Furans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Furan.
le Furans
Illustration
Le Furans vers Peyzieu, sous la neige.
Carte.
le canton de Belley dans Ain
Caractéristiques
Longueur 29,4 km [1]
Bassin 209 km2 [1]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 3,85 m3/s (Arbignieu) [2]
Régime pluvial
Cours
Source source
· Localisation La Burbanche
· Coordonnées 45° 50′ 59″ N, 5° 32′ 59″ E
Confluence la dérivation de Belley
· Localisation Brens
· Coordonnées 45° 42′ 36″ N, 5° 42′ 02″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département département de l'Ain
Arrondissements Belley
Cantons Belley
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes
Principales localités Belley

Sources : SANDRE:« V14-0430 », Géoportail, Banque Hydro

Le Furans est une rivière française, affluent de la dérivation de Belley, donc sous-affluent du Rhône en rive droite, qui coule dans le département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il coule entièrement dans le département de l'Ain, sur 29,4 km de longueur[1]. Il naît au nord de la commune de La Burbanche, à proximité du lac des Hôpitaux et emprunte la direction du sud-est par la Cluse des Hôpitaux.

Le Furans baigne la ville de Belley, et se jette dans le Rhône , après avoir rencontré la dérivation de Belley, 15,1 km[3], sur la commune de Brens.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de l'Ain, le Furans traverse les neuf communes[1] suivantes, de La Burbanche (source), Rossillon, Cheignieu-la-Balme, Pugieu, Andert-et-Condon, Chazey-Bons, Belley, Arbignieu, Brens (confluence).

Soit en termes de cantons, le Furans prend source et conflue dans le même canton de Belley, le tout dans l'arrondissement de Belley.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le Furans traverse les deux zone hydrographiques[1] suivantes V145 et V146, pour une superficie totale de 209km2[1]. Ce bassin versant est constitué à 57,39 de « forêts et milieux semi-naturels », à 36,95 de « territoires agricoles », à 3,75 de « territoires artificialisés », à 1,01 de « zones humides », à 0,84 de « surfaces en eau »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Furans a huit tronçons affluents référencés[1] :

  • le ruisseau Pointay,
  • le Bief de Sonne,
  • l'Arène,
  • le ruisseau de Farabos,
  • le ruisseau de Cressieu,
  • le ruisseau des Pus,
  • le ruisseau du Praillon,
  • le ruisseau d'Armaille,

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Furans est une rivière abondante comme l'ensemble des cours d'eau du massif du Jura.

Le Furans à Arbinieu[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé sur une période de 25 ans, à Arbignieu, localité du département de l'Ain située à peu de distance de son débouché dans le Rhône[4]: et[2]. Le bassin versant de la rivière est de 160 km2.

Le module de la rivière à Arbignieu est de 3,85 m3/s. Le Furans présente des fluctuations saisonnières de débit assez fortes, avec des hautes eaux d'hiver-printemps, de janvier à mai inclus, portant les débits mensuels moyens à des valeurs situées entre 4,63 à 6,54 m3/s (avec un maximum en février), et des basses eaux d'été, de juillet à septembre, avec un minimum mensuel moyen de 1,02 au mois d'août.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Le VCN3 peut chuter jusque 0,433 m3/s, en cas de période quinquennale sèche[2], ce qui reste assez consistant.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être relativement importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 24 et 32 m3/s. Le QIX 10 est de 37 m3/s. Quant au QIX 20 il vaut 42 m3/s, tandis que le QIX 50 se monte à 49 m3/s[2].

Le débit instantané maximal enregistré a été de 48,5 m3/s en octobre 1998, tandis que le débit journalier maximal était de 44,2[2].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Le Furans est alimenté par les précipitations importantes de la région du Jura. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 760 millimètres annuellement, ce qui est largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, mais aussi à la moyenne de la totalité du bassin du Rhône (680 millimètres par an à Valence). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 24,1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Pêche[modifier | modifier le code]

Le Furans est un cours d’eau à truite fario, et localement ombre commun[5].

Aménagement et écologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bases de données géographiques : GeoNames • SandreVoir et modifier les données sur WikidataNotices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • Système universitaire de documentation