Lycée Thiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lycée Thiers
Image illustrative de l'article Lycée Thiers
Entrée du lycée
Généralités
Création 1802
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 43° 17′ 47″ N 5° 22′ 58″ E / 43.296503, 5.38278643° 17′ 47″ Nord 5° 22′ 58″ Est / 43.296503, 5.382786  
Adresse 5, place du Lycée
13001 Marseille
Site internet www.lyc-thiers.ac-aix-marseille.fr
Cadre éducatif
Proviseur Thierry Verger
Proviseur-adjoint Bruno Bouchon (CPGE)
Nicolas Salvat (lycée)
Population scolaire ~400 élèves au collège
~1 900 élèves au lycée
Formation Collège
Lycée général (S, ES et L)
CPGE scientifiques, économiques et littéraires
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marseille

(Voir situation sur carte : Marseille)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Cour du lycée Thiers avec la Chapelle des Bernardines en arrière-plan à droite.

Le lycée Thiers est un établissement public local d'enseignement français, regroupant un collège, un lycée et de nombreuses classes préparatoires aux grandes écoles. Il est situé dans le 1er arrondissement de Marseille, dans le quartier de Noailles, près du Vieux-Port et de la gare de Marseille-Saint-Charles.

C'est le plus ancien lycée de Marseille, créé en 1802 dans les locaux du couvent des Bernardines. Il est aujourd'hui le lycée public qui obtient régulièrement les meilleurs résultats de l'académie d'Aix-Marseille au baccalauréat et aux concours d'admission aux grandes écoles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts du lycée de Marseille[modifier | modifier le code]

La loi du 1er mai 1802 décidait la création de quarante-cinq lycées dans toute la France. Le troisième établissement d'État créé fut le lycée de Marseille, qui ouvrit le 22 décembre 1802. L'installation se fit dans l'ancien couvent des Bernardines, édifié en 1746, qui devint propriété nationale à la Révolution. Appelé Collège Royal sous la Restauration, l'établissement voit ses effectifs augmenter sensiblement, notamment grâce aux demandes d'étudiants aux origines les plus diverses. Ce cosmopolitisme s'explique notamment par le rayonnement commercial de la ville de Marseille. Aussi dès 1833, est créé un enseignement secondaire spécial qui, sous des noms divers, répond aux exigences du commerce et de la vie économique d'une cité en pleine expansion.

Sous le Second Empire et la présidence de Napoléon III, le lycée fut appelé Lycée Impérial. Des classes préparatoires à l'École militaire de Saint-Cyr et à l'École polytechnique sont créées. Plus tard viendront les classes littéraires, préparant notamment à l'École normale supérieure. Ce n'est qu'à partir de 1930 qu'il prend le nom d'Adolphe Thiers, qui y fut élève de 1807 à 1814.

En 1836, le physicien André-Marie Ampère meurt dans l'enceinte du Lycée au cours d'une tournée d'inspection.

En mai 1968, profitant de la vague anti-Thiers ambiante, des étudiants demandent que le lycée soit rebaptisé en lycée Pythéas ou encore en lycée de la Commune de Marseille[1].

Le lycée Thiers aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L'établissement est en fait un complexe d'études, comprenant une section collège complète avec environ 400 élèves (dont une centaine en cursus à horaires aménagés musique), et le lycée en lui-même avec près de 1 900 élèves, dont 980 inscrits dans les classes préparatoires aux grandes écoles.

Au début du mois de Septembre 1997, des élèves de la section prépa BCPST ont été victimes d'un bizutage violent : après avoir été obligées de défiler à moitié nues dans les rues de Marseille, elles ont été obligés de se baigner dans la mer et se promener à nouveau en public dans leurs sous-vêtements devenus transparents. Amenées dans un appartement, elles ont dû simuler des fellations sur un vibromasseur et reproduire des scènes tirées de films pornographiques, avant d'être à nouveau exhibées en public, bâillonnées et ligotées, sur l'esplanade du Prado. Ses scènes furent photographiées et filmées, les photos ensuite distribuées et vendues au sein du lycée[2],[3].

Quatorze élèves furent alors exclus par le conseil de discipline de l'établissement pour une durée de trois semaines[4]. Une enquête de l'IGEN révéla la complicité d'adultes dans ces faits de bizutage : des faux emplois du temps avaient été distribués aux élèves pour les inciter à rejoindre les activités organisées par les élèves en charge du bizutage. Ce rapport provoqua l'ouverture d'une procédure disciplinaire contre le proviseur du lycée Thiers[5], qui se solda par un avertissement contre celui-ci[3]. Deux professeurs de BCPST, Joëlle Jeanjean et Daniel Pansieri, non nommés par le rapport de l'IGEN, attaquèrent en diffamation Ségolène Royal car ils se sentaient visés par le rapport et les remarques de la ministre[6]. La CJR jugea en mai 2000 que la ministre n'avait pas diffamé ces deux professeurs[7].

Cette affaire de bizutage fut citée à de nombreuses reprises dans les débats parlementaires concernant la loi du 17 juin 1998 interdisant les bizutages[8].

Enseignement dispensé[modifier | modifier le code]

Collège[modifier | modifier le code]

Les matières enseignées au collège sont les mathématiques, le français, l’histoire-géographie, les SVT, la physique-chimie, la technologie, l’EPS, la musique et les arts plastiques. Les élèves sont répartis dans quatre classes dont une classe musicale. Il est à noter également que le collège, contrairement au lycée où une sélection sévère est opérée, est fréquenté par une population extrêmement hétérogène constituée d'élèves d'un arrondissement très populaire.

Lycée[modifier | modifier le code]

Les matières enseignées au lycée sont les mathématiques, le français, l’histoire-géographie, les SVT, la physique-chimie, la philosophie, l’EPS et, selon les filières, les sciences économiques et sociales et la littérature. Parmi les deux langues (LV1 et LV2) à choisir sont proposées l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’italien et le russe. Il est également possible de présenter les options arts plastiques, hébreu, provençal, chinois, grec ancien ou latin au baccalauréat[9]. La particularité du lycée Thiers est de disposer d'une section musicale. Cette section est la seule de l'académie d'Aix-Marseille à assurer la préparation au baccalauréat de Techniques de la musique et de la danse (TMD). La formation des élèves y est assurée avec le conservatoire à rayonnement régional de Marseille[9].

Répartition des classes au lycée :

Seconde Première Terminale
8 secondes de détermination
1 seconde musicale
1 première L
2 premières ES
5 premières S section SVT
1 première S section SI
1 première musicale
2 terminale ES
1 terminale L
5 terminales S section SVT
1 terminale S section SI
1 terminale musicale

Il est également de tradition au lycée Thiers d'effectuer en fin de classe de Première S une sélection pour les futurs élèves de Terminale S. Les élèves qui le souhaitent et qui en font la demande peuvent intégrer la classe de Terminale S2, une classe dont le but principal est de préparer les élèves qui se destinent à des classes préparatoires.

Le lycée se classe 9e sur 74 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 185ème au niveau national[10]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[11].

Classes préparatoires aux grandes écoles[modifier | modifier le code]

Entrée des classes préparatoires, côté cours Julien.

Le lycée abrite des CPGE littéraires (1 classe de Khâgnes A/L, 1 classe de Khâgnes B/L et 1 classe de Khâgnes LSH), économiques et commerciales (1 classe d'ECS), et scientifiques (3 classes de MP, 2 classes de PC, une classe de PSI, 3 classes de BCPST).

Classements[modifier | modifier le code]

Lycée[modifier | modifier le code]

En 2011, Le Figaro classe le lycée Thiers comme 478e sur 1 935 lycées français testés[12] tandis qu'en 2012 L’Express classe le lycée 167e sur 1 951 lycées français et 11e sur 59 lycées du département des Bouches-du-Rhône[13].

Résultats des élèves du lycée au baccalauréat[14]
Année Taux de réussite Taux de mention[15] Rang départemental Rang national
2012[16] 98 % 10/76 217/2323
2011[17] 98,2 % 72,8 % 12/147 310/5627
2010[18] 97,2 % 72,5 % 13/147 476/5627
2009[19] 98,9 % 79,7 % 8/147 310/5627
2008 96 % 13/147 430/5627
2007[20] 98,9 % 72,5 % 4/147 194/5627
2006 97 % 8/147 252/5627
2005 95 % 6/147 203/5627
2004[21] 97,1 % 70,4 % 3/147 74/5627
2003[22] 98,8 % 72,5 % 1/147 5/5627
2002[23] 95,9 % 73,3 %

Classes Préparatoires aux Grandes Écoles[modifier | modifier le code]

Le classement national des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) se fait en fonction du taux d'admission des élèves dans les grandes écoles. En 2014, L'Étudiant donnait le classement suivant pour les concours de 2013 :

Filière Élèves admis dans
une grande école1
Taux
d'admission1
Taux moyen
sur 5 ans
Classement
national
Évolution
sur un an
ECS 5 / 45 élèves 11 % 12 % 27e
sur 96
en augmentation 5
Khâgne A/L 3 / 36 élèves 8 % 6 % 8e
sur 44
en augmentation 12
Khâgne B/L 4 / 38 élèves 11 % 12 % 7e
sur 21
en augmentation 1
Khâgne LSH 2 / 36 élèves 6 % 6 % 16eex-æquo
sur 80
en augmentation 3
MP / MP* 12 / 108 élèves 11 % 15 % 29e
sur 112
en diminution 10
PC / PC* 14 / 80 élèves 18 % 22 % 15e
sur 112
en diminution 3
PSI / PSI* 16 / 45 élèves 36 % 40 % 11e
sur 117
en diminution 3
BCPST 52 / 139 élèves 37 % 40 % 29e
sur 53
en augmentation 1
Source : Classement 2014 des prépas - L'Étudiant (Concours de 2013).
Note 1: le taux d'admission dépend des grandes écoles retenues par l'étude. En filières ECE et ECS,
ce sont HEC, ESSEC, et l'ESCP. Pour les khâgnes, ce sont l'ENSAE, l'ENC, les 3 ENS, et 5 écoles
de commerce (HEC, ESSEC, ESCP, EM Lyon et EDHEC). En filières scientifiques, ce sont un panier
de 10 à 16 écoles d'ingénieurs qui ont été retenus selon la filière (MP, PC, PSI, PT ou BCPST).

Architecture du lycée[modifier | modifier le code]

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La chapelle des Bernardines jouxte le lycée.
Metro-M.svg Tramway-T.svg Ce site est desservi par le métro et le tramway de Marseille : stations Noailles et Canebière Garibaldi.

Le lycée se situe dans le quartier Thiers, dans le 1er arrondissement de Marseille, entre la Canebière et le Cours Julien. Il est bordé à l'est par la rue Sénac-de-Meilhan et à l'ouest par le boulevard Garibaldi, aboutissant du cours Lieutaud. L'entrée principale, pour les collégiens et lycéens, se situe 5, place du Lycée tandis que l'entrée des classes préparatoires se situe côté cours Julien. Le lycée est adjacent au couvent des Bernardines et à sa grande coupole, et situé à deux pas du théâtre du Gymnase.

La gare Saint-Charles, située à une station de métro du lycée, permet aux étudiants et professeurs qui n'habitent pas directement à Marseille mais dans la région de prendre le train quotidiennement pour se rendre au lycée. Il est également simple de rejoindre à partir du lycée l'autoroute A7 pour quitter la ville.

Architecture générale et occupation des lieux[modifier | modifier le code]

Plan du lycée Thiers

Le lycée est de forme rectangulaire et découpé en quatre bâtiments: le bâtiment Central au nord, le bâtiment de l'Horloge à l'ouest, le bâtiment Sénac à l'est et le bâtiment des Grandes écoles au sud. Un bâtiment scientifique abritant des salles de travaux pratiques de chimie, une salle de conférence et une salle de devoirs surveillés est situé encore plus au sud. Le lycée dispose de deux cours de récréation : la plus grande pour le collège et le lycée, une plus petite réservée exclusivement aux étudiants des classes préparatoires. Cette dernière est surélevée d'un étage par rapport à la première en raison du dénivelé du terrain.

Le lycée dispose d'un réfectoire situé sous le bâtiment Central (au niveau -1) et d'infrastructures sportives (gymnases, terrains de basket-ball, de football et de volley-ball) dans la grande cour et au niveau 0 du bâtiment Sénac et des Grandes Écoles. Les collégiens sont répartis dans les salles de classes au niveau 0 du bâtiment Central et du bâtiment de l'Horloge. Cinq grands escaliers permettant d'accéder à l'étage sont situés aux quatre coins des lieux et au milieu du bâtiment Central. Au premier étage (niveau 1) on retrouve dans le bâtiment Central les bureaux de l'administration et le Centre de documentation et d'information du collège et du lycée et partout ailleurs des salles de classe. Au deuxième étage (niveau 2) on retrouve dans le bâtiment Central une salle de travail et le CDI réservés aux étudiants en CPGE, des salles de travaux pratiques de physique dans le bâtiment des Grandes Écoles, de TP de SVT dans le bâtiment Sénac et enfin des salles de classe ordinaires dans le bâtiment de l'Horloge. Le dernier étage (niveau 3) n'est présent que dans le bâtiment Sénac et constitue les salles réservées à l'enseignement des sciences de l'ingénieur.

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Élève du lycée Thiers.

Anciens professeurs[modifier | modifier le code]

Par ordre alphabétique

Anciens directeurs[modifier | modifier le code]

Par ordre chronologique
  • Abbé Roman (1802-...)
  • Abbé Bonnafoux
  • Pierre Jean Joseph Dubruel
  • Deschamps (1827-1840)
  • de Montgaillard (1840-...)
  • ...
  • Proviseur Reboul
  • ...
  • Danielle Desclos (...- 1989)
  • Alain Gauthereau (1989-1998)
  • Pierre-Jean Bravo (1998-2007)
  • Philippe Freydefont (2007-2011)
  • Thierry Verger (2011-présent)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Guiral, Adolphe Thiers ou De la nécessité en politique, Fayard, 1986, p. 8.
  2. http://www.liberation.fr/evenement/1997/09/20/a-marseille-la-rentree-vire-au-porno-des-etudiantes-ont-subi-un-calvaire-sous-l-objectif-d-un-appare_213988
  3. a et b http://www.liberation.fr/societe/2000/05/16/royal-l-accusee-s-offre-une-tribune-la-ministre-est-jugee-pour-diffamation-dans-une-affaire-de-bizut_326602
  4. http://www.lemonde.fr/web/recherche_breve/1,13-0,37-286117,0.html
  5. http://www.lemonde.fr/web/recherche_breve/1,13-0,37-287371,0.html
  6. http://www.leparisien.fr/faits-divers/segolene-royal-devant-la-cour-de-justice-15-05-2000-2001375453.php
  7. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20000516.OBS4448/bizutage-segolene-royal-a-ete-relaxee.html
  8. http://www.senat.fr/rap/l97-265/l97-265_mono.html
  9. a et b « Informations », sur www.lycée-thiers-marseille.org (consulté le 13 avril 2012)
  10. http://www.lexpress.fr/palmares/lycees/0/lycee-thiers-marseille-01_0130040Y.html
  11. http://www.lexpress.fr/education/palmares-des-lycees-notre-methodologie_1100956.html
  12. « Lycée Thiers (lycée général public) », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro (consulté le 13 avril 2012)
  13. « Lycée Thiers - Palmarès des lycées 2012 », sur www.lexpress.fr, L’Express (consulté le 13 avril 2012)
  14. « Classement du lycée Thiers », sur www.linternaute.com, L'Internaute (consulté le 17 avril 2012)
  15. Taux calculé pour les élèves ayant obtenu une mention AB, B ou TB et ayant accepté de publier cette information.
  16. « Résultats 2012 Lycée Thiers », sur marseille.aujourdhui.fr
  17. « Résultats 2010 - 2011 », sur www.lycee-thiers-marseille.org (consulté le 17 avril 2012)
  18. « Résultats 2009 - 2010 », sur www.lycee-thiers-marseille.org (consulté le 17 avril 2012)
  19. « Résultats 2008 - 2009 », sur www.lycee-thiers-marseille.org (consulté le 17 avril 2012)
  20. « Résultats 2006 - 2007 », sur www.lycee-thiers-marseille.org (consulté le 17 avril 2012)
  21. « Résultats 2003 - 2004 », sur www.lycee-thiers-marseille.org (consulté le 17 avril 2012)
  22. « Résultats 2002 - 2003 », sur www.lycee-thiers-marseille.org (consulté le 17 avril 2012)
  23. « Résultats 2001 - 2002 », sur www.lycee-thiers-marseille.org (consulté le 17 avril 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Livre d'or. Histoire du lycée de Marseille, Jacques Delmas, Marseille, Imprimerie marseillaise, 1898 ;
  • Le lycée Thiers 200 ans d'histoire, Pierre Echinard, Sylvie Orsoni, Marc Dragoni, édtions EDISUD, 2004.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]