Lucelle (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucelle.

Lucelle
Illustration
Caractéristiques
Longueur 27 km
Bassin
Bassin collecteur Rhin
Débit moyen ?
Régime pluvial
Cours
Source Plateau de Pleigne
· Localisation sud de Pleigne
· Altitude 750 m
· Coordonnées 47° 24′ 20″ N, 7° 17′ 04″ E
Confluence Birse
· Localisation Sud de Laufen
· Altitude 358 m
· Coordonnées 47° 24′ 39″ N, 7° 29′ 40″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau de la France France
Cantons
Région
Jura, Bâle-Campagne, Soleure
Grand Est

La Lucelle, appelée Lützel en allemand, est une rivière franco-suisse et un affluent de la Birse, donc un sous-affluent du Rhin.

Parcours[modifier | modifier le code]

Cette petite rivière prend sa source au sud-ouest de la commune suisse de Pleigne (Bief de la Côte de Mai) à 809 mètres d'altitude.

À partir de Lucelle, elle marque sur 12 km la frontière entre le canton du Jura et le département du Haut-Rhin avant de traverser le canton suisse de Soleure pour rejoindre celui de Bâle-Campagne et se jeter dans la Birse à Laufon. La longueur de son cours d'eau en France est de 11,8 km[1].

Affluents[modifier | modifier le code]

La Lucelle a la particularité de posséder des affluents d'origine karstique, qui confluent avec elle au niveau de la commune française de Lucelle.

  • en rive gauche, le ruisseau permanent issu de la grotte Malou[2],[3] (long d'environ 350 m)[4], et le ruisseau temporaire issu de la grotte du Siphon de Lucelle[5],[3] (long d'environ 40 m)[4]. Ces deux cavités sont situées sur le territoire de la commune française de Lucelle[5],[2].
  • en rive droite, le ruisseau permanent issu de la grotte du Silberloch, située sur le territoire de la commune suisse de Pleigne[6].

Particularités[modifier | modifier le code]

Cette rivière marque une frontière linguistique entre l'alsacien, dialecte sundgauvien de type germanique ayant le statut de langue régionale de France[7], et le franc-comtois, langue d'oïl et donc apparentée au français, employée traditionnellement dans le canton suisse du Jura[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. SANDRE, « Fiche rivière la lucelle (A0080300) » (consulté le 10 janvier 2009).
  2. a et b « ALSAW1001737 », sur http://fiches-risques.brgm.fr (consulté le 19 novembre 2016).
  3. a et b « Carte », sur http://www.georisques.gouv.fr (consulté le 19 novembre 2016).
  4. a et b « Carte », sur https://www.geoportail.gouv.fr (consulté le 19 novembre 2016).
  5. a et b « ALSAW1001715 », sur http://fiches-risques.brgm.fr (consulté le 19 novembre 2015).
  6. Jean-François Brouillard, « La grotte du Silberloch », Sous Terre n°22,‎ 1982-1983.
  7. [1], Insee Chiffres pour l’Alsace • revue n° 12 • décembre 2002.
  8. Sara Cotelli Kureth, Question Jurassienne et Idéologies Langagières : Langue et construction identitaire dans les revendications autonomistes des minorités francophones (1959-1978), Neuchâtel, Éditions Alphil, , 464 p. (ISBN 2889300366, lire en ligne), page 228.

Sur les autres projets Wikimedia :