Vuachère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vuachère
La Vuachère dans le parc du Denantou, entre Pully et Lausanne, peu avant qu'elle se jette dans le lac Léman
La Vuachère dans le parc du Denantou, entre Pully et Lausanne, peu avant qu'elle se jette dans le lac Léman
Caractéristiques
Longueur 7,05 km [1]
Bassin 5,5 km2 [1]
Bassin collecteur Rhône
Débit moyen 0,5 m3/s (l'embouchure (débit minimum)) [1]
Cours
Source Les Croisettes
· Localisation Épalinges
· Altitude 700 m
· Coordonnées 46° 32′ 35″ N, 6° 40′ 06″ E
Confluence Rhône
· Localisation Lac Léman, Ouchy
· Altitude 372 m
· Coordonnées 46° 30′ 18″ N, 6° 38′ 32″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud

La Vuachère est une rivière du canton de Vaud, en Suisse.

Hydronymie[modifier | modifier le code]

Une forme ancienne du nom de la Vuachère est attestée au XVIe siècle. Elle porte alors une forme latinisée de wascheri qui fait référence à un moulin à foulon[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

La source de la Vuachère, que les Celtes appelaient le Nant, se trouve à Épalinges, au lieu-dit Sous les Planches, à 730 m d'altitude. La rivière pénètre ensuite sur le nord-est du territoire de la commune de Lausanne avant d'être rejointe sur la frontière entre Lausanne et Pully par le Riolet[a 1]. Elle parcourt ensuite la frontière entre ces deux communes avant de se jeter dans le lac Léman à l'est des quais d'Ouchy et du parc du Denantou. sa longueur totale est de 7 km[1],[a 2].

Sur son trajet, elle reçoit, par une galerie souterraine de 680 m créée entre 1994 et 1996, une partie des eaux du Flon[a 3]. Le Flon entrant ensuite dans les égouts de Lausanne, cette déviation permet de diminuer son débit, donc le travail de la station d'épuration. Cette dérivation permet en outre d'augmenter le débit de la Vuachère, souvent à sec en été et en automne[3]. Ce débit, de minimum 0,5 m3/s à l'embouchure, peut atteindre 34 m3/s lors des crues[1].

Assainissement de la Vuachère[modifier | modifier le code]

Entre 1994 et 1996 eurent lieu sur 4 km, du quartier lausannois de Valmont jusqu'à l'embouchure, d'importants travaux d'assainissement de la Vuachère permettant une consolidation de ses rives, sujettes à de grands problèmes d'érosion vu la très forte pente et les grands débits en temps de pluie, problèmes qui ne pouvaient qu'augmenter avec l'arrivée des eaux du Flon dès 1996. Le lit et les rives furent enrochés à l'aide de matériaux naturels afin de favoriser la recolonisation du site par la faune et la flore. Les travaux permirent également une revitalisation du bois abritant la rivière et la création d'un chemin piétonnier sur son parcours. Le collecteur d'eaux usées, datant de 1908, fut de plus changé, permettant de supprimer les fuites d'eaux usées dans le cours d'eau[1],[a 3].

Faune[modifier | modifier le code]

Depuis les travaux d'assainissement, la Vuachère vit réapparaître dans ses eaux la truite du lac. En 2012, l'inspection de la pêche du canton de Vaud relève la capture de 73 truites farios[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David Theler et Emmanuel Reynard, L'eau en ville de Lausanne, t. 3.1, Berne, coll. « Atlas hydrologique de la Suisse », , 42 p.
  • [Kuenzi 2010] Gilbert Künzi et Charles Kraege (ill. Ric Berger), Rivières romandes : A la source de leur nom, Bière, Cabédita, coll. « Archives vivantes », (réimpr. 2010), 134 p. (ISBN 978-2-88295-247-9, présentation en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « La Vuachère », sur http://www.lausanne.ch (consulté le 19 janvier 2014)
  2. Gilbert Künzi et Charles Kraege, Rivières romandes : A la source de leur nom, 2010, La Vuachère, p. 89
  3. « Dérivation du Flon dans la Vuachère » (version du 30 mai 2008 sur l'Internet Archive)
  4. « Statistique de la pêche dans les rivières du canton de Vaud en 2012 » [PDF], sur vd.ch, Direction Générale de l'Environnement, Inspection de la pêche, (consulté le 9 septembre 2014), p. 10