Giffre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Giffre (homonymie).
le Giffre
(torrent du Foulon)
Le Giffre au niveau des gorges des Tines à Sixt-Fer-à-Cheval.
Le Giffre au niveau des gorges des Tines à Sixt-Fer-à-Cheval.
Arrondissement de Bonneville dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.
Arrondissement de Bonneville dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.
Caractéristiques
Longueur 46,2 km [1]
Bassin 455 km2 [1]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 18,6 m3/s (Taninges) [2]
Nombre de Strahler 6
Organisme gestionnaire SM3A ou syndicat d'Aménagement de l'Arve et de ses affluents[3]
Régime nival
Cours
Source Le Bout du Monde
· Localisation Versant sud du Grand Mont Ruan
· Altitude 1 080 m
· Coordonnées 46° 06′ 33″ N, 6° 51′ 49″ E
Confluence Arve
· Localisation Vougy
· Altitude 460 m
· Coordonnées 46° 04′ 07″ N, 6° 29′ 28″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Giffre des Fonds, Verney, des Verneys, Nant d'Ant
· Rive droite Clévieux, Lachat, Risse, Foron
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Haute-Savoie
Arrondissements Bonneville
Cantons Cluses, Bonneville
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes
Principales localités Marignier, Taninges, Samoëns, Saint-Jeoire

Sources : SANDRE:« V01-0400 », Géoportail, Banque Hydro

Le Giffre est une rivière française de Haute-Savoie (torrent), en région Auvergne-Rhône-Alpes, et un affluent droit de l'Arve, donc un sous-affluent du Rhône.

Le Giffre est une des rivières proportionnellement les plus abondantes de France. La lame d'eau écoulée dans le bassin versant de la rivière est de 1 810 millimètres annuellement, ce qui est extrêmement élevé, environ six fois la moyenne française, et résulte des précipitations abondantes sur les préalpes du nord, dont le Massif du Giffre.

Géographie[modifier | modifier le code]

De 46,2 km de longueur[1], il prend ses sources dans le cirque du Bout du monde, à 1 080 m d'altitude, près du Cirque du Fer-à-Cheval, au pied du Mont Ruan. Il rejoint l'Arve, dont il est le principal affluent, après Marignier, à 460 m d'altitude. C'est le dernier cours d'eau préalpin à proposer des secteurs en tresses très développés. Il existe deux Giffres :

Les deux Giffres confluent sur la partie amont du bassin, sur la commune de Sixt-Fer-à-Cheval, en amont direct de l'entrée des Gorges des Tines.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de la Haute-Savoie (74), le Giffre traverse les onze communes[1] suivantes, de l'amont vers l'aval, de Sixt-Fer-à-Cheval (source), Samoëns, Verchaix, Morillon, La Rivière-Enverse, Taninges, Mieussy, Saint-Jeoire, Marignier, Vougy (confluence).

Soit en termes de cantons, le Giffre prend source dans le canton de Cluses, conflue dans le canton de Bonneville, le tout dans l'arrondissement de Bonneville.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le Giffre traverse les zones hydrographiques V010, V011, V012, V013, V014, V015 pour une superficie totale de 455km2 de superficie[1]. Ce bassin versant est constitué à 84,26 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 12,71 % de « territoires agricoles », à 3,00 % de « territoires artificialisés », à 0,06 % de « surfaces en eau », à 0,02 % de « zones humides »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Le Syndicat Intercommunal à Vocation Multiples du Haut-Giffre SIVM HG et la communauté de Commune des quatre rivières ont délégués par le Contrat de Rivière Giffre et Risse, la maitrise d'ouvrage au SM3A ou syndicat d'Aménagement de l'Arve et de ses Affluents[3].

Affluents[modifier | modifier le code]

Vue vers l'aval du Giffre des Fonts depuis le pont de Sales.
Cascade du Rouget près de Sixt-Fer-à-Cheval.

Le Giffre a vingt-sept affluents référencés[1] :

Donc son rang de Strahler est de six.

Sans oublier les centaines de cascades du Cirque du Fer-à-Cheval.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Rochers des Fiz et lac d’Antenne en août 2016.
Lac de Roy à Taninges dans le bassin versant du Foron.

Le Giffre a été observé aux deux stations hydrologiques de V0144010 Le Giffre à Taninges (Pressy), et V0154010 le Giffre (giffre) à Marignier (Plan Séraphin), à 525 m d'altitude, pour un bassin versant de 441 km2[4].

Le Giffre à Taninges[modifier | modifier le code]

Le module du Giffre a été calculé durant une période de 65 ans (1948-2012) à Taninges au lieu-dit « Pressy », à 615 m d'altitude[2]. Il se monte à 18,6 m3/s pour une surface de bassin de 325 km2, soit 75 % de la totalité du bassin de 455 km2[1].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : V0144010 - le Giffre à Taninges (Pressy) pour un bassin versant de 325 km2 à 615 m d'altitude[2]
(8-12-2016 - données calculées sur 65 ans)
Source : Banque Hydro - MEDDE

La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit typiques d'un régime essentiellement nival avec une légère composante pluviale. Les hautes eaux se déroulent au printemps et au début de l'été, et sont dues à la fonte des neiges ; elles portent le débit mensuel moyen au niveau de 29 à 38 m3/s de mai à juillet inclus (avec un maximum en juin), et sont suivies d'une baisse progressive avec un bref plateau d'automne en octobre-novembre (dû aux pluies de saison). L'étiage a lieu en hiver et va de décembre à début mars, entraînant une baisse du débit moyen mensuel jusqu'à un minimum de 8,19 m3/s au mois de janvier.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 2,20 m3/s, en cas de période quinquennale sèche, ce qui reste assez confortable.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être assez importantes. Les QJX 2 et QJX 5 valent respectivement 120 et 160 m3/s. Le QJX 10 ou débit journalier calculé de crue décennale est de 180 m3/s, le QJX 20 de 210 m3/s, tandis que le QJX 50 se monte à 240 m3/s.

Le débit journalier maximal enregistré à Taninges durant cette période a été de 270 m3/s le En comparant cette valeur à l'échelle des QJX de la rivière, on constate que cette crue était supérieure au niveau de crue cinquantennale calculé par le QJX 50, et donc exceptionnelle.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Le Giffre est une des rivières proportionnellement les plus abondantes de France. La lame d'eau écoulée dans le bassin versant de la rivière est de 1 810 millimètres annuellement, ce qui est extrêmement élevé et résulte des précipitations abondantes sur les préalpes du nord, dont le Massif du Giffre. Le débit spécifique (Qsp) se monte ainsi à 57,3 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Économie[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, l'industrie électrochimique se sert de la force du Giffre, via la croissance rapide d'Ugine aciers, qui a produit la moitié de l'acier inox français, et qui est le résultat de la fusion de plusieurs sociétés de Savoie et Haute-Savoie.

Aménagement et écologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. rd pour rive droite et rg pour rive gauche

Références[modifier | modifier le code]

Bases de données géographiques : OpenStreetMap • SandreVoir et modifier les données sur WikidataNotices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque nationale d’Israël