Néphaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
la Néphaz
La Néphaz à Rumilly.
La Néphaz à Rumilly.
Caractéristiques
Longueur 10,9 km [1]
Bassin 31 km2 [2]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 0,476 m3/s (Rumilly) [2]
Régime pluvial
Cours
Source source
· Localisation Cessens
· Altitude 695 m
· Coordonnées 45° 48′ 10″ N, 5° 53′ 00″ E
Confluence le Chéran
· Localisation Rumilly
· Altitude 317 m
· Coordonnées 45° 52′ 11″ N, 5° 56′ 30″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Chantemerle, Alanette
· Rive droite Vergonne, Lénard, Roffiaz
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Savoie, Haute-Savoie
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes

Sources : SANDRE:« V1250840 », Géoportail, Banque Hydro

La Néphaz est une rivière française qui coule dans les départements de la Savoie et de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. C'est un affluent du Chéran en rive gauche, donc un sous-affluent du Rhône par le Fier.

Géographie[modifier | modifier le code]

La longueur de son cours d'eau est de 10,9 km[1]. La Néphaz prend sa source sur le territoire de Cessens, en Savoie. Le cours d'eau s'oriente d'emblée vers le nord, direction qu'il maintient tout au long de son parcours. Il rejoint le Chéran à Rumilly, en Haute-Savoie.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

La Néphaz traverse successivement, d'amont en aval, les communes suivantes :

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Néphaz à Rumilly[modifier | modifier le code]

Le débit de la Néphaz a été observé durant une période de 15 ans (1994-2008), à Rumilly, ville située au niveau de son confluent avec le Chéran[2]. La surface ainsi étudiée est de 31 km2, soit la totalité du bassin versant du cours d'eau.

Le module de la rivière à Rumilly est de 0,476 m3/s.

Débit moyen mensuel (en l/s)
Station hydrologique : V1258410 - La Néphaz à Rumilly pour un bassin versant de 31 km2[2]
(Données calculées sur 15 ans)

La Néphaz présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. Les hautes eaux se déroulent en hiver et au début du printemps, et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 0,583 à 0,797 m3/s, de décembre à avril inclus (avec un maximum en janvier-février-mars). À partir du mois de mai, le débit diminue rapidement jusqu'aux basses eaux d'été qui ont lieu de la fin-juin à début-octobre, entraînant une baisse du débit mensuel moyen jusqu'au plancher de 0,155 m3/s au mois d'août. Mais ces moyennes mensuelles cachent des fluctuations plus prononcées sur de courtes périodes ou selon les années.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Aux étiages, le VCN3 peut chuter jusque 0,032 m3/s en cas de période quinquennale sèche, soit 32 litres par seconde, ce qui est alors relativement sévère.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être très importantes, compte tenu de la petitesse de la rivière et de l'exigüité de son bassin versant (seulement 31 km2). Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 13 et 20 m3/s. Le QIX 10 est de 24 m3/s, le QIX 20 de 29 m3/s, tandis que le QIX 50 n'a pas encore été calculé.

Le débit instantané maximal enregistré à Rumilly a été de 26,7 m3/s le tandis que la valeur journalière maximale était de 8,63 m3/s le . Si l'on compare la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, l'on constate que cette crue n'était même pas d'ordre vicennal, et donc destinée à se reproduire assez fréquemment.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La Néphaz est une rivière abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 486 millimètres par an, ce qui est nettement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France (plus ou moins 320 millimètres par an). C'est cependant largement inférieur à la moyenne du bassin du Rhône (557 millimètres par an à Beaucaire) et surtout du Fier (964 millimètres par an). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint le chiffre robuste de 15,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]