Albanne (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Albanne (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour la rivière de la Côte-d'Or, voir Albane (rivière).
l'Albanne
(torrent du Rouselet)
L'Albanne à Chambéry en hiver.
L'Albanne à Chambéry en hiver.
Cours de l'Albanne sur la carte de la Savoie.
Cours de l'Albanne sur la carte de la Savoie.
Caractéristiques
Longueur 13 km [1]
Bassin 46,5 km2 [2]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 0,766 m3/s (Chambéry) [2]
Nombre de Strahler 3
Régime pluvial[3]
Cours
Source Massif de la Chartreuse (Mont Granier)
· Localisation Apremont
· Altitude 1 321 m
· Coordonnées 45° 29′ 58″ N, 5° 53′ 55″ E
Confluence la Leysse
· Localisation Chambéry
· Altitude 275 m
· Coordonnées 45° 34′ 02″ N, 5° 55′ 55″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Revaison, Bondat
· Rive droite Favières, Torne, Mère,
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Savoie
Arrondissements Chambéry
Cantons Montmélian, La Ravoire, Chambéry-2
Principales localités Chambéry

Sources : SANDRE:« V1310620 », Géoportail, Banque Hydro

L'Albanne est une rivière située dans le département français de la Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes, et en ancienne région Rhône-Alpes, et un affluent gauche de la Leysse. La rivière est donc un sous-affluent du Rhône par le lac du Bourget, et le canal de Savières.

Oronymie[modifier | modifier le code]

Albanne est un hydronyme issu du mot latin Alba (Blanc) et désignant la couleur de la rivière[4]. Toutefois, le chanoine Adolphe Gros réfute cette possible traduction en indiquant que la couleur des eaux la rivière ne sont pas plus blanches qu'une autre[5]... Cependant, le site de Henry Suter (henrysuter.ch) s'appuie sur les travaux de Xavier Delamare pour indiquer une autre traduction désignant « eau divine », formée par le gaulois albios, et suffixe issu du gaulois -anne, -onne, « cours d´eau, source », ou encore à travers le mot gaulois abona (« rivière ») ou *ab / *ap, de genre animé désignait « les eaux » en tant qu'êtres qui agissent et par la suite, en tant que forces naturelles de caractère religieux[4],[6].

On trouve des mentions du cours d'eau dès le XIIIe siècle avec Aqua que vocatur Albana (1232), ou par la suite avec Juxta aquam Albane ou super ripperia Albane (1418), Albane (1426), puis Arbanne (1555)[4],[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle prend sa source du Massif de la Chartreuse à deux kilomètres au nord du Mont Granier (1 933 m) et du col du Granier[7], et arpente les villes de Saint-Baldoph et Barberaz[8] avant d'entrer dans Chambéry et conflue en rive gauche dans la Leysse sous le quai Raymond Poincaré[9].

La longueur de son cours est de 13 km[1] et elle traverse le Parc naturel régional de la Chartreuse[10],[note 1].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de la Savoie, l'Albanne traverse six communes[1],[10] et trois cantons :

Soit en termes de cantons, l'Albanne prend source dans le canton de Montmélian, traverse le canton de La Ravoire et conflue dans le canton de Chambéry-2, le tout dans l'arrondissement de Chambéry.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

L'Albanne traverse une seule zone hydrographique « La Leysse » (V131) de 306 km2 de superficie[1]. ce bassin versant est constitué à 55,84 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 30,93 % de « territoires agricoles », à 13,17 % de « territoires artificialisés »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

L'Albanne a cinq affluents référencés[1] :

Donc son rang de Strahler est de trois.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Albanne à Chambéry[modifier | modifier le code]

L'Albanne a un débit moyen de 0,766 m3/s[2],[11] pour un bassin versant de 46,5 km2. Les observations à la station de Chambéry au Pont Chevalier se poursuivent depuis 1986 soit plus de vingt-sept ans.

Par contre le débit moyen mensuel inter-annuel (avril) est de 1,21 m3/s[3] et son régime hydrologique est dit régime pluvial[3].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : V1318210[2] à Chambéry au Pont Chevalier - pour 46.5 km2[2],[11]
(le 4-12-2012 depuis 1986 soit 27 ans)

Pour les six communes traversées par le cours principal, l'Albanne couvre 59 km2 pour 73 562 habitants, avec une densité de 1 243 hab/km2 à 310 m d'altitude moyenne[10].

Étiage[modifier | modifier le code]

Concernant les basses eaux ou étiage, le VCN3 2 - pour une fréquence biennale - est de 0,036 m3/s et le QMNA 15 est de 0,047 m3/s - pour une fréquence quinquennale sèche -.

Crues[modifier | modifier le code]

Concernant les crues, le QJX 2 est de 8,8 m3/s et le QIX 2 est de 15 m3/s alors que le QJ 20 est de 16 m3/s et le QIX 20 est de 28 m3/s.

Le débit instantané maximal observé a été de 24,9 m3/s le (29 ans), la hauteur maximale instantanée de 270 cm - ou 2,70 m - le (25 ans) le même jour où le débit journalier maximal fut de 24,40 m3/s.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Écologie[modifier | modifier le code]

L'Albanne a une ZNIEFF de type 1 depuis 2007 pour quatre hectares de superficie sur les deux communes de Ravoire et Saint-Baldoph, référencée numéro 820031460 et dite Ruisseau de l'Albanne[12]. La zone est favorable au cuivré des marais, papillon, lié à l'oseille.

Article détaillé : [Ruisseau de l'Albanne].

Pêche[modifier | modifier le code]

L'Albanne et ses affluents sont des cours d'eau de première catégorie[13] qui dépendent de AAPPMA les Pêcheurs chambériens[14].

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. pour les trois communes de Apremont, Myans et Saint-Baldoph
  2. rd pour rive droite, rg pour rive gauche

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Albanne (V1310620) » (consulté le 23 février 2017)
  2. a, b, c, d et e Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Albane à Chambéry (Pont Chevalier) (V1318210) » (consulté le 9 décembre 2012)
  3. a, b et c L'eau dans le bassin Rhône-Méditerranée, « Donnés hydrologiques des cours d'eau du bassin Rhône-Méditerranée », (consulté le 9 décembre 2012)
  4. a, b et c « Articles « Albanne (...) » », sur le site Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, site personnel de henrysuter.ch (consulté en juillet 2014).
  5. a et b Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 22.
  6. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, éditions Errance, Collection des Hespérides, 2001, pp. 29-30 sous abona, abu-.
  7. Source de l'Albanne sur Géoportail (consulté le 9 décembre 2012).
  8. Géoportail - Institut Géographique National (France), « Géoportail » (consulté le 9 décembre 2012)
  9. Confluence de l'Albanne en rive droite de la Leysse sur Géoportail (consulté le 9 décembre 2012).
  10. a, b et c annuaire-mairie.fr, « Rivière L'Albanne » (consulté le 9 décembre 2012)
  11. a et b « Résultats de la situation hydrologique chambérienne », sur www.rdbrmc.com (consulté le 12 janvier 2014)
  12. ZNIEFF 820031460 - Ruisseau de l'Albanne sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  13. Fédération départementale de pêche - Savoie 73, « Cours d'eau de 1re cat. ( liste non exhaustive) » (consulté le 9 décembre 2012)
  14. Fédération départementale de pêche - Savoie 73, « les AAPPMA » (consulté le 9 décembre 2012)