Doron de Belleville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Doron et Belleville.
le Doron de Belleville
(Torrent de Péclet)
Doron de Belleville et le pas du lac aux Menuires.
Doron de Belleville et le pas du lac aux Menuires.
Caractéristiques
Longueur 28,6 km [1]
Bassin ?
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen ? (Salins-les-Thermes)
Nombre de Strahler 4
Organisme gestionnaire EPTB Isère : Symbhi[2]
Régime nival
Cours
Source lac Blanc
· Localisation Les Belleville (station Val Thorens)
· Altitude 2 749 m
· Coordonnées 45° 17′ 44″ N, 6° 36′ 34″ E
Confluence le Doron de Bozel
· Localisation Salins-Fontaine
· Altitude environ 500 m
· Coordonnées 45° 27′ 58″ N, 6° 31′ 36″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche onze ruisseaux plus torrent des Encombres et Nant Brun
· Rive droite vingt-un ruisseaux
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Savoie
Cantons Moutiers
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes
Principales localités Les Belleville (3 Stations)

Sources : SANDRE, Géoportail

Le Doron de Belleville est une rivière française, affluent de la rive gauche du Doron de Bozel, et donc sous-affluent de l'Isère puis du Rhône. Le Doron de Belleville coule en région Auvergne-Rhône-Alpes, dans le département de la Savoie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La longueur de son cours d'eau est de 28,6 km[1]. Il s'appelle torrent de Péclet jusqu'à sa confluence avec le torrent du Lou, pour Géoportail dans sa partie haute sur la station de Val Thorens. Il prend donc source au lac Blanc, sur la commune de Les Belleville et plus précisément sur la commune déléguée de Saint-Martin-de-Belleville, sur la station de Val Thorens, à l'altitude 2749 mètres[3].

Il coule globalement du sud vers le nord-ouest en faisant un arc vers l'ouest[4].

le torrent de Péclet en venant de Val Thorens

Il conflue avec le Doron de Bozel, sur la commune de Salins-Fontaine précisément sur la commune déléguée de Salins-les-Thermes, à environ 500 mètres d'altitude[5], donc au-dessus de Moûtiers.

Communes et canton traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de la Savoie, le Doron de Belleville traverse trois communes et un canton :

Soit en termes de canton, le Doron de Belleville est entièrement dans le canton de Moûtiers.

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Doron de Belleville a trente-quatre (34) affluents contributeurs[1]:

  • le torrent de Thorens (rg), 3,6 km sur la station de Val Thorens (Les Belleville) et venant du Glacier de Thorens sous la pointe de Thorens (3 262 m). Il passe à côté du lac de Thorens, et des lacs de Tête Ronde.
  • le ruisseau de Caron[notes 1] (rg), 3,3 km venant de la Cime de Caron (3 193 m)
Torrent du Lou aux Menuires
  • le torrent du Lou (rg), 4,3 km, vient du Lac de la Masse sous la Pointe de la Masse (2 803 m) s'alimente aussi des deux lacs de Montfiot pour rejoindre le lac du Lou (le plus grand lac des Menuires) et de confluer au niveau du plan de l'eau. Le torrent du Lou a deux affluents :
  • le ruisseau des Plans (rd), 2,6 km avec les lac des Echauds et lac de Montaulever.
  • le ruisseau des Bruyères (rd), 1,5 km avec le lac de l'Etelé et le lac des Combes.
  • le ruisseau des Enverses (rg), 4 km venant du lac Longlet et passant par le lac Noir.
  • le ruisseau des Allamands (rd), 2,7 km,
  • le ruisseau de Reynaud (rd), 2 km
  • le ruisseau des Yvôses (rg), 2,6 km confluant au-dessus du village du Bettaix.
  • le ruisseau de Praranger (rd), 1,3 km
  • le ruisseau de la Fémaz (rd), 3,3 km
  • le ruisseau de Gorand (rg), 4,8 km confluant au-dessus du moulin de Burdin.
  • le ruisseau de la Roche (rd), 3 km, confluant au-dessus de Saint-Marcel.
  • le ruisseau des Verneys (rd), 1,4 km, traversant Saint-Marcel.
  • le ruisseau de la Girode (rg), 2,6 km venant du Geffriand (2 396 m) avec un affluent :
  • le ruisseau de Cartagnoulaz (rd), 1,7 km
  • le ruisseau des Foyères (rg), 1,7 km
  • le ruisseau de la Perrière (rg), 2,4 km
  • le ruisseau de la Loy (rd), 2,4 km traversant Saint-Martin-de-Belleville.
  • le ruisseau Nant Giraud (rd), 1,2 km passant en dessous de Saint-Martin-de-Belleville et au-dessus de Villarabout.
  • le ruisseau Nant Benoît (rd), 2,3 km traversant Villarabout.
  • le torrent des Encombres (rg), 14,3 km avec dix-sept affluents et confluant au niveau de Villarenger.
  • le ruisseau de Cacabeurre (rd), 3,6 km passant au-dessus de Béranger.
  • le ruisseau de la Combe (rg), 2,1 km
  • le ruisseau de Combe Varin (rd), 2 km
  • le torrent le Nant Brun (rg), 10,9 km avec huit affluents et confluant avant Saint-Jean-de-Belleville.
  • le ruisseau Nant Mollard (rd), 2,1 km
  • le ruisseau la Creuse (rd), 2,1 km
  • le ruisseau Nant Torchet (rd), 2,2 km, sur Saint-Jean-de-Belleville et Saint-Martin-de-Belleville (commune déléguée de Les Belleville).
  • le ruisseau du Gollet (rg), 3,8 km
  • le ruisseau du Grey (rd), 1,8 km
  • le ruisseau des Prés d'Enfer (rd), 1,9 km, sur la commune de Les Allues et les communes déléguées de Villarlurin (commune déléguée de Les Belleville) et Fontaine-le-Puits (commune déléguée de Salins-Fontaine).
  • le ruisseau de Villaroux (rd), 1,2 km, sur Fontaine-le-Puits et Villarlurin.
  • le ruisseau de Frénan (rd), 1,4 km sur Villarlurin.

Le rang de Strahler est de trois pour le torrent des Encombres et le Nant Brun donc de quatre pour le Doron de Belleville.

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est un EPTB : le Syndicat mixte des bassins hydrauliques de l'Isère : le Symbhi[2].

Aménagement hydroélectrique[modifier | modifier le code]

EDF a installé une galerie souterraine captant les eaux du Doron des Allues, du Doron de Belleville (prise d'eau de Praranger), du Torrent des Encombres, du Nant Brun, du Morel de l'Eau Rousse, du Bridan et du Nant-Pérou. Elle conduit ces dernières au barrage de la Coche, construit en 1972 et situé à 1 400 m d'altitude. Sa capacité est de 2,1 millions de mètres cubes. Ces eaux sont ensuite turbinées à la centrale de La Coche (commune d'Aigueblanche). C’est sur ce site qu’a été expérimenté la première station de transfert d’énergie par pompage, pour utiliser les excès de kWh d’origine nucléaire en heures creuses. Ces kWh inutilisés servent à pomper et à refouler l’eau du bassin d’Aigueblanche vers la centrale de La Coche.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ruisseau du Caror : erreur de transcription au SANDRE voir Géoportail

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Doron de Belleville (W0240500) » (consulté le 21 septembre 2013)
  2. a et b « EPTB Isère », sur www.eptb.asso.fr (consulté le 26 août 2013)
  3. Source du Doron de Belleville sur Géoportail (consulté le 16 septembre 2012).
  4. IGN - Géoportail, « Géoportail » (consulté le 16 novembre 2009)
  5. Confluence du Doron de Belleville avec le doron de Bozel sur Géoportail (consulté le 16 septembre 2012).