Veveyse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Veveyse
La Veveyse à son embouchure à Vevey.
La Veveyse à son embouchure à Vevey.
Image illustrative de l'article Veveyse
Caractéristiques
Longueur 19,5 km
Bassin 62,20 km2
Altitude moyenne: 1 108 m
Bassin collecteur Bassin du Rhône
Débit moyen 2,14 m3/s (Copet, Vevey) [1]Moyenne 1984-2002
Nombre de Strahler 5[2]
Régime Nivo-pluvial préalpin[2],[3]
Cours
Source principale Veveyse de Châtel
· Localisation Col de Lys
· Altitude 1 783 m
· Coordonnées 46° 30′ 07″ N, 6° 59′ 30″ E
Source secondaire Veveyse de Fégire
· Localisation Col de Soladier
· Altitude 1 576 m
· Coordonnées 46° 28′ 36″ N, 6° 58′ 04″ E
Confluence des sources Veveyse
· Localisation Vieux Châtel en aval de Châtel-Saint-Denis
· Altitude 638 m
Confluence Rhône
· Localisation Lac Léman à Vevey
· Altitude 372 m
· Coordonnées 46° 27′ 40″ N, 6° 50′ 07″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche V. de Fégire: Ruisseau de Saudanne
Veveyse: Ruisseau de la Denève
· Rive droite V. de Châtel: Ruisseau de Rathevi, Ruisseau de Perry, Ruisseau de Montgevin
V.de Fégire: Ruisseau de Vérolly
Pays traversés Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Fribourg
Vaud
Principales localités Châtel-Saint-Denis, Vevey

La Veveyse (allemand : Vivisbach, francoprovençal : Vevéje Écoutez) est une rivière de Suisse, affluent du Rhône et confluant dans le lac Léman à Vevey.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle a ses sources dans les Préalpes fribourgeoises dans la région du Teysachaux, de la Dent de Lys et des Pléiades dans les cantons de Fribourg et de Vaud.

Elle résulte de la confluence de la Veveyse de Châtel et de la Veveyse de Fégire qui se rejoignent en aval de la ville de Châtel-Saint-Denis, à l'altitude de 641 m au lieu-dit Vieux Châtel. Dès lors la rivière coule vers le sud-ouest dans une profonde vallée et se jette, à Vevey, dans le Lac Léman. La Veveyse de Châtel a un cours d'environ 12 km et la Veveyse de Feygire de 9 km. Depuis le confluent jusqu'au lac Léman, la Veveyse a un parcours de 7,5 km.

La Veveyse, au régime nivo-pluvial préalpin, a un caractère torrentiel, la surface totale de son bassin versant est de 62,20 km2 et il a une altitude moyenne de 1 108 m.

Elle donne son nom au district fribourgeois de la Veveyse dont Châtel-St-Denis est le chef-lieu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des précipitations exceptionnelles sur la région le samedi 29 août 1846 tôt le matin engendra une crue jamais vue depuis plus d'un siècle à Vevey. Entre sept et huit heures, le pont de l'Arabie fut emporté d'une seule pièce dans le lac, un large courant se créa sur la rive droite, dans le pré de M. Louis Doret (actuel Jardin Doret) et un bras d'inondation se forma sur la rive gauche dans la rue du Torrent, puis se jettait au lac par la ruelle des Jadins et la ruelle des Bains recouvrant d'eau et de limon la promenade de Derriere-l'Aile. La crue progressa jusqu'à 11 heures du matin engendrant de nombreux dégâts sur les deux rives[4].

Ces événements entrainèrent l'étude de divers projets de correction du cours d'eau. D'autres crues survinrent en 1864 et 1866, puis une débâcle de la Veveyse en 1873 eut pour conséquence l'adoption en 1874 d'un décret ordonnant son endiguement. En 1880, la Veveyse déborde à nouveau et un décret est voté en faveur de sa correction. Le cours en amont du pont St-Antoine (actuel pont de la place de la gare) est endigué entre 1885 et 1888, le cours en aval du pont l'est en 1893.

Le 29 juillet 2005, à la suite de précipitations exceptionnelles sur la région entre 21 h et 21 h 15 ayant entrainé une crue rapide, la Veveyse est sortie de son lit au-dessus de Gilamont en raison de la canalisation située avant le pont romain, bouchée par des matériaux charriés[5]. La Veveyse a débordé sur la rive droite, fait rarissime, dans le quartier des Crosets, empruntant la rue des Crosets comme lit et déposant gravats et boue. Des caves et des appartements du rez-de-chaussée, en particulier dans le haut de la rue des Crosets, ont été inondés de 50 cm d'eau boueuse.

Dans la nuit du mardi 2 au mercredi 3 juillet 2007, des orages engendrèrent une crue exceptionnelle de la Veveyse. À 2h du matin, la station hydrologique de Copet enregistra une pointe à 155 m3/s indiquant une crue cinquantennale et un niveau d'eau atteignant la cote de 396,46 m soit plus de 1,5 m au-dessus de son niveau moyen annuel (394,94 m). Il ne restait alors plus que 10 cm de marge entre le cours d'eau et le tablier du pont de la place de la gare. Plus en amont, juste en aval du pont de Copet au niveau des anciens ateliers mécaniques, la rive et l'enrochement qui la protégeait ont été emportés sur un segment d'environ 15 m[6].

Le 12 novembre 2009, les CFF baptisaient du nom de Veveyse la première rame FLIRT du RER vaudois.

Conséquence de précipitations exceptionnelles[7], la Veveyse a été en crue du 1er au 8 mai 2015 avec, le 2 mai, une moyenne journalière de 30,2 m3/s et une pointe de 159 m3/s à deux heures du matin indiquant une crue cinquantennale. Il s'agit du débit le plus élevé jamais atteint depuis le début des mesures de la station hydrologique de Copet en 1984[8].

Relevé hydrologique[modifier | modifier le code]

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Vevey, Copet, 399 m
(1984-2013)
Source : Veveyse - Vevey, Copet, Données et bases hydrologiques, OFEV

Débits et crues[modifier | modifier le code]

Débit maximum et minimum 1984-2013 en [m3/s], (+ maximum)
jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Débit maximum (année) 48.0 (2001) 50.1 (2013) 57.0 (2001) 45.0 (1999) 73.0 (1999) 86.0 (1990) 155+ (2007) 97.8 (2010) 48.0 (1984) 52.0 (1998) 55.0 (1991) 48.0 (1997)
Débit minimal (année) 0.10 (1990) 0.27 (1992) 0.31+ (1993) 0.28 (1997) 0.17 (1990) 0.16 (1990) 0.13 (1998) 0.13 (1998) 0.11 (1998) 0.15 (1990) 0.21 (1985) 0.24 (1995)
Moyenne annuelle la plus grande: 2,86 m3/s (1995)
Débit moyen 2,03 m3/s
Moyenne annuelle la plus petite: 1,35 m3/s (2003)
Probabilité des crues (pointes annuelles) 1984 - 2013
Période de retour [années] 2 5 10 30 50 100
Débit [m3/s] 44.8 64.5 82.6 121 144 184
Débits maximaux en [m3/s](1993-2015)
Débit moyen annuel Débit moyen mensuel maximum de l'année (mois) Débit moyen journalier maximum de l'année (date) Débit maximum (pointe) de l'année et crue(s)(date/niveau de danger)
1993 1.70 3.31
(décembre)
18.4
(8 avril)
27.9
(11 décembre)
1994 2.20 5.49
(mai)
28
(10 mai)
44.7
(18 mai)
1995 2.86 5.95
(mai)
22.5
(23 janvier)
27.9
(11 décembre)
1996 1.59 2.92
(décembre)
20.9
(8 juillet)
32.8
(6 juillet)
1997 1.67 2.95
(juillet)
22.6
(13 septembre)
74.9
(24 juillet/2)
54.5
(5 août/2)
47.3
(12 décembre/2)
46
(9 septembre/2)
1998 1.67 3.51
(octobre)
14.9 (1er novembre) 51.7
(25 octobre/2)
1999 2.64 5.75
(mai)
30.2
(14 mai)
76.4
(14 mai/2)
55.1
(8 juin/2)
54.5
(20 août/2)
2000 2.08 3.48
(novembre)
10.1
(12 juillet)
35.4
(27 mai)
2001 2.72 6.83
(mars)
17.5
(06 janvier)
57
(21 mars/2)
48.2
(9 juin/2)
2002 2.17 3.94
(novembre)
12.1
(19 mars)
44.1
(22 octobre)
2003 1.35 2.30
(mars)
7.36
(4 janvier)
25.7
(30 avril et 31 août)
2004 1.62 3.21 (janvier) 10.1
(12 juillet)
23.7
(13 janvier)
2005 1.44 3.86 (avril) 23.7
(22 août)
44.7
(22 août)
2006 2.22 5.94
(avril)
22.6
(28 mars)
42
(31 mars)
2007 2.58 5.24 (juillet) 34
(4 juillet)
155
(4 juillet/4)
73.4
(08 août/2)
2008 1.89 5.01
(avril)
14.7
(22 avril)
33.1
(12 août)
2009 1.63 3.69
(avril)
12.8
(18 juillet)
31.4
(8 décembre)
2010 1.53 2.69
(décembre)
14.7
(7 décembre)
97.8
(24 août/3)
2011 1.38 3.79
(décembre)
14.1
(18 juin)
33.5
(17 juillet)
2012 2.14 4.38
(décembre)
12.5
(26 décembre)
32
(9 octobre)
2013 2.66 5.92
(avril)
25.1
(1er juin)
62.6
(22 juillet/2)
50.1
(2 février/2)
2014 2.05 5.47
(juillet)
21.3
(8 juillet)
53.8
(22 juillet/2)
2015 4.73
(mai)
30.2
(2 mai)
159
(2 mai/4)
Crue crue biennale 44,8 m3/s

crue quinquennale 64,5 m3/s

crue décennale 82,6 m3/s

crue trentennale 121 m3/s

crue cinquantennale 144 m3/s

Crue centennale 184 m3/s

Niveau de Danger 1 aucun ou faible danger <45 m3/s

2 dangé limité 45-80 m3/s

3 danger marqué 80-110 m3/s

4 fort danger 110-160 m3/s

5 très fort danger >160 m3/s

Ponts[modifier | modifier le code]

Veveyse de Châtel
Passerelle piétonne enjambant la Veveyse à Châtel-Saint-Denis.
Ponts de Châtel-Saint-Denis sur le cours de la Veveyse de Châtel
  • Pont de la Chaux, pont sur le tracé historique d'importance locale avec substance FR 1855.0.1 de l'IVS
  • Viaduc de l'autoroute A12
  • Pont couvert en bois
  • Passerelle
  • Pont sur la route Châtel - Fruence (Route de Montreux), pont sur le tracé historique d'importance locale avec substance FR 1847 de l'IVS
  • Viaduc (semi-autoroutier RC152)
  • Passerelle au Vieux-Châtel
Veveyse de Fégire
  • Pont pour l'alpage de Cheresauletta
  • Passerelle
  • Passerelle Fégire, passerelle sur le tracé historique d'importance locale avec substance FR 1850 de l'IVS
  • Passerelle
  • Pont de Fégire (VD: RC 734), pont sur le tracé historique d'importance régionale avec beaucoup de substance FR 374.0.1 et VD 343.2 de l'IVS
  • Passerelle
  • Viaduc de Fégire: viaduc de l'autoroute A12, longueur: 512 m, hauteur: 90 m
  • Passerelle au Vieux-Châtel
Veveyse
Ponts de Vevey sur le cours de la Veveyse
Plan de la ville de Vevey en 1726 publié en 1862 avec une image du pont St-Antoine construit en 1727 et tant critiqué.
  • Viaduc de Gilamont (RC 743) sur les communes de Corsier-sur-Vevey et de Vevey.
  • Pont de Gilamont devenu le Pont romain, pont sur le tracé historique d'importance locale avec substance VD 2078 de l'IVS
  • Nouveau pont de Gilamont (Rue du Devin), construit dans les années 1960 à l'emplacement d'une ancienne passerelle.
  • Trois Passerelles entre l'avenue de Gilamont et le quai de Copet construites dans la seconde moitié du XXe siècle.
  • Pont de Copet (Avenue de Corsier), construit en 1898
  • Passerelle métallique construite par les Ateliers de constructions mécaniques de Vevey ACMV en 1890 pour doubler le pont de Copet, aujourd'hui démontée.
  • Pont de la ligne ferroviaire du Simplon, construit avant 1861 (ouverture de ce tronçon de ligne)
  • Pont Saint-Antoine: Son emplacement est sur le tronçon VD 4.4 du tracé historique d'importance nationale Lausanne - Vevey - Martigny (VD 4) de l'IVS[10]. Pendant plusieurs siècles, ce pont, l'unique franchissement carrossable de la Veveyse des environs, a été d'une grande importance car il se trouvait sur la route d'Italie. C'est après le franchissement de ce pont en venant du col du Grand-Saint-Bernard par la vallée du Rhône que les voyageurs pouvaient soit emprunter la route longeant le lac Léman vers Lausanne (VD 4.4) pour éventuellement continué vers le Jura et la Bourgogne, soit emprunter la route montant vers Corsier et bifurquer soit vers Granges ou Attalens, Oron (VD 16.2) et Moudon (VD 16) , soit vers Châtel-Saint-Denis, Bulle et Fribourg (VD 17). Il est déjà mentionné en 1147 comme pont de bois. En 1290 un chanoine lausannois legs 60 sols pour «refaire le pont de Vevey». Au XIVe siècle, le Bourg Saint-Antoine se développa autour du pont sur la rive gauche de la Veveyse. Au XVIe siècle le pont est reconstruit en pierre sur «12 petites arches supportées par des piliers massifs», il succombe lors de la crue de 1659. Reconstruit sur sept arches, il s'effondre à nouveau en 1726. Un mur de protection est construit sur la rive de la Veveyse et le pont est rebâti en 1727. Il est alors doté d’un fort dos d’âne ce qui rend le passage malaisé. En 1782, Vevey demande l'aide de Berne pour le reconstruire car le pont est «si étroit que deux chars chargés ne peuvent s’y rencontrer sans un péril, qui est encore augmenté par la courbe que décrit le pont, et qui empêche de se voir à temps pour éviter les rencontres» et puis c’est «un monument absurde qui a fait pendant longtemps la honte de Vevey et l’effroi des voyageurs... ». L’année suivante, Henri Exchaquet dessine les plans d’un nouveau pont qui aboutirait à la place du Marché. Ce projet provoque les protestations de la ville qui ne veut pas changer le pont d'emplacement. En 1805, un pont à une seule arche est construit, remplacé en 1846 par un autre, à trois arches[11].
    Vevey vers 1885. Au premier plan la route de gauche, aujourd'hui avenue du Général Guisan, mène au pont Saint-Antoine, la route de droite, aujourd'hui avenue Nestlé, mène au pont de l'Arabie.
    Depuis la fin des années 1960, plus aucun cours n'est visible entre le pont ferroviaire et le pont St-Antoine. Ce dernier a été remplacé par une large structure, liée au pont des voies de chemin de fer, supportant la route principale 9 (RC 780), de large passages pour les piétons et deux parkings.
  • Pont entre le quai de la Veveyse et le quai de l'Arabie, construit dans les années 1960.
  • Pont de l'Arabie: pont en bois emporté par la crue de 1846, reconstruit puis remplacé en 1874 par un pont en béton doté d'une voie carrossable de 6 mètres et deux trottoirs de 2,25 mètres chacun.[12]. Le pont routier le remplaçant entre la rue du Torrent et l'avenue Nestlé est actuellement une large structure supportant des places de parcs et un accès routier entre le quai de la Veveyse et le quai de l'Arabie.
  • Passerelle entre le quai de la Veveyse et le Jardin Doret
  • Pont de l'Europe à l'embouchure de la Veveyse entre le quai Maria-Belgia et le Jardin Doret

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1], Données et bases hydrologiques de Office fédéral de l'environnement: Veveyse. Consulté le 30 avril 2011
  2. a et b Type de régime d'écoulement, système d’information géographique sur les eaux en Suisse, DETEC.
  3. Déterminer le type de régime d'écoulement en Suisse, OFEV.
  4. A. de Montet, « Souvenirs de l'inondation qui a eu lieu à Vevey: samedi 29 août 1846 », Revue historique vaudoise,‎ ([retro.seals.ch/cntmng?pid=rhv-001:1897:5::489 lire en ligne])
  5. A nouveau des trombes d'eau sur Vevey le 29 juillet 2005, Archives événements, vevey.ch.
  6. Effets dévastateurs des orages sur les rives veveysannes, Archives événements, vevey.ch.
  7. [PDF]Bulletin climatologique mai 2015, meteosuisse.admin.ch, consulté le 25 juin 2015.
  8. [PDF][2]Veveyse - Vevey, Copet, Données et bases hydrologiques de Office fédéral de l'environnement: Veveyse, consulté le 30 avril 2011
  9. Pont sur la Veveyse, structurae.info.
  10. [PDF]VD 4.4, Inventaire des voies de communication historiques de Suisse.
  11. VD 5.3, IVS.
  12. Deladoey, F, « Notice sur le pont en ciment sur la Veveyse à Vevey », Bulletin de la Société vaudoise des ingénieurs et des architectes, vol. 2,‎ (lire en ligne)