IAM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes ; voir : IAM OA et IAM OT.

IAM

Description de cette image, également commentée ci-après

IAM (ici Akhenaton) en concert lors de la fête de l'Humanité en 2014

Informations générales
Surnom Imperial Asiatic Men
Indépendantistes autonomes marseillais
Invasion Arrivée de Marseille
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Rap, hip-hop
Années actives depuis 1989
Labels Côté obscur
Hostile Records
361 Records
Polydor
Virgin Records
AZ
Def Jam France
Site officiel www.iam.tm.fr
Composition du groupe
Membres Akhenaton
Shurik'n
Kheops
Imhotep
Kephren
Anciens membres Freeman
Logo

IAM est un groupe de rap français, originaire de Marseille, créé en 1989 et composé d'Akhenaton (Philippe Fragione), Shurik'n (Geoffroy Mussard), Kheops (Éric Mazel), Imhotep (Pascal Perez), Kephren (François Mendy) et anciennement de Freeman (Malek Brahimi). IAM est souvent considéré comme l'un des piliers du rap français ainsi que comme l'un des meilleurs groupes de son histoire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts (1986-1992)[modifier | modifier le code]

Le groupe naît en 1986 sous le nom de Lively Crew, et est tout d'abord composé de deux membres, le rappeur Akhenaton et le DJ Kheops. « Le premier concert des Lively crew à lieu dans une soirée sound system le 23 mars 1986 à la MJC Corderie à Marseille, organisée par le fanzine Vé, dont Philippe Subrini est l'un des contributeurs. »[1]

En 1988, suite à l'intégration de Shurik'n, le groupe change de nom et devient B Boys Stance. Enfin, l'année suivante, Imhotep, Freeman et Kephren rejoignent le groupe, désormais appelé IAM. Ils sortent alors une cassette « Concept »[2]. Cette sortie leur permet d'intégrer le label Labelle Noire (devenu plus tard Delabel), subdivision de Virgin. Le groupe sort un premier maxi nommé Red, black and green. suivi de leur premier album, … de la planète Mars en 1991.

Le succès de Ombre est lumière (1993-1996)[modifier | modifier le code]

La sortie en 1993 de Ombre est lumière leur permet d'accroître encore un peu plus leur popularité, grâce notamment à la chanson Je danse le mia qui reprend des expressions marseillaises, et qui devient un énorme tube, avec plus de 500 000 exemplaires vendus (atteignant la première place du Top 50 pour huit semaines en 1994, y demeurant classée presque neuf mois d'affilée)[3].

En 1995, Akhenaton sort son premier album solo, Métèque et mat, « conçu comme une authentique biographie rappée[4]. »

Le succès confirmé avec L'École du micro d'argent (1997-2002)[modifier | modifier le code]

Le plus grand succès commercial du groupe reste L'École du micro d'argent, sorti en 1997, qui remporte deux récompenses aux Victoires de la musique. Devenu disque d'or en seulement deux jours, il se vend au total à plus d'un million et demi d'exemplaires autant en France qu'à l'étranger, atteignant le statut de disque de diamant en 2005. Le groupe américain Sunz Of Man, en featuring sur l'album, participe probablement au succès de l'album en Amérique du Nord. Petit frère, Nés sous la même étoile, La saga ft Wu Tang Clan et Demain c'est Loin deviendront des classiques du rap français. Le milieu du rap français le considère dès sa sortie comme un album d'un niveau exceptionnel avec des textes d'une intelligence rare : « Dans sa tête le rayonnement du tube cathodique a étouffé les vibrations des tam-tams de l'Afrique ».

Après le succès colossal de L'École du micro d'argent, les membres du groupe décident de se concentrer sur leurs carrières solos, et mettent en stand-by les albums d'IAM.

Le retour avec Revoir un printemps (2003-2006)[modifier | modifier le code]

2003 marque le grand retour du groupe avec l'album Revoir un printemps au succès critique partagé. Avec les années de recul, l'album est perçu comme étant le projet le plus abouti du groupe[réf. nécessaire], riche sur le plan musical (ambiances variées avec ajouts de cellules orchestrales sur certains instrumentaux) et dense du point de vue de l'écriture.

L'année suivante, IAM sort sa première compilation qui retrace sa carrière depuis ses débuts, Anthologie (1991-2004). L'un des inédits présents, "Où va la vie ?", sorti en single, fonctionne plutôt bien dans les classements.

Début 2007, IAM sort Official Mixtape mixée par DJ Kheops et Cut Killer, en guise de “trailer” à leur nouvel album Saison 5. Sur cette mixtape, on peut remarquer la collaboration de plusieurs groupes tels que Chiens de Paille, Psy 4 De La Rime ou encore MC Arabica.

Saison 5 (2007-2012)[modifier | modifier le code]

Saison 5, 5e album du groupe, sort le et débute directement à la 2e place dans les charts[5], montrant que le groupe n'a en définitive rien perdu de sa popularité après plus de quinze ans d'existence et de succès variés[5].

À l'occasion des 20 ans du groupe, IAM s'est réuni pour un concert exceptionnel au pied des Pyramides de Gizeh le . En résulte l'album live Retour aux pyramides, qui sort le uniquement sur les sites de téléchargement légaux. Le , sort le DVD IAM 20, comprenant la vidéo du concert à Gizeh, le documentaire Encore Un Printemps sur le groupe ainsi que le CD Retour aux pyramides en bonus.

À l'été 2008, Freeman quitte le groupe. Sa séparation avec le groupe IAM est officialisée dans une interview accordée au magazine Orbeat sur son blog puis reprise par la Provence, dans laquelle Freeman, fait une série de reproche au groupe et en particulier à Akhenaton[6], qui lui a répondu aussi vite (soutenu par le reste du groupe)[7].

Fin 2011, le groupe annonce la sortie d'un nouvel album, IAM Morricone, « collaboration » avec le célèbre compositeur de musiques de film italien Ennio Morricone[8]. Initialement prévu pour 2012, le projet est abandonné en raison de droits d'auteurs trop élevés. Par ailleurs, le groupe quitte AZ pour la division française de Def Jam.

En décembre 2012 et février 2013 sortent deux mixtapes[9] "Assassins Scribes Vol 1&2" produites par DJ Daz, avec des inédits, des featurings et des versions US pour la première, et un mix des singles pour la seconde.

Arts martiens et …IAM (2013-présent)[modifier | modifier le code]

Le 6e album studio, Arts martiens, sort le . Il est numéro 1 le jour de sa sortie et passe devant Daft Punk dans le Top Albums sur iTunes[10]. L'album est entré à la première place des charts français avec environ 25 000 copies écoulées, dont 18 000 ventes physiques et 6 600 téléchargements lors de la première semaine de commercialisation.

Le groupe se produit le au Stade de France pour le concert Urban Peace 3 qui rassemble également Orelsan, Sexion d'Assaut et Maître Gims, Youssoupha, La Fouine, Psy 4 de la Rime, et Stromae, Rohff ayant été annulé.

Une réédition de l'album L'École du micro d'argent sort le . Elle comprend l'opus original, ainsi que de nombreux bonus tels que des remixes, des versions instrumentales, divers projets auxquels le groupe a participé, un DVD et un livre de 96 pages[11].

Le , le groupe annonce la sortie d'un nouvel album, intitulé ...IAM, prévu pour le . Le lendemain, une annonce officielle révèle que ce sera le dernier album du groupe. Le 14 octobre, Akhenaton explique qu'IAM reste soudé, mais que cet album à venir est supposé être le dernier. ...IAM sera composé de titres non retenus de la sessions d'enregistrement d'Arts martiens. Le 1er single est Si j'avais 20 ans et sort fin octobre 2013[12] suivi de CQFD.

Début juin 2014, Def Jam Recordings France, le label actuel d'IAM, annonce sur sa page Facebook qu'il prolonge le contrat pour deux nouveaux albums du groupe, pour la plus grande joie des fans qui s'attendaient à ce que... IAM soit le dernier album du groupe.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

IAM est à la fois un sigle, à la fois un acronyme et donne lieu à plusieurs interprétations. À l'époque de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis, les manifestants défilaient avec des pancartes "I AM A MAN".

« C'est contre le mot “intégration” qu'on a choisi de s'appeler IAM. Je ne suis pas un bourrin qui veut que tout le monde ressemble à tout le monde. Je préfère la figure de la mosaïque[13]. [...] En arabe, cela veut dire “l'histoire, le temps qui passe”. »

— Akhenaton

Outre la traduction anglophone de "Je suis", le sigle IAM a plusieurs significations : "Imperial Asiatic Men" en référence à leur fascination pour l'Égypte, la Chine et le Japon qu'ils considèrent comme le berceau de notre civilisation. "Indépendantistes Autonomes Marseillais" est à prendre au second degré, car dénué de toute connotation politique. Ce n'est qu'une façon d'afficher fièrement son attachement à la ville de Marseille. D’autres significations du sigle peuvent être "Italien Algérien Malgache", référence aux origines multiples des membres, ou encore "Invasion Arrivée de Mars(eille)"[14].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Lives[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Mixtapes[modifier | modifier le code]

Apparitions sur bandes originales[modifier | modifier le code]

EPs[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Apparitions diverses[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Au cœur d'IAM (Genèse de l'album Revoir un printemps), accompagné d'un CD
  • 2004 : IAM Live au Dôme de Marseille : Vidéo du concert à Marseille en 2004
  • 2008 : IAM 20 : Vidéo du concert à Gizeh le 14 mars 2008 accompagné d'un documentaire et d'un CD

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Sortie du premier volume de la saga "Impérial Asiatic Men", bande dessinée créée par Freeman.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Le 13 février 2015, lors de la 30e cérémonie des Victoires de la Musique, le groupe IAM reçoit une Victoire honorifique au titre de sa contribution au rap français

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julien Valnet, M.A.R.S. Histoires et Légendes du Hip-Hop Marseillais, Éd. Wildproject, 2013, page 35
  2. « Ròker Promocion ».
  3. Prix Roger Seiller du meilleur groupe français IAM, article de la Sacem.
  4. Akhenaton et Eric Mandel, La Face B, Seuil, Don Quichotte,‎ , 462 p. (ISBN 978-2-35949-002-2), Prologue, p. 10
    Autobiographie
    .
  5. a et b charts
  6. L'interview de Freeman sur le blog du magazine hip hop Orbeat - Orbeat
  7. http://www.orbeatmagazine.com/article-30733191.html IAM répond à Freeman sur le blog du magazine hip hop Orbeat
  8. IAM : nouvel album IAM Morricone pour novembre 2012 - Rap2k
  9. Site officiel d’IAM
  10. http://www.chartsinfrance.net/Iam/news-85482.html
  11. L'école du micro d'argent réédition sur iam groupe blogspot
  12. IAM dévoile son nouveau single "Si j'avais 20 ans", premier extrait de son dernier album - ChartsInFrance.net
  13. (fr) Delphine Sloan, IAM de A à Z, MusicBook, Paris, 2003, p.51 (ISBN 978-2843431456)
  14. « IAM : présentation du groupe », sur Actualite-fr.com
  15. Pas d'accent sur la pochette
  16. Source : d'après l'album original.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]