Erft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Erft
Illustration
Cours inférieur de l'Erft à Bergheim
Caractéristiques
Longueur 106,6 km  (incl. Kuhbach) [1]
Bassin 1 837,915 km2 [1]
Bassin collecteur Rhin//Mer du Nord
Débit moyen 9,75 m3/s (Neubrück) [2]
Cours
Source Au sud-est d'Engelgau, commune de Nettersheim (s'appelle le Kuhbach)
Source protégée de l'Erft à Holzmülheim[3]
· Altitude 527 m
· Coordonnées 50° 29′ 14″ N, 6° 41′ 14″ E
Confluence Rhin à Neuss-Grimlinghausen
· Localisation [3]
· Altitude 31 m
· Coordonnées 51° 11′ 04″ N, 6° 43′ 54″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Veybach, Rotbach, Neffelbach
· Rive droite Swist, Gillbach, Norfbach
Pays traversés Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of North Rhine-Westphalia.svg Rhénanie-du-Nord-Westphalie
Principales localités Neuss, Euskirchen, Erftstadt, Bedburg, Bergheim, Grevenbroich, Kerpen
Source de l’Erft près de Holzmülheim
L’Erft dans les environs de Grevenbroich.

L’Erft est un affluent du Rhin par le sud-ouest, long de 107 km. Il se situe en totalité dans la région de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Allemagne). Ce cours d'eau, très artificialisé à la suite des rejets des eaux d'exhaure des mines de lignite, et envahi par des espèces exogènes en provenance de la vallée du Rhin, fait depuis 1975 l'objet de mesures de renaturation considérables.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cours de la rivière[modifier | modifier le code]

Cette rivière naguère poissonneuse prend sa source sur les coteaux nord-ouest de la chaîne de l'Ahrgebirge (de), dans l'Eifel et l’Arrondissement d'Euskirchen, au pied du mont Himberg (550 m au-dessus du niveau de la mer) à proximité de Nettersheim-Holzmülheim.

De là elle s'écoule d'abord en direction du nord-est puis vers le nord. Dans son cours supérieur, elle traverse d'abord le bassin d'expansion de crue d’Eicherscheid puis la ville thermale de Bad Münstereifel. Elle arrose, plus en aval, les localités d'Euskirchen et de Weilerswist, où elle est franchie par l'échangeur de l’A61 à Bliesheim, puis par le viaduc de l'A553.

Elle reçoit son principal affluent, la Swist, au nord de Weilerswist puis traverse l'A1 longe ensuite l'A61 jusqu'à Bedburg via Kerpen (en passant sous le viaduc de l'A4 à l'est de l'échangeur de Kerpen), et via Bergheim. À l'amont de Grevenbroich elle passe sous le viaduc de l'A540 et atteint les faubourgs de Neuss, où elle recoupe l'A57, avant de se déverser dans le Rhin à Neuss-Grimlinghausen, au sud du pont du Cardinal Josef Frings de Düsseldorf. Ce site fut en 1475 le théâtre d'un siège mené par Charles le Téméraire. L’Erft arrose au total trois arrondissements et leur chef-lieu ; de l'amont vers l'aval, ce sont l’arrondissement d'Euskirchen, l’arrondissement de Rhin-Erft et l’arrondissement de Rhin Neuss.

À Neuss, un seuil déversoir latéral transfère une partie des eaux de la rivière vers l'Obererft.

Localités[modifier | modifier le code]

Les localités suivantes (de l'amont vers l'aval) sont arrosées par l'Erft :

Histoire[modifier | modifier le code]

La vallée de l’Erft sur la carte de Kasten de Christian Sgrooten (vers 1557).

Cette rivière est mentionnée pour la première fois dans un document du VIIe siècle sous le nom d’Arnapa. Elle est ensuite citée comme l’Arnefe et l’Arlefe puis, en 1320, Arfe.

En 1969, la rivière a donné son nom à la ville d'Erftstadt, tandis que la réforme des Intercommunalités, au 1er janvier 1975, a créé le nouvel arrondissement de l’Erft, regroupé le 1er novembre 2003 pour former l’Arrondissement de Rhin-Erft. On retrouve également le nom de la rivière dans deux lignes de chemin de fer : l’Erftbahn reliant Bedburg à Horrem et l’Erfttalbahn reliant Euskirchen à Bad Münstereifel.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Paysage typique de l'Aue, à proximité du Musée de l'île de Hombroich, à Neuss

De Türnich à Bedburg, l’Erft atteint par endroits une largeur de 20 m. Son lit a été détourné à plusieurs reprises ; ses eaux servaient à exploiter les mines de lignite et la rivière fut ensuite recalibrée. Le déversement des eaux d'exhaure a considérablement accru le débit de l'Erft : en 1955 son débit n'était encore que de 5 m3/s, alors que de 1965 à 1975 il a dépassé les 26 m3/s. Le transfert des exploitations de lignite vers la région d'Erkelenz a fait diminuer ces apports d'eau d'exhaure, et même asséché tant soit peu la zone humide du parc naturel de la vallée de Schwalm-Nette. L’Erft est depuis redevenu une petite rivière dont le débit n'excède plus guère 3 m3/s et son aspect s'en trouve bouleversé. Jusqu'en 2015 l'Association de l'Erft rempiétera les berges jusqu'à l'île de Hombroich (Neuss-Holzheim), afin que la rivière retrouve son cours naturel. Dans le cadre du projet du méandre de Wevelinghoven, plusieurs berges du lit romain de l'Erft feront l'objet d'une campagne de renaturation dans l'esprit des recherches de l'Association du Paysage Rhénan (LVR). Ces travaux, qui se poursuivront jusqu'à Bedburg, s'étaleront jusqu'en 2045.

Espèces invasives de la vallée de l'Erft[modifier | modifier le code]

Le déversement dans l'Erft des eaux issues de l'exploitation du lignite a favorisé la prolifération d'espèces introduites telles le millefeuille du Brésil ou la peste aquatique d'Amérique Latine. Chaque année, quelque 300 000 000 m3 d'eau saumâtre tirée des mines de lignite sont rejetés dans l'Erft. À cela s'ajoutent les rejets d'eau de la centrale à lignite de Frimmersdorf[4]. Même en hiver, la température moyenne de l'eau monte jusqu'à 15 C et l'été à 28 C. La vallée moyenne présente une température supérieure de 8 C à celle du cours supérieur. L'eau de rejet est délestée à l'aval d'Erftstadt.

Dès les années 1990, des pêcheurs ont signalé trois captures de piranhas[5] qui, contrairement à la perche soleil, n'ont pu se multiplier, mais qui sont des espèces d'aquarium rejetées en rivière et dont la survie ne pouvait dépasser quelques mois. On a également signalé la présence de guppys et de tortues de Floride[6],[7]. C'est pourquoi BUND a interrompu la construction de la centrale à lignite de Neurath[4].

Les espèces invasives de l’Erft sont[8]

Les plantes invasives de l’Erft sont[8],[9]

Sites remarquables et tourisme[modifier | modifier le code]

Les berges de l'Erft ont été aménagées de nombreux châteaux au fil des siècles (de l'amont vers l'aval):

Et puis aussi:

Loisirs[modifier | modifier le code]

Les berges de l’Erft sont aménagées en véloroutes qui forment l’Erft-Radweg, un itinéraire de 110 km de la source de la rivière à sa confluence avec le Rhin.

L’Erft est pratiquée par les kayakistes : leur secteur de slalom favori se trouve entre les moulins d'Erprath et le Rhin, en passant par le pont romain.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dirk Holterman, Harald Herzog: Der Erft-Radweg, Von der Quelle bis zur Mündung, Bouvier-Verlag Bonn, 2. Auflage 2004, (ISBN 3-416-03029-X)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Service d'Informations Topographiques, Direction d'arrondissement de Cologne, Dpt. SIG de la NRW
  2. Gewässerkundliches Jahrbuch 2007 (PDF, 360 kB)
  3. a et b Deutsche Grundkarte 1:5000
  4. a et b Cf. Susanne Gannott, « Tropische Fische und Pflanzen machen's sich in den Flüssen gemütlich », TAZ, Cologne,‎ (lire en ligne)
  5. D'après de Andreas Thaler, « Piranhas aus Rhein-Nebenfluss gefischt », FOCUS Online,‎ (lire en ligne)
  6. D'après (de) Piranhas und Guppys: In der Erft tummeln sich Exoten sur Vista verde news
  7. D'après Sonja Browatzki, « Piranhas bald auch im Rhein? », Rheinische Post,‎ (lire en ligne)
  8. a et b (de) Efrt tropicale
  9. http://www.aquatischeneophyten.de/AquatischeNeophytenNRW.de/Webseiten%20neu%20deutsche%20Version/Vallisneria%20spiralis.htm