Église Saint-Laurent de Marseille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Laurent.
Église Saint-Laurent
Image illustrative de l'article Église Saint-Laurent de Marseille
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Marseille
Début de la construction fin XIIe siècle
Fin des travaux XIIIe siècle
Autres campagnes de travaux remanié au XVIIe siècle
Style dominant Roman Provençal
Protection Logo monument classe.svg classé MH par arrêté du 13 septembre 1950[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département
Blason département fr Bouches-du-Rhône.svg
Bouches-du-Rhône (13)
Commune Blason ville fr Marseille (Bouches-du-Rhône).svgMarseille (2e)
Coordonnées 43° 17′ 45″ N 5° 21′ 48″ E / 43.2958397, 5.363431 ()43° 17′ 45″ Nord 5° 21′ 48″ Est / 43.2958397, 5.363431 ()  

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Église Saint-Laurent

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Laurent

L’église Saint-Laurent est une église de style roman provençal située dans le 2e arrondissement de Marseille à proximité du fort Saint-Jean, sur une butte à laquelle elle a donné son nom. Elle est la paroisse des pêcheurs de Marseille.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Implantée sur la butte Saint Laurent - appelée aujourd’hui « La Tourette » -, cette église devait se trouver à proximité du château Babon. Des fouilles pratiquées dans les environs ont montré l’existence d’un habitat grec du début de la fondation de la cité phocéenne. En 1952 fut découvert au pied de la butte un chapiteau ionique archaïque utilisé en réemploi, ce qui laisse supposer l’existence d’un sanctuaire, peut-être un temple d’Apollon, sans qu’on puisse en préciser l’implantation exacte, rien ne permettant d’affirmer que l’église Saint Laurent ait été construite sur son emplacement. Ce chapiteau ionique est exposé au Musée d'histoire de Marseille.

Historique[modifier | modifier le code]

En 870, l'évêque Babon fait construire une enceinte fortifiée pour protéger la ville après les invasions barbares de 838 et de 842. À la fin du XIIe siècle ou au début du XIIIe siècle, la stabilité économique et politique enfin reconquise, l'église Saint-Laurent est édifiée à cet emplacement, en pierre de taille rose en provenance du Cap Couronne.

En 1249, sous l’épiscopat de Benoît d'Alignan, l’église de Saint-Laurent devient la quatrième paroisse de Marseille avec la Major, les Accoules et Saint-Martin. Le bâtiment a été remanié au XVIIe siècle à ses deux extrémités. Au début du XVIIe siècle, l’abside a été reconstruite pour la réalisation du clocher octogonal auquel on accède par un escalier hélicoïdal établi dans une tourelle. À l’autre extrémité, à l’Ouest, une travée a été supprimée en 1668 lors de la construction du fort Saint-Jean. La porte principale qui se trouvait sur cette façade Ouest, fut transportée sur le côté Sud.

Le 10 août 1720, en pleine épidémie de peste, l’évêque de Marseille, Mgr de Belsunce célèbre une messe devant la porte de cette église entourée des patrons pêcheurs et des calfats[2]. Construite au cœur du quartier des pêcheurs, les sanjanen, elle devient leur paroisse au milieu du XIIIe siècle. Pendant la Révolution le vicaire Bouzon dut remettre le 11 janvier 1794 l’inventaire du mobilier et de l’argenterie de l’église. Tout ce qui était en cuivre ou argent fut envoyé le 3 mars 1794 à l’atelier des monnaies pour y être converti en lingots. L’église est fermée pour être utilisée comme entrepôt de matériel militaire jusqu’à sa réouverture en 1801. En 1943, cette église a échappé à la destruction par dynamitage des vieux quartiers du vieux port par l’occupant allemand, mais a été fortement ébranlée par les explosions.

L’église Saint-Laurent est de style romano-provençal, simple et sans transept. La nef et les bas-côtés se terminent à l’Est par une abside et des absidioles. L’absence de tout décor sculpté ne peut que faire penser au dépouillement des « trois sœurs provençales » les abbayes cisterciennes du Thoronet, Sénanque et Silvacane. On notera une statue de la Vierge en bois polychrome et une statue de Saint-Laurent en bois doré de la fin du XVIIIe siècle. La chapelle du baptistère est actuellement non-visible dans l’attente d’une restauration, le baptistère lui-même du XVIIe siècle se trouve dans l'Église de la Mission de France également à Marseille.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Augustin Fabre, Les Rues de Marseille, édition Camoin, Marseille, 1869, 5 volumes, tome I pages 369-370.
  • Abbé d’Aspres, Notice historique sur l’église et la paroisse Saint-Laurent, imprimerie Chauffard, 1877, 48 pages.
  • André Bouyala d’Arnaud, Évocation du vieux Marseille, les éditions de minuit, Paris, 1961, pages 91-92.
  • Andréas Hartmann-Virnich, L’Architecture religieuse à Marseille, dans Marseille, trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, études massaliètes numéro 7, Centre Camille Jullian, Edisud, Aix-en-Provence 2001, pages 283-285. (ISBN 2-7449-0250-0).
  • Jean-Robert Cain et Emmanuel Laugier, Trésor des églises de Marseille : Patrimoine culturel communal, Marseille, Ville de Marseille,‎ 2010, 368 p. (ISBN 978-2-9535530-0-0), p. 166-173

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références et liens externes[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00081340 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Paul Gaffarel et de Duranty, La peste de 1720 à Marseille & en France, librairie académique Perrin, Paris, 1911, page 153 note1

Sur les autres projets Wikimedia :