Durgeon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
le Durgeon
Le Durgeon à Vesoul.
Le Durgeon à Vesoul.
Caractéristiques
Longueur 42,4 km [1]
Bassin 410 km2 [2]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 6,67 m3/s (Pontcey) [2]
Nombre de Strahler 4
Régime pluvial
Cours
Source source
· Localisation Genevrey
· Altitude 390 m
· Coordonnées 6° 20′ 24″ N 47° 43′ 26″ E / 6.3399, 47.7239 (Source - le Durgeon)
Confluence la Saône
· Localisation Chemilly
· Altitude 208 m
· Coordonnées 6° 01′ 26″ N 47° 39′ 00″ E / 6.024, 47.6501 (Confluence - le Durgeon)
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche la Colombine, la Méline
· Rive droite le Bâtard, la Vaugine
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Haute-Saône
Régions traversées Franche-Comté
Principales localités Vesoul

Sources : SANDRE:U05-0400, Géoportail, Banque Hydro

Le Durgeon est une rivière française qui coule entièrement dans le département de Haute-Saône, en région Franche-Comté. C'est un affluent de la Saône en rive gauche et donc sous-affluent du Rhône. Durgeon, affluent de la Saône possède un paronyme appelé Drugeon, affluent du Doubs.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Durgeon prend naissance à Genevrey (Haute-Saône) à 390 m d'altitude[3]., et adopte d'abord une orientation nord-est/sud-ouest.

De 42,4 km[1], sa vallée est empruntée par la ligne SNCF Paris-Bâle.

Il creuse son lit entre les buttes de Montcey, Comberjon, Villeparois, Colombier, puis entre Coulevon, le Sabot de Frotey-les-Vesoul et la Motte. Il baigne la ville de Vesoul où il reçoit les eaux de la Colombine et du Bâtard.

À partir de Vesoul, il prend la direction de l'ouest, autrefois s'épanchait dans un marécage, occupé désormais par le lac de Vaivre. Peu après il se jette dans la Saône au niveau de Chemilly à 207,50 m d'altitude[3].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de la Haute-Saône, le Durgean traverse dix-huit communes dont : Genevrey, Servigney, Mailleroncourt-Charette, La Villeneuve-Bellenoye-et-la-Maize, Saulx, Colombier, Comberjon, Coulevon, Vesoul, Vaivre-et-Montoille, Montigny-lès-Vesoul, Chariez, Pontcey, Chemilly (confluence)

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Durgeon a treize trnçons affluents référencés[1] :

  • le ruisseau de la Cude, (rd),
  • le ruisseau d'Origer, (rd),
  • le ruisseau de Meurcourt, (rd),
  • le ruisseau Vigne Bareau, (rg),
  • ruisseau de Bognon, (rg),
  • ruisseau des Grands Prés, (rd), avec un affluent :
    • le ruisseau de la Grande Fontaine,
  • ruisseau des Fontaines, (rd),
  • ruisseau de la Grande Fin, (rg)
  • le Bâtard, (rd), 15,2 km, bassin de 5,21 km2 a sept affluents :
    • la Gueuse, (rd),
    • le ruisseau du Bois, (rd),
    • le ruisseau de Vienne, (rg),
    • le ruisseau du Parc, (rg),
  • le ruisseau des Prés Mourey, (rd),
    • le ruisseau des Fourches, (rd), avec un affluent :
      • le ruisseau de Gressoux, (rd),
    • le ruisseau des Venards, (rg),
  • la Colombine, (rg), bassin de 89,4 km2, rivière karstique, alimentée par la résurgence de Font de Champdamoy, dont la source alimente en eau Vesoul ; le gouffre du Frais-Puits, sur la rivière souterraine, déborde parfois et inonde la plaine de Frotey-lès-Vesoul
  • ruisseau de la Méline, ou ruisseau de la Fontaine du Diable, (rg),
  • ruisseau de la Vaugine, (rd), 9 km
  • Lac de Vesoul - Vaivre
  • ruisseau de Chariez[réf. nécessaire], (rg),
  • russeau de la Baignotte, (rg), avec un affluent :
    • le ruisseau des Dindes, (rd),

Le rang de Strahler est donc de quatre (4) par le ruisseau de Gressous, le ruisseau des Fourches, et le Bâtard.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Durgeon est une rivière assez abondante, comme tous les cours d'eau issus du nord de la Franche-Comté.

Le Durgeon à Poncey[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé sur une période de 15 ans (1980-1994), à Pontcey, localité du département de Haute-Saône peu avant son confluent avec la Saône[2]. Le bassin versant de la rivière y est de 410 km2 (soit la quasi-totalité de ce dernier).

Le module de la rivière à Pontcey est de 6,67 m3/s.

Le Durgeon présente des fluctuations saisonnières de débit très marquées, comme bien souvent dans l'est de la France, avec des hautes eaux d'hiver portant le débit mensuel moyen dans une fourchette allant de 8,4 à 12,6 m3/s, de décembre à avril inclus (avec un maximum en décembre). Dès le mois de mai, on assiste à une baisse progressive des débits jusqu'aux basses eaux d'été, de juillet à septembre inclus, mouvement accompagné d'une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 1,59 m3/s au mois d'août. Mais les fluctuations sont bien plus prononcées sur de courtes périodes et aussi d'après les années.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Pontcey - données calculées sur 15 ans
(données calculées sur 15 ans)

Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 0,49 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, ce qui est assez bas, mais parfaitement normal dans cette région de France.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être assez importantes. Ainsi les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 55 et 62 m3/s. Le QIX 10 est de 67 m3/s et le QIX 20 de 72 m3/s. Quant au QIX 50, il n'a pas été calculé faute de durée d'observation suffisante.

Toujours à Pontcey, le débit instantané maximal enregistré a été de 76,2 m3/s le 26 mai 1983, tandis que la valeur journalière maximale était de 75 m3/s le même jour. En comparant le premier de ces chiffres avec les QIX de la rivière, on constate que cette crue était d'ordre vicennal, et donc pas du tout exceptionnelle.

Le 25 octobre 1999, une crue a provoqué une inondation de la vallée du Durgeon et de la Colombine : le pont de Coulevon était submergé, le parking de l'hypermarché de Vesoul et les entrepôts Peugeot étaient inondés.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Le Durgeon est une rivière abondante, alimentée par des précipitations elles aussi abondantes, sur toute la surface de son bassin. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 515 millimètres annuellement, ce qui est élevé, largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus, et même légèrement supérieur à la moyenne du bassin de la Saône (501 millimètres/an à Lyon), mais inférieur à la moyenne de la totalité du bassin du Doubs (765 millimètres/an à Neublans-Abergement). Le débit spécifique (ou Qsp) de la rivière atteint 16,3 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Dans la partie haute du Durgeon on trouve des frayères à truites, des grenouilles vertes, du brochet.

En amont de Vesoul, les écoles ont identifié en 2000 de nombreux insectes ou amphibiens :

Qualité des eaux[modifier | modifier le code]

En 1998-1999, le Durgeon est dans un état sanitaire préoccupant :

Dans le cadre du contrat de rivière Durgeon, une opération de sensibilisation et d'éducation à l'environnement est réalisée par Franche-Comté Nature Environnement, avec les écoles du bassin.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Durgeon (U05-0400) » (consulté le 21 juin 2015)
  2. a, b et c Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Durgeon à Pontcey (U0534020) » (consulté le 21 juin 2015)
  3. a et b Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 21 juin 2015)