Sansfond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sansfond
La Sansfond canalisée au-dessus du pont-aqueduc des Arvaux sur la commune de Noiron-sous-Gevrey
La Sansfond canalisée au-dessus du pont-aqueduc des Arvaux sur la commune de Noiron-sous-Gevrey
Caractéristiques
Longueur 16,3 km
Bassin 60 km2
Bassin collecteur Rhône
Débit moyen 0,28 m3/s (Saulon-la-Rue)
Régime pluvial
Cours
Source Ferme de la Sans Fond
· Localisation Perrigny-lès-Dijon
· Altitude 230 m
· Coordonnées 47° 14′ 46″ N 5° 02′ 17″ E / 47.24611, 5.03806 (Source - Sansfond)  
Confluence Vouge
· Localisation Abbaye de Cîteaux
· Altitude 193 m
· Coordonnées 47° 07′ 41″ N 5° 06′ 33″ E / 47.12806, 5.10917 (Confluence - Sansfond)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Bourgogne

La Sansfond est une petite rivière française qui coule dans le département de la Côte-d'Or en région de Bourgogne. C'est un affluent de la Vouge en rive gauche, donc un sous-affluent du Rhône par la Vouge, puis la Saône.

Hydronymie[modifier | modifier le code]

Ce cours d'eau est parfois orthographié de différentes manières : Sansfond, Sans-Fond, Cent-Fonts,... La plus ancienne référence à cette rivière date du IXe siècle : on trouve alors l'appellation "Cent-Fonts". Le terme d'origine latine "Font" évoque une source, une fontaine ; "Cent" pourrait alors indiquer l'existence de multiples sources. Il semble par conséquent que "Cent-Fonts" soit l'orthographe originelle[1]. Pourtant, la tradition locale a préféré la dénomination "sans fond", suggérant peut-être une relative profondeur du cours d'eau. Aujourd'hui, l'hydronyme de "Sansfond" est celui qui a été retenu, notamment dans la cartographie.

Parcours[modifier | modifier le code]

La Sansfond prend sa source à Perrigny-lès-Dijon[2], au niveau de la ferme de la Sansfond, et se jette dans la Vouge au niveau de l'abbaye de Cîteaux, sur le territoire de Saint-Nicolas-lès-Cîteaux.

Initialement, la Sansfond se jetait dans la Varaude, juste avant le village de Noiron-sous-Gevrey. Manquant d'eau courante pour leur abbaye, les premiers moines de Cîteaux décident de prolonger le cours de la Sansfond jusqu'à eux. Outre le creusement d'un canal, ils construisent un pont-canal, achevé en 1220 et appelé Pont des Arvaux, afin de passer au-dessus du cours de la Varaude. La Sansfond se jette dorénavant dans la Vouge.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Dans l'ordre alphabétique :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Sansfond est une rivière assez peu abondante, mais très régulière. La station hydrométrique de Saulon-la-Rue, localité située à une dizaine de kilomètres de son confluent, a relevé, sur une surface de 51,5 kilomètres carrés (80 % du bassin versant total), un module ou débit moyen interannuel de 0,28 m³ par seconde[3]. Les observations ont été faites durant une période de 18 ans allant de 1989 à 2007.

La Sansfond présente des fluctuations saisonnières de débit très peu marquées. Les hautes eaux se déroulent en hiver et se caractérisent par des débits mensuels oscillant entre 0,307 et 0,370 m³ par seconde, de novembre à avril inclus (avec un maximum en février-mars). Les basses eaux ont lieu en été, de juillet à septembre, entraînant une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 0,184 m³ au mois d'août, ce qui est loin d'être faible. Mais les fluctuations sont plus prononcées sur de plus courtes périodes, ou encore selon les années.

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 0,110 m³, en cas de période quinquennale sèche, soit 110 litres par seconde, ce qui est loin d'être sévère et reste presque abondant pour un aussi petit cours d'eau.

Les crues sont habituellement fort modérées, du moins dans le contexte du bassin versant de la Saône. Les QIX 2 et QIX 5 valent en effet respectivement 1,5 et 2,3 m³. Le QIX 10 est de 2,8 m³ par seconde et le QIX 20 de 3,4 m³. Quant au QIX 50 il n'a pas été calculé, faute de durée d'observation suffisante.

Le débit instantané maximal enregistré à Saulon-la-Rue a été de 3,61 m³ par seconde le 14 mars 2001, tandis que la valeur journalière maximale était de 3,08 m³ par seconde le 8 janvier 1994. Si l'on compare la première de ces valeurs à l'échelle des QIX, on constate que cette crue était d'ordre vicennal et donc non exceptionnelle, car destinée à se répéter en moyenne tous les 25 ans environ.

Au total, la Sansfond est une rivière peu abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin est de 171 millimètres annuellement, ce qui est près de deux fois moindre que la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus (320 millimètres). C'est aussi largement inférieur à la moyenne du bassin de la Saône (501 millimètres à Lyon). Le débit spécifique de la rivière (ou Qsp) se monte dès lors à un faible 5,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On trouve d'ailleurs une autre rivière appelée "Cent Fonts" dans l'Hérault, en Languedoc.
  2. Fiche signalétique : SOURCE DE LA SANSFOND (05005X0042/S-FOND) - Qualité des eaux souterraines
  3. Banque Hydro - Station U1415410 - La Sansfond à Saulon-la-Rue (option synthèse)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]