Arly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arly (homonymie).
l'Arly
(torrent l'Arly, torrent Planay)
Gorges de l'Arly en direction d'Ugine.
Gorges de l'Arly en direction d'Ugine.
Cours de l'Arly sur une carte de la Savoie.
Cours de l'Arly sur une carte de la Savoie.
Caractéristiques
Longueur 34,5 km [1]
Bassin 648 km2 [1]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 25 m3/s (Albertville)
Nombre de Strahler six
Organisme gestionnaire SMBVA ou Syndicat Mixte du Bassin Versant Arly[2]
Régime nival
Cours
Source entre les lieux dits Cornery et le Hameau
· Localisation Megève
· Altitude 1 175 m
· Coordonnées 45° 51′ 15″ N, 6° 36′ 29″ E
Confluence l'Isère
· Localisation entre Albertville et Grignon
· Altitude 335 m
· Coordonnées 45° 39′ 42″ N, 6° 23′ 25″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Glapet, Doron de Beaufort
· Rive droite l'Arrondine, Chaise
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Savoie et Haute-Savoie
Arrondissements Bonneville, Albertville
Cantons Sallanches, Ugine, Albertville-Nord, Albertville-Sud
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes
Principales localités Megève, Ugine, Albertville

Sources : SANDRE:« W04-0400 », Géoportail, Banque Hydro, SMBVA[2]

L'Arly est une rivière française arrosant successivement les départements de la Haute-Savoie et de la Savoie dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, dans l'ancienne région Rhône-Alpes. Affluent de l'Isère, l'Arly est donc un sous-affluent du Rhône.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Arly se forme en aval de Megève au confluent des eaux de deux torrents : le ruisseau du Planay et le ruisseau du Glapet, qui prennent leur source tous les deux sur le versant nord du Mont Joly et des Aiguilles Croches, en amont du Plan Joux.
Son cours suit alors les communes de Praz-sur-Arly, traverse la limite Savoie/Haute-Savoie au lieu-dit Panloup, puis continue sur Flumet, où il reçoit les eaux de l'Arrondine et plus loin du Flon, poursuit au travers du barrage de Mottets vers Ugine. Là, il vire au sud après avoir conflué avec Chaise, passe la commune de Marthod puis reçoit le Doron de Beaufort avant de se jeter dans l'Isère.

Les gorges de l'Arly, très profondes et sombres, sont célèbres pour leur route, la RD 1212 (ex-RN 212), qui est fermée aussi souvent qu'elle est ouverte, en raison de la fréquence des éboulements. Une route de déviation empruntée jadis par les calèches, mais malcommode, passe par le versant nord des gorges au travers des hameaux des Rafforts et de la commune d'Héry-sur-Ugine.

De 34,5 km de longueur[1], il conflue en rive droite de l'Isère à Albertville.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans les deux départements de la Savoie et Haute-Savoie, l'Arly traverse les quatorze communes[1], dans quatre cantons, de l'amont vers l'aval, de Megève, Praz-sur-Arly, Flumet, Notre-Dame-de-Bellecombe, Saint-Nicolas-la-Chapelle, Crest-Voland, Cohennoz, Ugine, Marthod, Thénésol, Césarches, Pallud, Albertville, Grignon (confluence).

Soit en termes de cantons, l'Arly prend source dans le canton de Sallanches, traverse les canton d'Ugine, canton d'Albertville-Nord, et conflue dans le canton d'Albertville-Sud, le tout dans les deux arrondissement de Bonneville et arrondissement d'Albertville.

Toponymes[modifier | modifier le code]

L'Arly a donné son hydronyme à la commune de Praz-sur-Arly.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

L'Arly traverse quatre zones hydrographiques[1] « L'arly de la Chaise incluse au Doron » (W042), « L'Arly du Doron inclus à l'Isère » (W043), « L'Arly de l'Arrondine incluse à la Chaise » (W041), « L'Arly de sa source à l'Arrondine » (W040) pour une superficie totale de 648 km2[1]. Ce bassin versant est constitué à 82,10 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 14,24 % de « territoires agricoles », à 2,98 % de « territoires artificialisés », à 0,72 % de « surfaces en eau »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est le SMBVA ou Syndicat Mixte du Bassin Versant Arly[2].

Affluents[modifier | modifier le code]

L'Arly a vingt-un affluents référencés[1] :

  • le torrent Planay (rg), avec deux affluents et de rang de Strahler trois.
  • Le Glapet (rg) 8,5 km avec trois affluents et de rang de Strahler trois.
  • le Foron (rd),
  • le ruisseau du Pautrait (rd),
  • le ruisseau de Cassoiz (rg),
  • le ruisseau des Varins (rg),
  • le ruisseau du Praz (rd),
  • le ruisseau du Berrier (rg),
  • le ruisseau du Jorrax (rd),
  • l'Arrondine (rd) 13,2 km avec huit affluents et de rang de Strahler trois, qui coule depuis le Plan de la Giettaz et le col des Aravis ;
  • le torrent Nant Rouge (rg), avec deux affluents et de rang de Strahler trois.
  • le Flon (rd) 5,9 km avec un seul affluent
  • le torrent Nant du Moulin (rg),
  • le Nant des Fattes (rg), avec un seul affluent
  • le ruisseau du Meuneray (rd), avec un seul affluent
  • le torrent Nant Cortet (rg),
  • le ruisseau Nant de Boulot (rg),
  • le ruisseau Nant de Bange (rd),
  • la Chaise (rd) 23,7 km avec cinq affluents qui prend sa source vers Faverges ;
  • le Doron de Beaufort (rg) 24,7 km avec dix-sept affluents dont l'Argentine - de rang de strahler quatre- et de rang de Strahler cinq issu des eaux du lac du barrage de Roselend.
  • le canal Lallier,

Donc le rang de Strahler est de six.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Arly à Ugine[modifier | modifier le code]

Le débit moyen interannuel de l'Arly a été observé et calculé sur une période de 39 ans à Ugine depuis 1974. Il se monte à 2,39 m3/s pour une surface de bassin de 225 km2, soit seulement un tiers de son bassin versant 648 km2[1]. La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit typiques d'un régime nival, avec des hautes eaux de printemps dues à la fonte des neiges et portant le débit mensuel moyen au niveau de 14,6 à 19 m3/s en avril-mai (avec un maximum en mai), et un double étiage, le premier en début d'automne (4,9 m3/s en septembre-octobre) et le second en hiver, entraînant une baisse du débit moyen mensuel jusqu'au niveau de 3,2 m3 au mois de janvier[3],[4].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : W0414010 - l'Arly à Ugine (Moulin Ravier) - pour 225 km2[3]
(le 4-12-2012 depuis 1974 sur 39 ans)
Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Le VCN3 15 peut chuter jusque 0,320 m3/s, en cas de période décennale sèche.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être très importantes. En effet, les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 93 et 140 m3/s. Le QIX 10 est de 170 m3/s, les QIX 20 de 200 m3/s et le QIX 50 de 240 m3/s.

Le débit maximal instantané enregistré à Ugine est de 235 m3/s le (13 ans), tandis que le débit maximal journalier vaut 132 m3/s le même jour. La hauteur maximale instantanée a été de 349 cm ou 3,49 m le (5 ans).

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin versant de la rivière est de 1 148 millimètres annuellement, ce qui est très élevé mais tout à fait normal en Savoie. Le débit spécifique (Qsp) se monte ainsi à 36,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Étymologie[modifier | modifier le code]

À l'instar de beaucoup d'hydronymes en Ar- (Arve, Arrondine…), l'origine du nom Arly est inconnue mais préceltique — c'est-à-dire, faute de mieux, ligure ou plus ancienne.

L'hydronyme Arly semble dériver, d'après Charles Marteaux, du nom d'un domaine gallo-romain et de son propriétaire, ici, Arilus, un patronyme d'origine gauloise[5] ou, selon le chanoine Gros, d’Arelia, la forme féminine d'Arelius[6]. Pour le chanoine Gros, la villa pouvait être située au niveau de L'Hôpital[6].

À Megève, il existait autrefois un marais appelé « arly » qui était considéré comme la source de l'Arly[7].

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Sandre, « Fiche cours d'eau - Rivière l'Arly (W04-0400) » (consulté le 10 décembre 2012)
  2. a, b et c « Les rivières du bassin versant : La Chaise », sur le site contrat-riviere-arly.com, site du Syndicat Mixte du Bassin Versant Arly (consulté le 28 décembre 2013)
  3. a et b Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - l'Arly à Ugine (Moulin Ravier) (W0244010) » (consulté le 7 juin 2015)
  4. Fiche de débit caractéristique - L'Arly à Ugine
  5. « Arlian, Arlier, Arlod, Arly », sur le site Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, site personnel de henrysuter.ch (consulté le 9 mars 2017).
  6. a et b Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 36.
  7. Chanoine Claude-Antoine Ducis, Mémoires sur les voies romaines de la Savoie, Éditeur, Impr. L. Thésio, 1863, p.45 (lire en ligne).