Orain (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Orain
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Haut-Rhin.
l'Orain
Illustration
Caractéristiques
Longueur 39 km
Bassin 200 km2
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 2,86 m3/s (le Deschaux)
Régime pluvial
Cours
Confluence le Doubs
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France

L'Orain est une rivière française qui coule dans le département du Jura. C'est un affluent du Doubs en rive gauche, donc un sous-affluent du Rhône par le Doubs et la Saône.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le bassin versant de l'Orain s'étend sur une superficie d'environ 240 km2 et regroupe une trentaine de communes. L'Orain prend naissance sur le territoire de la ville de Poligny, dans le département du Jura, à moins de 10 kilomètres au sud-sud-ouest d'Arbois. Son orientation générale va du sud-est vers le nord-ouest. Après un parcours d'environ 40 km, elle se jette dans le Doubs (rive gauche) à Chaussin, petite localité située à une douzaine de kilomètres au sud de Dole.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

L'Orain traverse les communes suivantes : Poligny, Tourmont, Brainans, Bersaillin, Colonne, Villers-les-Bois, Séligney, Villers-Robert, Le Deschaux, Balaiseaux, Rahon, Saint-Baraing, et Chaussin, toutes situées sur le territoire du département du Jura.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Orain est une rivière abondante, mais très irrégulière, comme la plupart des cours d'eau issus de la partie est de la France et notamment des plateaux du Jura. Elle naît du système karstique des plateaux du Jura. Son débit est très variable. Si un orage ou une averse violente se déclenche sur le plateau, quelques heures plus tard son cours se gonfle ou déborde.

Son débit a été observé sur une période de 29 ans (1968-1996), au Deschaux, localité située à une quinzaine de kilomètres de distance de son confluent avec le Doubs[1]. Le bassin versant de la rivière y est de 181 km2 (soit plus ou moins 90 % de sa totalité qui fait 200 km2).

Le module de la rivière au Deschaux est de 2,86 m3⋅s-1.

L'Orain présente des fluctuations saisonnières de débit très marquées. Les hautes eaux d'hiver portent le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 4,73 et 5,19 m3⋅s-1, de décembre à février inclus (avec un maximum en février), et se prolongent durant les mois de mars et d'avril par des débits encore abondants (3,42 et 3,27 m3⋅s-1). Les basses eaux ont lieu en été, de juillet à septembre, avec une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 0,569 m3 au mois d'août. Mais les fluctuations de débit sont bien plus prononcées sur de plus courtes périodes.

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 0,19 m3, en cas de période quinquennale sèche.

Les crues peuvent être très importantes compte tenu de la petite taille de la rivière et de son bassin versant. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 47 et 63 m3⋅s-1. Le QIX 10 est de 74 m3⋅s-1, le QIX 20 de 84 m3 et le QIX 50 de 98 m3.

Pour se faire une idée de l'importance de ces débits, on peut les comparer à ceux d'un affluent de la Seine à l'ouest de Paris, l'Eure (à Louviers), qui roule en moyenne 26 m3 sur un territoire de 5 935 km2. Le QIX 10 de l'Eure en fin de parcours vaut 96 m3 (contre 74 pour l'Orain) et son QIX 50 se monte à 130 m3 (contre 98 pour l'Orain). Ainsi malgré un bassin trente fois moins étendu et un débit moyen près de dix fois moindre, le volume des crues de l'Orain vaut plus ou moins les trois-quart du volume de celles de l'Eure[2].

Le débit instantané maximal enregistré au Deschaux durant cette période de 29 ans, a été de 76,6 m3⋅s-1 le 28 janvier 1979, tandis que la valeur journalière maximale était de 66,1 m3⋅s-1 le 9 mai 1985. En comparant la première de ces valeurs avec l'échelle des QIX de la rivière, il apparait clairement que cette crue n'était guère plus que décennale, et donc appelée à se répéter avec une fréquence de plus ou moins 15 ans.

L'Orain est une rivière abondante, comme c'est la norme partout en Franche-Comté. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 500 millimètres annuellement, ce qui est largement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus, mais sensiblement égal à la moyenne du bassin de la Saône (501 millimètres à Lyon). Le débit spécifique de la rivière (ou Qsp) atteint 15,8 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Curiosités - Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Poligny : station verte fort bien équipée. Très riche patrimoine architectural.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Banque Hydro - Station U2715010 - L'Orain au Deschaux (Synthèse) (ne pas cocher la case "Station en service")
  2. Banque Hydro - Station H9501010 - L'Eure à Louviers (ne pas cocher la case "Station en service")