Rosenmeer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Rosenmeer est un ruisseau français, canalisé, courant intégralement dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

C'est un affluent de l'Ehn, donc un sous-affluent de l'Ill (bassin collecteur du Rhin).

Rosenmeer
Illustration
Caractéristiques
Longueur 13,1 km [1]
Bassin 21 km2 [1]
Bassin collecteur le Rhin
Régime pluvial
Cours
Source Près du village de Rosenwiller
· Localisation Rosenwiller
· Altitude 277 m
· Coordonnées 48° 30′ 18″ N, 7° 26′ 34″ E
Source secondaire Chemin du grand Hêtre
· Localisation Rosenwiller
· Altitude 720 m
· Coordonnées 48° 28′ 28″ N, 7° 20′ 47,5″ E
Confluence l'Ehn
· Localisation Innenheim
· Altitude 151 m
· Coordonnées 48° 29′ 25″ N, 7° 35′ 10″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Rapport ancien avec la Magel (captation)
· Rive droite sans
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Bas-Rhin
Régions traversées Grand Est
Principales localités Rosheim

Sources : SANDRE, Géoportail
Légèrement en amont de Rosheim, où il était autrefois plus visible, le Rosenmeer très canalisé alimentait des moulin et aidait à l'irrigation.
En aval, à la périphérie de Rosheim, vers la voie ferrée, le Rosenmeer manque parfois d'eau ; il s'immobilise presque, dissimulé dans un nid de verdure au fond d'une légère dépression, au milieu des cultures.

Toponymie et semblant d'histoire[modifier | modifier le code]

La dénomination Rosenmeer est une association du préfixe Rosen — "Rose", en allemand — et du suffixe -meer ne faisant pas référence en Alsace à une mer, mais à un cours d'eau. La confusion paronymique (même cas pour Rosheim), a poussé à la traduction par Ruisseau aux roses, parfois reprise par des conteurs locaux.

L'existence d'un ruisseau spécialement aménagé pour apporter un peu de l'eau de la Magel à Rosheim semble attestée dès 1365, mais les renseignements manquent. L'entreprise n'est guère contée clairement que sur le blog pertinent du randonneur "PIP, vélodidacte"[2], document à espérer toujours en ligne : "Point de source importante dans les vallons voisins de Rosheim, il a fallu chercher plus haut, une rivière avec un débit suffisant. La Magel semble la solution la meilleure, mais elle coule à Mollkirch pour rejoindre la Bruche, plus au nord. Il a fallu la capter plus en amont, à hauteur de la Fischhutte, lui faire contourner les collines du Eichwald, retomber sur Rosenwiller, avant de rejoindre Rosheim. "

Le Rosenmeer a fait l'objet de divers travaux d'alignement et de couverture au fil des siècles.

Géographie, hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Rosenmeer suit sans doute le tracé d'anciens ruisselets, mais doit beaucoup à l'homme, à la nécessiter d'apporter de l'eau à Rosheim. Il prit son importance (relative) à la suite d'interventions au sud-sud-est de la commune de Mollkirch : à la Fischhutte, la Magel (affluent de la Bruche) abandonnait, au niveau d'une vanne, un tiers de ses eaux à un petit canal, maintenant comblé. Celui-ci contournait les hauteurs de l'Eichwald (tracé invisible sur les cartes et le Géoportail)[3],[1].[à vérifier]

Plaque d'un ancien meunier.

Long de 13,1 km, le Rosenmeer passe du piémont viticole à la plaine céréalière. Beaucoup plus maigre depuis qu'il ne bénéficie plus de l'apport des eaux de la Magel, il apparaît sur les hauteurs de Rosenwiller près de l'ancien cimetière israélite, à 277 mètres d'altitude[4], puis frôle le cœur du village, qui conserve une rue du Moulin, parallèlement à la rue principale.

Hubert Maetz enjambe le ruisseau éponyme de son hôtel-restaurant

Il poursuit à travers le talweg faiblement creusé (lieux-dits Langmuehl, Schaeffersmuehl, évocateurs d'anciens moulins) et frôle la fromagerie Siffert Frères, disparaît en souterrain à la périphérie (rue du Leimen) de Rosheim, dont il contourne et longe le centre historique. Beaucoup moins visible que dans le passé, quand il se divisait là en bras, il réapparaît à côté de la rue Saint-Benoît, au sud, et alimente un ancien lavoir.

Le ruisseau file ensuite vers l'Est, en laissant divaguer un mince bras annexe et sans marquer le paysage. Il passe sous la voie de chemin de fer à quelques centaines de mètres de la gare et de l'hôtel-restaurant-winstub (le Rosenmeer d'Hubert Maetz) auquel il donne son nom, continue vers Griesheim-près-Molsheim[5], qu'il frôle au sud, et rejoint l'Ehn sur le territoire de la commune d'Innenheim, à 151 mètres d'altitude[6].

Un faible débit[modifier | modifier le code]

Drain de la terrasse loessique au sud de la Basse-Bruche, le ruisseau traverse la seule zone hydrographique Le Rosenmeer (A262), de 21 km2[1]. Son niveau s'avère souvent très bas en aval, quand la pluviosité est faible.

Le Rosenmeer n'a pas d'affluent référencé, selon le SANDRE[1], qui ne signale pas les connexions anciennes avec la Magel jadis pourvoyeuse d'eau (diversement orientée, celle-ci coule en sens presque opposé, pour rejoindre la Bruche).

La winstub que tenaient les parents d'Hubert Maetz ("étoilé" Michelin sur le même site au nom du Rosenmeer) conserve sa dénomination.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Courant dans le seul département du Bas-Rhin, le Rosenmeer traverse quatre communes et trois cantons :

Ruisseau prête-nom...[modifier | modifier le code]

Il existe une Communauté de paroisses du Rosenmeer, depuis 2003-2004.

Le Rosenmeer a donné son nom à une zone d'activités établie à partir des années 1990 à la lisière est de la commune et à l'hôtel-restaurant proche de la gare. Cette Hôtellerie du Rosenmeer (la dénomination dialectale la plus couramment admise) s'est développée près de la winstub baptisée différemment, reflet de variations toponymiques locales.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. le SANDRE 2012 ajoute les deux communes de Blaesheim (au-delà de la confluence), Bischoffsheim (au sud de Rosheim).
Références
  1. a b c d et e Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau le Rosenmeer (A2620300) » (consulté le 3 juin 2012).
  2. « Le Rosenmeer de Rosheim », sur http://autour-du-mont-sainte-odile.overblog.com/le-rosenmeer, (consulté le 13 avril 2015).
  3. PIP, « Le Rosenmeer de Rosheim », Petit article clair et documenté rédigé par "PIP, vélodidacte", (consulté le 14 avril 2017).
  4. « Source du Rosenmeer » sur Géoportail (consulté le 3 juin 2012).
  5. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 3 juin 2012).
  6. « Confluence du Rosenmeer » sur Géoportail (consulté le 3 juin 2012).