Furans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Furan.
le Furans
Le Furans vers Peyzieu, sous la neige.
Le Furans vers Peyzieu, sous la neige.
le canton de Belley dans Ain
le canton de Belley dans Ain
Caractéristiques
Longueur 29,4 km [1]
Bassin 209 km2 [1]
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 3,85 m3/s (Arbignieu) [2]
Régime pluvial
Cours
Source source
· Localisation La Burbanche
· Coordonnées 45° 50′ 59″ N, 5° 32′ 59″ E
Confluence la dérivation de Belley
· Localisation Brens
· Coordonnées 45° 42′ 36″ N, 5° 42′ 02″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département département de l'Ain
Arrondissements Belley
Cantons Belley
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes
Principales localités Belley

Sources : SANDRE:« V14-0430 », Géoportail, Banque Hydro

Le Furans est une rivière française, affluent de la dérivation de Belley, donc sous-affluent du Rhône en rive droite, qui coule dans le département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il coule entièrement dans le département de l'Ain, sur 29,4 km de longueur[1]. Il naît au nord de la commune de La Burbanche, à proximité du lac des Hôpitaux et emprunte la direction du sud-est par la Cluse des Hôpitaux.

Le Furans baigne la ville de Belley, et se jette dans le Rhône , après avoir rencontré la dérivation de Belley, 15,1 km[3], sur la commune de Brens.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de l'Ain, le Furans traverse les neuf communes[1] suivantes, de La Burbanche (source), Rossillon, Cheignieu-la-Balme, Pugieu, Andert-et-Condon, Chazey-Bons, Belley, Arbignieu, Brens (confluence).

Soit en termes de cantons, le Furans prend source et conflue dans le même canton de Belley, le tout dans l'arrondissement de Belley.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le Furans traverse les deux zone hydrographiques[1] suivantes V145 et V146, pour une superficie totale de 209km2[1]. Ce bassin versant est constitué à 57,39 de « forêts et milieux semi-naturels », à 36,95 de « territoires agricoles », à 3,75 de « territoires artificialisés », à 1,01 de « zones humides », à 0,84 de « surfaces en eau »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Furans a huit tronçons affluents référencés[1] :

  • le ruisseau Pointay,
  • le Bief de Sonne,
  • l'Arène,
  • le ruisseau de Farabos,
  • le ruisseau de Cressieu,
  • le ruisseau des Pus,
  • le ruisseau du Praillon,
  • le ruisseau d'Armaille,

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Furans est une rivière abondante comme l'ensemble des cours d'eau du massif du Jura.

Le Furans à Arbinieu[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé sur une période de 25 ans, à Arbignieu, localité du département de l'Ain située à peu de distance de son débouché dans le Rhône[4]: et[2]. Le bassin versant de la rivière est de 160 km2.

Le module de la rivière à Arbignieu est de 3,85 m3/s. Le Furans présente des fluctuations saisonnières de débit assez fortes, avec des hautes eaux d'hiver-printemps, de janvier à mai inclus, portant les débits mensuels moyens à des valeurs situées entre 4,63 à 6,54 m3/s (avec un maximum en février), et des basses eaux d'été, de juillet à septembre, avec un minimum mensuel moyen de 1,02 au mois d'août.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Le VCN3 peut chuter jusque 0,433 m3/s, en cas de période quinquennale sèche[2], ce qui reste assez consistant.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être relativement importantes. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 24 et 32 m3/s. Le QIX 10 est de 37 m3/s. Quant au QIX 20 il vaut 42 m3/s, tandis que le QIX 50 se monte à 49 m3/s[2].

Le débit instantané maximal enregistré a été de 48,5 m3/s en octobre 1998, tandis que le débit journalier maximal était de 44,2[2].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Le Furans est alimenté par les précipitations importantes de la région du Jura. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 760 millimètres annuellement, ce qui est largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, mais aussi à la moyenne de la totalité du bassin du Rhône (680 millimètres par an à Valence). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint 24,1 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Pêche[modifier | modifier le code]

Le Furans est un cours d’eau à truite fario, et localement ombre commun[5].

Aménagement et écologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bases de données géographiques : GeoNames • SandreVoir et modifier les données sur WikidataNotices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • Système universitaire de documentation