Noiraigue (cours d'eau)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le cours d'eau. Pour la localité du canton de Neuchâtel, voir Noiraigue.
Noiraigue
Illustration
Caractéristiques
Longueur km
Bassin 72 km2 y.c. Bied[1]
Bassin collecteur Rhin
Débit moyen m3/s [2]
Régime nival
Cours
Source résurgence du Bied
· Localisation nord de Noiraigue
· Altitude ~ 730 m
· Coordonnées 46° 57′ 27″ N, 6° 43′ 31″ E
Confluence Areuse
· Localisation sud de Noiraigue
· Altitude ~ 720 m
· Coordonnées 46° 57′ 11″ N, 6° 43′ 37″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite Libarde
Pays traversés Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Neuchâtel
Principales localités Noiraigue

La Noiraigue est un cours d'eau coulant dans le canton de Neuchâtel en Suisse. C'est un affluent de l'Areuse dans le Val de Travers.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Source de la Noiraigue.

La source de la Noiraigue jaillit au fond du cirque du même nom. Elle est une résurgence du Bied coulant dans la vallée des Ponts et de la Sagne.

Le Bied s'engouffre dans la Perte du Voisinage - une doline située au sud-ouest des Ponts-de-Martel - pour ressortir dans la source de la Noiraigue. Cet écoulement souterrain a été prouvé par de nombreux traçages. Le premier eu lieu en 1864 par Desor[3], mais ce n’est qu'en 1903 que Schardt et Dubois[4] démontrèrent ce lien souterrain en réalisant un traçage à l'aide de fluorescéine[5]. L'eau met une soixantaine d'heures pour franchir les 4 kilomètres qui séparent la perte de la source[6].

Le débit moyen annuel de la source de la Noiraigue est d'environ 2 m3/s avec des crues pouvant atteindre 14 m3/s et des étiages à 0.25m3/s[2]. L'eau de la source est légèrement jaunâtre. Sa coloration provient des matières humiques livrées par les tourbières de la vallée des Ponts et de la Sagne. Lors des crues, la teinte s'accentue et devient jaune[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Burger, A. (1959). Hydrogéologie du bassin de l’Areuse. Faculté des Sciences de l'Université de Neuchâtel, p.20
  2. a et b Fournier, L. (2012). Modélisation hydrogéologique 3D d’un aquifère karstique intégrant la fracturation des structures plissées. L’exemple de la source de la Noiraigue. Centre d’hydrogéologie de l’Université de Neuchâtel, p.12
  3. Desor, E. (1864). Expériences sur la durée du parcours souterrain des eaux de la Noiraigue. p. 37.
  4. Schardt, H. et Dubois, A. (1903) Description géologique de la région des Gorges de l'Areuse (Jura neuchâtelois). p.467
  5. Burger, A. (1959). Hydrogéologie du bassin de l’Areuse. Faculté des Sciences de l'Université de Neuchâtel, p.197
  6. Institut suisse de spéléologie et de karstologie. (2011). Gorges de l’Areuse, Guide d’excursions hydrogéologiques. p.33
  7. Burger, A. (1959). Hydrogéologie du bassin de l’Areuse. Faculté des Sciences de l'Université de Neuchâtel, p.194