Besançon (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

le Besançon
Illustration
Le Besançon à Domsure.
le Besançon sur OpenStreetMap.
Caractéristiques
Longueur 14,4 km [1]
Bassin collecteur bassin du Rhône
Débit moyen (Condal)
Nombre de Strahler 2
Organisme gestionnaire EPTB Saône & Doubs
Régime pluvial
Cours
Source sous le Belvédère du Bois de la Roche
· Localisation Montagna-le-Reconduit
· Altitude 356 m
· Coordonnées 46° 27′ 23″ N, 5° 23′ 19″ E
Confluence le Solnan
· Localisation Condal
· Altitude 192 m
· Coordonnées 46° 27′ 39″ N, 5° 16′ 17″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Bief de Ruilla
· Rive droite Bief d'Argent
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Saône-et-Loire, Ain, Jura
Arrondissements Lons-le-Saunier, Bourg-en-Bresse, Louhans
Cantons Saint-Amour, Coligny, Cuiseaux
Régions traversées Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes

Sources : SANDRE:« U3430620 », Géoportail, Banque Hydro, OpenStreetMap

Le Besançon est une rivière française qui coule dans les trois département de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire et dans les deux régions Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes. C'est un affluent droit du Solnan, et un sous-affluent respectivement de la Seille, de la Saône et du Rhône.

Géographie[modifier | modifier le code]

D'une longueur de 14,4 kilomètres[1], le Besançon prend sa source sur la commune de Montagna-le-Reconduit à 356 mètres d'altitude, sous le Belvédère du Bois de la Roche[2].

Il coule globalement de l'est vers l'ouest[3].

Il conflue avec le Solnan sur la commune de Condal, à 192 mètres d'altitude, près du lieu-dit le Moulin Neuf[4].

Départements, communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Le Besançon traverse les trois département de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire, traverse cinq communes[1] (ou six communes selon l'Annuaire des Mairies et Villes de France[note 1],[5]) : Montagna-le-Reconduit, Balanod, Saint-Amour, Domsure et Condal[note 1].

Le Besançon coule sur trois cantons : il prend sa source dans le canton de Saint-Amour, traverse le canton de Coligny, et conflue dans le canton de Cuiseaux, le tout dans les arrondissements de Lons-le-Saunier, de Bourg-en-Bresse et de Louhans.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

La superficie du bassin versant « Le Solnan de sa source au Seuvron » (U343) est de 178 km2[1],[note 2].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Un contrat de rivière du bassin de la Seille porté par le Syndicat mixte Saône et Doubs a été mis en œuvre depuis 2002 avec l'aide financière des conseils régionaux et généraux, de l’Agence de l’eau et de l’État. Ce syndicat est désormais intégré dans l'EPTB Saône-Doubs[6]. Il se préoccupe de la qualité de l'eau mais aussi des inondations de lieux habités lors des crues qui concernent plus de trente communes, les trois secteurs les plus touchés étant l’agglomération louhannaise, Bletterans et Voiteur.

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Besançon a deux affluents référencés[1] :

Rang de Strahler[modifier | modifier le code]

Donc le rang de Strahler du Besançon est de deux.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le régime hydrologique du Besançon est dit pluvial.

Climat[modifier | modifier le code]

Le Besançon à Montagna-le-Reconduit[modifier | modifier le code]

La station hydrologique Le Besançon à Montagna-le-Reconduit, sur la commune source, n'a été ouverte que deux années 1987 et 1988[7], donc ne permet pas d'avoir de statistiques.

Aménagements et écologie[modifier | modifier le code]

En parcourant les Gorges du Besançon, on trouve une ancienne filature, une marbrerie et des fromageries, des ruines de moulins et des lieux-dits Moulin (plusieurs), Moulin Ripaille, la Foule Moulin, l'ancien quartier de la Forge, des cascades et un plan d'eau sur le Bief d'Argent[8].

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Circle-icons-globe.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b L'Annuaire des Mairies et Villes de France rajoute la commune de Varennes-Saint-Sauveur pourtant à plus d'un kilomètre à l'ouest du Solnan et en rive gauche alors que le Besançon est un affluent de rive droite et à l'est du Solnan.
  2. le SANDRE 2020 n'affiche plus les superificies des zones hydrographiques, ni les répartitions par type de terrains
  3. rd pour rive droite et rg pour rive gauche

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Besançon (U3430620) » (consulté le 3 mars 2013)
  2. « Source du Besançon » sur Géoportail (consulté le 3 mars 2013).
  3. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 3 mars 2013)
  4. « Confluence du Besançon avec le Solnan » sur Géoportail (consulté le 3 mars 2013).
  5. annuaire-mairie.fr, « Ruisseau Besançon » (consulté le 3 mars 2013)
  6. « ETPB Saône-Doubs », sur www.eptb-saone-doubs.f (consulté le 30 avril 2013)
  7. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Besançon à Montagna-le-Reconduit (U3436210) » (consulté le 25 novembre 2012)
  8. « Balanod : Gorges du Besançon », sur http://www.saint-amour-jura.fr (consulté le 4 mars 2013)
Ressource relative à la géographieVoir et modifier les données sur Wikidata :