Famille Bonnasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille Bonnasse.
Portrait d'un notable en costume et cravatte.
Joseph Ambroise Bonnasse, né en 1800, mort en 1881, fondateur de la première banque Bonnasse en 1825.

La famille Bonnasse est une famille de banquiers qui fondent et exploitent successivement quatre établissements bancaires privés, essentiellement marseillais, entre 1825 et 1983.

La première maison de banque de la famille Bonnasse est fondée à Marseille en 1825 par Joseph Ambroise Bonnasse I (1800 1881). Elle est exploitée pendant un siècle par quatre générations de banquiers qui font prospérer le nom de cette famille provençale[1] originaire du Beausset, douée pour le développement des affaires financières et attachée à une foi chrétienne vécue quotidiennement.

En 1921, sous l'impulsion de l'arrière petit-fils du fondateur, Joseph Bonnasse II (1877 1936), la vieille banque familiale développe ses affaires et sa clientèle en prenant le contrôle[Presse 1] d'une banque lyonnaise et parisienne, la Banque Privée, dont les soubresauts chroniques du capital inquiètent la Banque de France. À cette occasion, la banque familiale séculaire abandonne sa raison sociale originelle « Bonnasse ». La Banque Privée entretenant des liens d'affaire étroits avec l'armateur Les Affréteurs Réunis, la proximité avec cette société soumise à une direction incompétente se révèle désastreuse pour la Banque Privée qui fait faillite en 1931.

Les oncle et cousin de Joseph Bonnasse II, Léon Bonnasse I (1855 1933) et Eugène Bonnasse II (1884 1944) qui ont travaillé à ses côtés dans la Banque Privée, décident dans ces moments sombres pour la famille, de créer une nouvelle maison de banque afin de redresser le nom de la famille, gravement entaché par la déroute financière parisienne. C'est ainsi qu'une banque marseillaise « Léon et Eugène Bonnasse » est fondée et prospère sous diverses raisons sociales successives de 1928 à 1970. En 1970, le caractère familial de cet établissement bancaire réputé s'estompe lorsque la Banque de l'Union Européenne prend le contrôle de la Banque Bonnasse. Le Crédit industriel et commercial (CIC) intègre ensuite à partir de 1983 la Banque Bonnasse à une de ses filiales, la Lyonnaise de Banque. La raison sociale « Bonnasse » disparait définitivement lors d'une restructuration interne du groupe en 2008.

Le fils de Joseph Bonnasse II, Henri Bonnasse II (1899 1984), après avoir été agent de change, décide de se lancer plus tardivement que ses cousins dans le commerce de banque et rachète en 1941 une banque marseillaise, la « Banque Phocéenne » qu'il rebaptise plus tard « Banque Phocéenne Henri Bonnasse et Cie ». Un litige sur les droits d'exploitation du nom familial nait à cette occasion entre les deux branches familiales cousines qui exercent toutes deux la profession de banquier dans la même ville. Le litige se poursuit jusqu'en 1987 devant les tribunaux qui donnent droit aux arguments d'Henri Bonnasse II. Entre temps, la Banque Phocéenne connait en 1980[2] une faillite qui provoque de longs développements judiciaires où droit des faillites et droit des successions se font écho dans les attendus de jugements rendus entre 1981 et 2011.

Les dirigeants de ces différentes maisons de banque, se sont souvent alliés à des familles de notables marseillais. Joseph Ambroise Bonnasse I est à l'origine de la création des raffineries de sucre de Saint-Louis, Henri Bonnasse I (1853 1893) a mis au service de sa banque une foi chrétienne fervente. Léon Bonnasse I développe un important domaine agricole qui lui vient de son épouse à Jouques. Joseph Bonnasse II participe à l'aventure commerciale coloniale et restructure une importante bastide marseillaise, le château de La Rouvière. Henri Bonnasse II est un bibliophile dont la bibliothèque, composée d'ouvrages romantiques, est réputée sur le plan international entre 1945 et 1982.

Sommaire

Généalogie familiale et financière préliminaire[modifier | modifier le code]

Arbre généalogique simplifié[modifier | modifier le code]

Généalogie simplifiée[3] de la famille Bonnasse indiquant l'implication active des personnes signalées par une pastille rouge (Red pog.svg) dans la Banque Bonnasse historique (1825 - 1921), par une pastille bleue (Blue pog.svg) dans la Banque Privée (1921 - 1931), par une pastille verte (Green pog.svg) dans la banque de Léon et Eugène Bonnasse — et ses raisons sociales successives (1928 - 1970) et par une pastille marron (Brown pog.svg) dans la Banque Phocéenne - Henri Bonnasse et Cie (1941 - 1980). Une pastille grise (Black pog.svg) signale les banquiers impliqués dans la faillite de leur établissement bancaire (Banque Privée en 1931[Note 1] et Banque Phocéenne - Henri Bonnasse et Cie en 1980[Note 2]).

  • Joseph Ambroise Bonnasse I 1800 † 1881 (Red pog.svg)
    • Eugène Bonnasse I 1826 † 1904 (Red pog.svg)
      • Henri Bonnasse I 1853 † 1893 (Red pog.svg)
        • Joseph Bonnasse II 1877 † 1936 (Red pog.svg) (Blue pog.svg) (Black pog.svg)
          • Henri Bonnasse II 1899 † 1984 (Brown pog.svg) (Black pog.svg)
            • Denis Bonnasse 1933 † 1998 (ne travaille pas dans la banque familiale)
            • Philippe Bonnasse 1931 † 2003 (Brown pog.svg) (Black pog.svg)
          • Pierre Bonnasse[Note 3] (ne travaille pas dans la banque familiale)
          • Marie-Marguerite Bonnasse, épouse Roger Grand-Dufay (ne travaille pas dans la banque familiale)
      • Léon Bonnasse I 1855 † 1933 (Red pog.svg) (Blue pog.svg) (Green pog.svg)
        • Eugène Bonnasse II 1884 † 1944 (Red pog.svg) (Blue pog.svg) (Green pog.svg)
          • Léon Bonnasse II 1909 † 1994 (Green pog.svg)
          • Guillaume Bonnasse 1910 † 1969 (Green pog.svg)
            • Hervé Bonnasse 1944 † 1999 (Green pog.svg)
          • André Bonnasse 1912 † 2004 (Green pog.svg)

Arborescence financière[modifier | modifier le code]

Arborescence chronologique des différents établissements bancaires ayant appartenu à la famille Bonnasse entre 1800 et 2013. Sont également signalés, les banquiers avec leurs dates de naissance et de mort, pour chacune des banques. Les dates en gras sous les établissements bancaires indiquent la période d'exploitation de la maison de banque. Il n'y a jamais eu de liens capitalistiques entre la banque de Léon et Eugène Bonnasse et la Banque Phocéenne d'Henri Bonnasse.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Banque Bonnasse
1825 - 1921
Banque fondée à Marseille, 12, boulevard d'Athènes
***
Joseph 1800.jpg
Joseph Bonnasse (1800 † 1881) fondateur
Eugène Bonnasse (1826 † 1904)
Henri Bonnasse (1853 † 1893)
Léon Bonnasse (1855 † 1933)
Joseph Bonnasse (1877 † 1936)
Eugène Bonnasse (1884 † 1944)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Banque Privée
1921 - 1928
Le fonds de commerce de la Banque Bonnasse
est cédé à la Banque Privée industrielle commerciale coloniale Lyon - Marseille

***
Joseph Bonnasse 1877 1936.jpg
Joseph Bonnasse (1877 † 1936)
Léon Bonnasse (1855 † 1933)
Eugène Bonnasse (1884 † 1944)

***
1928-1931 : faillite de la banque, les associés créent de
nouveaux établissements bancaires (sauf Joseph Bonnasse)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Banque Léon et Eugène
Bonnasse
1928 - 1970
Banque exploitée sous diverses raisons sociales :
Léon et Eugène Bonnasse (1928 - 1949)
Messieurs Bonnasse (1949 - 1953)
Bonnasse Frères banquiers petit-fils et fils de Léon et Eugène Bonnasse
(1953 - 1970)

***
Leon mort 1933.jpg Eugene bonnasse.jpg
Léon Bonnasse (1855 † 1933)
Eugène Bonnasse (1884 † 1944)
Léon Bonnasse (1909 † 1994)
Guillaume Bonnasse (1910 † 1969)
André Bonnasse (1912 † 2004)
Hervé Bonnasse (1944 † 1999)
 
 
 
Banque Phocéenne
Henri Bonnasse et Cie
1941 - 1980
Banque exploitée sous diverses raisons sociales :
Banque Phocéenne (1941 - 1954)
Henri Bonnasse et Cie (1954 - 1956)
Henri Bonnasse et Cie - Banque Phocéenne (1956 - 1980)
***
Henri Bonnasse.JPG
Henri Bonnasse (1899 † 1984)
Philippe Bonnasse (1931 † 2003)

***
1980 : faillite de la banque
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vente à la Banque de l'Union Européenne
1970 - 1983
Intégration CIC Bonnasse Lyonnaise de Banque
1983 - 2008
Disparition du nom Bonnasse
CIC Lyonnaise de Banque
depuis 2008
Cic logo.svg

Joseph Ambroise Bonnasse (1800 † 1881)[modifier | modifier le code]

Origines familiales varoises[modifier | modifier le code]

Groupe d'hommes jouant aux boules.
Joseph Ambroise Bonnasse, à gauche, jouant aux boules.
Peinture au couteau d'une bastide provençale au milieu d'une végétation avec vignes et cyprès.
Souviou, domaine historique des Bonnasse en Provence.

La famille Bonnasse est originaire du Beausset, dans le Var. Ses membres sont des bourgeois qui sont mentionnés sur les registres du conseil de la communauté de cette localité en 1574. Tournés assez tôt vers le négoce et la banque, ils font partie des notables provençaux à la veille de la Révolution qui provoque l'exil de l'un d'eux, le Révérend Père Joseph-François, et l'exécution de son frère, Jean-François, sous la Terreur, à Toulon, en 1793[4].

Le fondateur de la dynastie marseillaise, Joseph, Marie, Ambroise Bonnasse (Le Beausset, 7 décembre 1800 Marseille, 12, boulevard du Nord, 14 mai 1881) est le fils d'un propriétaire du Beausset qui habite le domaine de Souviou, une ancienne bastide provençale à vocation oléicole et vinicole[5] accolée à une chapelle à « ailes d'ange » qui abrite les restes mortels du prédicateur bénédictin Dom Joseph Bonnasse de l'ordre de Saint Maur, mort en ce lieu le 22 octobre 1823[6]. Ce religieux est d'abord profès à La Daurade le 21 octobre 1780, âgé de 23 ans, puis professeur à Sorèze où il se trouve depuis 7 ans, en 1791. Il refuse tout serment, se réfugie à Florence d'où il revient en 1803 et se retire dans le Var. Il devient professeur au lycée impérial de Marseille en 1806[7] et demande au cardinal Caprara « sa sécularisation, c'est-à-dire de lui accorder tout ce qui lui est nécessaire pour vivre en sûreté de conscience dans le monde comme prêtre séculier, faveur qu'il demande en fils obéissant à l'Église notre mère[8]. »

Joseph Bonnasse quitte sa famille, dont il est le douzième enfant, à l’âge de seize ans, et poursuit ses études au lycée de Marseille. Cinq ans plus tard, il travaille comme apprenti chez un négociant en draperies de Marseille, Jean-Baptiste Gueirard, marchand de tissus dans la vieille ville et qui est l'un de ses oncles[9]. Il participe aux fêtes données le 1er octobre 1820, à l'occasion de la naissance du duc de Bordeaux[10]. Joseph Bonnasse épouse Adèle Ricard, fille d'un changeur de monnaies étrangères et sœur du peintre Gustave Ricard, le 28 mai 1825 à l'Église Saint-Théodore de Marseille. Ce mariage aide le jeune Joseph à s'établir. Les enfants du couple entrent par leurs alliances avec les Magnan[11], les Grandval et les Vassal, dans la bourgeoisie d'affaires locale[12]. La maison de banque Bonnasse est fondée par Joseph Bonnasse[13] 12, boulevard du Nord[Note 4] grâce à un petit héritage de son oncle religieux ainsi qu'à une dot de 13 000 francs, qui permet à Joseph Bonnasse de se lancer dans les affaires[14].

Banque Bonnasse et Saint-Louis[modifier | modifier le code]

Portrait d'une dame avec coiffe provençale.
Adèle Ricard

Joseph Bonnasse crée un comptoir d'escompte, une maison de banque qui porte son nom à Marseille en 1821 d'après Henry Coston[15], en 1825 d'après Paul Gueyraud[16]. Dès 1840, il est inscrit en qualité de « négociant en affaires de banque »[17] puis comme « banquier » à partir de 1841[C 1]. Cette entreprise est exploitée par la famille Bonnasse entre 1825 et 1921 et s’établit dès 1825, sur le boulevard qui se nomme assez longtemps, après 1830, boulevard des Trois-Journées, puis boulevard du Nord, et enfin Boulevard d'Athènes dans le 1er arrondissement de Marseille. La banque est d'abord établie au 11, boulevard du Nord[18] avant de s'installer quelques années après en face au 12, lorsque Joseph Bonnasse acquiert un terrain pour y construire un immeuble. Joseph Bonnasse emploie son capital en escompte commercial et fréquente la bourse, la loge où se retrouvent tous les négociants. Sous le Second Empire, les inspecteurs de la Banque de France classent la Banque Bonnasse parmi les 4 ou 5 établissements de crédit hors pair de Marseille[14] car elle a peu d'engagements auprès de la Banque de France et ne réescompte pas ou peu son portefeuille. En 1850, Joseph Bonnasse s’associe son fils Eugène Bonnasse[19].

Action au porteur ancienne.
Les raffineries de sucre de Saint-Louis.

Joseph Bonnasse occupe une place de choix parmi les personnalités du monde économique marseillais, mais il n'a pas les charges ou les fonctions qui distinguent généralement un notable. Il n'est membre pas de la Chambre et ne figure pas dans les registres du Tribunal de commerce, il ne remplit aucun mandat électif local, il n'est décoré d'aucun ordre national. Il est néanmoins présent dans les conseils d'administration d'un certain nombre d'organismes et de sociétés. Il est ainsi administrateur de la succursale marseillaise de la Banque de France et il participe à la fondation des raffineries de sucre de Saint Louis[20] auxquelles, comme adjudicataire des raffineries Emsens, il fait un apport immobilier important en 1867. Le banquier est associé dans cette entreprise à Henry Bergasse et Charles Salles[A 1] et fait partie des 7 fondateurs de la raffinerie. Enfin, il siège comme administrateur - fondateur de la Société immobilière marseillaise en 1878[20].

Éléments financiers du comptoir d'escompte Bonnasse[modifier | modifier le code]

L'escompte d'effets de commerce, de lettres de change, est le premier métier de la maison de banque Bonnasse, comme l'indique une décision de la Cour royale d'Aix en date du 23 juillet 1839[droit 1]. Le mécanisme est le suivant : le porteur d'une lettre de change (le créancier), désireux de disposer des fonds avant l’échéance reportée sur le « papier », se tourne vers sa banque et apporte ses effets à l’escompte. Le banquier, avant d'accorder un crédit d'escompte, trie alors le papier, par échéance, par montants et par tirés (le débiteur) et très attentif au risque, il considère les signatures, les valide, sonde les débiteurs, contrôle que l’effet correspond bien à une dette réelle chez le débiteur, afin de débusquer le « papier creux », se renseigne auprès de la banque domiciliataire afin de déceler le «  papier de complaisance », discute longuement avec ses homologues lorsque des échéances lui paraissent douteuses. Puis, ce travail de vérifications minutieuses effectué, le banquier accorde le crédit, il escompte le « papier »[droit 2]. Le réescompte de la Banque de France ouvre ses facilités d’escompte aux banques qui lui apportent du « papier » portant trois signatures.

Au 30 juin 1851, le portefeuille s'élève à 720 000 francs, ce poste représente 55 % du montant du bilan comptable. Les clients sont débiteurs de 140 000, soit environ 12 % du total du bilan et la caisse présente un solde de 150 000 francs. À cette époque le réescompte du portefeuille ressort à 6 % pour une usance[Note 5] moyenne de 60 jours. Ce réescompte est donc calculé simplement en prenant 1 % du montant du portefeuille. Les sommes dues par les correspondants (remises envoyées par le banquier Bonnasse) sont presque égales à celles dont ils sont créditeurs (remises adressées par les correspondants en recouvrement à Marseille). Les commissions de change (change de place) pour le recouvrement des effets, est de 30 à 80 centimes pour cent au XIXe siècle :

Bilan au 30 juin 1851 de la Banque Bonnasse
comptes actif passif
Clients 140 000 604 000
Correspondants 214 000 263 000
Caisse 150 000
Portefeuille 720 000
Effets à recevoir par anticipation 30 400
Effets à payer 8 000
Rentes sur l'État 5 % 1 000
Actions de la banque 39 000
Mobilier du comptoir 600
Capital J.B. 75 000
Capital E.B. 25 000
Compte courant J.B. 169 000
Compte courant E.B. 16 000
Compte courant madame Augustin M. 37 000
Compte courant madame André M. 37 000
Compte courant madame Veuve Ricard 32 000
Compte profits et pertes 5 000 34 000
1 300 000 1 300 000


Il convient de noter qu'entre 1804 et 1914, la valeur du franc reste immuable, ce qui permet d'apprécier ci-dessous, la rapidité de la progression de l'établissement bancaire familial :

Évolution de la Banque Bonnasse entre 1851 et 1855[Note 6]
30.06.1851 30.12.1851 31.12.1852 31.12.1853 31.12.1854 31.12.1855
Comptes courants sur place 602 000 613 000 1 088 000 1 479 000 1 660 000 2 400 000
Comptes courants au dehors 262 000 137 000 195 000 2 400 000
Portefeuille 720 000 605 000 1 084 000 1 400 000 1 500 000 2 300 000
Caisse 150 000 562 000[Note 7] 300 000 380 000 365 000 322 000
Réescompte 6 000 10 000 14 000 10 000
Compte courant Joseph Ambroise 165 000 206 000 220 000 283 000 335 000 383 000
Compte courant Eugène 16 000 27 000 59 000 75 000 82 000 101 000
Profits et pertes 28 600 50 000 57 000 70 000 70 000 80 000
Total du bilan 1 312 000 1 500 000 1 850 000 2 400 000 2 600 000 3 200 000
Les rares bilans existants de la banque, à cette époque, sont issus des archives personnelles d'André Bonnasse.

Légitimiste actif[modifier | modifier le code]

Joseph Bonnasse est un légitimiste actif[16] qui, s'il n'apparaît pas officiellement dans les comités du parti royaliste, n'en est pas moins un de ses principaux soutiens. En qualité de banquier, il expédie les fonds de la « caisse noire » du mouvement à l'un de ses collègues parisiens chargé de les centraliser et de les placer[20]. Il est également l'un des promoteurs, au début de la Troisième République (1871), du journal légitimiste Le Citoyen, journal du peuple, journal à « un sou », aux côtés du négociant-armateur Henry Bergasse, du courtier Barthélémy Caune, des frères Emmanuel et Guillaume de Sabran-Pontevès, de l'industriel Henri Paranque et de quelques personnalités royalistes[20]. Cet organe de presse, dont les fondateurs sont tous membres de la Société des intérêts catholiques, est destiné à essayer de toucher davantage les classes populaires qui ne lisent pas l'austère Gazette du Midi[21]. Il doit aussi contrebalancer l'influence jugée néfaste du Petit Marseillais, de tendance républicaine[22]. Profondément croyant, Joseph Bonnasse soutient de nombreuses associations religieuses de charité[20]. C'est l'un des principaux souscripteurs de l'Œuvre du père Timon-David, un administrateur de l'Association des hommes de la providence, et de la Société de bienfaisance. Joseph Bonnasse est aussi membre de la Société artistique des Bouches-du-Rhône[23]. À son décès, la presse insiste sur son intelligence des affaires et sa très grande courtoisie[C 2],[Presse 2]. Il laisse une fortune importante[16] estimée à 2 073 875 francs dont 1 307 164 francs engagés sur la Banque Bonnasse (capital social et comptes divers), 553 000 francs en portefeuille (sur lesquels 292 000 francs en valeurs des Raffineries de Saint Louis et 213 000 francs du P.-L.-M.), 208 000 francs de biens immobiliers (maison du boulevard d'Athènes qu'il a faite construire et campagne à Saint-Barnabé)[20].

Eugène Bonnasse (1826 † 1904)[modifier | modifier le code]

Banque Bonnasse

alt=Description de l'image Logo banque leon 1928.JPG.
Création 1825
Dates clés 1850 (Joseph Bonnasse associe son fils Eugène Bonnasse)
Disparition 1921
Fondateurs Joseph Bonnasse I
Personnages clés Joseph Bonnasse, Eugène Bonnasse
Forme juridique Société en nom collectif
Siège social Drapeau de France Marseille, 12 boulevard d'Athènes (France)
Actionnaires 1851 : Joseph Bonnasse 75 % Eugène Bonnasse 25 %
1865 : Joseph Bonnasse 50 % Eugène Bonnasse 50 %
Activité Comptoir d'escompte, maison de banque, négoce de lettres de change
Produits Escompte d'effets de commerce
Caricature en noir et blanc d'un homme en redingote avec chapeau et moustache.
Eugène Bonnasse âgé de 72 ans en 1898, croqué par Sem.
Signature ancienne sur papier jauni.
Signature d'Eugène Bonnasse I.

Investissements diversifiés[modifier | modifier le code]

Eugène Bonnasse né le 12 mars 1826 et mort le 22 janvier 1904 à Marseille, fait prospérer les affaires paternelles à partir de la dernière décennie du Second Empire[16] et à la mort de son père en 1881, continue à diriger la maison de banque, exploitée sous forme de société en nom collectif, avec ses fils Henri et Léon Bonnasse[C 3]. Il fait ses études au collège de Mongré à Lyon. Il épouse le 14 janvier 1850, Noëlie Marie Charlotte Guiraud (1829 1904). En 1882, Albert Armand fonde la Société des pêcheries de morues de Port-de-Bouc, une société anonyme au capital de un million de francs dans laquelle on retrouve les banquiers Bonnasse, Périclès Zarifi et Michel Rodocanachi[A 2],[24]. Eugène Bonnasse, son fils Henri et Paul Desbief[Note 8] sont aux côtés d'Henry Bergasse, lorsque ce dernier fonde en 1889 la Société de la sucrerie de Laudun - l'Ardoise[A 3]. Le capital social de la société est d'abord fixé à un million de francs puis porté à 1.5 millions de francs dès 1891[25]. Cette entreprise est une filiale de la raffinerie des sucres de Saint-Louis. Eugène Bonnasse s'allie à plusieurs familles bourgeoises marseillaises — notamment les Régis. Comme son père, il est nommé administrateur de la Banque de France en 1877, la même année que Gustave Luce et Jules Charles-Roux[26]. Eugène Bonnasse est aussi membre du conseil d'administration de la Société immobilière marseillaise aux côtés de Gavoty de Philémon, Louis Girard, Antoine Hesse, Ernest Rondel, Alphonse Granval, Félix Touache ou Henry Bergasse. L'assemblée annuelle des actionnaires de cette société qui a lieu le 22 janvier 1903, le renouvelle dans cette fonction avec Eugène Rostand et Edmond Montamat[Presse 3].

Réputation de la Banque Bonnasse[modifier | modifier le code]

Quatre générations se succèdent à la tête de la maison de banque Bonnasse dont l’importance et la réputation ne cessent de s'affirmer. La solidité de l'établissement s'impose dans toutes les périodes critiques et, fait probablement unique dans l’histoire des banques françaises, elle n'use pas des moratoires successivement imposés par les événements de 1848, 1870 et 1914[Note 9]. En tout cas, au début de la Première Guerre mondiale, elle accroît singulièrement son prestige en maintenant, seule à Marseille, ses guichets ouverts à ses déposants[4] :

« La Banque Bonnasse a participé à la création de toutes les grandes affaires locales, parmi lesquelles nous citerons les Raffineries de Saint-Louis et la Société immobilière marseillaise[Note 10]. Sa puissance de placement s’est affirmée dans les périodes les plus critiques, notamment durant la grande guerre, et elle figure au premier rang des établissements de crédit, opérant à Marseille, pour les souscriptions de sa clientèle aux divers emprunts nationaux et aux Bons de la Défense. Mais l’extension même qu'elle avait prise, et qui en avait fait la première banque particulière de France, rendait de jour en jour plus difficile le maintient d’une gestion familiale, en face du flot croissant des affaires qui sollicitaient son activité, la transformation en société anonyme s’imposait donc, et elle vient de la réaliser sous la terme qui lui a paru la plus opportune, après avoir écarté toutes les autres combinaisons qui lui étaient offertes[28]. »

— Allocution à la Banque Privée, 1921.

Avant de fusionner avec la Banque privée en 1921, la Banque Bonnasse est opposée à la Cie française de navigation Cyprien Fabre dans un litige commercial international concernant le droit maritime[29].

Acquisition du château de La Rouvière[modifier | modifier le code]

Quatrain d'Eugène Bonnasse au sujet de La Rouvière (1886)

Adieu bureau, adieu tourments,
Ceci est mon œuvre dernière,
Elle a pour titre La Rouvière,
Et le bonheur pour dénouement.

Vue d'une bastide dans un parc avec perron.
La Rouvière en 1900.

Eugène Bonnasse habite place Félix-Baret à Marseille et achète le 30 juin 1886 la propriété de La Rouvière, au Cabot, dans les quartiers sud de la ville[30].

Son petit-fils Joseph Bonnasse II, qui vit chez lui à la mort de ses parents, restructure lourdement la propriété et son parc vers 1910, avec l'assistance du paysagiste parisien Édouard André et du sculpteur marseillais Charles Delanglade. Il ajoute une aile à la bastide qui n'en comportait qu'une.

Lorsqu'Eugène Bonnasse meurt en 1904, Le Soleil du Midi le présente comme l'un de ses amis les plus fidèles[16].

Galerie[modifier | modifier le code]

Les banquiers Bonnasse en famille en 1885 - 1887
Famille rassemblée devant un perron avec adultes et mobilier de jardin.
Eugène Bonnasse I et sa famille en 1885[Note 11].
Famille posant avec parents et enfants, tous en tenue du XIXe siècle.
Les deux fils d'Eugène Bonnasse I en 1887[Note 12].

Branche Léon Bonnasse (1855 † 1933)[modifier | modifier le code]

Léon Bonnasse (1855 † 1933)[modifier | modifier le code]

Homme jeune avec mouctache et dégarni.
Léon Bonnasse
Jeune femme en tenue d'autrefois.
Claire Bournat
Affiche d'un emprunt en 1920 représentant un santon.
Affiche de Dellepiane.

Le second fils d'Eugène Bonnasse, Marie, Ferdinand, Léon Bonnasse reprend les affaires de son père dans la banque[C 4], à Saint-Louis, ainsi qu'à la Société immobilière Marseillaise, avec la collaboration de son neveu Joseph Bonnasse et de son fils, Eugène Bonnasse, du fait de la disparition accidentelle du second chef, Henri Bonnasse, en 1893. En 1914, le capital social de la maison de banque est ainsi réparti : Joseph II 50 %, Léon I 25 % et Eugène II 25 %. En 1909, les banquiers Bonnasse entrent au capital de la Société marseillaise des croiseurs aériens, constituée pour construire des dirigeables[31], aux côtés de Théodore Mante, Georges Zafiropulo, P. Zarifi & fils[B 1], Lucien Estrine et Adolphe Estier[A 4].

Léon Bonnasse épouse la fille du député bonapartiste des Bouches-du-Rhône, Calixte Bournat[32] dont la circonscription s'étend, à la fin du Second Empire, de l'actuel square Stalingrad, à Marseille, jusqu'aux rives de la Durance (Bournat est aussi maire de Jouques), noyant ainsi la Belle de Mai et la banlieue Nord de Marseille dans une immense zone rurale[33]. Il est un excellent cavalier et pratique peut-être également la bicyclette[34]. Léon Bonnasse construit la villa Lafont à Marseille sur la Corniche[35]. Léon Bonnasse se retrouve par sa femme née Claire Bournat, à la tête de 3 000 hectares et de 10 fermes à Jouques. Très pris par ce domaine, il n'intervient qu'accessoirement dans la direction de la banque.

En 1911, le renouvellement de la société se fait sous la même raison sociale (« Bonnasse ») et sous le même nom commercial (« Banque Bonnasse »)[Note 13]. Cette même année, les banquiers Bonnasse, les familles Fournier, Magnan, Rocca, Tassy, de Roux, Fabre, Borelli, Daher, Rastoin et Régis se retrouvent pour constituer la Société immobilière de Provence, au capital de 100 000 francs[A 5].

Les emprunts émis par la Banque Bonnasse sont notamment illustrés par l'affichiste David Dellepiane. Ainsi en est-il de l'appel lancé en 1919 : « Souscrivez pour la France - Emprunt national MM. Bonnasse » où une sévère Marianne se lève au-dessus des bassins de Marseille. À l'occasion de l'Emprunt national 1920 à 6 %, Dellepiane compose pour les banquiers Bonnasse, « deux affichettes qui reprennent de petits personnages qu'il affectionne : le tambourinaire aux cheveux gris se découpant sur fond de papier peint d'un intérieur provençal et le meunier quittant son village perché. Avec sérieux, ils s'en viennent apporter leur obole à la souscription ouverte à la Banque Bonnasse. Ces affiches sont imprimées par Moullot[36]. »

Lorsque le fonds de commerce de la Banque Bonnasse est cédé à la Banque Privée en 1921, Léon Bonnasse devient président du comité de direction de Marseille[Note 14].

En 1928, âgé de 73 ans, Léon Bonnasse participe à la création de la banque « Léon et Eugène Bonnasse » mais c'est son fils, Eugène Bonnasse II qui dirige effectivement l'établissement et qui restaure le prestige du nom de famille, gravement atteint par la faillite bancaire de 1928.

Eugène Bonnasse (1884 † 1944)[modifier | modifier le code]

Homme jeune en costume assis sur un fauteuil tenant une feuille de papier à la main.
Eugène Bonnasse
Jeune femme avec chapeau assise.
Charlotte Chancel
Part bénéficiaire d'une banque avec signature des banquiers administrateurs.
Signature d'Eugène Bonnasse, à droite, sur cette part bénéficiaire de la Banque privée.

Eugène Bonnasse épouse Charlotte Chancel en 1907. Bien que réformé, il s'engage en octobre 1914 et demeure sous les drapeaux jusqu'en janvier 1919. Il est administrateur de l'Hôpital Saint-Joseph, de la société Silbert et Ripert et membre du Conseil des Directeurs de la Caisse d'Épargne des Bouches-du-Rhône. Eugène Bonnasse est administrateur de la Banque Privée lorsque le fonds de commerce de la vieille Banque Bonnasse est cédé à cette dernière. Il travaille à la Banque Léon et Eugène Bonnasse, fondée le 13 juillet 1928 lors de la faillite de la Banque Privée[37]. Cette banque perdure pendant plus de 40 ans jusqu'en 1970 sous diverses raisons sociales successives.

L'établissement bancaire participe à des émissions d'emprunts. Ainsi, les Établissements Fournier-Ferrier de Marseille (anciennement Stéarinerie L. Félix Fournier) procèdent à la fin de 1943 à un emprunt de 50 millions de francs, en obligations 4 % de 5 000 francs — demi-net — amortissable en 25 ans à partir du 15 avril 1948, et émises à 4 850 francs, avec jouissance au 15 octobre 1943. Le produit de l'emprunt est destiné, en partie, au remboursement anticipé des obligations 5 % 1931, non encore amorties. La banque Worms et Cie qui possède le contrôle de cette affaire, dirige l'opération, à laquelle participent la Banque Transatlantique, les Grands Établissements de Crédit, le Crédit algérien, le Crédit commercial de France et, à Marseille, la Société marseillaise de crédit industriel et les banques privées Léon et Eugène Bonnasse et Maurel Frères et Cie[38].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Eugène Bonnasse investit dans le logement social grâce à deux offices, la Société des habitations à bon marché de Marseille et la Société marseillaise de crédit immobilier, toutes deux fondées dans les années 1890, par Eugène Rostand, économiste social, père du dramaturge Edmond Rostand. La première société construit deux ensembles pour les ouvriers, dans l'anse des Catalans et à la Belle de Mai. Il est associé au brasseur Édouard Velten, à Jean Aubert ou à l'éditeur Paul Barlatier[B 2].

Eugène Bonnasse trouve aussi le temps de gérer la propriété agricole de Jouques qui lui vient de ses parents et de fonder dans ce bourg une école privée[39].

Léon Bonnasse (1909 † 1994) et André Bonnasse (1912 † 2004)[modifier | modifier le code]

Portrait d'un jeune homme en costume.
Léon Bonnasse en 1929.
Portrait d'un jeune homme en cravate.
Guillaume Bonnasse en 1930.

Banque Léon et Eugène Bonnasse

alt=Description de l'image Banque Logo en 1928.JPG.
Création 1928
Dates clés 1970 (entrée de la banque de l'Union Européenne ; 1983 (entrée du CIC)
Disparition 1996
Fondateurs Léon et Eugène Bonnasse
Personnages clés Léon et Eugène Bonnasse
Forme juridique Société en commandite simple puis société anonyme
Siège social Drapeau de France Marseille, 8 Allées Léon Gambetta (France)
Actionnaires Famille Bonnasse
Activité Banque de dépôt, banque de détail, banque d'investissement

Léon[40], André, et Guillaume[Note 15] Bonnasse gèrent la banque familiale. Le docteur Girbal et le banquier Léon Bonnasse apportent leur soutien en 1947 aux opérations de « squattérisation » ouvrière des logements vacants pour faire face à la crise du logement. Ce mouvement parvient ainsi à articuler sur la question du logement d'anciens résistants, des militants ouvriers de l'Action catholique et des membres du Mouvement populaire des familles (MPF), dont le siège, financé par Léon Bonnasse, est partagé, rue Breteuil, avec celui d'Économie et humanisme[41],[B 3]. Les idées politiques de Léon Bonnasse sont affirmées et il milite au sein du patronat, pour une droite nationaliste aux côtés de Jean Fraissinet, Paul Fournier et André Daher[B 4]. En 1949, « Léon et Eugène Bonnasse » rachète la Banque Raphel à Martigues, qui constitue leur première succursale[C 5]. La banque des Bonnasse abrite le siège de l'« Association des amis de Saint-Blaise et de la Provence grecque », dirigée par André Bonnasse[42]. Ce dernier engage une correspondance avec le Père Jacques Loew au moment où le prêtre se voit confier la paroisse de Port-de-Bouc près de Martigues[43]. Léon, Guillaume et André Bonnasse sont membres de la société des Bibliophiles de Provence en 1946.

Mais le bilan au 31 décembre 1969 de la banque marseillaise laisse apparaître que le capital (2 100 000 francs) se retrouve entièrement absorbé par les immobilisations (1 897 420 francs) et bien au-delà si on tient compte d'un portefeuille titres de 1 809 140 francs, composé de participations (notamment EITAC) difficilement négociables. Il faut donc trouver une solution à cette situation.

Entrée de la Banque de l'Union Européenne au capital[modifier | modifier le code]

À la mort de Guillaume Bonnasse en 1969, la banque est transformée en commandite simple. Le caractère familial de la banque s'estompe puisque le capital de Bonnasse frères, banquiers, petits-fils et fils de Léon et Eugène Bonnasse 8, allées Léon Gambetta, est détenu en 1970 par la banque de l'Union Européenne, une émanation de Schneider - Le Creusot[44] à 50 %[C 6]. La Banque de l'Union Européenne apporte en décembre 1970 la Banque marseillaise d'escompte à Bonnasse Frères et Cie[C 7]. En 1972, la banque met en place le système Pronto (service de coursiers deux-roues)[Presse 4]. Au 31 décembre 1972, la participation de la Banque de l'Union Européenne dans la société anonyme Bonnasse Frères représente 17 494 actions pour une valeur évaluée au bilan de 4 940 927,36 francs[45]. Le bilan de la banque Bonnasse Frères se situe alors autour de 250 millions de francs[Note 16],[conflit 1]. En 1971 la banque ouvre un guichet à Port-de-Bouc en liaison avec le développement industriel de Fos-sur-Mer[C 8] auquel la Banque de l'Union Européenne collabore activement après avoir constitué avec Paribas le Groupement pour l'industrialisation de la région de Fos-sur-Mer. En 1975, la banque, représentée par Hervé Bonnasse, semble vouloir étoffer son réseau d'agences locales, notamment à Avignon[46].

Homme d'affaire en costume et cravate, chauve, lunettes, souriant.
André Bonnasse
Images externes
Marguerite Régis, épouse André Bonnasse

L'intégration à la Banque de l'Union Européenne se fait difficilement : après une perte de 900 000 francs en 1973, un premier dividende peut être versé en 1975. Au cours de cet exercice, le capital est doublé, passant de 5 à 10 millions et la part de la BUE atteint 77 % puis 99.7 % en 1976[C 9].

André Bonnasse publie en 1980 à frais d'auteur une histoire de la banque familiale : Bonnasse, banquier : une banque privée au XIXe siècle[Note 17]. En 1981, il publie, toujours en auto édition, un récit polémique relatant un conflit et un procès au sein de la famille concernant l'utilisation de la raison sociale « Bonnasse » par les deux banques familiales, « Léon et Eugène Bonnasse » et « Banque Phocéenne Henri Bonnasse et Cie » : L'Écharde[Note 18]. Ce conflit (traité dans une section ci-dessous) divise la famille entre 1928 et 1987. André Bonnasse et son épouse, née Marguerite Régis, vendent cette année-là le Domaine Ventre[47], célèbre îlot immobilier historique situé dans le centre-ville de Marseille et ayant appartenu aux frères Louis et Victor Régis qui y exploitent une fabrique de bonnets de Tunis ou de Fez au XIXe siècle[48].

Intégration au CIC[modifier | modifier le code]

Agence bancaire avec vitrine et enseigne.
Une agence de la Bonnasse Lyonnaise de Banque.

Lors de la prise de contrôle par le Crédit industriel et commercial de l'ancienne banque familiale, en 1983, le capital est détenu à 85 % puis à 99 % en décembre 1986 par le nouveau groupe[C 10]. Léon Bonnasse, président-directeur général de 1971 à 1975 puis président d'honneur, maintient toujours une présence familiale au conseil.

« La banque exploite dix agences, huit dans les Bouches-du-Rhône et deux dans le Vaucluse avec 199 salariés et son bilan frôle le milliard de francs. Sa clientèle de particuliers sélectionnée en fonction de ses revenus et de ses capacités d'épargne, lui apporte 70 % de ses ressources mais elle consacre 76 % de ses emplois à des crédits aux entreprises[C 11]. »

En 1987, l'établissement bancaire marseillais, qui a définitivement perdu son caractère familial, change d'enseigne pour s'appeler « Banque Bonnasse », établissement dirigé par Jean-Michel Scaramanga. C'est l'époque où la banque songe à son introduction en bourse[Presse 5]. Mais ce projet ambitieux nécessite une privatisation de l'actionnaire principal, le CIC et le ministre de l'époque Édouard Balladur, ne prend pas de décision dans ce sens.

La banque connait une vive expansion dans les années 1980, son bilan atteignant les 2.5 milliards en 1990 mais la décennie suivante est « problématique », selon le terme de Nicolas Stoskopf, historien du CIC, puisque les salariés chez Bonnasse passent de 220 en 1989 à 185 en 1992. Les exercices 1994 et 1995 se soldent par de lourdes pertes se montant respectivement à 55.5 et 40 millions de francs[C 12]. La Banque Bonnasse participe cependant à des opérations de mécénat : en 1995, elle effectue par exemple un don en faveur du Musée des arts décoratifs et de la Mode à Marseille[49]. Jean-Claude L'Arnaud est nommé à cette époque, à la tête de la Banque Bonnasse[C 13].

En 1996, L'Union européenne du CIC rationalise ses filiales dans les Bouches-du-Rhône et dans l'Ain, après les conseils d'administration de deux de ses filiales réunis le 5 janvier 1996. Dans l'Ain, la Lyonnaise de Banque et la BRA (Banque régionale de l'Ain) échangent trois agences de part et d'autre, et les OPCVM de la BRA sont gérées par la Lyonnaise. À Marseille, cela se traduit par la fusion des réseaux de la Banque Bonnasse[Presse 6] et de la Lyonnaise de Banque pour constituer un groupe avec une part de marché locale de 5 %[Presse 7],[Presse 8]. La banque annonce à cette époque une perte de l'ordre de 20 millions de francs au titre de l'exercice 1995, pour un produit net bancaire de 130 millions, après un déficit de 55 millions en 1994. En 2008, la Banque Bonnasse, le « Petit Poucet » du CIC, dispose d'un réseau de onze agences et affiche une santé délicate[Presse 9]. Cette situation précaire est liée à sa petite taille et à un environnement bancaire difficile dans la région. Le CIC Lyonnaise de Banque intègre alors le CIC Bonnasse Lyonnaise de Banque par fusion - absorption[50]. La référence formelle à la raison sociale « Bonnasse » disparaît à cette occasion[droit 3] mais Bonnasse est, avec Scalbert et Dupont, une des trois raisons sociales d'origine familiale, qui survivent dans le groupe Crédit mutuel - CIC[C 14].

Branche Henri Bonnasse (1853 † 1893)[modifier | modifier le code]

Henri Bonnasse (1853 † 1893)[modifier | modifier le code]

Portrait d'un homme avec une grande barbe et une grande moustache.
Henri Bonnasse
Une dame assise.
Marguerite Raynaud

Henri Bonnasse I est né à Marseille le 31 août 1853. Il est le fils aîné d'Eugène Bonnasse I (1826 1904). Entré à Mongré en 1862, il y passe huit ans et y fait sa première communion le 25 mai 1865. Quand éclate la guerre de 1870, il achève sa rhétorique[51]. En octobre 1865, Mongré rouvre pour quelques jours seulement et les bâtiments sont transformés en caserne. Eugène Bonnasse rappelle son fils Henri à Marseille et le confie à des maîtres particuliers qui le préparent au baccalauréat. Ses études achevées, à 18 ans, il prend rapidement place dans la maison de banque de son père. Engagé conditionnel en 1873 au 12e régiment de ligne à Toulon, il gagne l'estime de ses chefs. Son volontariat fini[Note 19], Henri Bonnasse reprend son travail interrompu dans la banque paternelle.

En juillet 1876, il épouse mademoiselle Marguerite Raynaud, ancienne élève du pensionnat du Sacré-Cœur, à Saint-Joseph, banlieue de Marseille[52]. Un fils, Joseph, nait un an plus tard. Marguerite Bonnasse meurt en février 1893. Elle était conseillère de la Congrégation des Enfants de Marie du Sacré-Cœur de Marseille[53].

Henri Bonnasse devient dès lors un fervent pèlerin à la Basilique Notre-Dame-de-la-Garde. Dès l'âge de 24 ans, il est nommé administrateur de la basilique, fonction qu'il conserve jusqu'à sa mort. Avec le Docteur Augustin Fabre, il se fait le promoteur des pèlerinages quotidiens qui sont la gloire de la piété marseillaise envers Marie. Il provoque une souscription populaire en 1890 pour l'achèvement des mosaïques de la basilique. Il reçoit du Souverain Pontife la croix de chevalier de Saint Grégoire[54]. Henri Bonnasse est également passionné de chasse et élève des chiens de race souvent remarqués dans les manifestations canines[55]. Il meurt en présence de son fils Joseph, dans un accident de chasse[Presse 10] à Septèmes près de Marseille quelques mois après la disparition de son épouse, en septembre 1893[Presse 11].

Joseph Bonnasse (1877 † 1936)[modifier | modifier le code]

Portrait d'un notable avec barbe et costume sombre.
Joseph Bonnasse
Portrait d'une Dame avec un enfant dans ses bras.
Cécile Cyprien-Fabre Henri Bonnasse
Page d'un livre d'heures enluminé.
Livres d'heures de J. Bonnasse, dépôt au CFAT.
Page d'un livre d'heures enluminé.

Jeunesse, mariage, premières affaires[modifier | modifier le code]

André, Marie, Joseph Bonnasse II est un financier marseillais et parisien, banquier, armateur et actionnaire de nombreuses affaires coloniales. Ayant perdu ses parents très jeune, il vit avec son grand-père Eugène Bonnasse I. Il n'a jamais fait de service militaire pour des raisons médicales. Il est réformé dès l'âge de 20 ans, en 1897, pour une maladie de cœur très grave dont il souffre toute sa vie et qui l'emporte à 58 ans en 1936. Il épouse Cécile Cyprien-Fabre. Il devient associé dans la maison de banque en 1900 et réside dans l'immeuble du 12, boulevard d'Athènes[Presse 12]. En 1912, il possède la moitié de la banque et son rôle devient de premier plan par l'importance des résultats acquis en 13 ans. Son oncle Léon Bonnasse et son cousin Eugène Bonnasse touchent la moitié des bénéfices qui ont fortement progressé. Ils s'efforcent et réussissent à faire refuser à Joseph Bonnasse des propositions fort intéressantes que ce dernier reçoit en 1914 de Lucien Villars, Président de la Banque de l'Union parisienne. En 1914, la Banque Bonnasse constitue avec Albert Armand, Henri Grand - Dufay et Eugène Gigandet, la Société des plantations d'Honquan - Cochinchine au capital de 1.5 millions de francs pour développer la culture des caféiers robustas[A 6],[56]. Joseph Bonnasse est nommé en 1919 membre titulaire de la commission d'enquête du port de Marseille par le Préfet des Bouches-du-Rhône[droit 4]. Cette même année, il est promu chevalier de la Légion d'honneur. En 1920, il est également actionnaire dans la Compagnie marseillaise de Madagascar de Léon Besson, présidée par Lucien Estrine. L'entreprise prévoit d'engager plusieurs projets agro-industriels, notamment l'installation d'une plantation de cannes à sucre et d'une sucrerie dans la vallée du Sambirano[A 7]. Joseph Bonnasse gère encore la Savonnerie La Vierge — ex-Félix Eydoux — avec Auguste Rostand et Paul Cyprien - Fabre[A 8],[57].

Château de La Rouvière, collectionneur[modifier | modifier le code]

La famille habite dans le quartier du Cabot (banlieue sud de Marseille), le château de La Rouvière[Note 20] au début du XXe siècle. La propriété de La Rouvière a été acquise par le grand-père de Joseph Bonnasse, Eugène Bonnasse I (mort en 1904) le 30 juin 1886. Joseph Bonnasse donne ensuite une orientation parisienne à sa carrière professionnelle et s'installe vers 1920 à Paris (17, Quai Voltaire[58]) où il a 4 conseils d'administration : la Société Centrale des Banques de province, les Affréteurs Réunis, la Caisse Générale de l'Industrie et du Bâtiment et la florissante Compagnie marocaine. En 1911, Joseph Bonnasse commande à l'architecte paysagiste établi 17, avenue Carnot à Paris, Édouard André, des travaux de réhabilitation importants dans parc de La Rouvière. Les terrassements et travaux de plantations de conifères, de rehaussement des pelouses du parc à la française sont confiés à E.Berthier, paysagiste à Paris. Les travaux de construction ou de rénovation des grands bassins sont pris en charge par l'entreprise parisienne du cimentier Victor Tatoux. Les éléments de décoration sculptés du grand bassin représentant un groupe « Louis XIV » en fonte sont commandés à Charles Delanglade[59] et livrés par la Fonderie d'art du Val d'Osne. Joseph Bonnasse achète encore un domaine agricole de 84 hectares environ[droit 5] à Rians, le domaine de Saint-Maurin, avant 1917[Presse 13]. Ce domaine est l'objet d'un échange quelques décennies plus tard en 1939, entre son fils Henri Bonnasse II et la société anonyme Saint-Antoine, qui possède la propriété de Bon Abri.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Joseph Bonnasse est aussi un collectionneur de nombreux livres rares et précieux[60] qu'il réunit dans sa bibliothèque de la Rouvière[Note 21]. Cette collection semble également être exposée au 17, quai Voltaire à Paris vers 1930 et l'inventaire après décès du 14 avril 1936 indique notamment : Voltaire, Œuvres complètes, édition de Kehl, 1785, figures de Moreau le Jeune, Marillier, 70 volumes, grand in-octavo, veau, tranches dorées ; un lot de huit volumes in folio, Ovide deux volumes, Blondel architecture, deux volumes, Temple des Muses, un volume École de cavalerie, un volume recueil de dessins, un volume[droit 6]. Mais la faillite de la Banque Privée laisse des traces dans la succession du banquier. Les plus beaux ouvrages sont déposés du vivant de Joseph Bonnasse en garantie d'avance au Crédit Foncier d'Algérie et de Tunisie comme un livre d'heures du XVIe siècle enluminé, un livre d'heures de Philippe Pigouchet (en), édition de 1496 dans sa reliure originale ou un livre d'heures avec reliure en mosaïque du relieur attitré du roi Louis XV, Michel-Antoine Pasdeloup[droit 7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Société centrale des banques de province[modifier | modifier le code]

En 1905, environ 325 banques locales se fédèrent sous le nom de Société Centrale des Banques de Province pour se protéger, centraliser leurs opérations sur Paris et obtenir une part des grands marchés financiers[61]. Elle traite avec des particuliers, villes, départements, sociétés, banquiers et administrations publiques ou privées, États, spécialement pour le compte des membres du Syndicat des Banques de Province[62]. Joseph Bonnasse est membre de cette structure.

Banque Privée industrielle commerciale coloniale Lyon - Marseille[modifier | modifier le code]

Banque Privée

alt=Description de l'image BP log 1921.JPG.
Création 1898
Dates clés 1921 (entrée de la famille Bonnasse) ; 1928 (faillite)
Disparition 1931 (liquidation)
Fondateurs Louis Pradel
Personnages clés Joseph Bonnasse
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de France Lyon puis Paris (France)
Actionnaires Famille Bonnasse, groupe Bauer et Marchal
Activité Banque de dépôt, banque d'investissement
Filiales Affréteurs Réunis
part bénéficiaire imprimée d'une société, avec signatures et tampons.
Part bénéficiaire au porteur avec signature de Joseph Bonnasse.

Avant l'arrivée de la famille Bonnasse dans son capital, la Banque Privée connait des fortunes diverses. Elle a été fondée par Francisque Vial et Louis Pradel en 1898 à Lyon et par la Banque Privée de commerce de Saint-Pétersbourg[63]. L'établissement côtoie le gouffre parfois et la Banque de Paris doit l'appuyer de son prestige et de son argent. Avec la Première Guerre mondiale et surtout avec Frédéric François-Marsal, la situation s'améliore. Elle connait une ère de prospérité sans précédent et s'emploie à d'importantes opérations de crédit qui exigent des mouvements de fonds considérables[droit 8]. Entre 1921 et 1931, Joseph Bonnasse est l'un des dirigeants de la Banque privée Lyon - Marseille[Presse 14]. En effet, par actes sous seing privé des 29 août et 28 novembre 1921, Joseph Bonnasse, son oncle Léon Bonnasse et son cousin, Eugène Bonnasse[64] cèdent à la Banque Privée le fonds de commerce de banque dépendant de la société en nom collectif ayant existé entre eux sous la raison sociale « Bonnasse », et dont le siège est à Marseille, 12, boulevard d'Athènes[65]. Cette cession se réalise pour le prix de 13 800 000 francs, payable 5 000 000 de francs comptant et 8 800 000 francs en actions de la Banque Privée à prendre sur une prochaine augmentation de capital de ladite banque. Louis Pradel, Président de la Banque privée et futur président de la Chambre de commerce de Lyon, avait déjà accueilli le banquier-négociant phocéen Zafiropoulo dans son conseil d'administration. C'est « l'une des banques les plus importantes de la place par le nombre et la variété de sa clientèle[66]. » Joseph Bonnasse devient vice-président du conseil d'administration[28]. Le siège social lyonnais de la banque est situé 41, rue de l'Hôtel de ville[67] et un établissement existe également à Paris, 30-32, rue Laffitte[C 15]. Dès 1922, Joseph Bonnasse est nommé Président du conseil d'administration de l'établissement[68]. Un passif important n'a cependant pas été porté à la connaissance de la famille Bonnasse lors de l'achat de la banque et l'augmentation de capital prévue dans les accords de 1921 ne peut se réaliser. En 1923, la Banque de France donne son accord pour effectuer avec l'appui du groupe Bauer - Marchal, la réorganisation de la Banque Privée qui connait des difficultés. La Banque de France accepte d'escompter personnellement à Henry Bauer et Charles Marchal, 75 millions de papier de mobilisation pour permettre l'augmentation de capital ; ils prennent donc le contrôle de la banque[69]. Les financiers Bauer et Marchal renforcent ainsi leur rayonnement provincial (complété par la Banque d'Alsace-Lorraine et la Banque du Rhin)[70] :

« La réorganisation financière de la banque, intervenue entre novembre 1923 et janvier 1924, par l'apurement des pertes et le regonflement du capital ne suffit pas à dégager les incertitudes car une mini-ruée sur ses dépôts se produit en été 1925 en plein cœur de la crise politico-monétaire. (...) La Banque de France se montre un fervent militant de la sauvegarde de la Banque Privée, à laquelle elle procure un volume de réescompte que l'on peut qualifier d'énorme, en quantité puisque ce sont souvent plus de deux centaines de millions de francs qui sont mobilisés, et de généreux, grâce à un examen indulgent de la nature du papier présenté. Il faut de longs mois pour que la situation de la Banque Privée se stabilise quelque peu. »

— Hubert Bonin, « Les mutations des banques du Sud-Est dans l’entre-deux-guerres (1919-1935) », 1996[71].

La Banque Privée fait faillite en 1928[72] et en 1931 sa clientèle est vendue à la Société Lyonnaise de dépôts et de crédit industriel, filiale du CIC[C 16], qui s'installe au 12 boulevard d’Athènes à Marseille, siège historique de la vieille Banque Bonnasse[73]. Cette faillite est liée à la mauvaise santé financière et au naufrage qui s'en suit, d'une société d'armement naval, Les Affréteurs Réunis, dont Joseph Bonnasse est dirigeant, aux côtés d'un associé peu recommandable, Jean Stern, à qui il accorde une confiance et une amitié sans limite.

À l'époque, les photocopies n'existant pas, des photographes (ici Detaille) prennent en photos les courriers essentiels.

Les Affréteurs Réunis[modifier | modifier le code]

Jean Stern, un associé à risque pour Joseph Bonnasse
Beau-frère d'Édouard Shaki mort à 43 ans, Jean Stern, homme jovial, volumineux et barbu, prend sa suite dans la société d'armement naval Les Affréteurs Réunis.
Première page d'un journal datant de 1923 avec titre de couleur rouge.
Arrestation de Jean Stern.
Il fournit un gros effort durant la Première Guerre mondiale et augmente considérablement le tonnage de la société. Une cérémonie a lieu à Bordeaux en octobre 1920 pour le lancement du Vapeur « Jean Stern » en présence de Charles Dumont[Presse 15]. Il est membre du Conseil supérieur de la marine marchande, Conseiller du commerce extérieur, membre du Conseil de direction des armateurs de France[Presse 16], chevalier de la Légion d'honneur. Il dirige aussi la Société Anonyme de Transports Côtiers après que Fraissinet s'en soit retiré vers 1920. Une de ses propriétés a servi de meublé au prince héritier du Japon[Presse 17]. En 1923, il est incarcéré à la prison de la Santé à la suite de prévarications financières pour un montant de 5 millions de francs.
Part bénéficiaire avec tampons et mentions légales et signatures des directeurs de la société.
Part bénéficiaire au porteur, les Affréteurs Réunis, juin 1917.

Joseph Bonnasse est aussi armateur (il a la qualité d'administrateur-délégué[Note 22]) avec comme associé Jean Stern dans une société d'armement naval qui connait une faillite désastreuse[74].

La société Les Affréteurs Réunis est une compagnie fondée en 1902 et enregistrée avec un attendu pour une durée de 25 ans. Son capital est de 14 800 000 francs, divisé en 148 000 actions de 100 francs. Le 8 février 1919, l'assemblée générale prolonge la durée de compagnie à 33 ans. Mais le 12 août 1922, cette assemblée générale prononce la liquidation volontaire de la compagnie et le 22 septembre 1922, la Cour de justice de Commerce de la Seine déclare la faillite de la compagnie. Cette société dépose son bilan car elle se trouve depuis longtemps dans une situation difficile, tant en raison de la crise des frets qu’en raison des engagements avec une filiale, la Société des Ateliers et Chantiers Maritimes du Sud-Ouest ; cette dernière affaire possède sur les Affréteurs une créance de 12 millions[Presse 18]. La Compagnie des Chargeurs Français - Affréteurs Français[Presse 19] est une création de la Compagnie des Chargeurs Français (elle-même propriété de Plisson et Cie)[Presse 20]. Celle-ci signe, le 10 août 1923, avec M. Hamot, syndic de la faillite des Affréteurs Réunis, un acte protocolaire lui conférant, à de certaines conditions, la propriété du matériel naval et d’aconage de ces derniers. Parmi ces conditions figure la fondation, dans un délai fixé, d’une Société anonyme au capital de 15 millions de francs, qui se substitue aux droits de la Compagnie des Chargeurs Français, résultant de ce protocole[Presse 21]. C’est pourquoi le 6 décembre 1923, les Chargeurs Français fondent, dans les délais impartis, la Compagnie des Affréteurs Français, au capital de 15 millions, entièrement versés[75].

À la date du 5 mai 1928[droit 9], la 11e Chambre correctionnelle du Tribunal civil de la Seine rend un jugement dont il ressort que Jean Stern est convaincu de délit et d'abus de confiance et détournements de fonds au préjudice de la société Les Affréteurs Réunis ; que Joseph Bonnasse est convaincu des délits de publication de faits faux et répartition de dividendes fictifs[Presse 22]. Les associés sont condamnés solidairement au paiement de sommes importantes pour les faits qui leur sont reprochés. Jean Stern, beau-frère d'Édouard-Ezra Shaki[Presse 23], est incarcéré et Joseph Bonnasse avance une caution pour obtenir la libération de son associé. Joseph Bonnasse est lui-même condamné à 6 mois de prison[Presse 24]. L'année 1928 est une année sombre pour la famille Bonnasse. Jean Stern, Joseph Bonnasse et le ministère public interjettent appel du jugement. La Cour d'appel de Paris (9e Chambre correctionnelle) dans son jugement du 24 février 1932 retient seulement pour Joseph Bonnasse une infraction aux lois sur les sociétés et lui accorde le sursis[droit 10]. Joseph Bonnasse paye la majeure partie des découverts nés de la faillite des Affréteurs réunis à la Banque Privée (4 millions), alors que Léon et Eugène Bonnasse règlent le supplément (1.8 millions). Joseph Bonnasse prend aussi la responsabilité d'un compte Association Financière pour le Commerce et l'Industrie (2 millions) qui ne lui incombe pas.

Le rôle de Cécile Bonnasse, née Cyprien-Fabre, est de tout premier plan à cette époque puisque qu'elle prend en main les rênes du gouvernement de sa famille, finançant les remboursements très lourds dus par son mari, pilotant la procédure en appel qui évite la prison ferme à Joseph Bonnasse. Elle s'établit en Suisse après la disparition de son époux et soutient de façon active son fils Henri Bonnasse lorsqu'un long procès oppose ce dernier à ses cousins. C'est également depuis sa résidence genevoise 17, boulevard des Philosophes qu'elle use de ses influences en 1941 pour faire libérer son autre fils, Pierre Bonnasse, alors prisonnier de guerre. Cécile Bonnasse contacte notamment Jean Ricquebourg, qui dirige avec Jacques de Fouchier, le cabinet du ministre des finances Pierre Cathala à Vichy.

Joseph Bonnasse meurt à Paris, 17 quai Voltaire, le 5 mars 1936.

Henri Bonnasse (1899 † 1984)[modifier | modifier le code]

Portrait d'un homme en costume.
Henri Bonnasse

Jeunesse, mariage[modifier | modifier le code]

Jeunes gens de la bonne société en 1925 devant des tacots de course.
Henri Bonnasse, au centre, mains sur ses genoux, sur sa Bugatti, 1925.

Henri Marie Cyprien Bonnasse (1899 1984) est un agent de change et un banquier marseillais issu, comme ses cousins, d’une famille de financiers et d'industriels[Presse 25], fondateurs de la banque Bonnasse en 1825. Il assiste dans sa jeunesse à la faillite de son père Joseph Bonnasse (1928) et dans ses dernières années à celle de son fils Philippe Bonnasse (1980). Il habite au Cabot dans la propriété de ses parents et 12 boulevard d'Athènes à Marseille. Il s'engage à 18 ans au 8e Génie en 1918 et il accomplit 4 ans de service militaire. Il effectue un passage à Paris comme commis chez l'agent de change Édouard Jacob et travaille ensuite dans les agences marseillaise (1er septembre 1921) puis parisienne (2 novembre 1923) de la Banque Privée où il est secrétaire de son père. Passionné de courses automobiles[Presse 26], il participe entre 1925 et 1928 à de nombreux rallyes en engageant dans les meetings une Bugatti[Presse 27]. On lui connait à cette époque des adresses parisiennes éphémères 146, avenue des Champs-Élysées puis 10, avenue Hoche[76] puisqu'entre 1921 et 1930, il vit avec ses parents à Paris.

Henri Bonnasse refuse de s'associer à ses cousins et oncle qui ont fondé dès 1928 la banque Léon et Eugène Bonnasse et qui lui proposent d´entrer dans la banque nouvellement créée. Au début des années 1930, il habite 30, boulevard Dugommier à Marseille. Il est fondé de pouvoir chez un ami, ancien employé à la Banque Privée, Jean Bois, agent de change 10, rue de la Darse (actuelle rue Francis Davso) à partir de décembre 1930 puis chez le successeur de ce dernier, Georges Audibert. Durant la crise de 1929, Henri Bonnasse a des intérêts dans la société anonyme Franco-Bulgare pour la filature de la soie et le tissage des soieries, syndicat créé avec Émile Glaizal[Note 23], en Bulgarie. Tous deux subissent de plein fouet la récession des années 1930, un endettement très lourd à supporter et les frasques d'un partenaire bulgare peu fiable, l'industriel Kousma Tchekoff[77].

Son mariage avec Hélène Delanglade le 21 octobre 1930[Presse 28], fille du médecin marseillais renommé Édouard Delanglade et nièce du sculpteur-statuaire Charles Delanglade[Note 24] lui assure une notoriété certaine. À la suite de la déconfiture d’abord des « Affréteurs Réunis » puis en 1931 de la « Banque Privée », les deux branches de la famille, Léon et Eugène Bonnasse d’une part et Henri Bonnasse d’autre part, créent de nouveaux établissements bancaires séparés, « Léon et Eugène Bonnasse » pour les premiers et « Henri Bonnasse et Cie - Banque Phocéenne », pour le second[28].

Le 30 juin 1939, Henri Bonnasse échange le domaine de Saint-Maurin situé dans le Haut Var contre la propriété de Bon Abri, rue du Commandant Rolland à Marseille[droit 11].

La Banque Phocéenne - Henri Bonnasse et Cie[modifier | modifier le code]

Jeune homme et dame sur le perron d'une bastide.
Henri Bonnasse au château de la Rouvière.

Banque Phocéenne - Henri Bonnasse et Cie

alt=Description de l'image HBPB logo.JPG.
Création 27 décembre 1929
Dates clés 1941 - 1942 (achat Henri Bonnasse) ; 1980 (faillite)
Disparition 18 décembre 1980 (retrait d'agrément, radiation de la liste des banques)
Fondateurs Gustave Bourrageas
Personnages clés Henri Bonnasse ; Philippe Bonnasse
Forme juridique Société en commandite simple
Siège social Drapeau de France Marseille, 25 rue Francis Davso (France)
Actionnaires Famille Bonnasse, famille Grand-Dufay, famille Delanglade
Activité Banque de dépôt (1 seul guichet), banque d'investissement
Société mère Le Petit Marseillais
Portrait d'homme avec lorgnons.
Charles Delanglade[78]

Le 11 juin 1942[C 17], Henri Bonnasse achète les parts de la Banque Phocéenne à la société de presse Le Petit Marseillais, alors dirigée par Jean Gaillard-Bourrageas puis par Jean Savon-Peirron[droit 12]. La banque a été fondée le 27 décembre 1929 par Gustave Bourrageas[79] qui reprend dans cette structure les actifs de l'ancienne Banque Populaire de Marseille[droit 13]. En 1935, cette banque a un capital de 3 millions de francs[Presse 29]. La société du Petit Marseillais est rapidement dissoute (fin 1946) lorsque la dévolution de ses biens va à la Société nationale des entreprises de presse qui recueille les biens d'entreprises confisqués pour cause de collaboration durant la guerre[80]. Cet établissement bancaire est situé 25, rue de la Darse[Note 25] à Marseille.

Les actionnaires de cette banque, hormis Henri Bonnasse sont de proches parents, madame veuve Joseph Bonnasse, sa mère, Charles et Marguerite Delanglade, ses oncle et tante par alliance, domiciliés 2, rue Marveyre à Marseille ou la famille Grand-Dufay, son beau-frère. En septembre 1949, Henri Bonnasse souhaite exploiter la banque sous son propre nom[4],[droit 14]. En 1954, le nom commercial de l'établissement bancaire devient « Henri Bonnasse et Cie - Banque Phocéenne »[Presse 30]. L'affaire des piastres semble épargner sa banque[Note 26]. Il conseille la Fonderie Deberny et Peignot. Il achète la société immobilière de La Pauline et de l'Adélaïde à Sainte Marguerite. Il tente de faire libérer son frère Pierre Bonnasse, prisonnier de guerre en Allemagne[Presse 31]. Un des principaux clients de la Banque Phocéenne Charles Delanglade meurt en 1952, laissant comme héritier, entre autres, Hélène Bonnasse, sa nièce et madame Henry Bergasse. L'important mobilier de ce grand collectionneur marseillais et ami des Arts est vendu aux enchères sous le contrôle d'Henri Bonnasse entre 1957 et 1959 comme l'attestent de nombreuses ventes aux enchères à l'époque[81]. La collection d'eaux-fortes de Rembrandt Van Rijn appartenant au sculpteur-statuaire est également dispersée à ce moment-là[82]. Au début des années 1960, Henri Bonnasse est président de la SCI de La Pelle, club nautique marseillais précédemment présidé par Émile Régis. Le 7 janvier 1964, il vend la propriété de Souviou à l'actrice Danielle Darrieux qui a épousé le scénariste et écrivain Georges Mitsinkidès[83]. Les deux banques de la famille Bonnasse semblent être, selon la presse nationale, victimes en 1966 - 1967 de l'escroquerie de la Caisse Mutuelle de Crédit Agricole d'Arles qui a conduit son principal protagoniste, le notable marseillais Louis Rocca en détention[Presse 32]. Mais un démenti formel est publié à la demande d'Henri Bonnasse puis de ses cousins[Presse 33].

Litige familial sur la raison sociale « Bonnasse »[modifier | modifier le code]

Les mésententes familiales qui naissent entre ces deux branches familiales à la suite de la faillite de la Banque Privée en 1928 donnent naissance à un litige sur les droits d’exploitation du nom « Banque Bonnasse » qui oppose longuement Henri Bonnasse II à son oncle Eugène II et à ses cousins Léon II, Guillaume et André Bonnasse entre 1928 et 1987[39]. Ainsi lors de la liquidation de la Banque Bonnasse le 13 juillet 1928, les différents membres de la famille Bonnasse, Léon I, Joseph II et Eugène II, stipulent dans l'acte de liquidation qu'ils ont le droit de se réinstaller comme banquiers sans restriction d'aucune sorte (accords du 16 août 1928[droit 15]). Léon et Eugène Bonnasse usent immédiatement de ce droit sous la raison sociale « Léon et Eugène Bonnasse » et s'installent dans l'immeuble d'un parent, Alban Gavoty, au 8, allées Léon Gambetta à Marseille[Note 27]. Joseph Bonnasse lui, ne se réinstalle pas mais conserve le droit à exploiter un établissement bancaire ultérieurement[39]. Lorsque son fils, Henri Bonnasse, décide d'exploiter sa banque nouvellement achetée en 1942 sous son nom propre en septembre 1949, un litige naît du fait que ses cousins souhaitent au même moment transformer l'enseigne « Léon et Eugène Bonnasse » en une raison sociale bien plus large « Messieurs Bonnasse banquiers ». Un premier jugement du Tribunal de commerce du 19 octobre 1950[droit 16] rejette la demande d'Henri Bonnasse. Mais un arrêt de la Cour d'appel d'Aix du 28 juillet 1952[droit 17] fait droit à cette voie de recours et interdit à ceux qui avaient abusivement tenté d'en faire emploi et à, quiconque, l'usage de l'ancienne raison sociale « Messieurs Bonnasse, banquiers » ou de celui de « Banque Bonnasse » et, d'une façon plus générale, précise que dans l'usage du nom patronymique Bonnasse, comme raison sociale, ce nom devra être précédé ou suivi de telle appellation suffisamment explicite pour assurer une exacte individualisation[Presse 34]. Un arbitrage de l'Association professionnelle des banques est sollicité par les parties en 1956. Le pourvoi en cassation (1957) des cousins d'Henri Bonnasse contre l'arrêt de la Cour d'Aix-en-Provence est rejeté[39]. Après dix années de procès (1949 - 1957), le litige s'estompe entre les cousins mais resurgit en 1970. En effet, à l'occasion de la prise de contrôle du capital de la Banque Bonnasse Frères par la Banque de l'Union Européenne (Groupe Schneider - Le Creusot)[84], cette dernière utilise fréquemment le nom de « Banque Bonnasse ». Le jugement du Tribunal de grande instance rendu le 9 avril 1974[droit 18] donne droit aux demandes d'Henri Bonnasse ; ce jugement est confirmé par la Cour d'appel d'Aix-en-Provence le 10 février 1975[droit 19]. En 1987, trois ans après la mort d'Henri Bonnasse, leur père, Denis et Philippe Bonnasse donnent leur accord à la S.A. Bonnasse Frères, petit-fils et fils de Léon et Eugène Bonnasse pour utiliser la raison sociale simplifiée « Banque Bonnasse »[85],[39].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Collection de livres rares[modifier | modifier le code]

Influence d'Henri Beraldi sur Henri Bonnasse[Note 28]dans la conception des ex-libris. À droite, Beraldi (1849 † 1931).

Henri Bonnasse est aussi un bibliophile réputé[86],[87] qui constitue une bibliothèque importante d’ouvrages précieux et rares[88], ouvrages qui sont depuis 1982, dispersés[89] dans les plus grandes bibliothèques publiques ou privées internationales, notamment à Philadelphie[90] ou New York[91] :

« What became of Wotton's books after the Sotheby sale ? Unfortunately, that is not as clear as their whereabouts from circa 1550 to 1919. The Spencer Wotton was purchased by the bookseller Sabin for the sum of £59, and its only other known owner until it was acquired for the Spencer Collection in 2008 was Henri Bonnasse, a late 20th-century French bibliophile who pasted his leather book label inside the front cover[trad 1]. »

— New York Public Library, Spencer Collection.

Livre ancien avec enluminures.
Heures à l'usage de Paris, Germain Hardouyn, 1519 - 1530, collection Henri Bonnasse[92].

Henri Bonnasse est en rapport dès 1945 avec le président du Syndicat des Éditeurs de Livre d'Art, Léopold Carteret. Il est parrainé par Albert Malle, bibliophile parisien, lorsqu'il est candidat à la Société des Amis des Livres, rue Hamelin, à Paris[93] ; il y est reçu par son président, le baron Seillière en 1949. Il y rencontre de grands collectionneurs comme le descendant d'Henri Beraldi ou Georges Wendling, Président d'Heudebert et encore le Docteur Paul Banzet ou Paul Harth. Il se rend acquéreur des Quinze Histoires d'Edgar Poe de Charles Baudelaire, illustrées par Louis Legrand, que la Société des Amis des Livres publie en tirage limité. Le banquier développe sa collection grâce à un réseau de libraires parisiens (librairie Auguste Blaizot[Note 29], le libraire Jean Rousseau-Girard[Note 30], librairie Giraud-Badin), suisses (Nicolas Rauch), anglais (Frank Hammond, Martin Breslauer (de)[Note 31], Marlborough, P. and D. Colnaghi ou Francis Edwards) ou belges (Raoul Simonson). Henri Bonnasse est également membre de la société de bibliophiles Le Livre Contemporain, fondée en 1903 par Jules Claretie, société qui imprime à son attention une lithographie (no 22) de Jules Cavaillès, La Fenêtre ouverte, en 1961, réalisée pour le livre de Maurice Toesca, Le Chant du ruisseau[94]. Le banquier bibliophile se rend acquéreur d'un manuscrit du XVIIIe siècle sur l'histoire de la rareté des livres de collection, ayant appartenu à Guillaume-François Debure puis au financier Louis-Jean Gaignat, le Musæum typographicum[95].

Couillard du Pavillon, Les Antiquitez et singularitez du monde, 1557, un exemple de provenance prestigieuse

« La particularité de l’exemplaire Bonnasse est qu’il est très vraisemblablement celui de l’auteur : il est couvert de corrections et de ratures cohérentes, et comprend des passages biffés. Le feuillet blanc précédant le premier livre forme par exemple une réécriture manuscrite complète du début de l’ouvrage. L’exemplaire a appartenu à Jean-Baptiste-Denis Guyon de Sardière (1674 † 1759), capitaine au Régiment du Roi, l’un des seigneurs du canal de Briare (il était l’un des petits-fils de l’un des entrepreneurs) avec ex-libris manuscrit au titre et au dernier feuillet. À sa mort, une vente publique organisée par Marie-Jacques Barrois disperse sa collection (janvier 1760), mais l’adjudication semble n’avoir pas été faite au détail. Outre la richesse en manuscrits et en incunables de cette bibliothèque, l’un de ses intérêts réside dans ce qu’elle a récupéré une partie de la prestigieuse collection du château d’Anet, constituée par Diane de Poitiers[96]. »

Henri Bonnasse commande parfois des reliures pour les ouvrages de sa bibliothèque[97], au relieur parisien Léon Gruel (1841 1923), grand relieur d’art et auteur d'ouvrages sur la reliure[98]. Celui-ci possède dès 1891 l'atelier de reliure parisien fondé en 1811 par son grand-père Isidore Deforge et repris par son beau-père Godefroy Engelmann, inventeur de la chromolithographie. D'autres relieurs réputés interviennent pour le compte de la bibliothèque Bonnasse, tel Georges Cretté qui relie à sa demande Les Métamorphoses d'Ovide. En 1953, Henri Bonnasse participe activement à l'exposition organisée par la Bibliothèque nationale sur La reliure originale[99] et rencontre à cette époque son administrateur général, Julien Cain.

Le collectionneur Henri Bonnasse annote également certains exemplaires de sa bibliothèque en ajoutant ainsi dans l'ouvrage Recueil des plus Excellan[s] Vers Satyrique[s] de ce temps. Trouvez dans les Cabinets des Sieu[rs] Sigognes, Regnier, Motin, qu'autres, des plus signalez Poëtes de ce siècle (1617) les noms des poètes au bas de leurs pièces ; il inscrit également à l'encre noire sur le premier feuillet blanc l'épitaphe de la comtesse de Verrue, composée par elle-même[100] : « Ci-gist, dans une paix profonde, Cette dame de volupté, Qui pour plus grande sûreté, Fit son paradis en ce monde. » Le banquier marseillais n'hésite pas à prendre les conseils des plus grands spécialistes avant un achat important. Il contacte ainsi Howard Nixon (en), le libraire du British Museum, en 1961, pour s'assurer de l'authenticité d'un ouvrage de Madeleine de Scudéry.

La collection du banquier marseillais est constituée d'ouvrages dont la plupart appartiennent à l'époque romantique[Presse 35]. Un des livres les plus précieux de cette bibliothèque est le Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre. La famille Bonnasse réussit en plusieurs décennies à rassembler quatre exemplaires de ce livre qui a appartenu au grand bibliothécaire Jules Brivois au début du XXe siècle[101].

Cette collection est dispersée du vivant d'Henri Bonnasse, les 20 mars et 27 novembre 1982 (le libraire-expert marseillais chargé des ventes est Jacques d'Aspect)[102], lors de deux ventes aux enchères[Presse 36], qu’impose la faillite de son établissement bancaire marseillais en 1980, alors dirigé par l’un de ses fils, Philippe Bonnasse[Presse 37]. Le clou de la vente aux enchères de novembre 1982 est l'adjudication du livre Scènes de la vie privée et publique des animaux (vignettes par Granville, études de mœurs contemporaines publiées sous la direction de Pierre-Jules Hetzel en 1842). Ces fables en proses sont signées P.J. Stahl (pseudonyme de Pierre-Jules Hetzel), Honoré de Balzac, Charles Nodier, George Sand, Émile de La Bédollière, Gustave Droz, Jules Janin, Paul de Musset.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Denis Bonnasse (1933 † 1998)[modifier | modifier le code]

Homme en costume de profil aux cheveux clairs.
Denis Bonnasse, président de la bourse de Marseille.

Denis Bonnasse exerce le métier d'agent de change à Marseille et à ce titre il succède dans cette charge à Gabriel Dulongrais[Presse 38] à partir de 1961. Il est adjoint au syndic de la Bourse de 1964 à 1967. En novembre 1969 est créée la société de gestion de fonds Blisson Bonnasse, 39 b, rue Grignan à Marseille[108]. L'activité principale de Blisson Bonnasse Gestion SA est la gestion de fonds, la gestion d'autres fonds de placement, la gestion de caisses de retraite, la gestion de fonds communs de placement, la gestion des actifs des portefeuilles des particuliers, les activités de gestion de portefeuilles et de fonds pour le compte de tiers (particuliers, entreprises). Entre 1970 et 1984, il est président de la Bourse de Marseille. Le 4 décembre 1973, il est syndic délégué près la bourse de Marseille, chargé par la Commission des opérations de bourse de traiter de l’importance des bourses de province pour le fonctionnement des entreprises[109] et il résume ainsi les tendances : « la décentralisation bancaire est la condition indispensable d’une régionalisation effective. La bourse régionale est un élément fondamental du marché financier. Elle peut jouer un rôle important pour le développement équilibré de la région, à condition, bien entendu, qu’elle reçoive le concours actif des établissements bancaires[110]. » Le 18 septembre 1989, Denis Bonnasse se voit décerner l'« Oscar de France » au Palais du Pharo, pour sa carrière professionnelle d'agent de change[Presse 39].

Denis Bonnasse vend la société de bourse[Note 32] à la Société marseillaise de crédit. Puis la Société marseillaise de crédit cède le contrôle de la société de Bourse marseillaise Blisson Bonnasse à la Banque Pallas. Cette acquisition entre dans le cadre de la politique menée à partir de 1989 par la Banque Pallas France de développer un pôle de gestion de patrimoine implanté dans toutes les grandes villes françaises. Blisson Bonnasse à Marseille complète l'ensemble contrôlé par Pallas, à savoir Nouailhetas et Richard Finance à Paris, Poitiers, Marseille et Lyon, Palladium Finance à Bordeaux et Toulouse, Gifao Investissement à Strasbourg[Presse 40]. En janvier 1985, Denis Bonnasse préface un ouvrage d'histoire financière, Les agents de change et la bourse de Marseille de 1800 a 1914[111]. Denis Bonnasse est aussi Président-directeur général de la S.A. française de réassurances[4]. Il a épousé Françoise Tourret, sœur de l’homme d’affaire Jean-Louis Tourret, 17e adjoint au maire Jean-Claude Gaudin, chargé des finances et longtemps président de la Banque populaire provençale[Presse 41],[Note 33]. Par ce mariage, Denis Bonnasse est devenu le beau-frère de Pierre Bellon, fondateur de la Sodexo, puisque Françoise Tourret est la sœur de Danielle Bellon[112]. Par décret du 31 décembre 1992, Denis Bonnasse est promu officier de la Légion d'honneur[113].

Denis Bonnasse ne travaille à aucun moment dans la banque paternelle, la Banque Phocéenne - Henri Bonnasse et Cie ; il n'est donc pas impliqué dans la faillite de cet établissement bancaire en 1980. Il semble seulement concerné en qualité d'héritier[droit 20]. La charge Blisson Bonnasse et Cie est cependant mise en difficulté devant les tribunaux lorsqu'elle utilise imprudemment les bons aux porteur Bonnasse et lorsque le règlement judiciaire de la banque d'Henri Bonnasse atteint des clients communs[droit 21].

Philippe Bonnasse (1931 † 2003)[modifier | modifier le code]

Deux hommes en costume montent des escaliers. L'un d'eux avec nœud papillon.
Philippe Bonnasse au premier plan.

Effondrement de la Banque Phocéenne[modifier | modifier le code]

Affaire Philippe Bonnasse et autres c/ Jean Astier et autres
Titre Philippe Bonnasse et société de banque Henri Bonnasse c/ Jean Astier et Denis Bonnasse
Code Pourvoi F 98-12.932
Arrêt no 1156 FS-D
Pays Drapeau de la France France
Tribunal (fr) Cour de cassation
Chambre commerciale
Date 23 mai 2000
Recours Pourvoi contre l'arrêt de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence (8e chambre civile section A) en date du 20 novembre 1997
Personnalités
Composition de la cour M. Grimaldi, conseiller doyen faisant fonction de président
Autre personne Mme Aubert, conseiller rapporteur, M. Tricot
Détails juridiques
Territoire d’application Drapeau de la France France
Branche Droit privé, droit commercial
Importance Texte appliqué Loi 67-563 1967-07-13 art. 74
Chronologie Homologation du concordat Tribunal de commerce 13 décembre 1982 ; Tribunal de commerce 8 juillet 1985 ; Cour d'appel 31 janvier 1986; Cassation rejet 1er mars 1988; Tribunal de commerce 22 décembre 1994 ; Cour d'appel 20 novembre 1997.
Citation « Pour définir l'assiette du retour à meilleure fortune, il faut se placer au moment où les biens appartenant à M. Henri Bonnasse sont entrés dans le patrimoine de M. Philippe Bonnasse »
Problème de droit Assiette d'une clause de retour à meilleure fortune prévue dans un concordat lors d'une Cessation des paiements d'une banque
Solution Application de la clause de retour à meilleure fortune
Voir aussi
Mot clef et texte Règlement judiciaire, Liquidation de biens (loi du 13 juillet 1967), Retour à meilleure fortune (assiette), biens recueillis par héritage.
Lire en ligne Cassation Com. 23 mai 2000
Précédent Cour de Cassation, Com., 18 octobre 1961 Cour de Cassation, Com., 12 octobre 2004 Suivant

Le second fils d'Henri Bonnasse, Philippe Bonnasse (mort en décembre 2003, sans descendance) est un banquier marseillais qui dirige la banque familiale du 25, rue Francis Davso à Marseille. La Commission de Contrôle des banque effectue un premier contrôle sur place en 1977, constate des pratiques irrégulières qu'elle ne dénonce pas au Parquet[114]. Au printemps 1980, à la suite d'un second contrôle, la Commission de Contrôle des banques engage une procédure disciplinaire contre la Banque Phocéenne. L'utilisation de bons anonymes dit bons Bonnasse assortis de taux d'intérêt élevés, pour le financement des prêts aux clients professionnels conduit la Banque Phocéenne - Henri Bonnasse et Cie à la cessation des paiements. En 1980, Philippe Bonnasse entame des négociations pour la vente de la Banque Phocéenne au Crédit commercial de France[Presse 42] mais ce dernier se retire rapidement du tour de table lorsque l'établissement de la famille Bonnasse, en défaut de paiement, est dans l'incapacité d'ouvrir son guichet unique en novembre 1980[Presse 43]. Philippe Bonnasse est le principal responsable de la faillite retentissante[droit 22] de l'établissement marseillais familial en 1980[115]. Lors du dépôt de bilan de la banque, le tribunal prononce également le règlement judiciaire d'Henri et Philippe Bonnasse, gérants commandités, sur leur patrimoine personnel[droit 23]. Philippe Bonnasse est inculpé le 5 février 1981 de banqueroute simple et frauduleuse, de faux et usage de faux, et d'infraction aux lois sur les sociétés[Presse 44],[Presse 45]. Le banquier est condamné le 8 décembre 1989 par la 6e Chambre correctionnelle à quatre ans de prison dont 33 mois avec sursis et mise à l'épreuve[Presse 46]. Le krach de la Banque Phocéenne Henri Bonnasse et Cie provoque à l'époque des tensions très vives, les clients floués occupent les locaux du siège de l'établissement[Presse 47] et se constituent en comité de défense[Presse 48]. Quelques membres de ce comité de défense et notamment son vice-président sont mis en cause par la justice (6e Chambre correctionnelle) en novembre 1989 au motif qu'ils auraient produit de fausses créances sur la banque [Presse 49]. Gaston Defferre, alors maire de Marseille et ministre de l'Intérieur de François Mitterrand (président de la République qui a engagé un programme de nationalisation du secteur bancaire) reçoit même les épargnants lésés à l'Hôtel de ville[Presse 50]. Albert d'Ornano[Presse 51] et Yves Meunier (B.E.C.) clients et entrepreneurs bénéficiant de prêts importants, sont inquiétés[droit 24]. Parmi les victimes, le syndic de copropriété marseillais Michel de Chabannes occupe une place prépondérante[Presse 52].

Le règlement judiciaire de la Banque Phocéenne n'étant pas converti en liquidation, les banquiers décident alors de faire des propositions concordataires aux créanciers.

Concordat et clause de retour à meilleure fortune[modifier | modifier le code]

Lors de l'assemblée concordataire[Note 34] du 22 novembre 1982 au Tribunal de commerce de Marseille, Me Gérard Di Cara représente la famille Bonnasse[Presse 53]. Un concordat est voté par les créanciers de la Banque Phocéenne et de MM. Bonnasse, favorable (par 404 voix contre 62) à un apurement du passif à concurrence de 60 % des créances admises avec possibilité de compléter l'offre de concordat par l'insertion d'une clause de paiement complémentaire en cas de retour à une meilleure fortune[droit 25],[Note 35]. L'Association française des banques décide rapidement de rembourser les créances nominatives jusqu'à concurrence de 200 000 francs[Presse 54]. Ce premier remboursement s'effectue grâce à un mécanisme de solidarité professionnelle entre les banques formalisé dès 1980 et qui est utilisé également pour deux autres banques défaillantes à la même époque, les banques Gadic et Roy[116]. Un arrêt de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence du 31 janvier 1986 relève que le concordat est mené à bien et le dernier dividende est payé aux créanciers par les banquiers en décembre 1984. Un rapport de la Commission des finances de l'Assemblée nationale daté du 3 mars 1999, indique que dans la faillite de la Banque Phocéenne, due à des malversations, le taux de recouvrement des sommes évaporées atteint 70.6 %, pour un paiement total de 28 millions de francs[117].

Des procédures parallèles apparaissent dans cette affaire complexe :

Au mois de juillet 1983, des créanciers de la famille Bonnasse déposent devant le Tribunal administratif de Marseille « une requête à l'effet de demander réparation à l'État du préjudice qu'ils subissent et qu'ils imputent à une faute lourde qu'aurait commise la Commission de Contrôle des banques dans la surveillance de la Banque Phocéenne[droit 26]. » Le Tribunal administratif rejette par un jugement du 1er décembre 1988 l'argumentation des requérants[114].

La disparition accidentelle d'Henri et Hélène Bonnasse en 1984, peu de temps après l'homologation du concordat par le tribunal, donne lieu à un héritage en faveur de leur fils, Philippe Bonnasse[droit 27] :

« Ayant constaté qu'une société en commandite simple et ses gérants commandités, mis en règlement judiciaire avec constitution d'une masse commune, avaient pris, postérieurement au vote du concordat, un engagement de paiement complémentaire en cas de retour à meilleure fortune et que c'est au vu de cet engagement dont il a été donné acte aux débiteurs que le tribunal avait homologué le concordat sans pour autant en modifier la teneur, c'est sans méconnaître la nature contractuelle du concordat non plus que la portée du jugement d'homologation qu'une cour d'appel a déclaré les commissaires à l'exécution du concordat recevables et fondés à poursuivre la mise en œuvre de cette clause. »

— Cour de cassation, Chambre commerciale, 1er mars 1988[droit 28].

Les créanciers décident alors de faire jouer la clause de retour à meilleure fortune[droit 29]. La mise en œuvre de cette clause par les mandataires Mes Astier et Dureuil désignés pour la mettre en application, provoque une controverse sur l'assiette des biens reçus en héritage (rapport d'expertise Bouet en 1993) et impacte les successions d'Henri, Philippe et Denis Bonnasse durant les 20 années suivantes[droit 20]. Le Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales fournit encore entre 2009 et 2013 des avis de dépôts et des annonces sur cette faillite bancaire née en 1980[droit 30]. L'affaire tentaculaire trouve un dénouement en 2009, alors que tous les protagonistes principaux sont morts, avec la signature d'un protocole transactionnel[droit 31],[droit 32], homologué par un jugement du Tribunal de grande instance en 2011. Les conséquences financières de cette faillite à cause de laquelle l'État se retrouve ayant droit sur certains biens personnels des banquiers défaillants conduit à la vente, en 2013, du domaine de Bon Abri, 54, rue du Commandant Rolland à Marseille[droit 33].

Annexes[modifier | modifier le code]

Groupe Louis XIV sculpté par Charles Delanglade[modifier | modifier le code]

Étapes du contrat d'édition du Groupe Louis XIV entre Charles Delanglade et la Fonderie d'art du Val d'Osne pour le compte de Joseph Bonnasse en 1912
(bassin central de La Rouvière)
Le Groupe Louis XIV en 2014.
Le Groupe Louis XIV en 2014.
Le Groupe Louis XIV en 2014.
Le Groupe Louis XIV en 2014.
Contrat de réalisation du Groupe Louis XIV en fonte.
Contrat de réalisation du Groupe Louis XIV en fonte.
Contrat de réalisation du Groupe Louis XIV en fonte.
Contrat de réalisation du Groupe Louis XIV en fonte.
Contrat de réalisation du Groupe Louis XIV en fonte.
Contrat de réalisation du Groupe Louis XIV en fonte.

Un exemple de la collaboration de Charles Delanglade avec Joseph Bonnasse II est toujours visible à Marseille, dans la vaste copropriété de La Rouvière, située dans le quartier du Cabot, au sud de la ville.

Le bassin central du parc est resté en l'état, incorporé au nouvel environnement urbain créé en 1962 sur l'emplacement de l'ancien domaine de la famille Bonnasse, à proximité du centre commercial des différents bâtiments de l'ensemble immobilier qui compte 2 200 logements et 8 000 habitants.

Ce bassin se trouve dans l'alignement du château qui existe toujours et qui a été divisé en lots de copropriété.

Charles Delanglade a sculpté en plâtre un ensemble composé de Deux enfants aux dauphins et d'un groupe central dit Groupe Louis XIV en 1911 pour le compte du banquier marseillais Joseph Bonnasse II, propriétaire du château de La Rouvière.

Le 5 février 1912 puis le 17 février 1914, deux contrats d'édition en fonte de cet ensemble sont conclus avec la Fonderie d'art du Val d'Osne aux conditions suivantes :

  • Un droit d'édition est concédé par le sculpteur-statuaire à la fonderie durant vingt années,
  • Un pourcentage sur chaque modèle métallique est reversé à l'artiste par la fonderie,
  • L'édition peut être réalisée en bronze, fonte de fer, étain, plomb, zinc ou tout autre métal,
  • Le modèle original en plâtre demeure dans les ateliers de la fonderie.

Joseph Bonnasse acquiert enfin la réalisation métallique à partir de juin 1912 et l'installe dans le bassin central de sa propriété.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Les sources ci-dessous proposées sont essentiellement des sources secondaires ou des sources tertiaires. Certaines sources primaires, dont l'utilisation est déconseillée sur l'encyclopédie libre Wikipédia, sont cependant présentes et exploitées avec prudence et parcimonie : actes notariés de l'étude du notaire marseillais Malauzat, les jugements des recueils des gazettes des tribunaux, ouvrages d'André Bonnasse (1980 et 1981), les archives départementales des Bouches-du-Rhône ou les archives de la Chambre de Commerce de Marseille (dans ces deux derniers cas cependant, la source primaire est la plupart du temps citée dans un ouvrage référencé dans le présent article).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans la faillite de la Banque Privée, seul Joseph Bonnasse est inquiété ; son oncle Léon Bonnasse et son cousin Eugène Bonnasse, ne sont pas renvoyés sur les bancs de la correctionnelle en 1928.
  2. La faillite de la Banque Phocéenne - Henri Bonnasse et Cie semble ne concerner directement que Philippe Bonnasse, son père Henri Bonnasse, étant trop âgé au moment des faits et sans poste opérationnel dans l'établissement bancaire défaillant.
  3. Pierre Bonnasse dit Cassim habite 17, quai Voltaire à Paris avec sa mère madame veuve Joseph Bonnasse. Il est né le 25 juillet 1910 à Marseille. Il est lieutenant de tirailleurs algériens et il est fait prisonnier durant la Seconde Guerre mondiale. Il dirige vers 1960 la Société Anonyme Française de Réassurances dont le siège est à Paris 34, boulevard de Courcelles.
  4. Ancien nom de l'actuel boulevard d'Athènes à Marseille.
  5. L'usance est la durée du crédit consenti par le créancier tireur de l’effet à son débiteur tiré.
  6. Tableau proposé par André Bonnasse, banquier à Marseille, en 1980, dans son étude Bonnasse, banquier, une banque privée au XIXe siècle.
  7. Une augmentation remarquable de l'encaisse à la date du 31 décembre 1851, est visible dans ce bilan au lendemain du coup d'État de Napoléon III.
  8. Paul Marie Joseph Desbief est né à La Canée, en Crète, le 18 juin 1850. Il est engagé volontaire au 18e bataillon de chasseurs à pied et il prend part à la campagne de 1870, participant notamment aux combats du Plateau d'Avron, à Ville-Évrard. Libéré de ses obligations militaires, il entre à la Société nouvelle des Raffineries de sucre de Saint-Louis, dont il devient rapidement administrateur délégué. Il fait partie des initiateurs de l’introduction de la culture de la betterave à sucre en Provence. Il entre à la Chambre de commerce de Marseille en 1897, dont il devient vice-président en 1903, puis président de 1905 à 1908. Il s’investit dans la préparation de l’Exposition coloniale de 1906 et dans la création de l’Institut colonial de Marseille. Promu Chevalier de la Légion d’honneur en 1895, il est aussi président de l’œuvre antituberculeuse de Marseille.
  9. Les banques françaises ont eu à affronter une longue période de difficultés lors de la Première Guerre mondiale. Dès qu'elle éclate, les banques de dépôts sont assaillies de demandes de retraits. Le gouvernement décrète un moratoire pour leur permettre de ne rembourser que très progressivement leurs dépôts, et leur image dans le public en est gravement altérée.
  10. La Société immobilière marseillaise est fondée en 1865, après la faillite des frères Pereire. Elle est propriétaire et gestionnaire de la rue de la République (rue Impériale) à Marseille. Les grandes familles locales reprennent à leur compte ces immeubles en 1878, lors de leur vente aux enchères. chaque jeune fille des grandes familles avait dans sa dot quelques actions de cette société. La bourgeoisie négociante y est représentée par ses plus grands noms : Étienne Darier de Rouffio, Amédée Armand, Henry Bergasse, Eugène Bonnasse, Théophile Rocofort, Étienne Zafiropulo, Ernest Rondel et Alphonse Grandval[27].
  11. De gauche à droite : Henri Bonnasse I, Eugène Bonnasse I (assis), Marie épouse Jules Régis, madame Léon Bonnasse (assise), Jules Régis, Léon Bonnasse I (buvant), madame Henri Bonnasse entourée de trois enfants.
  12. De gauche à droite : Léon Bonnasse I, Marguerite, Madeleine, madame Léon Bonnasse, Joseph Bonnasse II (derrière elle), Eugène Bonnasse II (à côté d'elle). Henri Bonnasse I et sa femme.
  13. Acte du 2 mai 1911, Me de Gasquet, notaire à Marseille.
  14. Des archives familiales non vérifiables en l'état, laissent à penser que Léon Bonnasse est très malade et ne peut gérer pleinement les affaires de la maison durant les dix dernières années de sa vie.
  15. Lorsque Guillaume Bonnasse meurt en 1969, son fils Hervé Bonnasse prend sa suite à la banque.
  16. À la même époque le bilan de la Banque Phocéenne Henri Bonnasse et Cie se situe autour de 34.8 millions de francs.
  17. Une étude historique de la banque marseillaise Bonnasse par un membre de la famille, André Bonnasse. Il s'agit d'un essai familial assimilable à une source primaire.
  18. Ce récit polémique et virulent d'André Bonnasse, qui profère des attaques graves et publié alors que la Banque Phocéenne de son cousin Henri Bonnasse ferme son unique guichet, ne repose sur aucune référence. Il doit être réservé au cadre familial et ne peut être exploité ici.
  19. On utilise le terme de « volontariat » notamment pour les engagés volontaires de la guerre de 1870-1871.
  20. La propriété de La Rouvière est transmise par héritage à la fille de Joseph et Cécile Bonnasse, Marie-Marguerite Grand-Dufay. La propriété est vendue dans les années 1960.
  21. Joseph Bonnasse est le premier bibliophile de la famille. Son fils, Henri Bonnasse, mort en 1984, développe considérablement cette collection à partir de 1936.
  22. Jusqu'en 1942, l'administrateur-délégué concentre les plus importants pouvoirs de direction au sein d'une entreprise française.
  23. Émile Glaizal, descendant d'une ancienne famille de tisseurs et de mouliniers ardéchois, dirige une première usine à Satillieu en Ardèche dès 1919, sous le nom des Établissements Émile Glaizal. Cette entreprise qui regroupe trois sites fusionne avec une société commerciale dont le siège est à Lyon, pour donner naissance à la société des Tissages de Soieries Réunis, connue sous le nom de T.S.R., en 1924 à Lyon, rue Vendôme.
  24. Le statuaire Charles Delanglade, oncle de madame Hélène Bonnasse, habite 2, rue Marveyre à Marseille dans une demeure prestigieuse du deuxième Prado, dont les salons sont couverts de cuirs de Cordoue. Cette demeure se transmet ensuite par héritage à Charlotte Grawitz, tante de monsieur Bernard Maurel et nièce de madame Charles Delanglade. Deux neveux de cette dernière sont également les légataires universels du sculpteur, Henri Bonnasse et Robert Fabre.
  25. La rue de la Darse est l'ancien nom de l'actuelle rue Francis-Davso.
  26. Les rumeurs locales relayées dans l'ouvrage d'André Bonnasse, concernant l'implication du banquier dans le commerce (interdit) de l'or durant la Seconde Guerre mondiale et la pratique des compensations privées des devises avec des pays étrangers dans les années 1950 ne sont pas vérifiables.
  27. Alban Gavoty a épousé Mathilde Bonnasse.
  28. Il s'agit d'un ex-libris d'Henri Bonnasse datant de 1946. Le banquier bibliophile a probablement fait graver plus tard, un autre ex-libris, plus répandu que cet exemplaire.
  29. C'est par l'entremise de ce libraire qu'Henri Bonnasse acquiert en janvier 1951 un exemplaire de Paul et Virginie (Curmer) sur Chine, l'exemplaire Descamps-Scrive, pour 600 000 francs de l'époque.
  30. Les relations entre ce libraire-expert, éditeur d'art et Henri Bonnasse s'étalent sur 25 ans, de 1945 à 1971.
  31. Henri Bonnasse rencontre pour la première fois Bernard H. Breslauer, fils de Martin Breslauer, en 1963, lors de la vente du libraire suisse Nicolas Rauch.
  32. La charge d'agent de change se transforme d'abord en société de bourse à partir de 1989 lors de la réforme de la bourse. Puis dans un second temps, l’agrément no  GP 9126 en date du 6 août 1991 délivré à la société Blisson Bonnasse Gestion devient caduc à la suite de la transformation de la société de bourse Blisson Bonnasse S.A. en société de gestion de portefeuille, cette dernière est alors agréée par la Commission des opérations de bourse le 16 mars 1992, sous le numéro GP 92-05.
  33. L'entreprise Tourret connait de longue date la famille Bonnasse puisqu'elle a été choisie par Henri Bonnasse pour la réhabilitation et l'extension de Bon Abri durant la Seconde Guerre mondiale.
  34. Le concordat, en droit des faillites, est un accord passé entre une structure en faillite et ses créanciers.
  35. La clause de retour à meilleure fortune est une stipulation contractuelle en vertu de laquelle un débiteur s'oblige à payer sa dette lorsque sa situation financière se sera améliorée.

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages utilisés[modifier | modifier le code]

  1. p. 169.
  2. p. 256.
  3. p. 251.
  4. p. 96.
  5. p. 68.
  6. p. 91.
  7. pp. 88 et 89.
  8. p. 211.
  • Pierre - Paul Zalio, Grandes familles de Marseille au XXe siècle : enquête sur l'identité économique d'un territoire portuaire, Paris, Belin, coll. « Socio-histoires »,‎ 1999 (ISBN 2-7011-2633-9, notice BnF no FRBNF37082301, LCCN 00333351)
  1. p.  122. « Les banquiers Bonnasse ne semblent pas faire partie des capitalistes car ils s'autofinancent, contrairement aux grecs comme Zarifi. » Cité dans : Michel Calapodis, Les Grecs à Marseille : minorité ethnique ou nation en dispora ?, Paris, L'Harmattan, coll. « Études grecques »,‎ 2012 (ISBN 978-2-296-56823-5, notice BnF no FRBNF42615548, LCCN 2012423117, lire en ligne), p. 211, note 561.
  2. p.  116, chapitre 4.
  3. p.  246, chapitre 8.
  4. p.  131, chapitre 4.
  1. p. 237.
  2. p. 237.
  3. p. 238.
  4. p. 238.
  5. p. 238.
  6. p. 239.
  7. p. 229.
  8. p. 239.
  9. p. 239.
  10. p. 239.
  11. p. 239.
  12. p. 240.
  13. p. 240.
  14. p. 240.
  15. p. 238.
  16. p. 237.
  17. p. 239.

Autres sources utilisées[modifier | modifier le code]

  1. Jean Lambert-Dansette, Histoire de l'entreprise et des chefs d'entreprise en France, Paris, L'Harmattan, coll. « Chemins de la mémoire »,‎ 2001 (ISBN 9782747512206, notice BnF no FRBNF37135471, LCCN 2001367072, lire en ligne), p. 6.
  2. Pour consulter une liste des défaillances bancaires au début des années 1980 et notamment de la Banque Phocéenne : Dominique Lacoue-Labarthe, Régulation et supervision des banques et du crédit depuis les années 1980, Paris, Bercy (Séminaire du Comité pour l'histoire économique et financière de la France),‎ 10 décembre 2008 (lire en ligne [PDF]), p. 17, note 41.
  3. Pour une généalogie plus complète, consulter : Antoine Maurin, « Arborescence généalogique de la famille Bonnasse », sur geneanet.org, GeneaNet SA, Jacques Le Marois,‎ 22 décembre 2013 (consulté le 24 décembre 2013)
    Le site GeneaNet.org est un site généalogique participatif dont l'utilisation est déconseillée sur l'encyclopédie libre Wikipédia.
  4. a, b, c et d Antoine Olivesi, « Bibliographie Les Bonnasse », Provence historique, Aix-en-Provence, La Pensée universitaire, vol. fascicule 103 « tome 26 »,‎ 1976, p. 122 et 123 (lire en ligne [PDF])
    Antoine Olivesi, agrégé d'histoire, a enseigné à l'université d'Aix-Marseille-I. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment La Commune de 1871 à Marseille, Géographie électorale des Bouches-du-Rhône sous la IVe République, et a collaboré, entre autres, à l'Atlas historique de Provence, à La France sous le gouvernement Daladier, au Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.
  5. Jacky Laurent, « Le domaine de Souviou », sur www.latribunedubeausset.fr, Mairie du Beausset,‎ 16 septembre 2011 (consulté le 24 décembre 2013).
  6. Ferre Gabrigs, « Le Beausset en Provence », sur www.le-beausset-en-provence.com, Gaya concept,‎ 21 septembre 2006 (consulté le 24 décembre 2013).
  7. « Archives municipales de Marseille », Indicateur Marseillais, Marseille, s.n.,‎ 1806.
  8. Consulter : Archives nationales, AF IV 1903 et Abbaye Saint-Martin de Ligugé et Dom G. Charvin, « Les religieux de la Congrégation de Saint-Maur pendant la Révolution », Revue Mabillon : archives de la France monastique, revue trimestrielle, Ligugé (Vienne), Veuve Ch. Poussielgue,‎ 1965, p. 128 (lire en ligne)(notice BnF no FRBNF34349219d).
  9. Paul Masson, Les Bouches-du-Rhône, encyclopédie départementale, t. IX, Le Mouvement économique, le commerce, Paris, Marseille, Éditions Honoré Champion et Archives départementales,‎ 1922 (notice BnF no FRBNF31772361, présentation en ligne, lire en ligne), p. 932.
  10. Corentin Carnaud, Almanach historique et commercial de Marseille, Marseille, Chardon,‎ 1821 (notice BnF no FRBNF32689316).
  11. Joseph Magnan-Corréard, Le Livre des Magnan, Aix-en-Provence, Joseph Brun,‎ 1919 (notice BnF no FRBNF34211320, lire en ligne), p. 141.
  12. Pierre Viallet, Le Livre des Magnan, Marseille, auto édition Viallet,‎ 2004 (présentation en ligne), p. 372 et 373.
    Ce livre a obtenu le prix Amphoux en 2004 (Académie de Marseille) et le prix Thiers en 2005 (Académie d'Aix).
  13. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Guide de l'amateur de l'huile d'olive, Petit Futé,‎ 2014 (ISBN 9782746976269, notice BnF no FRBNF43721040, lire en ligne).
  14. a et b Robert Caty, Éliane Richard et Pierre Echinard, Les patrons du Second Empire, Marseille, Paris, Le Mans, Picard, Éditions Cénomane,‎ 1999 (ISBN 2-7084-0557-8, notice BnF no FRBNF37074554, LCCN 91164675), p. 89.
  15. Henry Coston (dir.), Dictionnaire des dynasties bourgeoises et du monde des affaires, Paris, éditions Alain Moreau,‎ 1975 (notice BnF no FRBNF34550595, LCCN 76451822).
  16. a, b, c, d et e Paul Gueyraud, Dictionnaire des Marseillais, Marseille, Académie de Marseille,‎ 2003 (notice BnF no FRBNF37715787), p. 60.
  17. François-Jacques Vigne (éditeur scientifique), Guide Vigne, Indicateur Commercial, Marseille, s.n.,‎ 1840 (notice BnF no FRBNF31576717).
  18. « Société anonyme des ports de Marseille : dépôt préalable des actions », Journal des débats politiques et littéraires, Paris, Bibliothèque nationale de France,‎ 29 juin 1862, p. 4, pour une précision de la première adresse (ISSN 1770619X, lire en ligne).
  19. Il est possible de consulter un complément bibliographique indiqué par Roland Caty : V. Arimondo, Banque et croissance à Marseille (1835 - 1883), mémoire de maîtrise, Université de Provence, 1997 ; G. Gaudin, Le Royalisme dans les Bouches-du-Rhône (1876-1927), thèse, Université de Provence, 3 volumes, 1978.
  20. a, b, c, d, e et f Robert Caty, Éliane Richard et Pierre Echinard, Les patrons du Second Empire, Marseille, Paris, Le Mans, Picard, Éditions Cénomane,‎ 1999 (ISBN 2-7084-0557-8, notice BnF no FRBNF37074554, LCCN 91164675, présentation en ligne), p. 90 et 91.
  21. Jean Antoine Gili et Ralph Schor, Hommes, idées, journaux : mélanges en l'honneur de Pierre Guiral, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Volume 29 de France XIX-XX »,‎ 1988 (ISBN 9782859441531, notice BnF no FRBNF37060765, lire en ligne), p. 61.
  22. Roland Caty et Éliane Richard, Armateurs marseillais au XIXe siècle, t. I, Marseille, Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille, coll. « Histoire du commerce et de l'industrie de Marseille XIXe siècle XXe siècle »,‎ 1986, 340 p. (ISBN 2-900732-00-X, notice BnF no FRBNF36271242, LCCN 88137126), II, Pouvoirs dans la cité, chap. IV (« Des notables »), p. 135.
  23. Marius Chaumelin (éditeur scientifique), Tribune artistique et littéraire du Midi, Marseille, Société artistique des Bouches-du-Rhône,‎ janvier 1860 (notice BnF no FRBNF32880869, lire en ligne), p. VI.
  24. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 548 U, 29.
  25. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 548 U, 36 et 39.
  26. Paul Masson, Les Bouches-du-Rhône, encyclopédie départementale, t. IX, Le Mouvement économique, le commerce, Paris, Marseille, Éditions Honoré Champion et Archives départementales,‎ 1922 (notice BnF no FRBNF31772361, présentation en ligne, lire en ligne), p. 929, note 1.
  27. Pierre-Paul Zalio, « D'impossibles notables ? Les grandes familles de Marseille face à la politique (1860-1970) », Politix, De Boeck Université, vol. 17, no 65,‎ premier trimestre 2004, p. 100, note 13 (ISSN 0295-2319, lire en ligne).
  28. a, b et c C’est en ces termes que la Banque Privée annonce, en septembre 1921, sa fusion avec la Banque Bonnasse : Paul Masson, Encyclopédie départementale, deuxième partie, le bilan du XIXe siècle, Paris et Marseille, Éditions Honoré Champion et Archives départementales,‎ 1922 (notice BnF no FRBNF31772361, lire en ligne), p. 933.
  29. Jean Renard, Revue de droit maritime comparé, t. 24, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence,‎ juillet-décembre 1931 (lire en ligne), p. 419 - 435.
  30. À partir de 1960, lors de la vente de cette vaste propriété par les descendants d'Eugène Bonnasse, un grand ensemble en copropriété, La Rouvière et Super - Rouvière, y est construit et achevé en 1971. Pour la seule Rouvière, les terrains sont très importants, 29 hectares environ. « La densité générale sur le site collinaire escarpé va être condensée en pied du relief sur 13 hectares, doublant la densité moyenne mais laissant une partie de la colline intacte. L’importance du projet nécessite de franchir toutes les commissions possibles : autorisation préalable, permis de construire et même Commission Supérieure de l’Architecture après l’obtention du permis de construire. Au départ, c’est André Devin qui est pressenti par les frères Cravero mais à la suite d'un désaccord, il est remplacé par l'architecte Raoul Guyot. »
    Construction rénovée dans un lotissement, façades de la bastide blanches.
    La Rouvière en 2014.
    (Sources ADDE 50175 et 67652 : Ensembles & Résidences à Marseille 1955-1975, notices monographiques La Provence, 27 janvier 2004 et Marseille Hebdo, 2004). Le château de La Rouvière, conservé en l'état, demeure longtemps un centre administratif de la Banque nationale de Paris puis il est vendu en copropriété.
  31. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 548 U, 66, 69 et 71.
  32. André Bonnasse, Nos Ancêtres les Bournat, papetiers à Jouques, Marseille, auto édition André Bonnasse,‎ 1er janvier 1981.
    Travail de caractère historique et familial présenté comme un mémoire universitaire et mené par un membre de la famille des banquiers marseillais Bonnasse.
  33. Pierre Guiral (dir.) et Félix Reynaud (dir.), Les Marseillais dans l'histoire, Toulouse, Éditions Privat, coll. « Les Hommes dans l'histoire »,‎ 1988 (ISBN 2-7089-9404-2, notice BnF no FRBNF36148106, LCCN 88212188, présentation en ligne), p. 61.
  34. Pierre Échinard et Marie-Paul Vial (dir.), Marseille au XIXe siècle, Rêves et Triomphes, Musées de Marseille, Réunion des musées nationaux,‎ 1992 (ISBN 2-7118-2487-X, notice BnF no FRBNF35487106), « Le temps du loisir », p. 388.
  35. Monique Bonavia-Michelet, « La villa Gaby », sur www.labuttebompard.com,‎ 2013 (consulté le 3 janvier 2014).
  36. Françoise-Albane Beudon (dir.), David Dellepiane : peintre, affichiste, illustrateur, Marseille, Éditions Parenthèses,‎ 1999 (ISBN 2-86364-098-4, notice BnF no FRBNF37191026, LCCN 00355398, lire en ligne), p. 173 et 174.
    La publication de cet ouvrage est réalisé à l'occasion de l'exposition « David Dellepiane, peintre, affichiste, illustrateur », organisée par l'Office de la Culture de Marseille du 25 novembre 1999 au 15 janvier 2000.
  37. Pour une liste de la Fédération bancaire française mentionnant cet établissement bancaire comme disparu : Fédération bancaire française, « Les banques dont la dénomination n'a plus cours », sur www.fbf.fr, Fédération bancaire française,‎ 10 janvier 2012 (consulté le 25 décembre 2013).
  38. Roger Mennevée, « La Banque Worms et Cie. Histoire générale. Ses opérations pendant l'occupation (1940-1944) : Société minière et électrique des lampes », sur www.wormsetcie.com, Worms,‎ décembre 1952 (consulté le 25 décembre 2013).
  39. a, b, c, d et e André Bonnasse, L'Écharde, Marseille, auto édition André Bonnasse,‎ 1er janvier 1981.
    Ouvrage familial polémique sans références à utiliser avec la plus grande prudence.
  40. Bien qu'issu d'une famille importante, le banquier Léon Bonnasse n'est pas mentionné dans l'Album photographique et biographique des personnalités de Marseille, paru en 1938 chez La Correspondance méridionale : Pierre-paul Zalio et Bernard Convert (dir.), Repenser le marché, Paris, L'Harmattan, coll. « numéros 41 à 42 de Cahiers lillois d'économie & de sociologie »,‎ 2003 (ISBN 9782747553285, lire en ligne), p. 146.
  41. Pierre-Paul Zalio, « D'impossibles notables ? Les grandes familles de Marseille face à la politique (1860-1970) », Politix, De Boeck Université, vol. 17, no 65,‎ premier trimestre 2004, p. 112 (ISSN 0295-2319, lire en ligne).
  42. F. Rebuffat, « Les Amis de Saint-Blaise », Provence historique, La Pensée universitaire,‎ janvier-mars 1964, p. 124, tome 14, fascicule 55 (lire en ligne)[PDF].
  43. Fondation Jacques Loew, Archives Loew, Bibliothèque du Saulchoir, Fribourg, s.n.,‎ mars 2007 (lire en ligne), p. 69, Loew 7/343, correspondance André Bonnasse 1950-1973[PDF].
  44. La Banque de l'Union Européenne a son siège social 4, rue Gaillon 75060 Paris cedex 02 à l'époque de la prise de participation. Jean de Dreuzy en est le Président du conseil d'administration. Certains auteurs attribuent ouvertement la prise de participation dans le capital de la banque Bonnasse en 1970 au groupe Empain - Schneider : Bernard Morel (préf. Michel Vauzelle), Marseille, naissance d'une métropole, Paris, Éditions L'Harmattan, coll. « Métropoles 2000 »,‎ 1999 (ISBN 9782738475336, notice BnF no FRBNF37674685, LCCN 00356002, lire en ligne), p. 104.
  45. Banque de l'Union Européenne, Assemblée générale ordinaire, rapports et résolutions 1972, document interne.
  46. Josserand de Saint-Priest, « Biens d'Avignon, 56, rue Joseph Vernet, séance du 23 septembre 1975 », sur www.fondation-calvet.org, Avignon, Fondation Calvet,‎ 2014 (consulté le 4 janvier 2014).
  47. Sylvie Mazzella, L'enracinement urbain : intégration sociale et dynamiques urbaines : Les familles maghrébines du centre ville de Marseille, Marseille, École des hautes études en sciences sociales (thèse de doctorat),‎ avril 1996 (lire en ligne), p. 127[PDF].
    Cette thèse décrit le processus de transmission d'un important îlot urbain marseillais ayant appartenu en partie aux Régis, célèbre famille de négociants phocéens ; elle indique aussi les liens de parenté (Bonnasse notamment) et les alliances des familles bourgeoises marseillaises.
  48. Heitor O'Dwyer de Macedo, Ville et port, XVIIIe siècle-XXe siècle, Paris, L'Harmattan, coll. « Maritimes »,‎ 1994 (ISBN 9782738429353, lire en ligne), p. 158 à 161.
  49. Sur le don par la Banque Bonnasse d'un rafraîchissoir à glace sommé d'une grenouille provenant de la Fabrique Bonnefoy Marseille Faïence, avec décor petit feu et datant du XVIIIe siècle au musée de la faïence en 1995, consulter : Musée des arts décoratifs et de la Mode, Château Borély, « Inauguration du Musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode Vendredi 14 juin 2013 », Fiche Presse, Marseille, ville de Marseille,‎ 2013, p. 22.
  50. Sur le retrait d'agrément de la Bonnasse Lyonnaise de Banque, pour cause d'absorption par le CIC Lyonnaise de Banque, consulter : Direction des Établissements de crédit et des Entreprises d’investissement de la Banque de France, 2008 : Rapport annuel du Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement, CECEI, Michel Cardona,‎ 2009, partie 3, « chapitre 5, Les établissements de crédit agréés en France », p. 138.
  51. Henri Bonnasse, Lyon, X.Jevain, 18 rue François Dauphin,‎ 1893, p. 3.
  52. Henri Bonnasse, Lyon, X.Jevain, 18 rue François Dauphin,‎ 1893, p. 4 et 5.
  53. Notice nécrologique de madame Marguerite Bonnasse, Vanves, Imprimerie Franciscaine Missionnaire,‎ 1893, p. 11 et 12.
  54. Henri Bonnasse, Lyon, X.Jevain, 18 rue François Dauphin,‎ 1893, p. 6 et 7 et « Le Monde et la Ville », La Vedette,‎ samedi 4 août 1888, p. 491 (lire en ligne).
  55. Pierre Demay, « Nouvelles du chenil », Le Chenil et le poulailler, Paris, s.n., no 9,‎ jeudi 3 mars 1887, p. 4 (lire en ligne).
  56. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 548 U, 42, 54, 81, 88 et 240.
  57. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 548 U, 86.
  58. Jean Reynaud, « Liste des membres de la Société », Provincia, Bulletin trimestriel de la Société de statistique d'Histoire et d'Archéologie de Marseille et de Provence, Marseille, Société de statistique Palais de la Bourse, t. VI,‎ 1926, p. 9 (lire en ligne).
  59. Paul Barlatier, Mémoires de l'Académie des sciences, lettres et beaux-arts de Marseille : 1917 - 1920, Marseille, Barlatier,‎ 1921 (notice BnF no FRBNF32813506, lire en ligne), p. 295.
  60. Sur la qualité de collectionneur de livres rares de Joseph Bonnasse : Francis Campbell, Annuaire de la curiosité et des beaux-arts : Paris, départements, étranger, Paris, s.n.,‎ 1932 (notice BnF no FRBNF32696387, lire en ligne), p. 73.
  61. Jean-François Delénat, « Corpus numismatique des Alpes de Haute - Provence, Société Centrale des Banques de Province », sur hauteprovencenumismatique.e-monsite.com, Delénat,‎ 2013 (consulté le 25 décembre 2013).
  62. Marie Masi, « Société Centrale des Banques de Province, Joseph Bonnasse, membre du conseil d'administration », sur www.scriponet.com, Paris, Masi Interactive,‎ 2013 (consulté le 25 décembre 2013).
  63. Sur les origines de la Banque Privée : Nicolas Stoskopf (préf. Michel Lucas), Une audace bien tempérée, vol. 1, Marly, La Branche CIC, coll. « 150 ans du CIC 1859 - 2009 »,‎ 2009 (ISBN 978-2-35306-038-2, notice BnF no FRBNF41498166, LCCN 2009479399), p. 138.
    Nicolas Stoskopf est professeur d'histoire contemporaine à l'université de Haute-Alsace. Il est lauréat de la Fondation Napoléon (2003).
  64. Hubert Bonin, L'Apogée de l'économie libérale bancaire française, vol. 1, Paris, Plage, coll. « Les banques françaises de l'entre-deux-guerres (3 volumes) »,‎ 2000 (ISBN 2-914369-00-X, notice BnF no FRBNF37714918, LCCN 2001332205), p. 166.
    Hubert Bonin, professeur à Sciences Po Bordeaux et chercheur à l’université de Bordeaux, est un spécialiste de l'histoire bancaire et notamment de l'histoire de la Banque Privée.
  65. Sur l'absorption de la Banque Bonnasse par la Banque Privée, voir : Michel Lescure (dir.) et Alain Plessis (dir.), Banques locales et banques régionales en Europe au XXe siècle, Paris, Albin Michel Histoire, coll. « Mission historique de la Banque de France »,‎ 2004 (ISBN 9782226225054, notice BnF no FRBNF39260501, LCCN 2004545541, lire en ligne), p. 227.
  66. Rapport de l’Inspection de la Banque de France à la succursale de la Banque de France de Marseille, année 1928, archives historiques de la Banque de France, cité dans : Hubert Bonin (professeur d’histoire économique à l’Institut d’études politiques de Bordeaux et à l’UMR GRETHA-Université Montesquieu Bordeaux 4), « La Société générale à Marseille : d’une tête de pont saint-simonienne au déploiement de la banque commerciale de détail (de 1864 aux années 1930) », Industries en Provence. Dynamiques d’hier et aujourd’hui, Bordeaux, s.n., no 18,‎ juin 2010, p. 7 à 18.
  67. Pour une réclame de la banque datant de 1928 : [PDF]Bulletin mensuel de l'association des anciens élèves de l'École Centrale Lyonnaise, Lyon, École centrale de Lyon (bulletin mensuel d'association d'élèves),‎ août 1928 (25e année), no 239 (lire en ligne), p. XV.
  68. « Banque Privée », Les Assemblées générales, Paris, 13 rue de Liège, s.n.,‎ 10-25 janvier 1922, p. 433 à 435 (lire en ligne) et « Guide de la Bourse », Revue Commentaire, Paris, 56 rue Jean-Jacques Rousseau, s.n., 18, rue Laffitte,‎ 21 janvier 1922.
  69. Hervé Joly, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson et Alain Chatriot, Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, coll. « Flammarion Sciences Humaines »,‎ 2010 (ISBN 9782081255166, notice BnF no FRBNF42316118, LCCN 2011373511, lire en ligne).
  70. Pour une nomination des financiers Bauer et Marchal au Conseil d'administration de la Banque Privée : [PDF]« Banque Privée », sur www.memoireetactualite.org, s.n.,‎ 12 mai 1928 (consulté le 9 janvier 2014).
  71. Hubert Bonin, « Les mutations des banques du Sud-Est dans l’entre-deux-guerres (1919-1935) », Cahiers d'histoire, Lyon, s.n., no 3, tome XLI,‎ 1996, p. 343-380 (ISSN 1777-5264, présentation en ligne).
  72. Jean-Marc Delaunay, Méfiance cordiale - Les relations franco-espagnoles de la fin du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale, vol. 3, Les relations économiques, Paris, Éditions L'Harmattan,‎ 2011 (ISBN 9782296459724, notice BnF no FRBNF42437380, LCCN 2011503321, lire en ligne), p. 54, note 3 (archives AP-CIC, Secrétariat général, série Banques, carton 105/I-II).
  73. Marie Masi, « Part bénéficiaire au porteur de la Banque privée », sur www.scriponet.com, Masi Interactive (consulté le 26 décembre 2013).
  74. Sur la faillite des Affréteurs Réunis, consulter les Archives nationales, « Contentieux judiciaire. Affaires concernant des sociétés ou des particuliers. Dossiers 120 AQ 733 dossier 1. », sur www.archivesnationales.culture.gouv.fr, s.n.,‎ 1919 - 1939 (consulté le 27 décembre 2013).
  75. « Le naufrage de la société d'armement Les Affréteurs Réunis », Forum MesDiscussions.Net,‎ 9 juin 2010 (consulté le 27 décembre 2013)
    Cette référence est issue d'un forum, espace de discussion participatif dont l'utilisation en tant que source est déconseillée sur l'encyclopédie libre Wikipédia. Les informations qui y sont proposées sont donc à prendre avec prudence.
  76. Henri Bonnasse est mentionné en 1926 au 146, avenue des Champs-Élysées puis en 1930 au 10, avenue Hoche (cette adresse est celle de ses parents avant que ceux-ci n'aménagent au 17, quai Voltaire), dans l'Annuaire des Grands Cercles.
  77. La soierie de Lyon, Lyon, s.n.,‎ 1928 (lire en ligne), p. 369.
  78. Photographie publiée dans Dictionnaire biographique des Bouches-du-Rhône, Paris, Flammarion, coll. « Les Dictionnaires départementaux »,‎ 1901 (notice BnF no FRBNF35062998), p. 356.
  79. En 1929, cette banque est déjà répertoriée : Frédéric François-Marsal (dir.), Encyclopédie de banque et de bourse, t. 1, Paris, Crété,‎ 1929-1931 (notice BnF no FRBNF32125428, LCCN ltf91005972, lire en ligne), p. 506.
  80. Elise Lasry, « Un petit marseillais de 25 ans », L´Express, Paris, s.n.,‎ 2013 (lire en ligne).
  81. Étienne Ader, vente aux enchères, Collection M. Delanglade Verres antiques, Paris Drouot, 26 mai 1959 ; Vente aux enchères, Bel ameublement, Marseille, 23 et 24 octobre 1958 ; Vente aux enchères, Art moderne, Marseille, 16 et 17 octobre 1958 ; Vente aux enchères, Bel ameublement, Marseille, 26, 27 juin et 3, 4 juillet 1958 ; R. G. Laurin, vente aux enchères, Tableaux anciens, Paris Drouot, 20 juin 1958 ; F. Courchet, vente aux enchères, Tableaux ameublement, Nice villa Robioni, 9 février 1959 ; Galerie Charpentier, Tableaux anciens Sièges et Meubles Tableaux Modernes, Paris, 6 juin 1958.
  82. Vente aux enchères, Appartenant à Monsieur X... Eaux Fortes de Rembrandt Van Rijn, Paris, Drouot, 2 juillet 1958. Pour la marque estampée de Charles Delanglade sur les estampes de Rembrandt, voir : Frits Lugt, « Marques estampées de Charles Delanglade », sur www.marquesdecollections.fr, Paris, Fondation Custodia,‎ 2014 (consulté le 4 septembre 2014).
  83. Après son mariage avec Henri Decoin en 1935, Danielle Darrieux divorce en 1941. L’année suivante elle épouse Porfirio Rubirosa, un diplomate dominicain. Le couple se sépare en 1947. Un an plus tard, l’actrice se remarie avec le scénariste Georges Mitsinkidès, avec qui elle adopte un petit garçon. La bastide de Souviou devient donc la propriété de Danielle Darrieux sous son nom d'épouse Mitsinkidès en 1964, Gérard Bernar, Var : Côte d'Azur, Verdon, Petit Futé,‎ 2009, 366 p. (ISBN 9782746923829, notice BnF no FRBNF41435771, lire en ligne), De lieux en lieux, chap. 3 (« Bandol »), p. 65.
  84. Sur les relations entre la Banque de l'Union Européenne et la société Schneider et Cie, consulter : Agnès d'Angio, « Schneider et Cie face aux risques géopolitiques en Europe centrale et orientale (1918-1939) », sur irice.univ-paris1.fr, UMR Identités, Relations internationales et civilisations de l’Europe,‎ 2011 (consulté le 29 décembre 2013).
  85. Lettres des 17 février et 21 avril 1987 entre Denis et Philippe Bonnasse et Jean-Michel Scaramanga (Banque Bonnasse CIC), archives CIC lyonnaise de Banque, Marseille.
  86. (en) Société de ventes aux enchères Christie's, « Guigard Joannis. Nouvel armorial du bibliophile. Guide de l'amateur des livres armoriés. Paris : Émile Rondeau, 1890. », sur www.christies.com, s.n.,‎ 28 juin 2005 (consulté le 27 décembre 2013).
  87. François Pic, « La Bibliographie de l’Écrit imprimé en occitan de la fin du XVe à la fin du XVIIIe siècle. Du corpus à la constitution de l’objet : matériaux pour l’histoire externe de la Littérature occitane », sur othes.univie.ac.at, Vienne, Autriche,‎ 2011 (consulté le 7 octobre 2014).
    Une étude sur le milieu social des bibliophiles. Henri Bonnasse y est cité à plusieurs reprises, notamment page 88.
  88. Librairie Amélie Sourget, « De la Bibliothèque Henri Bonnasse avec ex-libris, conservé dans son velin d'époque », sur www.ameliesourget.com, s.n.,‎ 2013 (consulté le 27 décembre 2013).
  89. Pierre Bergé et associés, « Les Propos lamentables de Henry de Valois tirés de sa confession par un remords de conscience qui toujours tourmente les misérables, Paris, par Pierre Mercier, 1589, ancienne bibliothèque Henri Bonnasse. », sur www.pba-auctions.com, s.n.,‎ 18 décembre 2007 (consulté le 27 décembre 2013).
  90. (en) Classic Franklin, « Menander, of Laodicea », sur franklin.library.upenn.edu, University of Pennsylvania, Penn Libraries,‎ 2014 (consulté le 26 octobre 2014).
  91. a et b Pour un ouvrage de Thomas Wotton (sheriff) (en) ayant appartenu à la collection d'Henri Bonnasse et désormais exposé à la New York Public Library, dans la collection Spencer, consulter : (en) Kathie Coblentz, « Spencer Collection Book of the Month : A Wotton Binding », sur www.nypl.org, New York Public Library,‎ 14 février 2011 (consulté le 26 décembre 2013).
  92. « Vente aux enchères, Collection Jean Lignel Dessins et manuscrits, Livres anciens et livres d'artistes. », sur www.christies.com, Christie's,‎ 11 décembre 2008 (consulté le 26 octobre 2014).
  93. Henri Bonnasse est aussi membre de la Société des bibliophiles de Belgique : Société des bibliophiles et iconophiles de Belgique, Annuaire 1966-1967, Bruxelles, s.n. (annuaire),‎ 1966, p. 6.
  94. (en) Idbury prints Limited, « Jules Cavaillès, The Open Window, 1961 », sur www.idburyprints.com, Idbury prints Ltd,‎ 2014 (consulté le 14 août 2014).
  95. Jean Viardot, « Un épisode du collectionnisme en fait de livre au XVIIIe siècle : le Musæum typographicum ou le goût des raretés superlatives », Littératures classiques, Paris, Armand Colin, no 66.2,‎ 2008, p. 161 - 178 (lire en ligne).
    La mention de la collection Henri Bonnasse est explicite dans la note 33 de l'article.
  96. Commentaire d'Annie Charon : Catalogue de ventes de bibliothèque conservés dans les bibliothèques parisiennes pour : Fabrice Teissèdre, Livres imprimés au XVIe siècle, Paris, La Librairie Historique Clavreuil (catalogue en autoédition) (lire en ligne [PDF]), p. 20.
  97. Pour certains ouvrages de la bibliothèque Henri Bonnasse, reliés à sa demande par Gruel, consulter par exemple : Vente aux enchères Tajan, « Henri Focillon, Méandres, de la bibliothèque Henri Bonnasse, avec ex-libris doré, et pour qui la reliure a été exécutée par Gruel, lot 189 », sur www.cabinet-revel.com, Cabinet Revel,‎ 25 février 2003 (consulté le 7 octobre 2014) ou Alde Paris, « Longus, Les Amours pastorales de Daphnis et Chloé. Exemplaire provenant de la bibliothèque Henri Bonasse (ne figure pas au catalogue de sa vente) », sur www.catalogue.drouot.com, Alde, maison de ventes,‎ 10 mars 2008 (consulté le 7 octobre 2014).
  98. Bibliographie de Léon Gruel
  99. Exposition Bibliothèque nationale de France : Jacques Guignard (préf. Julien Cain), La Reliure Originale, Paris, André Tournon et Cie,‎ 1953 (notice BnF no FRBNF36971778, LCCN 82169400, lire en ligne), p. VIII.
  100. Christie's, « Vente aux enchères, bibliothèque érotique Gérard Nordmann », sur www.christies.com, Christie's,‎ 14 - 15 décembre 2006 (consulté le 26 octobre 2014).
  101. (en) Christie's, « Importante collection romantique », sur www.christies.com, Christie's,‎ 2002 (consulté le 14 août 2014).
    Ce livre fameux a appartenu aux bibliothèques Jules Brivois, Descamps-Scrive, Alexandre Roudinesco puis Henri Bonnasse.
  102. Pour une mention des dates précises des deux ventes aux enchères de la collection d'Henri Bonnasse avec comme expert Jacques d'Aspect : Librairie Blaizot, « Catalogue des ventes », sur www.franceantiq.fr, France Antiques,‎ 2013 (consulté le 26 décembre 2013).
  103. Société de vente aux enchères Christie's, « Importante vente romantique », sur www.christies.com, s.n.,‎ 28 mai 2002 (consulté le 27 décembre 2013).
  104. Amélie Sourget, « Étienne Tabourot, Les Bigarrures et Touches du seigneur des Accords, de la bibliothèque Henri Bonnasse », sur www.ameliesourget.com, s.n.,‎ 2013 (consulté le 30 décembre 2013).
  105. Étude Rossini, « De la bibliothèque Henri Bonnasse puis Laurent Aurric, avec ex-libris », sur www.bibliorare.com, s.n.,‎ 17 février 2012 (consulté le 30 décembre 2013).
  106. Librairie Giard, « Joseph, de Bitaubé, quatrième édition », sur www.abebooks.fr, abebooks,‎ 2014 (consulté le 30 décembre 2013).
  107. Alde Paris, « Longus, Les Amours pastorales de Daphnis et Chloé. Exemplaire provenant de la bibliothèque Henri Bonnasse (ne figure pas au catalogue de sa vente) », sur catalogue.drouot.com, Alde, maison de ventes,‎ 10 mars 2008 (consulté le 30 décembre 2013).
  108. French Corporate, « Présentation de Blisson Bonnasse Gestion SA », s.n.,‎ 1989 (consulté le 26 décembre 2013).
  109. « Réunion d'information à Marseille », Bulletin mensuel de la Commission des opérations de bourse, Paris, Tour du pont Mirabeau, Georges Ferran, no 52,‎ août - septembre 1973, p. 9.
  110. « Réunion d'information à Marseille », Bulletin mensuel de la Commission des opérations de bourse, Paris, Tour du pont Mirabeau, Georges Ferran, no 55,‎ décembre 1973, p. 8 et 9.
  111. Le catalogue Sudoc de l'ouvrage préfacé par Denis Bonnasse : (OCLC 489887440).
  112. Didier Benoit, « Famille Tourret », sur www.geneanet.org, Paris, Geneanet,‎ 2014 (consulté le 19 août 2014).
  113. Journal officiel de la République française, « JORF no 1 du 1er janvier 1993, page 26 », sur www.legifrance.gouv.fr, Paris, République française (consulté le 7 octobre 2014).
  114. a et b Sur le premier contrôle de la banque de la famille Bonnasse : Commission bancaire, « Contrôle », Rapport annuel, Paris, Commission bancaire,‎ 1988, p. 28 (ISSN 09845585, lire en ligne).
  115. Sur l'attitude de l'État dans la faillite de la Banque Phocéenne - Henri Bonnasse et Cie, consulter : Fabrice Dion, Corinne Thiérache et Thierry Walrafen (dir.), « La faillite des banques en France : Un dispositif de traitement insuffisant », Revue d'économie financière, Arcueil, Association d'économie financière, no 28,‎ 1994, p. 94, (l'avenir de l’industrie bancaire) (lire en ligne). Sur l'indemnisation des épargnants dans la faillite de la banque d'Henri et Philippe Bonnasse, consulter : « La rocambolesque aventure des déposants d'U.B.C : tableau récapitulatif des actions intentées contre l'État à ce jour », La Tribune de l'Expansion, s.n.,‎ 4 septembre 1992.
  116. Sur le remboursement des clients de la Banque Phocéenne - Henri Bonnasse et Cie et sur le calcul de l'assiette de ces sommes : Commission bancaire, « L'Exercice des compétences légales de la Commission bancaire », Rapport annuel, Paris, Commission bancaire,‎ 1988, p. 13 (ISSN 09845585, lire en ligne).
  117. Rapport de la commission des finances de l'Assemblée nationale sur le projet de loi sur l'épargne et la sécurité financière, no 1420, 3 mars 1999, Du renforcement de la sécurité financière, tome II, « Du renforcement de la sécurité financière », chapitre I « Un dispositif axé sur la prévention », rapporteur Dominique Baert, Député, consulté le 6 janvier 2014.

Références juridiques[modifier | modifier le code]

Les références comportent des abréviations, couramment admises, pour les revues juridiques et les juridictions : vous pourrez en trouver une liste sur le Wiktionnaire.
  1. Alfred Laroze (dir. et greffier en chef du Tribunal de commerce de Bordeaux), Mémorial de jurisprudence commerciale et maritime : recueil des décisions du royaume, t. 6, Bordeaux, s.n., imprimerie Lavigne Jeune (no 5e et 6e livraison),‎ 1839 (notice BnF no FRBNF32813816, LCCN 56053238, lire en ligne), II, p. 141 à 143.
  2. Pour un exemple de décision judiciaire concernant la Banque Bonnasse, dans l'escompte d'un effet de commerce : Cour royale de Paris, Bonnasse contre Fould et Fould-Oppenheim, 10 mars 1846 dans Isidore Clairfond, Mémorial du commerce, Paris, s.n.,‎ 1837-1878 (lire en ligne), p. 329 et 330.
  3. « Avis de projet de fusion », Bulletin des annonces légales obligatoires, s.n., no 143,‎ 26 novembre 2008 (lire en ligne [PDF]).
  4. Arrêté du 21 juillet 1919, Préfecture des Bouches-du-Rhône, 1re division, 1er bureau.
  5. Acte du 18 octobre 1930, Me Malauzat, notaire à Marseille.
  6. Inventaire après décès et prisée, étude de Me Auguste Malauzat, notaire à Marseille, 14 avril 1936.
  7. Inventaire après décès et prisée, étude de Me Auguste Malauzat, notaire à Marseille, 9 juin 1938.
  8. Pour un litige américain concernant la Banque Privée sur la reprise des actifs de la Banque Bonnasse : (en) « Compagnie française de navigation à vapeur versus Bonnasse et autres (Irving Bank - Columbia Trust, Garnishee) », sur www.leagle.com, Leagle Inc.,‎ 16 mai 1927 (consulté le 26 décembre 2013).
  9. « 5 mai 1928, 11e Chambre correctionnelle », Recueil de la Gazette des tribunaux (journal de jurisprudence et des débats judiciaires), Paris, s.n.,‎ 20 mai 1928, p. 1928.2.290 (ISSN 11607688)(notice BnF no FRBNF328492597).
  10. « Cour d'appel de Paris, 24 février 1932 », Recueil de la Gazette des tribunaux (journal de jurisprudence et des débats judiciaires), Paris, s.n.,‎ 28, 29 février et 1er mars 1932, p. 3 (ISSN 11607688)(notice BnF no FRBNF328492597).
  11. Acte d'échange, Me Auguste Malauzat, 30 juin 1939, 2e bureau des hypothèques de Marseille, le 24 août 1939, volume 1286 no 47, échange Bonnasse - société anonyme Saint-Antoine. Sur les tractations entre Henri Bonnasse et la société anonyme Saint-Antoine, voir également : Archives diocésaines, Marseille, Société Saint-Antoine, journal 1923 - 1968 et Registre des délibérations du conseil d'administration, 10 janvier 1939, 15 avril 1939, 28 avril 1939, 10 mai 1939, 6 juin 1939 et 18 juillet 1939.
  12. Sur l'augmentation de capital qui permet à Henri Bonnasse d'acheter la Banque Phocéenne, consulter : Bulletin des Annonces Légales et Obligatoires, 15 juin 1942, no 24, notice ; Bulletin des Annonces Légales et Obligatoires, 22 juin 1942, no 25, avis ; Journal de Marseille, 26 juin 1942, no 2306 ; Journal de Marseille, 3 juillet 1942, no 2309.
  13. Acte de constitution déposé chez Me Philippon, notaire à Marseille, le 8 janvier 1930.
  14. Le site officiel Infogreffe.fr donne quelques renseignements actuels sur la Banque Phocéenne - Henri Bonnasse et Cie : Greffe du Tribunal de Commerce de Marseille, « Liste des actes », sur www.infogreffe.fr, GIE Infogreffe,‎ 1929 et 2004 (consulté le 27 décembre 2013).
  15. Acte de partage du 16 août 1928, Me Malauzat, notaire à Marseille.
  16. Tribunal de commerce de Marseille, « Veuve Joseph Bonnasse - Henri Bonnasse - Pierre Bonnasse c/ Léon Guillaume André Bonnasse et Société en nom collectif Messieurs Bonnasse banquiers », Archives départementales des Bouches-du-Rhône cotation Marseille 1598 W 1-132, 19 octobre 1950 [lire en ligne (page consultée le 26 janvier 2014)].
  17. Cour d'appel d'Aix-en-Provence, « Bonnasse c/ Bonnasse 1re Chambre, enrôlement no 2.441 de 1950 Président Lapierre », Archives départementales des Bouches-du-Rhône cotation Aix 6 U 1, 28 juillet 1952 [lire en ligne (page consultée le 26 janvier 2014)].
  18. Tribunal de grande instance de Marseille, 9 avril 1974.
  19. Cour d'appel d'Aix-en-Provence, 10 février 1975.
  20. a et b « Cour de Cassation, Chambre commerciale, du 23 mai 2000, 98-12.932 », sur legimobile.fr, Direction de l'Information Légale et Administrative (DILA) et Centre de Recherche en Informatique de MINES ParisTech (École des Mines de Paris),‎ 2000 (consulté le 7 janvier 2014) Casscom., 23 mai 2000, pourvoi no 98-12.932, inédit.
  21. Cour de Cassation Chambre civile du 2 mai 1989, Cass1re civ., 2 mai 1989, pourvoi no 87-18688, Bulletin 1989 I no 179 p. 119.
  22. Cour de Cassation Chambre commerciale du 20 mai 1986, Casscom., 20 mai 1986, pourvoi no 84-14722, Bulletin civ. 1986 IV no  94 p.  81.
  23. Le Tribunal de commerce de Marseille, par jugement du 27 novembre 1980, sur déclaration de cessation des paiements, prononce le règlement judiciaire de la société en commandite simple Henri Bonnasse et Cie Banque Phocéenne avec communauté de masse active et passive du patrimoine de la banque et de celui de messieurs Henri et Philippe Bonnasse. Il désigne maîtres Jean Astier et Bernard Dureuil en qualité de co-syndics.
  24. Cour de Cassation Chambre criminelle du 24 mai 1993, Casscrim., 24 mai 1993, pourvoi no 92-85250, non publié au Bulletin.
  25. Le jugement du Tribunal de commerce de Marseille du 13 décembre 1982 homologue le concordat.
  26. Cour administrative d'appel de Lyon, 28 décembre 1990, CAA de Lyon 3e chambre, 28 décembre 1990, no 89LY01299, mentionné dans les tables du recueil Lebon.
  27. Sur les conséquences de la disparition accidentelle des parents du banquier, consulter Cour de cassation, Chambre commerciale, 1er mars 1988 : Légifrance, « Jurisprudence », sur www.legifrance.gouv.fr, s.n.,‎ 1988 (consulté le 26 janvier 2014) ; Cass. Com., 1er mars 1988, pourvoi no 86-12184, Bull. civ., 1988 IV no 88, p. 61.
  28. Casscom., 1er mars 1988, pourvoi no 86-12184, Bull.civ. IV 1988, no 88, p. 61.
  29. Le jugement du Tribunal de commerce de Marseille du 8 juillet 1985 ouvre droit à cette demande des créanciers. Ce jugement est confirmé par la Cour d'appel d'Aix-en-Provence le 31 janvier 1986.
  30. Michel Astier, syndic, « Jugement prononçant en date du 17 septembre 2008 la production des titres de créances », sur www.bodacc.fr, Direction de l'information légale et administrative,‎ 17 septembre 2008 (consulté le 27 janvier 2014) ; Michel Astier, syndic, « Rubrique règlements Judiciaire - liquidation des biens », sur www.bodacc.fr, Direction de l'information légale et administrative,‎ 17 septembre 2008 (consulté le 27 janvier 2014) ; Michel Astier, syndic, « L'état des créances a été déposé le 10 octobre 2013 et publié dans les Nouvelles Publications », sur www.bodacc.fr, Direction de l'information légale et administrative,‎ 10 octobre 2013 (consulté le 27 janvier 2014).
  31. Le Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales publie en 2009 le contenu de ce protocole transactionnel : French Corporate, « La société Henri Bonnasse et Cie - Banque Phocéenne a déposé une annonce dans le BODACC A no 20090252 du 31 décembre 2009, annonce no 1584 catégorie Procédures collectives, le BODACC A no 20090196 du 11 octobre 2009, annonce no 1965 catégorie Procédures collectives », sur www.french-corporate.com,‎ 2013 (consulté le 26 décembre 2013).
  32. Jusqu'en 2009 au moins, la société « Banque Phocéenne - Henri Bonnasse et Cie » n'est pas dissoute, elle est mise en sommeil puisque n'ayant plus d'agrément depuis 1980 pour exercer le commerce de banque ; pour une convocation des associés en 2002 : « Annonces légales, Avis de convocation », L'Agriculteur provençal, Aix-en-Provence, s.n.,‎ 31 mai 2002, p. 6.
  33. Mentions de la structure qui rachète en septembre 2013 la villa de Bon Abri (Societe.com est un service privé, distinct du Registre du Commerce et des Sociétés) : « Bon Abri intégré dans une société civile immobilière de MM.Pascal Roll et Julien-Alexandre Courchet », sur www.societe.com, Société SAS, Adverline,‎ 2013 (consulté le 26 décembre 2013).

Articles de Presse[modifier | modifier le code]

  1. « Banque Privée », Journal d'Aubenas, s.n.,‎ 10 juin 1922 (lire en ligne [PDF]).
  2. Consulter les articles de presse à l'époque de la mort de Joseph Bonnasse : La Gazette du Midi, 18 mai 1881 ; Le Petit Marseillais, 15 mai 1881 ; Le Sémaphore de Marseille, 15-16 mai 1881.
  3. « Société immobilière marseillaise », Journal des mines, s.l., s.n.,‎ dimanche 1er mars 1903, p. 1 (lire en ligne).
  4. « De nouveaux services chez Bonnasse », Le Méridional La France, Marseille, s.n.,‎ 26 février 1972, p. 4.
  5. Jean-Luc Crozel, « La Banque Bonnasse, bientôt à la corbeille ? », Le Méridional, Marseille, s.n.,‎ 27 juin 1987.
  6. L - E J, « Banque Bonnasse : Jean-Claude L'Arnaud devient président de la banque Bonnasse. Il succède à Jean-Michel Scaramanga, qui est nommé président d'honneur », Les Échos, Paris, s.n.,‎ 15 janvier 1996, p. 49 (ISSN 0153-4831, lire en ligne).
  7. Paul Anglezi, « Le CIC clarifie ses frontières en regroupant les réseaux sur Marseille de la Lyonnaise de Banque et de la banque Bonnasse, créant une entité représentant 5 % du marché », Les Échos, Paris, s.n.,‎ 9 janvier 1996, p. 25 (ISSN 0153-4831, lire en ligne).
  8. « CIC : un groupe fortement ancré dans le tissu économique régional », Les Échos, Paris, s.n.,‎ 15 septembre 1997, p. 29 (ISSN 0153-4831, lire en ligne).
  9. « La Lyonnaise de Banque reprend la Banque Bonnasse », La Tribune, Paris, s.n.,‎ 25 septembre 2008 (lire en ligne).
  10. « Faits divers, accident de chasse », L'Express du Midi, s.l., s.n.,‎ samedi 30 septembre 1893, p. 2 (lire en ligne [PDF]).
  11. La mort prématurée d'Henri Bonnasse est ressentie comme un deuil général par la presse locale de l'époque : « Le Monde et la ville », La Vedette, Marseille, s.n.,‎ 24 décembre 1898, p. 837 (lire en ligne).
  12. « Superbe dîner en ville dans des salons très artistiques », La Vedette, Marseille, s.n.,‎ 21 janvier 1909, p. 31 (lire en ligne).
  13. « Déplacements et villégiatures des Abonnés du Figaro », Le Figaro, Paris, s.n.,‎ 29 août 1926, p. 6 (lire en ligne).
  14. « Informations financières », Le Figaro, Paris, s.n., no 246, 67e année, 3e série,‎ samedi 3 septembre 1921, p. 3 (lire en ligne).
  15. Louis Latzarus (dir. et rédacteur en chef), « Lancement du vapeur Jean Stern à Bordeaux », Le Figaro, Paris, s.n., série 3e, no 278,‎ mercredi 6 octobre 1920 (68eannée), p. 3 (lire en ligne).
  16. Gaston Calmette (dir. et rédacteur en chef), « Informations, les Armateurs de France », Le Figaro, Paris, s.n., série 3e, no 16,‎ lundi 15 janvier 1912 (58eannée), p. 3 (lire en ligne).
  17. Eugène Q., « Les pensionnaires de la Santé », L'Impartial, La Chaux-de-Fonds (Suisse), s.n., no 12910,‎ 30 janvier 1923, p. 4 (lire en ligne [PDF]).
  18. « Une créance de 12 millions », Le Journal des Finances, Paris, s.n., no 37,‎ vendredi 22 septembre 1922, p. 9.
  19. « Chargeurs français », Le Courrier maritime Nord-Africain, Paris, s.n., no 88,‎ mardi 25 décembre 1928, p. 17.
  20. « Plisson et Cie », Le Journal des Finances, Paris, s.n., no 38,‎ vendredi 29 septembre 1922, p. 6 et 7.
  21. « Rubrique La vie financière », L’Économiste parlementaire, Paris, s.n., no 253,‎ 15 mars 1924, p. 279.
  22. « Tribunaux, le krach des Affréteurs Réunis », la Presse, Paris, s.n.,‎ 9 décembre 1927, p. 3 (ISSN 11607718, lire en ligne).
  23. Édouard-Ezra Shaki, fondateur des Affréteurs Réunis, meurt prématurément à l'âge de 43 ans en 1911 : « Nécrologie », Le Journal général de l’Algérie et de la Tunisie, s.n., no 941,‎ dimanche 31 décembre 1911, p. 3 (lire en ligne).
  24. « Affaire Affréteurs Réunis », L'Épargniste, Paris, s.n., no 209,‎ 15 mai 1928, 26e année, p. 2.
  25. Sur la notoriété de la famille Bonnasse au sein des familles industrielles marseillaises : Christian Makarian, « Les grandes familles de Marseille, mythe et réalité. », L'Express, Paris, Groupe Express-Roularta,‎ 26 juin 2002 (ISSN 0014-5270, lire en ligne).
  26. Les chroniques sportives mentionnent souvent Henri Bonnasse et sa Bugatti dans les manifestations sportives de l'époque, la course de côte de l'Alouette : « La vie sportive », Le Figaro, s.n.,‎ 11 mai 1927, p. 5 (lire en ligne) ou les courses à Saint-Cloud, prix de Pépinvast, 1 500 cmc Tourisme : « La vie sportive », Le Figaro, s.n.,‎ 17 mai 1927, p. 5 (lire en ligne).
  27. « Automobile : Le succès du Grand Prix de l'A. C. F. est assuré », Le Figaro, Paris, s.n.,‎ mercredi 11 avril 1928, p. 5 (ISSN 1241-1248, OCLC 473539292, lire en ligne).
  28. « Les Cours, les ambassades, le Monde et la ville : Mariage à Saint-Philippe », Le Figaro, Paris, s.n., no 304,‎ 31 octobre 1930, p. 2 (ISSN 1241-1248, OCLC 473539292, lire en ligne).
  29. P. Lujan, « Capitalistes marseillais », Rouge-Midi, s.n., organe régional du Parti Communiste,‎ 13 juillet 1935, p. 2 (lire en ligne).
  30. « Henri Bonnasse et Cie Banque Phocéenne », Les Petites Affiches Marseillaises, Marseille, s.n.,‎ dimanche 23 janvier 1955, p. 11 et 12.
  31. « Camp Oflag X B, liste des prisonniers de guerre », La France au travail, s.n.,‎ 11 septembre 1940, p. 2.
  32. J.P. Quélin, « Le scandale de la Caisse agricole d'Arles », Le Monde, Paris, s.n.,‎ 23 février 1967, p. 20 (ISSN 0395-2037, OCLC 1758539).
  33. J.P. Quélin, « À propos du scandale de la Caisse agricole d'Arles », Le Monde, Paris, s.n.,‎ 26-27 février 1967, p. 13 (ISSN 0395-2037, OCLC 1758539).
  34. Les divers aspects de ce litige et ses développements judiciaires sont détaillés par Henri Bonnasse dans des articles de presse destinés à éviter la confusion entre les deux banques familiales marseillaises : Henri Bonnasse, « À propos des banques », Le Méridional, s.n.,‎ 1954. La partie adverse, représentée par André Bonnasse, publie un récit polémique et virulent en 1981 : L'Écharde.
  35. Ghislaine Milliet, « Paul et Virginie peut-être adjugé 80 000 francs ! », Le Provençal, Marseille, s.n.,‎ 27 novembre 1982.
  36. Gabriel Chakra, « Des livres exceptionnels sous le marteau d'ivoire », Le Méridional, s.n.,‎ 27 novembre 1982.
  37. Sur la raison qui a contraint la famille Bonnasse à se séparer de l'exceptionnelle bibliothèque constituée par Joseph Bonnasse puis par son fils, Henri Bonnasse, consulter : Jacques d'Aspect, « Quand une bibliothèque est vendue à tout prix ! », Le Méridional, Marseille, s.n.,‎ 28 novembre 1982
    « Avec cette vente forcée, la famille H.B. s'est démunie d'une partie de son patrimoine, et plus grave, d'une partie de son âme », Jacques d'Aspect.
  38. Sur les origines de la charge de Gabriel Dulongrais, rachetée par Denis Bonnasse, et leurs relations avec Bernard Oddo, consulter : N.A. K, « Une dynastie marseillaise présente en Bourse depuis un siècle et demi », Les Échos, Paris, Groupe Les Échos (LVMH),‎ 9 décembre 2004, p. 9 (ISSN 0153-4831, lire en ligne).
  39. Gabriel Chakra, « Quatre lauréats pour la Provence », Le Méridional, Marseille, s.n.,‎ 19 septembre 1989, p. 3.
  40. « La Banque Pallas prend le contrôle de Blisson Bonnasse », Les Échos, Paris, Groupe Les Échos (LVMH),‎ 22 mai 1991, p. 27 (ISSN 0153-4831, lire en ligne).
  41. Yves - Michel Riols, « Les réseaux du maire », L'Express - L'Expansion, Paris, Groupe Express-Roularta,‎ 1er décembre 2006 (ISSN 0014-5270, lire en ligne).
  42. Sur le taux d'intérêt exorbitant des bons anonymes émis par la banque et sur les négociations avec le Crédit commercial de France, consulter : Denis Trossero, « Le grand krach d'une petite banque », Le Méridional, Marseille, s.n.,‎ 18 octobre 1989, p. 2.
  43. Jean-Pierre Chanal, « Les clients de la banque ont trouvé porte close », Le Provençal, Marseille, s.n.,‎ 25 novembre 1980, p. 3.
  44. Le banquier est incarcéré 17 mois, Alex Panzani, « 17 mois après...remise en liberté de Philippe Bonnasse », Le Provençal, Marseille, s.n.,‎ 1982 ; Docteur Henri Giraud, « Marseille : la société française en accusation », Le Figaro, Paris, Socpresse,‎ 1er février 1990 (ISSN 1241-1248, OCLC 473539292) puis il est extrait pour pouvoir régler les clauses du concordat.
  45. « Le président-directeur général de la banque Phocéenne est écroué », Le Monde, Paris,‎ 7 février 1981 (lire en ligne).
  46. Luc Leroux, « Un banquier et un conseil juridique condamnés », Le Provençal, Marseille, s.n.,‎ 9 décembre 1989, p. 2.
  47. Guy Porte, « La faillite de la Banque Phocéenne », Le Monde, Paris, s.n.,‎ 28 novembre 1980, p. 36 (ISSN 0395-2037, OCLC 1758539).
  48. Félix Aubry de La Noe, « La Banque Phocéenne occupée par ses clients : ils se sont constitués en Comité de défense », Le Provençal, Marseille, s.n.,‎ 26 novembre 1980, p. 2.
  49. Claude Maubon, « Faux créanciers ou vrais victimes ? », Le Méridional, Marseille, s.n.,‎ mercredi 1er novembre 1989, p. 2.
  50. « Les victimes de la Banque Phocéenne sont toujours dans l'angoisse », Le Provençal, Marseille, s.n.,‎ 19 juin 1981, p. 3.
  51. Sur les conséquences de la faillite de la Banque Phocéenne et ses répercussions sur les clients professionnels de la banque, notamment la société Foremine d'Albert d'Ornano, dont le siège est aux Milles, voir : Christian Rodat, « Un trou d'un demi-milliard de centimes », Le Provençal, Marseille, s.n.,‎ 1981, p. 3.
  52. Jean-Pierre Chanal, « Le procès d'une victime contre les banques », Le Provençal, Marseille, s.n.,‎ 13 novembre 1981, p. 6.
  53. Jean-Pierre Chanal, « Dix milliards de centimes remboursés aux créanciers », Le Provençal, Marseille, s.n.,‎ 23 novembre 1982, p. 2.
  54. Alex Panzani, « Banque Phocéenne : des clients désespérés », Le Provençal, Marseille, s.n.,‎ 15 octobre 1981, p. 2.

Traductions de[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Que sont devenus les livres de Wotton à la suite de la vente chez Sotheby ? Malheureusement on ne les localise pas avec précision entre 1550 et 1919. Le livre de Wotton appartenant à la collection Spencer a été acheté par le libraire Sabin pour le prix de 59 livres sterling et le seul propriétaire connu de l'ouvrage à la suite de Sabin et jusqu'à ce qu'il entre en 2008 dans la collection Spencer, est Henri Bonnasse, un bibliophile français du XXe siècle qui colla son ex-libris sur la première page du livre. »

Conflits[modifier | modifier le code]

  1. Ce montant est fourni par les documents internes de la banque et distribués lors de l'assemblée générale. Nicolas Stoskopf évoque dans son ouvrage Un album de famille (2009, édition La Branche, page 239), un montant de 150 millions seulement.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : Ce logo indique que la source a été utilisée pour l'élaboration de l'article.

  • Antoine Olivesi, « Bibliographie Les Bonnasse », Provence historique, Aix-en-Provence, La Pensée universitaire, revue trimestrielle, organe de la Fédération historique de Provence, vol. fascicule 103 « tome 26 »,‎ 1976 (lire en ligne [PDF])Document utilisé pour la rédaction de l’article,
  • André Bonnasse, Bonnasse banquier : une banque privée au XIXe siècle, auto édition André Bonnasse,‎ 1er janvier 1980 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
    Une étude historique de la banque marseillaise Bonnasse par un membre de la famille, André Bonnasse. Il s'agit d'un essai familial assimilable à une source primaire,
  • André Bonnasse, L'Écharde, auto édition André Bonnasse,‎ 1er janvier 1981,
    Un essai familial relatant le long procès qui oppose deux branches cousines de la famille Bonnasse et leurs banques respectives, entre 1928 et 1987, à Marseille. Cet essai, affichant un parti pris soutenu et parfois polémique, est assimilable à une source primaire et donc difficilement exploitable sur l'encyclopédie libre Wikipédia,
  • Hubert Bonin, « Les mutations des banques du Sud-Est dans l’entre-deux-guerres (1919-1935) », Cahiers d’Histoire, Lyon, no 3, tome XLI,‎ 1996, p. 343-380 (présentation en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article,
  • Robert Caty, Éliane Richard et Pierre Échinard, Les patrons du Second Empire, Marseille, Paris, Le Mans, Picard, Éditions Cénomane,‎ 1999 (ISBN 2-7084-0557-8, notice BnF no FRBNF37074554, LCCN 91164675), p. 89 à 91 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
  • Pierre-Paul Zalio, Grandes familles de Marseille au XXe siècle : enquête sur l'identité économique d'un territoire portuaire, Paris, Belin, coll. « Socio-histoires »,‎ 1999 (ISBN 2-7011-2633-9, notice BnF no FRBNF37082301, LCCN 00333351) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
  • Paul Gueyraud, Dictionnaire des Marseillais, Marseille, Académie de Marseille,‎ 2003 (notice BnF no FRBNF37715787) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
  • Nicolas Stoskopf (préf. Michel Lucas), Un album de famille, vol. 2, Marly, La Branche, coll. « 150 ans du CIC (1859 - 2009) »,‎ 2009 (ISBN 978-2-35306-038-2, notice BnF no FRBNF41498166, LCCN 2009479399) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
    Nicolas Stoskopf occupe la fonction de Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Haute-Alsace,
  • Laurence Américi et Xavier Daumalin, Les dynasties marseillaises : de la Révolution à nos jours, Paris, Perrin,‎ 2010 (ISBN 978-2-262-02322-5, notice BnF no FRBNF42209288, LCCN 2010453082) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.