Bès (affluent de la Bléone)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bès (homonymie).
Le Bès
Illustration
Caractéristiques
Longueur 38,8 km
Bassin ?
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen ? (Barles)
Cours
Source Sources du Bès
· Localisation Seyne
· Altitude 2 100 m
· Coordonnées 44° 18′ 35″ N, 6° 27′ 19″ E
Confluence la Bléone
· Localisation Digne-les-Bains
· Altitude 635 m
· Coordonnées 44° 07′ 50″ N, 6° 14′ 18″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Alpes-de-Haute-Provence
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur

Sources : SANDRE, Géoportail

Le Bès est un cours d'eau des Alpes-de-Haute-Provence et un affluent de la Bléone, donc un sous-affluent du Rhône par la Durance.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Bès est un cours d'eau d'une longueur de 38,8 kilomètres[1] des Alpes-de-Haute-Provence et un affluent de rive droite de la Bléone, donc un sous-affluent du Rhône par la Durance.

La vallée du Bès[modifier | modifier le code]

La vallée du Bès concentre, en 2013, la plus grande concentration de sites de la Réserve Naturelle Géologique de Haute-Provence [2],[3],[4],[5],[6] et est une vallée pittoresque empruntée par la route départementale 900A (ancienne route nationale 100a), qui rejoint la route départementale 900 après avoir contourné le Blayeul.

La partie touristique de la vallée commence à Verdaches et comprend presque tout l'aval de la rivière.

Elle comporte plusieurs sites géologiques reconnus : fossiles végétaux et animaux (ichtyosaure, oiseaux), formes sédimentaires (fond marin) et tectoniques (lame de Facibelle, vélodrome de la Robine).

Monuments[modifier | modifier le code]

Plus de vingt œuvres d'art y sont implantées dont

  • trois Refuges d'Art (Andy Goldsworthy) ;
  • dix œuvres de la VIAPAC (route de l'art contemporain, réseau de sites entre Digne-les-Bains et l'Italie) : œuvres de John Fontcuberta, Stéphane Bérard, de Paul-Armand Gette pour les œuvres implantées dans la vallée du Bès) ;
  • une douzaine de traces d'herman de vries (discrètes inscriptions dorées sur des pierres).

Histoire[modifier | modifier le code]

La source du Bès est citée par Gervais de Tilbury dans son Les Divertissements pour un empereur, dans la partie Mirabalia (« Merveilles »). L'eau de la source avait la réputation de guérir les goitreux[7], ce qui est possible car elle contient naturellement de l'iode[8]. Au cours du temps, les vertus attribuées ont évolué : Honoré Bouche, dans sa Chorographie de la Provence, au XVIIe siècle lui ajoute le pouvoir magique de guérir les écrouelles. Au XIXe siècle, la croyance médiévale en la guérison du goître disparaît[7].

De l'amont vers l'aval[modifier | modifier le code]

  • Les clues de Verdaches.
  • Barles.
  • Les clues de Barles, de près de 300 mètres de profondeur.
  • La clue du Pérouré, où la rivière semble passer par une porte de 150 mètres de haut, la Maurière proche domine la rivière de plus de 400 mètres.
  • Près de la clue du Pérouré se trouve un sentier de découverte permettant d'accéder à un Refuge d'Art et au belvédère offrant la vue sur le vélodrome de la Robine, un site reconnu mondialement sur le plan géologique et esthétique.
  • Tanaron, un village situé à 300 mètres au-dessus du Bès faisant l'objet d'une redynamisation autour de l'art, de l'écologie, du patrimoine historique et naturel et du tourisme.
  • L'ichtyosaure de la Robine (ichtyosaure fossilisé).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]