Rémy Di Grégorio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Di Gregorio.
Rémy Di Grégorio
Image illustrative de l'article Rémy Di Grégorio
Durant la présentation des équipes du Tour de France 2011
Informations
Nom Di Grégorio
Prénom Rémy
Date de naissance 31 juillet 1985 (1985-07-31) (28 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipe actuelle La Pomme Marseille 13
Spécialité grimpeur
Équipe amateur
1999-2004
2013
VC La Pomme Marseille
Martigues SC-Vivelo
Équipe professionnelle
2005-06.2010
07.2010-12.2010
2011
2012
2014-
La Française des Jeux
FDJ
Astana
Cofidis
La Pomme Marseille 13

Rémy Di Grégorio (né le 31 juillet 1985 à Marseille) est un coureur cycliste français, membre de l'équipe La Pomme Marseille 13.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de coureur cycliste[modifier | modifier le code]

Rémy Di Grégorio fait ses débuts dans le peloton professionnel en 2005 dans l'équipe Française des jeux. Il a remporté la huitième étape du Tour de l'Avenir 2006. Il s'illustre l'année suivante par une échappée de près de 200 kilomètres dans Liège-Bastogne-Liège avant d'être repris et distancé par le peloton à 15 kilomètres de l'arrivée.

Bon grimpeur, il prend une belle quinzième place au Mont Ventoux lors du Critérium du Dauphiné libéré 2006. Il réalise de nouveau en 2007 un très bon Dauphiné en s'adjugeant le maillot à pois de meilleur grimpeur.

En 2007, lors de sa première participation à la "Grande Boucle", il abandonne au terme de la quatrième étape (qu'il a terminé en dernière position) en raison d'une fracture du coude[1] consécutive à une chute au début de cette étape. Il se dit alors très déçu, lui qui aurait souhaité s'imposer à Marseille, sa ville natale, à l'occasion de la dixième étape.

Son début de saison 2008 est troublé par une tendinite survenue sur Paris-Nice. Il fait son retour à la compétition en mai sur le Tour de Romandie, où il se lance dans une longue échappée lors de la deuxième étape[2].

Lors de la dixième étape du Tour de France 2008, il s'extirpe seul dans la montée du mythique col du Tourmalet et franchit le sommet seul en tête. Il est ensuite repris par le groupe du maillot jaune au début de l'ascension d'Hautacam. Il participe à une échappée dans la dix-septième étape mais est lâché dans la descente du col du Télégraphe.

Dans la côte de la Laurette, en 2008.

En 2011, Rémy Di Gregorio rejoint l'équipe kazakhe Astana. Il remporte l'avant-dernière étape de Paris-Nice, en s'échappant seul dans les derniers kilomètres[3].

Après une année chez Astana, il décline la proposition de prolongation de son contrat pour s'engager dans la formation française Cofidis pour 2012. Fin avril, il remporte la troisième étape du Tour des Asturies et termine troisième du classement général de l'épreuve, son premier podium sur une course par étapes depuis son passage chez les professionnels. Il obtient une nouvelle troisième place sur une course à étapes début mai, lors du Tour de la communauté de Madrid.

Autorisé à reprendre la compétition à l'été 2013, il s'engage avec le club de Martigues - SC Vivelo et remporte le Tour de Bulgarie. Il annonce ensuite son retour chez les professionnels pour 2014 avec son club formateur, La Pomme Marseille 13. Il reprendra la compétition lors du Grand Prix d'Ouverture La Marseillaise, première épreuve de l'UCI Europe Tour 2014.

Affaire de dopage[modifier | modifier le code]

Le , Rémy Di Grégorio est arrêté durant le Tour de France à l'hôtel de l'équipe Cofidis à Bourg-en-Bresse dans le cadre d'une affaire liée au dopage[4]. Il aurait été interpellé suite à une conversation avec un fournisseur présumé[5]. L'équipe Cofidis le suspend « à titre conservatoire »[6],[7] et annonce son licenciement si « les faits de dopage étaient avérés »[8]. Le 12 juillet, il est mis en examen à Marseille pour détention de matériel prohibé mais le coureur nie s'être dopé[9]. Cependant, il est autorisé à recourir par la cour d'appel d'Aix en avril 2013. À la suite de cette décision favorable, il poursuit son ancienne équipe. Celle-ci est condamnée en octobre 2013 par les prud'hommes de Marseille pour rupture abusive de contrat[10]. Il reste mis en examen.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Échappé lors de la deuxième étape du Tour de Romandie 2008.

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rémy Di Grégorio abandonne », sur lequipe.fr,‎ 11 juillet 2007
  2. « Rémy Di Grégorio se relance en échappée », sur cyclismag.com,‎ 1er mai 2008
  3. « Di Grégorio, la métamorphose », sur eurosport.fr,‎ 12 mars 2011
  4. « Di Gregorio arrêté », sur lequipe.fr,‎ 10 juillet 2012
  5. « Tour de France : Di Gregorio grillé par un coup de fil », sur le10sport.com,‎ 10 juillet 2012
  6. « Cofidis suspend Di Gregorio », sur lequipe.fr,‎ 10 juillet 2012 (consulté le 10 juillet 2012)
  7. Tour : Cofidis suspend Di Grégorio, Le Figaro, 10 juillet 2012.
  8. « Di Grégorio, c’est une démarche individuelle », sur le10sport.com,‎ 10 juillet 2012 (consulté le 10 juillet 2012)
  9. Le cycliste Di Gregorio mis en examen, Le Figaro, 12 juillet 2012.
  10. Di Grégorio : Cofidis condamné sur lequipe.fr, 14 octobre 3013. Consulté le 02 novembre 2013
  11. Initialement 21e, Rémy Di Grégorio est classé dix-neuvième après déclassement d'Ezequiel Mosquera et David García Dapena.
  12. « Classement général du Tour d'Espagne 2010 », sur uci.ch (consulté le 26 mai 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :