Strahler quatre :

  • le ruisseau de Sardige, avec cinq affluents et de rang de Strahler quatre,
  • le ruisseau du Grand Dornas, avec deux affluents,
  • le ruisseau du Cros, avec deux affluents et de rang de Strahler trois,
  • le ruisseau de Cornuscle, avec un affluent,
  • le ruisseau de Trapayac, avec un affluent,

Donc le rang de Strahler est de cinq.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Les débits[modifier | modifier le code]

Le débit de référence de la crue décennale est de 155 m3/s pour la Dorne au Cheylard, alors que la crue centennale est de 390 m3/s[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Sandre, « Fiche cours d'eau - La Dorne (V4120520) » (consulté le 18 janvier 2015)
  2. a, b, c, d et e « Le Syndicat mixte Eyrieux Clair - L'Eyrieux », sur www.eyrieux-clair.fr (consulté le 18 janvier 2015)
  3. A. Dauziat, La toponymie française, 127-131.
  4. H.Bessat, C. Germi, Lieux en mémoire de l'alpe, Ellug, 1993.
  5. a, b et c Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 18 janvier 2015)