Vernaison (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vernaison (homonymie).
la Vernaison
(la Vernaisson)
Image illustrative de l'article Vernaison (rivière)
Caractéristiques
Longueur 31,8 km [1]
Bassin 281 km2 [2]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 1,64 m3/s (Pont-en-Royans) [2]
Nombre de Strahler 3
Régime pluvio-nival
Cours
Source source
· Localisation Saint-Agnan-en-Vercors
· Coordonnées 44° 51′ 09″ N, 5° 24′ 28″ E
Confluence la Bourne
· Localisation entre Pont-en-Royans et Sainte-Eulalie-en-Royans
· Coordonnées 45° 03′ 44″ N, 5° 20′ 25″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Drôme, Isère
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes

Sources : SANDRE:« W3330500 », Géoportail, Banque Hydro

La Vernaison ou Vernaisson[1] est une petite rivière française qui coule sur le massif du Vercors, dans le nord du département de la Drôme, au sein du parc naturel régional du Vercors. C'est un sous-affluent du Rhône par la Bourne et l'Isère.

Géographie[modifier | modifier le code]

La longueur de son cours d'eau est de 31,8 km[1]. Elle se jette dans la Bourne, au milieu du village de Pont-en-Royans. Elle reçoit les apports réduits de deux courts ruisseaux : l'Adouin et le Buyèche.

Après un parcours quasi rectiligne sud nord, au fond du val de Saint-Agnan-en-Vercors ou synclinal médian du Vercors, la Vernaison effectue un brusque virage à l'ouest pour s'enfoncer profondément dans les Grands Goulets, au lieu-dit Les Barraques-en-Vercors. Ces gorges spectaculaires, d'abord très étroites puis très hautes et larges, se confondent au niveau de la confluence avec la Bourne avec les gorges de la Bourne où s'ouvrent de magnifiques et célèbres cavités naturelles (porche de Bournillon, grottes de Choranche, etc.).

Bien que son cours et son débit soient modestes, la Vernaison présente une origine et un parcours remarquables, localisés sur le grand massif karstique du Vercors.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans les deux départements de la Drôme et de l'Isère, la Vernaison traverse les sept communes[1] suivantes de Sainte-Eulalie-en-Royans, Pont-en-Royans, Châtelus, Echevis, La Chapelle-en-Vercors, Saint-Martin-en-Vercors, Saint-Agnan-en-Vercors.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

La Vernaison traverse une seule zone hydrographique La Bourne de la Doulouche à la Vernaison inclus (W333) de 557 km2 de superficie[1]. ce bassin versant est constitué à 79,24 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 19,21 % de « territoires agricoles », à 1,60 % de « territoires artificialisés »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

La Vernaison a trois affluents référencés[1] :

  • le ruisseau Luire,
  • l'Auduin, avec un affluent :
    • le Buyèche,
  • le ruisseau des Lants,

Donc son rang de Strahler est de trois.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Vernaison à Pont-en-Royans[modifier | modifier le code]

La Vernaison a été observée à la station W3355010 - La Vernaison à Pont-en-Royans, à 198 m d'altitude pour un bassin versant de 281 km2 depuis le (53 ans)[2].

Le module de la Vernaison a été observé et calculé à Pont-en-Royans[3]. Il se monte à 1,69 m3/s pour une surface de bassin de 281 km2.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : W3355010 - La Vernaison à Pont-en-Royans pour un bassin versant de 281 km2 et à 198 m d'altitude[2]
(le 08-09-2016 - données calculées sur 50 ans de 1965 à 2016)

La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit typiques d'un régime pluvial à composante nivale, présentant des hautes eaux de printemps partiellement dues à la fonte des neiges et portant le débit mensuel moyen au niveau de 2,25 à 3 m3/s de mars à mai inclus (avec un maximum en avril), suivies d'une baisse très progressive du débit aboutissant à une courte période d'étiage en août, entraînant une baisse du débit moyen mensuel jusqu'à 0,55 m3/s au mois d'août. Par après, le débit remonte rapidement pour atteindre un second maximum en novembre (2 m3/s), lui-même suivi d'une nouvelle et lègère baisse en hiver (deuxième minimum moyen de 1,67 m3/s en janvier).

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Le VCN3 peut chuter jusque 0,112 m3/s, en cas de période décennale sèche.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être relativement importantes pour une petite rivière. En effet, le QIX 2 et le QIX 5 valent respectivement 25,8 et 39,6 m3/s. Le QIX 10 est de 48,7 m3/s, les QIX 20 et le QIX 50 n'ont pas été calculés.

Le débit instantané maximal enregistré à Pont-en-Royans est de 106 m3/s. Quant au plus important débit journalier observé, il était de 72,2 m3/s.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée du bassin versant de la rivière est de 190 millimètres annuellement, ce qui est fort bas dans le secteur du Vercors (847 millimètres par an pour la totalité du bassin de la Bourne). Le débit spécifique (Qsp) se limite ainsi à 6,0 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Le faible débit de la source pérenne est considérablement augmenté, en période de fortes précipitations durables, par l'émission spectaculaire de l'exurgence karstique de la Luire. Les habitants de la région parlent alors de crevaison de la Luire ou de percée de la Luire[4]. La faiblesse du débit de la Vernaison, comparé à son bassin versant, suggère que cette rivière possède aussi un cours souterrain, dont les spéléologues s'ingénient à percer le secret[5].

Gestion et protection[modifier | modifier le code]

La Vernaison constitue une ressource pérenne en eau de surface, rare sur le massif karstique du Vercors. C'est aussi une rivière piscicole réputée. La Vernaison et l'ensemble de son bassin versant sont gérés et protégés dans le cadre du contrat de rivière Vercors eau pure.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Sandre, « Fiche cours d'eau - La Vernaisson (W3330500) » (consulté le 15 septembre 2016)
  2. a, b, c et d Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Vernaison à Pont-en-Royans (W3355010) » (consulté le 15 septembre 2016)
  3. Fiche de débit caractéristique - la Vernaison à Pont-en-Royans
  4. Crue de la Luire des 15 et 16 novembre 2002.
  5. Jean-Jacques Delannoy et Richard Maire, « Les grandes cavités alpines. Répartition et contexte hydrogéologique », Karstologia, vol. 3,‎ , p. 66 (lire en ligne).