Clarée (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

la Clarée
Illustration
la Clarée à Névache.
Loupe sur carte verte la Clarée sur OpenStreetMap.
Caractéristiques
Longueur 31,8 km [1]
Bassin 206 km2 [1]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 3,43 m3/s (Névache) [2]
Nombre de Strahler 3
Organisme gestionnaire SMAVD[3]
Régime nival
Cours
Source lac de la Clarée (2 434 m) sous l'Aiguille Noire (2 869 m)
· Localisation Névache
· Altitude 2 433 m
· Coordonnées 45° 05′ 02″ N, 6° 29′ 16″ E
Confluence la Durance
· Localisation Montgenèvre
· Altitude 1 360 m
· Coordonnées 44° 55′ 29″ N, 6° 40′ 44″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Briançon
Canton Briançon-Nord
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur

Sources : SANDRE:« X0000500 », Géoportail, Banque Hydro, OpenStreetMap

La Clarée est une rivière française, dans le département des Hautes-Alpes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, affluent droit de la Durance, sous-affluent du Rhône.

Géographie[modifier | modifier le code]

Haute vallée de la Clarée
Haute vallée de la Clarée
La Clarée à Névache (vue vers l'aval).

La Clarée est une rivière située dans les Hautes-Alpes qui prend sa source au lac de la Clarée sur la commune de Névache, à 2 433 m d'altitude[4],[5]. Elle est située dans la vallée de la Clarée[6]. La longueur de son cours est de 31,8 km[1].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Haute vallée de la Clarée au hameau de Sainte-Marie (commune de Névache)

Dans le seul département des Hautes-Alpes, la Clarée traverse les trois communes suivantes, dans le sens amont vers aval, de Névache (source), Val-des-Prés et Montgenèvre (confluence).

Soit en termes de cantons, ces trois communes sont situées dans le seul canton de Briançon-2, dans l'arrondissement de Briançon et dans l'intercommunalité Communauté de communes du Briançonnais.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Son bassin versant est de 206 km2[1]. Celui-ci est constitué à 97,63 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 1,79 % de « territoires agricoles », à 0,24 % de « territoires artificialisés »[1],[note 1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Le Syndicat mixte d’aménagement de la vallée de la Durance[3], dont le périmètre d'intervention s'étend de Serre-Ponçon au Rhône, est la structure gestionnaire de la rivière. Il est concessionnaire du Domaine public fluvial (DPF) sur la Basse Durance mais intervient également sur le DPF de l'État sur la Moyenne Durance. Il œuvre essentiellement dans les domaines suivants : la gestion des crues, l’amélioration de la sécurité, le transport solide, la préservation et de la gestion du patrimoine naturel, la gestion des différents usages.

Affluents[modifier | modifier le code]

La Clarée a vingt-cinq affluents référencés[1] :

  • le torent de Brune, avec un affluent :
    • le ravin du Lau,
  • le ravin du Riou Sec,
  • le Riou Blanc,
  • le ruisseau des Sagnes Froides, avec un affluent :
    • le ruisseau des Béraudes,
  • le ruisseau du Moutet,
  • le torrent de la Cula, avec un affluent :
    • le ruisseau de Saint-Jacques,
  • le ruisseau de la Racare,
  • le ruisseau du lac Laramon,
  • le ruisseau du Rif Tord,
  • le ruisseau du Chardonnet, avec un affluent :
    • le ruisseau du Raisin,
  • le ruisseau de Guillet,
  • le ruisseau de la Raoute,
  • le ruisseau de Gardiole,
  • le ruisseau de Biaune,
  • le ruisseau de Buffère,
  • le torrent du Vallon, avec quatre affluents :
    • le ravin de Saume Longue,
    • le ravin des Quarties,
    • le ravin du Châtelard,
    • ravin du Content,
  • le ruisseau de Cristol,
  • le ravin du Longuet, avec un affluent :
    • le ruisseau de L'Ouie,
  • le torrent de Roubion,
  • le torrent du Creuzet,
  • le torrent des Acles (rg[note 2]), 7 km avec un affluent :
    • le ravin de l'Opon (rd),
  • le torrent de Granon, avec un affluent :
    • le torrent de Bramafan,
  • le torrent des Gamattes,
  • le torrent du Rivet,
  • le torrent de la Ruine.

Rang de Strahler[modifier | modifier le code]

Donc le rang de Strahler de la Clarée est de trois.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Son régime hydrologique est dit régime nival.

Climat des Hautes-Alpes[modifier | modifier le code]

La Clarée à Névache[modifier | modifier le code]

La Clarée en fin de journée à Plampinet (vue vers l'amont).

La station X0005010 de la Clarée à Névache n'a fonctionné que de 1975 à 1981, donc sans statistiques de synthèse. À cette station le bassin versant est de 87 km2 à 1 596 m d'altitude[2].

Le module ou moyenne annuelle de son débit est à Névache de 3,43 m3/s[2].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : X0005010 - La Clarée à Névache pour un bassin versant de 87 km2 et à 1 596 m d'altitude[2]
(le 08-10-2016 - données calculées sur 6 ans de 1975 à 1981)
Source : Banque Hydro - MEDDE

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

La Clarée est classée au titre des Sites Naturels depuis 1992[5].

Écologie et ZNIEFF[modifier | modifier le code]

La Clarée est au cœur des ZNIEFF de type 1 Vallée de la Clarée et ses versants entre Plampinet et Val-des-Prés[7], elle-même incluse dans la ZNIEFF de type 2 Massif des Cercles - Mont Thabor - vallées Etroite et de la Clarée[8].

La Clarée est peuplée de truites farios et fréquentée par le cincle plongeur[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Clarée aurait dû donner son nom à la Durance car au niveau de la Vachette, le débit et surtout la longueur de la Clarée sont supérieurs à ceux de la Durance.[réf. nécessaire].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

wikilien alternatif2

Les coordonnées de cet article :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le SANDRE 2020 n'affiche plus les surfaces des zones hydrographiques, ni les répartitions par type de territoires.
  2. Abréviations : rd pour rive droite et rg pour rive gauche.

Références[modifier | modifier le code]