Brévenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
la Brévenne
La Brévenne vue du pont de la route de Lyon, à Sain-Bel.
La Brévenne vue du pont de la route de Lyon, à Sain-Bel.
Caractéristiques
Longueur 39 km [1]
Bassin 437 km2 [1]
Bassin collecteur Rhône
Débit moyen 3,1 m3/s (la confluence avec l'Azergues) [2]
Nombre de Strahler 4
Organisme gestionnaire Syribt ou syndicat de Rivières BrévenneTurdine[3]
Régime pluvial
Cours
Source source
· Localisation Maringes
· Coordonnées 45° 39′ 39″ N, 4° 22′ 03″ E
Confluence Azergues
· Localisation Lozanne
· Coordonnées 45° 51′ 29″ N, 4° 40′ 25″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Turdine
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Loire, Rhône
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes

Sources : SANDRE:« U4630500 », Géoportail, Banque Hydro, Syribt[3]

La Brévenne est une rivière de France, affluent de l'Azergues et donc sous-affluent de la Saône, puis du Rhône, qui traverse les Monts du Lyonnais. Elle coule en région Auvergne-Rhône-Alpes, dans les départements de la Loire et du Rhône, et rejoint l'Azergues à Lozanne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les bords de la Brevenne à L'Arbresle au début du XXe siècle.

De 39 km de longueur[1], la Brévenne nait à Viricelles, petite localité du département de la Loire et franchit rapidement la limite du département du Rhône. Elle prend globalement la direction du nord-est jusqu'à la fin de son parcours. Elle baigne notamment la petite cité de L'Arbresle au riche patrimoine historique, où elle reçoit les eaux de la Turdine, son principal affluent.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans les deux départements de la Loire et du Rhône, la Brévenne traverse vingt-une communes[1].

Bassin versant[modifier | modifier le code]

La Brévenne traverse une seule zone hydrographique 'La Brévenne' (Uu463) de 437 km2 de superficie[1]. Ce bassin versant est constitué à 69,34 % de « territoires agricoles », à 25,29 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 5,59 % de « territoires artificialisés »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est le SYRIBT ou SYndicat de RIvières Brévenne Turdine, depuis le 1er janvier 2006[3].

Affluents[modifier | modifier le code]

La Brévenne a vingt-six tronçons affluents référencés[1] dont le principal est :

Donc le rang de Strahler est de quatre.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Brévenne à Sain-Bel[modifier | modifier le code]

Le débit de la Brévenne a été observé sur une période de 40 ans (de 1969 à 2008), à Sain-Bel, localité du département du Rhône située un peu en amont de l'Arbresle et donc à peu de distance de son confluent avec l'Azergues à Lozanne[2],[4]. Le bassin versant de la rivière y est de 219 km2, soit à peu près la moitié de celui-ci. L'important débit de la Turdine qui la rejoint (1,46 m3/s) et lui donne ses eaux au niveau de l'Arbresle est soustrait de ce fait des chiffres suivants.

Le module de la rivière est de 1,52 m3/s.

La Brévenne présente des fluctuations saisonnières de débit assez importantes. Les hautes eaux se situent en hiver et au printemps, et portent le débit mensuel moyen à un niveau allant de 1,83 à 2,44 m3/s, de novembre à mai inclus (avec un premier sommet en décembre et un second en février), et des basses eaux d'été, de juillet à septembre, avec une baisse du débit mensuel moyen jusqu'au niveau de 0,343 m3/s au mois d'août. Mais les variations de débit sont bien plus importantes calculées sur de plus courtes périodes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : U4635010 - la Brévenne à Sain-Bel pour un bassin versant de 219 km2[2]
(Données calculées sur 40 ans)
Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Aux étiages, le VCN3 peut chuter jusque 0,006 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, soit seulement 6 litres par seconde, le cours d'eau tombant presque à sec.

Crues[modifier | modifier le code]

D'autre part les crues de la Brévenne peuvent être importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 31 et 52 m3/s. Le QIX 10 se monte à de 66 m3/s. Le QIX 20 est de 79 m3/s, tandis que le QIX 50 atteint 96 m3/s.

Le débit instantané maximal enregistré a été de 151 m3/s le 17 mai 1983, tandis que la valeur journalière maximale était de 88,5 m3/s le 2 décembre 2003. En comparant la première de ces valeurs (151 m3/s) à l'échelle des QIX exposée plus haut, il apparaît que cette crue était très largement supérieure à la crue cinquantennale définie par le QIX 50, et donc tout à fait exceptionnelle.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin de la Brévenne se monte à 224 millimètres annuellement soit moins que les 300 millimètres par an de l'Azergues. C'est nettement inférieur à la moyenne d'ensemble de la France, mais aussi très inférieur à la moyenne de la totalité du bassin du Rhône (670 millimètres par an à Valence). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 7,1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Écologie et aménagements[modifier | modifier le code]

Pêche et AAPPMA[modifier | modifier le code]

La Brévenne dans l'art[modifier | modifier le code]

L'Arbresle - La Brévenne selon Joannès Drevet.

Joannès Drevet a illustré de 250 dessins le livre Aux environs de Lyon de M. Josse, dont la Brévenne à L'Arbresle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Sandre, « Fiche cours d'eau - La Brévenne (U4630500) » (consulté le 12 août 2015)
  2. a, b et c Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Brévenne à Sain-Bel (U4635010) » (consulté le 12 août 2015)
  3. a, b et c « SYRIBT - Présentation », sur www.syribt.fr (consulté le 12 août 2015)
  4. Débits caractéristiques - La Brévenne à Sain-Bel [PDF]