Rothaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rothaine
Illustration
Confluence de la Rothaine (au premier plan)
avec la Bruche à la sortie de Rothau.
Carte.
l'arrondissement de Molsheim dans le Bas-Rhin
Caractéristiques
Longueur 7,9 km [1]
Bassin 27,7 km2 [2]
Bassin collecteur Rhin
Débit moyen 0,713 m3/s (confluence entre Rothau et La Broque) [2]
Nombre de Strahler 2
Régime pluvio-nival
Cours
Source source
· Localisation Haut des prés de Barr ou Striemval
· Altitude 810 m
· Coordonnées 48° 25′ 52″ N, 7° 17′ 37″ E
Confluence Bruche
· Localisation près de la gare de Rothau.
· Altitude 330 m
· Coordonnées 48° 27′ 33″ N, 7° 12′ 22″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Willbach, Serva, Riangoutte
· Rive droite Messingoutte, Chenagoutte, Longoutte, Basse du Maçon, Basse des Cochons
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Bas-Rhin
Arrondissement arrondissement de Molsheim
Canton Schirmeck
Régions traversées Grand Est
Principales localités Rothau

Sources : SANDRE, Géoportail

La Rothaine est un affluent de la rivière Bruche dans le massif des Vosges, en région Grand Est département du Bas-Rhin, donc un sous-affluent du Rhin.

Rivière d'une vallée montagnarde toute droite[modifier | modifier le code]

De 7,9 km de longueur[1], la source de la Rothaine est située une centaine de mètres d'altitude en contrebas sous la Tête de la Croix Rouge ou Grand Rosskopf[3], culminant à 1 054 m d'altitude[4]. Il s'agit d'un des sommets de l'ancienne chaume du Rossberg, qui s'étendait du Champ du Feu au sud jusqu'au-delà du Grand Rosskopf (Tête du Messin) au nord.

La jeune Rothaine dévale vers les anciens prés de Barr réduits aujourd'hui à une relique herbeuse minuscule et longe les flancs du massif étroit du Striemberg. Elle reçoit alors en rive gauche le ruisseau de Sommerhof, terme alsacien désignant simplement deux anciens domaines d'estives.

Installée dans sa vallée qui épouse une faille quasiment linéaire jusqu'à Rothau, lieu de son embouchure avec la rivière Bruche[5], la Rothaine reçoit la Messingott ou goutte du Messin en rive gauche, puis la Serva torrentueuse et cascadeuse venant du Champ du Feu en rive gauche, avant de traverser le hameau de la Hautte Goutte, dépendance de la commune de Neuviller-La-Roche en aval, légèrement en amont ou en face de Natzwiller, commune dont le territoire s'élève sur le versant au soleil[notes 1]. La Hautte Goutte est d'ailleurs un petit affluent qui rejoint la Rothaine au niveau de l'ancien hameau du Ban de la Roche homonyme. La Rothaine, que les anciens appelaient communément lè grande Gotte pour dire par évidence qu'elle était la gouttière de la vallée, reçoit diverses autres petites gouttes ou ruisseaux dévalant les flancs de sa vallée longitudinale, notamment en rive gauche la Froidegoutte, venant de Wildersbach.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département du Bas-Rhin, la Rothaine traverse cinq communes[1] et un seul canton :

Soit en termes de cantons, la Rothaine traverse le seul canton de Schirmeck, donc le seul arrondissement de Molsheim.

Affluents[modifier | modifier le code]

La Rothaine à Rothau.

La Rothaine a deux affluents référencés[1] :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Rothaine traverse une seule zone hydrologique La Bruche du ruisseau de Climontaine à la Rothaine (inclus). (A271) de 146 km2[1]. Le rang de Strahler est de deux. Sur sept communes[notes 2], comptant 8 466 habitants, la Rothaine a son bassin versant sur une superficie de 86 km2 avec une densité de 99 hab/km2 à 412 m d'altitude moyenne[6]

Le bassin versant est de 27,7 km2 et le module est de 0,713 m3/s selon Agence de l'eau Rhin-Meuse, après observation de 1971 à 1990[2]

Le débit à l'étiage est de 0,25 m3/s[2].

Aménagement et Écologie[modifier | modifier le code]

Pêche[modifier | modifier le code]

La Rothaine est un cours d'eau de première catégorie, apprécié des pêcheurs[7],[8].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Rothaine semble partager une même racine avec la ville de Rothau, la petite ville embouchure, ancien chef-lieu de la seigneurie du Ban-de-la-Roche, sous l'ancien régime. Le nom du sommet proche de la source indique la couleur rouge. Cette couleur est fréquemment liée à un statut de limite ou de frontière, c'est effectivement le cas pour la Rothaine qui, dans sa vallée, sépare les territoires communaux, voire communautaires depuis des temps immémoriaux. L'étymon principal peut être rapproché de la rivière Ehn et peut-être du gallo-romain axiona signalant un cours et une vallée rectiligne, au moins dans sa partie montagneuse.

Mentionnons sa précoce dénomination en 1059 sous la forme rotaha. Rotahe ou le village sur la Rotahe n'apparaît dans les registres administratifs du chapitre rural de Rosheim qu'en 1371. Mais c'est déjà une église paroissiale importante de la vallée de la Bruche.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • article Hautte Goutte et Rothau, in Encyclopédie de l'Alsace, éditions Publitotal, Strasbourg, 1984 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Cartes IGN anciennes et récentes Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • André Baumert, Étude du comportement hydrologique des bassins de la Rothaine et de la Haute-Mossig, Université Louis Pasteur, 1971, 153 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Cette graphie ancienne et encore locale n'est pas la graphie IGN normalisée (?) très récemment. La prononciation ancienne serait Hhautte goutte ou Xhôte goutte. Le son noté hh ou Xh est une fricative vélaire de l'ancien français ou dialecte roman, [χ] intermédiaire entre les sons X, R et H, assez proche du son final Bach en allemand. Selon sa prononciation, il peut soit provenir de Katte ou Cautte, une table rocheuse plate (lieu de la source ?) soit d'une adaptation plus tardive de Coste ou côte (forme d'ancien français). Vers 1820, la petite localité se nomme communément la Haute Côte, mais il faut se garder de conclure car les francisations autoritaires de la période révolutionnaire et impériales n'ont cure de la vieille toponymie du Ban de La Roche.
  2. Annuaire-mairie.fr ajoute -?- Barembach et Ottrott au cinq communes du SANDRE 2013
Références
  1. a b c d et e Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau la Rothaine (A2710670) » (consulté le 5 avril 2013)
  2. a b c et d « Rothaine - A271067 - débits caractéristiques », sur http://www.lorraine.developpement-durable.gouv.fr, Agence de l'eau Rhin-Meuse (consulté le 6 avril 2013)
  3. « Rosskopf (le Grand) », sur http://tresordesregions.mgm.fr (consulté le 6 avril 2013)
  4. Géoportail, « Source de la Rothaine » (consulté le 5 avril 2013).
  5. Géoportail, « Confluence de la Rothaine en rive droite de la Bruche » (consulté le 5 avril 2013).
  6. « Ruisseau la Rothaine », sur http://www.annuaire-mairie.fr, annuaire-mairie.fr (consulté le 6 avril 2013)
  7. « société de pêche de la Rothaine », sur http://neuviller.free.fr, site officiel de la commune de Neuviller-la-Roche (consulté le 6 avril 2013)
  8. « la Bruche et la Mossig », sur http://www.peche67.fr, Fédération du Bas-Rhin pour la pêche et la protection du milieu aquatique (consulté le 6 avril 2013)