Fecht

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 10′ 58″ N 7° 25′ 49″ E / 48.1828, 7.43028

la Fecht
Confluent de la Grande Fecht (à gauche) et de la Petite Fecht à Munster
Confluent de la Grande Fecht (à gauche) et de la Petite Fecht à Munster
Bassin versant de la Fecht
Bassin versant de la Fecht
Caractéristiques
Longueur 49 km [1]
Bassin 545 km2
Bassin collecteur Rhin
Débit moyen 6,74 m3/s (Ostheim) [2]
Régime pluvial
Cours
Source Schnepfenriedkopf (1 258 m)
· Localisation Metzeral
· Altitude 1 030 m
· Coordonnées 47° 57′ 10″ N 7° 01′ 58″ E / 47.9528, 7.0327 (Source - la Fecht)  
Confluence Ill
· Localisation Illhaeusern
· Coordonnées 48° 10′ 58″ N 7° 25′ 49″ E / 48.1828, 7.4303 (Confluence - la Fecht)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Weiss, Petite Fecht, Strengbach
· Rive droite Fecht de Sondernach, Krebsbach
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Haut-Rhin
Arrondissements Colmar
Cantons Munster, Wintzenheim, Kaysersberg, Ribeauvillé
Régions traversées Alsace
Principales localités Munster et Turckheim

Sources : SANDRE:A2--0100, Géoportail, Banque Hydro

La Fecht est une rivière française d'Alsace qui coule dans le département du Haut-Rhin. C'est un affluent de l'Ill, donc un sous-affluent du Rhin.

Géographie[modifier | modifier le code]

La longueur de son cours d'eau est de 49,1 km[1]. La Grande Fecht prend sa source sur le versant oriental du massif des Vosges, au lieu-dit Salzbach, sur le territoire de la commune de Metzeral, à 1 km au nord du Schnepfenriedkopf (1 258 m).

La Petite Fecht à Stosswihr

Elle reçoit, rive gauche, La Wormsa, émissaire du Schiessrothried et se gonfle de deux affluents homonymes, la Fecht de Sondernach sur sa droite et, sur sa gauche, la Petite Fecht née sur les pentes du Hohneck. Elle arrose Munster et Turckheim. Une partie est détournée par le canal du Logelbach, construit au XVIIIe siècle pour alimenter Colmar, et rejoint la Lauch. Elle reçoit enfin la Weiss et se jette dans l'Ill au centre d'Illhaeusern entre Colmar et Sélestat.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

La Fecht traverse dix-neuf communes[1] :

Soit en termes de cantons, la Fecht prend source dans le canton de Munster, traverse les canton de Wintzenheim, canton de Kaysersberg et conflue dans le canton de Ribeauvillé, le tout dans les arrondissements de Colmar.

Affluents[modifier | modifier le code]

La Fecht a dix-sept affluents référencés[1] et d'avantage sur Géoportail dont :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le débit de la Fecht a été observé pendant une période de 42 ans (1972-2013), à Ostheim, localité du département du Haut-Rhin, située non loin (6 km) du confluent avec l'Ill[2]. Le bassin versant de la rivière y est de 447 km2 soit plus ou moins 82 % de sa totalité (le bassin de son affluent le Strengbach en est notamment exclu).

Le module de la rivière à Ostheim est de 6,74 m3⋅/s.

La Fecht présente des fluctuations saisonnières de débit bien marquées, avec des hautes eaux d'hiver portant le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 8,55 et 11,9 m3⋅/s, de décembre à avril inclus (maximum en février et mars). Dès le mois d'avril, le débit moyen baisse progressivement tout au long du printemps jusqu'aux basses eaux d'été qui ont lieu de juillet à septembre, entraînant une baisse du débit moyen mensuel allant jusque 1,98 m3⋅/s au mois d'août, ce qui reste très confortable, il est vrai. Mais les fluctuations de débit peuvent être bien plus importantes sur de courtes périodes et en fonction des années.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : A2052020 La Fecht à Ostheim pour un bassin versant de 447 km2 et à 177 m d'altitude[2]
(le 08-05-2013 sur 46 ans de 1972 à 2013)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Le VCN3 peut ainsi chuter jusque 0,600 m3⋅/s, en cas de période quinquennale sèche, soit 600 litres par seconde, ce qui n'est cependant pas encore très sévère.

Crues[modifier | modifier le code]

D'autre part les crues peuvent être assez importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 68 et 94 m3⋅/s. Le QIX 10 vaut 110 m3⋅/s, tandis que le QIX 20 se monte à 130 m3⋅/s. Enfin le QIX 50 vaut 150 m3⋅/s.

Le débit instantané maximal enregistré a été de 140 m3⋅/s le , tandis que la valeur journalière maximale était de 124 m3⋅/s le même jour. En comparant le premier de ces chiffres aux valeurs des différents QIX de la rivière, il apparaît que cette crue était un peu plus que d'ordre vicennal et donc non exceptionnelle. On peut considérer qu'elle est destinée à se répéter tous les 25-30 ans en moyenne.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Comme tous les cours d'eau issus du massif des Vosges et bénéficiant donc de fortes précipitations, la Fecht est une rivière abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin est de 481 millimètres annuellement, ce qui est élevé, très nettement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus, mais également à celle de l'ensemble du bassin versant de l'Ill (398 millimètres/an à Strasbourg). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 15,2 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Pêche[modifier | modifier le code]

Classée en 1° catégorie piscicole sur la totalité de son cours [3], la Fecht présente une belle population de truite fario sauvage. Les politiques d'empoissonnement n'ont plus cours depuis quelques années sur la partie haute du cours d'eau, qui bénéficie par ailleurs d'un fort potentiel de frayères en ruisseaux pépinières (ruisseaux, canaux usiniers...).

Alternant secteurs de rapides, de lisses, puis de radiers, la Fecht se prête particulièrement bien à la pêche à la mouche. La richesse en invertébrés du cours d'eau incitera le pêcheur à confectionner des imitations de baetidae, trichoptera, perlidae, mais aussi chironomidae lors de ses séances de montage de mouches de pêche. Signe des temps, à l'heure de la "prise de conscience écologique", la plupart des adeptes pratiquent aujourd'hui le no-kill.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P.-Denis Fernandopulle, La Fecht, étude hydrologique, 1962, 436 p.
  • J. Humbert, « Estimation et rôle de la fonte nivale dans l'écoulement de crue des rivières des Hautes Vosges (bassin de la Fecht, Haut-Rhin) », Rev. Géogr. de l'Est, 1985 (1-2), p. 27-56
  • P. Paul, « Le climat de la vallée de la Fecht », in Recherches géographiques à Strasbourg, 1982, p. 65-78
  • Jean-Louis Perrin, Modélisation mathématique du fonctionnement hydrologique des bassins versants de la Fecht et de la Weiss (Haut-Rhin), Université de Strasbourg 1, 1991
  • J. Humbert et P. Paul, « La répartition spatiale des précipitations dans le bassin versant de la Petite Fecht à Soultzeren (Hautes Vosges) : Premiers résultats », Recherches géographiques à Strasbourg, 1982, p. 105-122
  • D. Reutenauer, Étude de la variabilité spatiale des propriétés physiques et hydriques de sols et des formations superficielles du bassin versant de la Fecht, en amont de Turckeim (Haut-Rhin), Université Louis Pasteur, Strasbourg, 1987 (thèse de doctorat)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - La Fecht (A2--0100) » (consulté le 23 mai 2013)
  2. a, b et c Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Fecht à Ostheim (A2052020) » (consulté le 23 mai 2013)
  3. Atlas de répartition des poissons et des crustacés décapodes dans le Département du Haut-Rhin - Laurent Schwebel et Daniel Reininger - 2001